Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme dite Conchemarche

Dossier IA17045073 réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, grange, étable, puits
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde - Agglomération Royan Atlantique
AdresseCommune : Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet
Cadastre : 1832 C 1336 bis ; 2009 OH 640

La métairie de Conchemarche appartient en 1769 à Jacques Bernard, seigneur des Rivières, également propriétaire de la Richarderie. Le 5 novembre de cette année, ses métayers, Pierre Seguin et Marianne Mottay marient leur fille à Elie Perrault. Peu après, Conchemarche est séparée de la Richarderie et acquise par Charles Samuel Pyniot, seigneur de la Largère et de Girondin. D'une famille protestante originaire du Poitou, il a épousé en 1733 à Saint-Sauvant, près de Saintes, Anne Julie de Clerveaux. Parmi leurs enfants, Marie Madeleine Esther Pyniot épouse à Cognac le 30 novembre 1788 Jacques Henri de La Porte, seigneur de la Richarderie et des Salles de Rioux. Elle lui apporte Conchemarche et peut-être aussi la métairie de la Champagne. Conchemarche est ainsi de nouveau réunie à la Richarderie. La ferme de Conchemarche présente plusieurs éléments antérieurs à la Révolution. La date 1777 est inscrite au sommet de la façade du logis, au-dessus d'une petite baie en arc segmentaire. Sur la façade de la grange-étable, on observe une baie à encadrement chanfreiné, également caractéristique de l'Ancien Régime. A l'intérieur, se trouve une niche en cul-de-four qui peut laisser penser que ce lieu a abrité une chapelle. Ce culte éventuel pouvait être lié au puits qui se situe à proximité, vers l'ouest : dans ce puits, se trouvent en effet deux autres niches, plus petites, qui ont pu recevoir des statuettes. En 1824, Marie Madeleine Esther Pyniot, veuve et sans enfants, lègue par testament Conchemarche, la Richarderie et la Champagne à ses neveux (enfants de sa soeur Françoise et de son mari, Jacques Bernard, seigneur de Luchet, mariés dans la religion protestante en 1769) : François Bernard, chevalier de Luchet ; Charles Samuel Pierre Jacques Bernard de Luchet, ancien notaire à la Guadeloupe ; Marie Lucie Bernard de Luchet, épouse de Barthélémy Lecoq de Boisdaudran ; et Mme Nouel. En 1832, le premier rachète leur part à ses frère et soeurs. La même année, le logis et la grange-étable de Conchemarche apparaissent sur le plan cadastral de 1832. François Bernard de Luchet vend ses trois domaines, dont Conchemarche, en 1843 à Léon Bernard Sarasin, propriétaire à Saintes. Quelques mois plus tard, ce dernier revend Conchemarche à Eugène Bibard, marchand épicier demeurant à Mortagne. Selon le cadastre, Eugène Bibard fait reconstruire une partie des bâtiments en 1872. Ces réaménagements ont pu aussi concerner une partie du logis. En 1901, la ferme appartient en indivision à Emile Bibard et Alcide Glaineau, puis est acquise en 1920 par Emile Laffond époux Bibard. Passée à la famille Monat puis à la famille Longeard, la ferme est rachetée en 1956 par René Gruget. Consacrée à l'élevage, elle est encore aujourd'hui en activité.

Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 19e siècle
Dates1777, porte la date
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

La ferme de Conchemarche est située au bord des marais, au pied du coteau calcaire, légèrement en hauteur pour éviter l'inondation. Outre des bâtiments d'exploitation moderne, la ferme comprend pour l'essentiel un logis, prolongé à sa droite, sous le même toit, par une ancienne grange devenue habitable ; et une grange-étable à sa gauche. Vers l'ouest encore se trouvent le puits et, aménagés dans la roche, des toits. La façade du logis est placée sur le mur pignon, de même que celle de la grange-étable. Cette dernière intègre des boulins ou trous à pigeons.

Murscalcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse
Étagesen rez-de-chaussée, comble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
pignon
Typologiesferme à bâtiments séparés ; grange à façade en pignon
Techniquessculpture
Représentationscoquille
Précision représentations

Une des deux niches qui se trouvent dans le puits est ornée d'une coquille sculptée.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Acte de vente de la propriété de la Richarderie par François Bernard de Luchet vend à Léon Bernard Sarasin, le 15 mars 1843 (Archives départementales de Charente-Maritime. 3E 90/191) :

    François Bernard de Luchet vend à Léon Bernard Sarasin la propriété de la Richarderie consistant en trois métairies : la première appelée la Richarderie, composée de maison de maître, bâtiments d´habitation pour le colon et d´exploitation, de terres labourables, de prés, de vignes et de bois ; la seconde appelée Conchemarche, composée de bâtiments d´habitation et d´exploitation, de terres labourables, de vignes et de prés ; la troisième appelée la Champagne, composée de bâtiments d´habitation et d´exploitation, de terres labourables et de prés. Cette propriété est exploitée par Théodore de Guitard depuis 1839.

    Le vendeur a acquis ces biens par acte du 15 novembre 1832 devant Me Pillet, notaire à Cozes, auprès de ses frère et soeurs, Charles Samuel Pierre Jacques Bernard de Luchet, Mme Lecoq de Boisbaudran et Mme Nouel. Tous les quatre en avaient hérité de leur tante, Marie Madeleine Esther Pyniot, veuve de Jacques Henri de La Porte, selon testament du 9 janvier 1824 passé devant Me Hurret, notaire à Saintes. Elle même en était propriétaire comme héritière de ses parents.

  • Acte de vente de la métairie de Conchemarche par Léon Bernard Sarasin à Clément André Eugène Bibard, le 16 novembre 1843 (Archives départementales de Charente-Maritime. 3E 90/191) :

    Clément André Eugène Bibard, marchand épicier demeurant à Mortagne, achète à Léon Bernard Sarasin, propriétaire à Saintes, une métairie située au lieu de Conchemarche, commune de Saint-Seurin-d´Uzet et de Mortagne, comprenant 19 pièces de terres, la maison et la grange, pour un total de 14 hectares 64 ares. La vente est consentie pour 19500 francs. M. Sarasin avait acheté ce bien de François Bernard, chevalier de Luchet, demeurant à Paris, par acte du 15 mars 1843 devant Me Million, notaire à Mortagne.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Charente-Maritime. 3E 90/191. 1843, 15 mars : acte de vente de la propriété de la Richarderie par François Bernard de Luchet à Léon Bernard Sarasin.

  • Archives départementales de Charente-Maritime. 3E 90/191. 1843, 16 novembre : acte de vente de la métairie de Conchemarche par Léon Bernard Sarasin à Clément André Eugène Bibard.

  • 1832-1931 : cadastre de Saint-Seurin-d'Uzet, plan, tableau indicatif des propriétés foncières ou état de section, et matrices des propriétés foncières.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 4054 à 4057 et 5295
  • Archives de l'évêché de La Rochelle, 1 Z 9. Marcel Pelisson, Histoire de Saint-Seurin-d'Uzet, 4 volumes manuscrits, 1913-1921.

    fol. 202
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.