Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Arrondissement de Montmorillon - Saint-Savin
  • Commune Nalliers
  • Lieu-dit la Gautrelle
  • Cadastre 1826 C1 120-122  ; 2018 C1 1118, 1149
  • Dénominations
    maison
  • Parties constituantes non étudiées
    cour, grange, logement, toit à porcs, abreuvoir, hangar agricole, puits, mur de clôture, four à pain

La Gautrelle est figurée sur la carte de Cassini, au nord de l'actuelle commune de Nalliers, entre le gué du Chêne et la Cochonnière.

Les deux bâtiments les plus au sud correspondent en partie à la ferme représentée sur le plan cadastral de 1826, section C1, parcelles n° 120 à 122.

Les bâtiments les plus anciens se situent au nord de ces deux ensembles : à l'ouest le logement, avec sa façade principale à l'est, associé à une étable et au four à pain ajouté ensuite sur l'élévation postérieure ; à l'est une petite grange à façade sur le mur pignon nord. Des ensembles de dépendances sont ensuite ajoutés, plus ou moins dans l'alignement, au sud de ces deux premiers bâtiments. Certains d'entre eux ont été reconstruits après 1826, ils ne correspondent pas strictement au plan figuré sur l'ancien cadastre.

Un puits est représenté au nord de ces deux ensembles de bâtiments. Au nord de la cour, une nouvelle ferme de type " bloc en longueur " est édifiée dans le courant du 19e siècle, après 1826, rassemblant sous un même toit une grange étable à l'ouest et un logement à l'est, avec la façade principale au sud, vers la cour.

La ferme se développe ensuite vers le nord, avec un grand abreuvoir à bassin en pente douce, du même type que celui qui se trouve au Bouex, et un toit à porcs.

Dans les années 1950, Pierre Delalande devient propriétaire de quatre fermes (la Gautrelle, la Groge, Linier et les Bonnes-Terres), qui figurent déjà sur le plan cadastral de 1826, et grâce à une main d’œuvre conséquente, y fait construire plusieurs maisons sur le même modèle. Celle de La Gautrelle a été construite en 1955, à l'ouest de la cour.

Une pompe « Dragor » a alors été installée sur le puits à l'arrière du premier logement.

Des bâtiments modernes (stabulation, porcheries) sont ensuite construits à la fin du 20e siècle.

Il ne reste pas de trace visible du bâtiment cadastré C1 95, au sud de la ferme de la Gautrelle, qui était figuré comme " en ruine " (aquarellage en jaune).

  • Période(s)
    • Principale : 18e siècle, 19e siècle
    • Principale : 3e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
  • Dates
    • 1955, daté par travaux historiques
  • Auteur(s)

Cette ferme est isolée au nord de la commune, entre le gué du Chêne et la Cochonnière,sur la rive droite de la Gartempe.

Plan de la ferme, sur la base du plan cadastral.Plan de la ferme, sur la base du plan cadastral.L'ensemble est constitué de bâtiments implantés les uns après les autres. Un plan est présenté au début des illustrations. Celles-ci ont été géoréférencées pour une meilleure compréhension de l'ensemble des bâtiments constituant cette ferme.

Les deux ensembles les plus anciens, qui sont en partie figurés sur le plan cadastral de 1826, sont implantés selon un axe nord-sud et se font face ; ils constitue une ferme à bâtiments dispersés ; le logement le plus ancien se trouve au nord de l'ensemble ouest, et la grange la plus ancienne au nord de l'ensemble est.

Cet ensemble situé à l'est comprend du nord vers le sud :

- une grange couverte d'un toit à longs pans à faible pente, avec une petite porte charretière sur le mur pignon nord ;

- des dépendances.

Les bâtiments alignés au sud-ouest, comprennent plusieurs bâtiments adossés les uns aux autres, plus ou moins alignés. Le plus grand bâtiment au nord regroupe sous un même toit un ancien logement et une grange à façade en gouttereau. Un petit bâtiment, couvert en appentis, en tuiles creuses, a été adossé sur le mur contre la porte charretière, sur l'élévation ouest. Il abrite un four à pain. Au sud ont été ajoutés plusieurs dépendances agricoles (étables, bergerie, clapier, ...), plus ou moins alignées, adossées les unes aux autres ; celle la plus au nord est couverte d'un toit à long pan en tuiles plates, les autres sont couvertes de toits en appentis en tuile creuse.

À l'ouest de ces bâtiments se trouve un puits. Il a été équipé d'une pompe de marque Dragor, à tête de lion, dans les années 1950. La cour constituée avec l'implantation de nouveaux bâtiments au nord a été fermée par un muret.

Au nord de ces bâtiments les plus anciens, dans l'actuelle cour, se trouvait le puits figuré sur le plan cadastral de 1826.

Le grand bâtiment, au nord de la cour, n'existait pas sur le plan cadastral de 1826. Il renfermait sous un même toit à longs pans et croupe couvert de tuiles plates avec épi de faîtage en terre cuite :

- à l'ouest, une grange avec une porte charretière sur le mur gouttereau sud (vers la cour) ;

- à l'est, une étable et un ancien logement, les deux surmontés d'un espace de stockage accessible par deux portes hautes sur la façade sud, à encadrement en bois et linteau cintré.

Dans le logement aujourd'hui transformé en espace de stockage se trouvaient un évier et deux cheminées.

Un hangar, couvert d'un toit en appentis à faible pente, a été adossé au mur gouttereau nord.

Au nord de ce grand bâtiment, un espace correspond probablement à un ancien abreuvoir en pente douce.

Au nord de celui-ci ont été implantés un toit à porcs, puis une étable-porcherie (en partie reconstruite en parpaings) et enfin, récemment, une stabulation à bardage métallique.

Le logement, couvert d'un toit à longs pans en tuiles plates mécaniques, construit en 1955 par Pierre Delalande à l'ouest de la cour comprend un rez-de-chaussée légèrement surélevé et un étage ; la façade est ordonnancée à trois travées avec une porte centrale à laquelle on accède par quatre marches. La travée à droite comprend deux fenêtres au rez-de-chaussée. Le pignon sud est percé de deux travées. Les chaînages d'angle et les piédroits des baies sont harpés, en pierre de taille. Les appuis de fenêtres et les linteaux sont en béton.

Un hangar à poteaux en bois reposant sur des bases en béton est adossé au nord de ce logement ; il abrite dans sa partie nord une petite dépendance dont le toit pouvait servir de fenil (aujourd'hui bûcher). Un autre bâtiment plus récent englobe l'angle nord-ouest de ce hangar.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit partiel
    • béton parpaing de béton
    • métal
  • Toits
    tuile plate, tuile plate mécanique, tuile creuse, tôle ondulée
  • Étages
    1 étage carré
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • toit à longs pans croupe
  • Escaliers
    • escalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
  • Typologies
    ferme à bâtiments dispersés ; logement 3 à travées ; logement à étage ; logement à porte centrale ; grange à façade en gouttereau ; ferme bloc en longueurs ; grange à façade en pignon
  • Statut de la propriété
    propriété privée