Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA79014620 réalisé en 2019

Fiche

Parties constituantes non étudiéesclôture, verger, cour, puits, four, pressoir, grange, écurie, étable
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Thouarsais - Saint-Varent
AdresseCommune : Glénay
Adresse : 10 rue
de la Mairie
Cadastre : 1830 A 690 , 691 , 692 ; 2017 OA 997

Le logis de cette ancienne ferme daterait du 15e siècle comme en témoignent la disposition intérieure, les massives cheminées à corbeaux sculptés, les baies chanfreinées et l’évier. Le logis se prolongeait à l’ouest comme l’attestent les jambages en partie sciés d’une cheminée et les ouvertures bouchées présents sur le mur pignon ouest. Le logis se prolongeait aussi à l’est comme en témoigne la travée de fenêtres sciée. D’après certains textes le four de la ferme serait le four banal du bourg. Situé proche de l’église et du cimetière, l’accès se faisait par la cour de la ferme.

En comparant le cadastre napoléonien de 1830 et le plan rénové de 1939, il est possible de voir des transformations. Le logis formant un L et ses dépendances autour de la cour, ont été soit transformées, soit détruites. Le bâtiment en retour du logis aujourd’hui plus large, date de la fin du 19e siècle. Le pavillon sud accolé à sa façade est un vestige plus ancien du logis comme l’atteste la présence de sa corniche en brique plate. Les dépendances ont subi d’importantes transformations à l’ouest et au sud. La partie nord-ouest, est aujourd’hui indépendante de la ferme.

Période(s)Principale : 15e siècle , daté par source
Secondaire : 19e siècle , daté par source

Cette ferme en éléments dissociés de plan en L est construite autour d'une cour et composée d'un logis prolongé dans sa partie sud-est d'un bâtiment, probablement une ancienne grange-étable transformée en maison d'habitation. Dans le prolongement ouest du logis, un bâtiment abrite le four. De l’autre côté de la cour sont situés dans un bâtiment rectangulaire : la grange, l'écurie, l'étable et le pressoir.

Le logis de plan rectangulaire sur deux niveaux se situe en fond de cour. Couvert d’une toiture en tuile, il est enduit au ciment et percé de baies (sans doute des anciennes croisées comme en témoigne la traverse conservée sur l'une d'elles) chanfreinées en granite. On accède au rez-de-chaussée par la porte piétonne d'origine. Une seconde porte et une baie rectangulaire ont été percées dans cette façade principale. L'étage est éclairé en partie ouest par une fenêtre à traverse. On remarque également les traces d'une ancienne baie entravée par la construction en équerre à l’est et la présence d'une pierre d’évier est en saillie.

A l'intérieur l'escalier droit en granite est au centre de la pièce. Les cheminées en granite à corbeaux sculptées, des deux niveaux sont accolées au mur pignon ouest. Au rez-de-chaussée, deux portes murées sont présentes sur les murs nord et ouest. A l’étage le mur sud conserve sa pierre d’évier et les vestiges de coussièges encadrant les fenêtres. Le mur nord présente des vestiges de fenêtres murées.

Perpendiculairement, la maison de plan rectangulaire est construite sur deux niveaux en moellon de granite, elle est surmontée d'un toit à croupes en ardoise. Les façades sont enduites et les avant-toits sont fermés par une génoise. La façade principale sur rue est est percée de trois travées. La porte, en travée centrale, est accessible par une volée de trois marches. Les fenêtres de l’étage conservent leurs ferronneries. La façade ouest accolée au logis est percée d’une porte en rez-de-chaussée et une haute souche de cheminée coiffe la toiture en partie nord-ouest. La façade sud est percée d’une fenêtre à l’étage et est prolongée par un pavillon en rez-de-chaussée. De plan carré, il conserve une porte à encadrement granite et une corniche en briques plates sous la toiture basse en pavillon. A l’intérieur, l’escalier en bois à petit jour est conservé en partie centrale et dessert les étages.

Sous l’appentis en tôle ondulé accolé au pignon ouest du logis, sont présents des jambages en granite d’une cheminée et son conduit en brique. Les murs pignons est et ouest ainsi que le mur nord présentent des poutres sciées et des ouvertures bouchées.

Le bâtiment ouest en fond de cour conserve un four à pain. De plan rectangulaire, il s’élève sur un niveau en moellon de granite. Il est en partie enduit et est surmonté d’une toiture à deux pans en tuile creuse. La façade sud conserve une porte et une fenêtre en granite chanfreinés. Le four est construit au centre de la pièce. Un potager formé d’une grande cuve en moellon de granite et d’un évier, est accolé au mur pignon ouest.

Le bâtiment sud de forme rectangulaire accueille le pressoir, l’écurie et des greniers de stockage. Construit en moellon enduit, il est percé de plusieurs travées de baies en granite.

Toittuile creuse, ardoise, tôle ondulée
Plansplan régulier en L, plan rectangulaire régulier
Étages1 étage carré, comble à surcroît
Couverturestoit à deux pans pignon découvert
toit à longs pans croupe
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier droit en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour
État de conservationvestiges
Statut de la propriétépropriété d'une personne privée

Références documentaires

Bibliographie
  • Gallais, Henri. Glénay, son vieux château, son église fortifiée depuis les temps les plus reculés jusqu'à la Révolution. Niort, 1936.

    pp. 55-90 et 363- 370 Médiathèque, Thouars : Fonds Poitevin n°125
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes du Thouarsais (c) Communauté de communes du Thouarsais - Douski Laëtitia
Douski Laëtitia

Chargée d’Études à la Communauté de communes du Thouarsais de 2019 à


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.