Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite Logis de Mortefond

Dossier IA79002538 réalisé en 2004

Fiche

Dossiers de synthèse

AppellationsLogis de Mortefond
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonCelles-sur-Belle - Celles-sur-Belle
AdresseCommune : Celles-sur-Belle
Lieu-dit : Mortefond
Adresse : 19 rue du
Logis de Mortefond
Cadastre : 1818 B2 1012, 1019 ; 1981 AL 41, 44

Le logis de Mortefond aurait été construit et habité vers l'an 1500 par un comte de Champagne de Suze ; mais, d'après les propriétaires actuels, le logis remonterait au 13e siècle. En 1731, le seigneur du logis aurait été Louis Hubert de Champagne et quelque temps avant 1789, il était habité par Jeanne de Paix. En 1789, le logis est possédé par Antoine Cesar.

Période(s)Principale : 13e siècle , (?)
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle

Le plan du logis de Mortefond est simple : un corps principal divisé en trois pièces rectangulaires et complété à droite par une cuisine et des dépendances. A l'extérieur une tour est flanquée sur la droite de la façade. Le plancher du rez-de-chaussée a été rehaussé d'un mètre cinquante environ à cause des inondations. A l'intérieur du logis se trouvent plusieurs cheminées, au rez-de-chaussée et aux étages ; celle de la pièce principale a, d'après les propriétaires, été restaurée au 19e siècle ; les autres n'auraient fait l'objet d'aucune restauration. Sur les longs côtés, de part et d'autre de la pièce principale, court une corniche moulurée. La plupart des ouvertures sont chanfreinées et dotées d'appuis saillants moulurés. L'escalier en vis de la tour est d'origine, les marches sont polies et marquées par le passage qui s'y fait depuis des siècles. Cette tour était probablement un étage d'habitation car il y a des coussièges à l'intérieur. On entre dans la propriété par portail à piles.

Murscalcaire
enduit
moellon
Toittuile creuse
Couverturestoit à longs pans
Escaliersescalier intérieur
Typologiesferme à bâtiments disjoints ; logement à façade en pignon
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Mortefond vient de Mortefontaine ou de fontaine morte.

    "Il existe encore dans ce village un vieux château connu sous le nom « Le Logis de Mortefonds » et qui fût construit et habité vers l'an 1500 par un Comte de Champagne de Suze.

    Cette demeure seigneuriale comme tant d'autre a eu à souffrir des vicissitudes des temps, une partie a été détruite, mais on peut juger facilement ce qu'il en était par ce qui reste.

    Des douves l'entouraient et lui servaient comme moyens de défenses, on peut voir encore au-dessus d'une porte qui se trouve percée dans une espèce de pyramide de forme pentagonale ressortant légèrement en avant du gros corps du logis, des espèces de meurtrières agencées de façon à défendre l'entrée. Cette porte donne accès à l'escalier qui conduit aux étages supérieurs et dont la cage se trouve dans l'espèce d'avant-corps, dont il est question ci-dessus. A l'intérieur les cheminées sont ornées de moulures très remarquables et au-dessus de chacune d'elle, se trouvent des caches entourées par ces moulures très variées et très élégantes.

    Le logis de Mortefonds était autrefois entouré de bois. Un terrain qui touche aux bâtiments, porte encore le nom de « JOSEME » et un autre qui était également de la dépendance, celui de la Chaignée « CHESNAIE ».

    Un lavoir qui se trouvait dans le pré attenant aussi au logis, porte le nom de Bellivy (les belles y viennent), c'était là sans doute où dès l'époque, les femmes venaient battre leur linge.

    Le fief de Mortefonds de 350 livres de rente, était des dépendances de la Baronnerie de Saint-Romans, dont est Seigneur, Monsieur le Marquis de la Varenne, Gouverneur de la Flèche en Anjou.

    J'ai trouvé dans une déclaration de domaine et faite au Seigneur de Mortefonds, que ce dit Seigneur était en 1731, Louis Hubert de Champagne, Chevalier Seigneur Marquis de Champagne, Baron de Saint-Romans et autres places et demeurait au dit Mortefonds.

    Ce château était habité quelques temps avant 1789 par une nommé Jeanne de Paix, qui était comtesse et Baronne de Saint-Romans, Mortefonds et autres lieux. On raconte que cette dame avait une biche apprivoisée qu'elle affectionnée beaucoup et qui la suivait partout dans toutes ses petites excursions. Souvent la Baronne entrait dans les jardins environnants, pour chercher la jeune pousse des choux un peu avant qu'il soit en fleur, pour donner à sa biche quand alors, elle apercevait quelqu'un propriétaire ou autre, elle criait : A la voleuse.

    En 1789, le logis de Mortefonds était possédé par Antoine CESAR, Duc de Choiseul Praslin, fils du précédent".

    Texte extrait du manuscrit original par L. Daniau en 1803 et repris par J. Bain le 15 septembre 1879.

  • Logis de Mortefond

    Visite du logis de Mortefond,

    du 29 juillet 1760.

    « ...La fermeture de la porte de la garaine est neuve de bois blanc soutenue par deux gons et deux ardivelles, sans autres ferrures ; laditte garaine est en bois taillis de coudres et d'épines de l'âge de quatre ans ; il n'y a que un ? balivau de mauvaise nature et quelquesnouveaux balivaux ; les murs de laditte garaine du costé du chemin qui conduit à Verine sont assés en bon estat si ce n'est le coin qui a besoin d'estre relevé, les autres murs de ladite garaine ont besoin d'estre relevés ... ».

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 8936/A.D. Deux-Sèvres. 3 E 8937. 10 juillet 1759 : ferme, le fondé de pouvoir de monseigneur César Gabriel de Choiseul. 1760, 29 juillet : procès-verbal de visite. 31 décembre 1760 : procès-verbal de visite.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10382, folio 96. 30 juin 1713 : inventaire des meubles et effets délaissés par messire Hubert Jérôme de Champagne, chevalier, seigneur comte de Villaine, à la requête de dame Madeleine Françoise de Champagne de La Suze, sa veuve.

  • A.D. Deux-Sèvres. 3 E 10390 folio 75. 9 avril 1729 : procès-verbal de visite de la métairie de la Ronze à la requête de messire Louis Hubert de Champagne, chevalier seigneur marquis de Champagne, demeurant en son logis noble de Mortefonds, paroisse de Verrines.

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Liège Aurélie - Renaud Geneviève