Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fermes

Dossier IA17013136 réalisé en 2007

Fiche

Voir

Aires d'étudesRochelle faubourgs (La)
Dénominationsferme
AdresseCommune : La Rochelle
Lieu-dit : la Pallice Laleu

Jusqu´à la crise du phylloxéra, la viticulture était la principale activité de Laleu. D´autres cultures (maraîchères et céréalières) furent également pratiquées. Il est donc tout à fait naturel qu´une part prépondérante du bâti ancien recensé ait eu, à une époque ou une autre, une fonction agricole. A partir des années 1960, les exploitations agricoles disparaissent progressivement. Dans sa monographie consacrée à Laleu, Pierre Grima souligne que la petite taille des exploitations, l´importance des investissements à effectuer pour l´acquisition de nouveaux matériels et la rentabilité supérieure du travail dans d´autres secteurs (usines, pêche etc.) ont pesé dans cette évolution. La dernière ferme du secteur a cessé son activité en 1994.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

Comme cela vient d'être exposé, une part très importante du bâti était constitué de fermes. Dans la mesure où il s'agit d'une dénomination renvoyant à une fonction n'ayant plus cours, et par conséquent d'un bâti largement remanié, il est illusoire de prétendre à l'exhaustivité en la matière. Les éléments recensés comme tels sont donc ceux qui présentent toujours une architecture et/ou une cohérence d'ensemble significatives. En matière d'implantation sur le secteur étudié, on peut dresser pour les fermes le même constat que pour les châteaux et manoirs. Ces dernières se concentrent en effet au coeur du bourg ancien et les exemples d'exploitations isolées ou en écart sont rares. On en dénombre seulement trois à Pampin, La Bergerie et La Passe. Les mêmes motifs d'explications que pour les manoirs peuvent à priori être invoqués. Le fait que ce territoire ait relevé d'une communauté de moines bénédictins, et d'une seigneurie unique du XIème siècle à la Révolution, semble être à l'origine d'un développement centralisé dans le cadre d'un habitat groupé établi le long de la route reliant La Rochelle à La Repentie. Plusieurs fermes observées sont établies autour d'une cour auxquelles on accède via un portail. On retrouve là le panel classique des ensembles sur cour avec des longères implantées perpendiculairement à la voie, des ensembles de plan en L ou en U. Certains de ces ensembles (notamment rue de Passy et rue de La Muse) correspondent à de riches exploitations viticoles et abritent également un manoir. Les portails qui en marquent l'entrée sont alors plus imposants et plus finement travaillés. A côté de ces derniers, un grand nombre de fermes nettement plus modestes sont regroupées autour de querreux. Les anciens bâtiments d'habitation et d'exploitation (greniers, remises, chais etc.) sont ainsi implantés de manière particulièrement dense autour d'espaces de travail et de stockage communs où se tenaient bien souvent un puits. Ces querreux sont reliés entre eux par un réseau de venelles et passages couverts selon une organisation que l'on peut par exemple observer à Puilboreau, un autre ancien bourg viticole situé à proximité de La Rochelle. Du fait de cette organisation, et malgré la cessation des activités agricoles, les destructions, transformations et divisions auxquelles ont été soumises les fermes, Laleu a conservé son identité. Comme se plait à le souligner Pierre Grima dans l'ouvrage qu'il lui a consacré, « Laleu est aujourd'hui un village en ville ».

Décompte des œuvres repérées 49
étudiée 0
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle (c) Communauté d'Agglomération de La Rochelle - Cussey Yann