Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme

Dossier IA23001676 réalisé en 2011

Fiche

Parties constituantes non étudiéesgrange, étable, toit à porcs, hangar agricole
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Pays Dunois - Bonnat
AdresseCommune : Méasnes
Lieu-dit : Champaville
Cadastre : 1836 E 165 ; 2008 BI 141

Le domaine de Champaville appartenait autrefois aux religieux de l'abbaye d'Aubepierre, qui y ont installé vers 1438 une famille pour le défricher, le cultiver et y bâtir deux maisons et deux granges. Plus tard, la famille s'est agrandie et de nouvelles maisons ont été construites. La ferme se compose d'un logis ancien, d'une maison plus récente, d'une grange-étable, d'une étable et d'une remise. Le logis ancien figure sur le cadastre de 1836 et pourrait dater du 18e siècle. Les bâtiments agricoles et la seconde maison qui figurent actuellement sur la même parcelle cadastrale que le logis ancien ne sont pas représentés sur le cadastre de 1836 et datent probablement de la deuxième moitié du 19e siècle ou du début du 20e siècle. Cependant, le logis ancien devait à l´origine fonctionner avec la grange-étable aujourd'hui située sur la parcelle voisine (BI 147) et à laquelle a été accolée un logis à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle.

Période(s)Principale : 18e siècle , (?)
Secondaire : limite 19e siècle 20e siècle , (?)
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

Située au centre du village de Champaville, la ferme se compose d´un logis ancien, d´une grange-étable, d´une étable et d´un hangar accolés et d´une maison plus récente. Le logis ancien est un bâtiment de plan rectangulaire s'élevant sur deux niveaux dont un étage de comble. Construit en moellon de granite partiellement enduit et marqué par des chaînages d´angle en pierre de taille, il est couvert d´un toit à longs pans en tuile plate surmonté de deux souches de cheminée en brique (situées au-dessus des pignons nord-est et sud-ouest) et d´une girouette en fer. Deux lucarnes pendantes à croupe ouvrent le pan sud-est du toit. Construites en bois et couvertes en tuile plate, elles sont sommées d´une sculpture en granite représentant une tête d´homme sur la lucarne sud-ouest et une tête de femme sur la lucarne nord-est. Ces sculptures représentent peut-être d´anciens propriétaires et pourraient avoir été ajoutées à la fin du 19e siècle, période à laquelle les souches de cheminée ont été reprises en brique. La façade sud-est du logis est ouverte sur l´extérieur par trois baies, deux fenêtres encadrant une porte en bois clouté. Toutes présentent des encadrements harpés en granite avec des linteaux droits et de larges appuis monolithes. A droite de la porte, deux évacuations d´eau de deux pierres d´évier sont visibles. La façade nord-ouest compte également trois ouvertures : une porte, une fenêtre et un fenestron. Le linteau en granite de la porte a été restauré de même que les encadrements de la fenêtre. Cette dernière comporte un linteau et un appui de grande dimension, soutenant un meneau vertical en granite sculpté en forme de colonnette. Sur le pignon nord-est est accolée ce qui devait être toit à porcs. Couvert d´un toit à un pan en tuile plate, il est en partie écroulé sur le côté sud-est. Une petite fenêtre à encadrements monolithes ouvre le côté nord-ouest. Au nord-est du logis ancien se trouve une grange-étable. De plan rectangulaire, elle est construite en moellon de granite partiellement enduit et marquée par des chaînages d´angle en pierre de taille. Son toit à longs pans est couvert en tuile plate. La partie sud-ouest de la grange-étable a été en partie reprise en béton. La partie nord-est présente en façade une porte de grange avec encadrements en granite et linteau en bois, trois portes d´étables et une baie avec encadrements harpés à linteaux droits en granite au rez-de-chaussée et une fenêtre à l´étage avec encadrements harpés à linteau droit. Le pignon nord-est compte quant à lui trois portes avec encadrements harpés à linteaux droits (granite). Face à cette grange-étable se trouve une étable à laquelle est accolé un hangar. L´étable est un bâtiment de plan rectangulaire construit en moellon de granite enduit et couvert d´un toit en tuile plate ouvert sur le pan nord-ouest par une lucarne pendante à deux pans en bois. Sur la façade nord-ouest, le rez-de-chaussée présentait à l´origine trois portes avec encadrements en bois mais l´une d´entre elles a été bouchée. Le pignon sud-ouest ne compte qu'une porte avec encadrements en bois. Un hangar construit en brique et montants en bois est accolé au pignon nord-est. Face au logis ancien se trouve une seconde maison de construction beaucoup plus récente. Bâtie sur cave, elle est couverte d´un toit à deux pans en ardoise et recouverte d´un épais crépi. Elle ne présente que deux ouvertures en façade, une porte à imposte et une fenêtre. Un escalier en granite permet d´accéder à la porte de la cave.

Mursgranite moellon enduit partiel
granite pierre de taille
brique
bois
Toittuile plate
Plansplan rectangulaire régulier
Étagesétage de comble
Couverturestoit à longs pans
Typologiesferme à bâtiments dissociés
État de conservationinégal suivant les parties
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Périodiques
  • LOURADOUR, Andrée. Création au Moyen Age du village de Champaville, paroisse de Méasnes. Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 1966, t. XXXVI (1er fascicule).

    Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Département de la Creuse - Pacquot Eglantine
Pacquot Eglantine

Chargée de recherche, Conseil départemental de la Creuse, 2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.