Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fonderie de canons, dite Forge de Ruelle, actuellement Ets des constructions et armes navales de Ruelle (dit E.C.A.N.)

Dossier IA00066368 réalisé en 1990

Fiche

  • Façade de l'atelier des mouleries.
    Façade de l'atelier des mouleries.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • atelier de fabrication
    • bâtiment d'eau
    • transformateur
    • entrepôt industriel
    • château d'eau
    • atelier de réparation
    • bureau
    • laboratoire
    • logement patronal
Précision dénominationfonderie de canons
Appellationsdite forge de Ruelle, puis Fonderie Nationale de Ruelle, actuellement Etablissement des Constructions et Armes Navales de Ruelle (dit E.C.A.N.)
Parties constituantes non étudiéesatelier de fabrication, bâtiment d'eau, transformateur, entrepôt industriel, château d'eau, atelier de réparation, bureau, laboratoire, logement patronal
Dénominationsfonderie, usine d'armes
Aire d'étude et cantonCharente - Ruelle-sur-Touvre
Hydrographiesla Touvre
AdresseCommune : Ruelle-sur-Touvre
Adresse : 1 avenue
Jean Jaurès
Cadastre : 1824 A parcelle non cadastrée ; 1982 AM parcelle non cadastrée
Précisionsanciennement commune de Ruelle

Un haut fourneau et une fonderie de canons sont construits en 1751, pour le marquis de Montalembert, à l'emplacement d'un moulin à papier. La façade de la halle à coulée de 1760 est remployée plus tard comme façade de la moulerie. La fonderie de bronze est construite en 1793. Il y a édification des grandes mouleries en 1801 (reconstruction en 1888, porte la date), du bureau en 1805, du premier logement patronal en 1808. Le cours de la Touvre est modifié en 1825. On construit la fonderie avec six fours à réverbère en 1831, le porche d'entrée en 1842, la forerie de bronze en 1844, le magasin général en 1846, la forerie n°2 en 1849, la forerie n°3 en 1868 (agrandie en 1883, porte la date). L'embranchement ferroviaire est de 1881. L'école des apprentis est édifiée en 1884 (porte la date), l'atelier de fabrication de douilles en 1890 et la grosse forge en 1899. On y adjoint un atelier de réparation en 1902, des nouvelles forges en 1907 et un atelier de montage en 1911. Le complexe des Seguins, comprenant aciérie, forge, laboratoire, château d'eau et station d'air comprimé, est construit entre 1922 et 1927. Un nouvel atelier d'ajustage est construit en 1939, puis en 1950, et il s'agrandit en 1960. Il existe un fonds d'archives privées.

Période(s)Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle
Dates1751, porte la date, daté par travaux historiques, daté par source
1760, daté par travaux historiques
1793, daté par travaux historiques
1801, daté par travaux historiques
1805, daté par travaux historiques
1808, daté par travaux historiques
1831, daté par travaux historiques
1842, daté par travaux historiques
1844, daté par travaux historiques
1846, daté par travaux historiques
1849, daté par travaux historiques
1868, daté par travaux historiques
1883, daté par travaux historiques
1884, daté par travaux historiques
1888, daté par travaux historiques
1890, daté par travaux historiques
1899, daté par travaux historiques
1902, daté par travaux historiques
1907, daté par travaux historiques
1911, daté par travaux historiques
1939, daté par travaux historiques
1950, daté par travaux historiques
1960, daté par travaux historiques

Le site industriel est desservi par embranchement ferroviaire. Les bâtiments des 18e et 19e siècles sont en moellon ou pierre de taille. Les ateliers du début du 20e siècle sont en pan de fer, les plus tardifs en pan de béton rempli de brique, avec charpente métallique apparente, couverts au début de tôle ondulée, remplacée plus tard par du ciment amiante. Les ateliers d'ajustage sont en béton avec shed ou toit bombé. Le bureau est à trois étages, l'école à un étage, et la plupart des autres bâtiments sont en rez-de-chaussée. La surface du site est de 518000 m2, celle bâtie de 120000 m2.

Mursbrique
calcaire moellon enduit
calcaire pierre de taille
fer pan de fer
béton pan de béton armé
béton béton armé
Toittuile mécanique, tuile creuse, ardoise, béton en couverture, ciment amiante en couverture
Étages3 étages carrés
Couvrementscharpente en bois apparente
charpente métallique apparente
Couverturestoit à longs pans lanterneau
toit bombé
shed
Énergiesénergie hydraulique produite sur place
énergie thermique produite sur place
Typologiesarc segmentaire ; arc plein-cintre
Techniquessculpture
Représentationsornement architectural fronton ornement géométrique canon couronne pot à feu fleur marteau compas feuillage
Précision représentations

Sujet : bossage, support : façade de la moulerie ; support : façade de l'école des apprentis.

Statut de la propriétépropriété publique
Éléments remarquablesatelier de fabrication, machine de production

Références documentaires

Documents d'archives
  • Usine de Villement, fonderie de Ruelle, moulin de Fissac.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : S 361
  • Arch. Mar. de Lorient, 2 V.

  • Arch. Mar. de Rochefort.

  • Archives E. C. A. N. Ruelle.

  • Musée de Cognac.

  • BN. H 115102 à 115106, 115109 à 115111.

  • CNAM Paris. Portefeuille industriel.

Bibliographie
  • Conturie, M. M. J. Notice sur la fonderie de Ruelle (1752-1922).

  • " Détails sur la forge de Ruelle ". In : Munier, Etienne. L'Angoumois à la fin de l'Ancien Régime. Paris, 1981.

    p. 252-271
  • Dossier de classement M. H. Poitiers, 1985.

  • Du Pan (Colonel). Notice sur la fonderie de Ruelle. Ruelle, 1888.

  • " Fonderie de Ruelle ". In : Tesseron, Gaston. La Charente au 18e siècle. Angoulême, 1964.

    p. 44-71
  • " Fonderie Nationale de Ruelle ". In : Images de Charente. Paris, 1964.

    p. 106-108
  • Gauguié, Alcide. La Charente communale illustrée. Angoulême, 1865.

    p. 143-145
  • Herbreteau, Michel. D'une révolution, l'autre Ruelle, 1989.

    p. 206
  • " La Fonderie Nationale de Ruelle ". L'Illustration économique et financière, n° spécial, Charente, 1922.

    p. 100-101
  • L'illustration. s. d.

  • Le monde industriel. s. l. n. d.

    p. 8-20, 34-39
  • Nogues, André. La fonderie de Ruelle au service de la Royale. Ruelle, 1989.

    p. 114-116, 133-138, 160-162
  • Pinard, Jacques. L'ancienne fonderie de Ruelle (Charente) et ses transformations des projets aux réalisations des XVIIIe et XIXe siècles. In : 105e congrès national des sociétés savantes, fasc. V., Caen, 1980.

    p. 273-284
  • Quenot, J. P. Statistique du département de la Charente. Paris, 1818.

    p. 457-458
  • Turgan. Les grandes usines de France. t. VII. Paris, 1874.

    p. 1-96
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Van Riesen Wulf