Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA00046758 réalisé en 1977

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesgrange, étable, cour, hangar agricole, toit à porcs
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonVallée de la Vienne - Lussac-les-Châteaux
AdresseCommune : Gouex
Lieu-dit : La Bussière
Cadastre : 1811 A 14-16 ; 2019 OA 10-12

Indiquée sur la carte de Cassini, la ferme de la Bussière comprend 2 ensembles de bâtiments laissant supposer une ferme importante au début du 19e siècle. L'état des sections de 1817 indique la présence de 2 logis (A 14 et A 16), dont 1 comprenant 7 ouvertures, signe d'une certaine importance à l'époque. Elle n'est pas exploitée par son propriétaire mais mise en ferme.

En 1871, la maison la plus importante, cadastrée A 14, est détruite et un logis plus petit est construit en 1872, puis agrandi autour de 1885. Sur la parcelle A16, en 1875, un bâtiment rural est transformé en maison d'habitation, peut-être à l'issue de la destruction de l'ancien logis qui devait se trouver réuni à la grange qui figure sur le plan cadastral de 1811. Il est agrandi avec une nouvelle maison en 1876. Les deux maisons sont réunies en une seule et même habitation en 1926. C'est celle qu'on peut voir en place aujourd'hui.

En 1882, l'ensemble appartient à Alexandre Escouault qui est également propriétaire de la ferme de Monjoin, située au nord-est, ce qui explique probablement les caractéristiques architecturales propres à ces 2 fermes uniquement, comme les baies à arc en plein-cintre à clé saillante. Il exploite également un four à chaux situé sur une parcelle au sud-ouest de la ferme et aujourd'hui disparu.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle, 2e quart 20e siècle, 4e quart 19e siècle
Dates1872, daté par source
1875, daté par source
1876, daté par source
1885, daté par source

La ferme de La Bussière est construite à l'est de la route menant de Gouex à Verrières (D 31) et on y accède par un chemin de terre. Elle se situe sur un plateau en haut d'un coteau dominant le ruisseau du Goberté, où des grottes ont révélé, lors de fouilles de la fin du 19e siècle, des restes de grands mammifères.

Les bâtiments sont construits en moellon de pierre calcaire monté en assises régulières et enduits (hormis les toits à porcs).

Un premier ensemble de bâtiments s'organise autour d'une cour ouverte au nord, composé à l'ouest d'un logis prolongé d'une étable, au sud d'un hangar accosté de 2 remises et à l'est d'une grange à ouverture en gouttereau. Le logis en rez-de-chaussée est composé de deux ouvertures et couvert de tuiles creuses. Dans son prolongement vers le nord, une étable, peut-être une ancienne bergerie, se compose de deux portes et deux baies en arc en plein-cintre réalisés en brique, avec appui et clé saillante en pierre calcaire. Les autres encadrements sont en pierre de taille harpée, comme les chaînages d'angle. Au bout de ce bâtiment, un atelier avec deux ouvertures a été ajouté ultérieurement. Le hangar, sur poteaux en bois est couvert de tuiles plates. Il s'appuie vers l'est sur une petite étable à deux niveaux, avec baie fenière à encadrements en bois. La grange située à l'est comprend trois ouvertures visibles : sur la façade ouest une haute porte charretière et une porte d'étable ; sur le pignon nord, un jour.

Le second ensemble se situe à l'ouest du premier et comprend un logis, une remise ou petite étable et des toits. La façade ouest du logis présente trois ouvertures dont deux portes, traces de la séparation en deux habitations qui existaient avant 1926. Il se compose d'un rez-de-chaussée et comble à surcroît, éclairé par des jours. Sur la façade est on peut voir une baie fenière donnant accès au comble. En vis à vis se trouvent des toits à porcs ou une petite étable composée de quatre portes et deux lucarnes également en brique en plein-cintre. La végétation empêche toutefois de s'approcher davantage.

La grange qui avait été repérée lors de l'inventaire de 1977 n'est plus visible, elle a dû être détruite.

Murscalcaire moellon enduit partiel
Toittuile creuse, tuile plate mécanique, ciment en couverture, tôle ondulée
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesen rez-de-chaussée, rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Typologiesferme à bâtiments dispersés ; grange à façade en gouttereau
État de conservationdétruit après inventaire, envahi par la végétation
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Gouex, plan parcellaire du cadastre napoléonien, section A. par MM. Vignaud et Guignard, 1811.

    1ère feuille Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 4970
Documents figurés
  • Carte générale de la France. [Charroux]. N°68. Feuille 104 / [établie sous la direction de César-François Cassini de Thury], 1770-1773.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Renaud Madeleine - Favreau Myriam
Favreau Myriam

Archiviste de 1998 à 2018. Chercheuse à l'inventaire du patrimoine depuis 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.