Dossier IA86010417 | Réalisé par
Dujardin Véronique (Rédacteur)
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Ferme, aujourd'hui maison
Auteur
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Archives départementales de la Vienne

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Arrondissement de Montmorillon - Montmorillon
  • Commune Jouhet
  • Lieu-dit la Sarigaudière
  • Adresse
  • Cadastre 1840 D2 487  ; 2016 D2 494
  • Dénominations
    ferme
  • Parties constituantes non étudiées
    grange, étable, puits, four à pain, mare, hangar agricole

La grange nord, le four à pain et le logement correspondent à ce qui est figuré sur le plan cadastral de 1840, feuille D2. Les autres bâtiments, y compris le hangar avec des éléments anciens en remploi, sont postérieurs à 1840.

Il s'agit d'une ancienne propriété du comte de Moussy. Elle appartient à une même famille depuis 1915.

Elle n'avait pas été étudiée dans le cadre du pré-inventaire de 1976.

La ferme de la Sarigaudière est située au sud du hameau de Rillé, à l'est de la ferme du Terrier.

Les bâtiments sont organisés autour de deux cours. Au nord de la cour nord se trouve une grange-étable à façade sur le mur gouttereau sud. Elle est couverte d'un toit à longs pans en tuile creuse. La partie grange avec la porte charretière à linteau en bois se trouve à l'ouest tandis que les étables surmontées d'espaces de stockage se répartissent l'espace à l'est du bâtiment. Les portes d'étable sont surmontées d'un arc de décharge en brique. Un puits se trouve à l'intérieur de la grange.

Un hangar ferme la cour nord à l'ouest. Il est construit avec des poteaux de récupération mis en place sur des bases en pierre et ne figure pas sur le plan cadastral de 1840.

A l'est de la cour se trouve au nord un bâtiment isolé correspondant à un ancien four à pain. Il est couvert d'un toit à deux pans dont l'un, vers l'ouest, est restreint à trois rangées de tuiles creuses. Sur sa façade occidentale, les piédroits de la porte sont en brique tandis que qu'une grande fenêtre murée présente un encadrement en bois. Une extension couverte en appentis lui est accolée au sud.

Plus au sud se trouvent une bergerie et un toit à porcs regroupés sous un même toit en appentis et adjacents avec une dépendance agricole qui s'ouvre sur la cour sud. Devant la bergerie se trouve un puits à margelle circulaire monolithe posée sur quelques assises maçonnées. L'espace situé en avant du toit à porcs est enclos de murets. L'une des portes du toit à porcs présente un linteau cintré en brique surmonté d'une large baie permettant d'accéder à un espace de stockage. les piédroits de la porte et de la baie sont communs et également en brique. La porte sud du toit à porcs présente un encadrement en bois. La dépendance a été plusieurs fois agrandie vers le nord, ainsi qu'un témoignent des reprises et deux chaînages d'angle repris dans la maçonnerie lors de l'extension des bâtiments vers le sud. On distingue également le linteau en bois d'une porte charretière disparue. Trois trous à avec pierres d'envol ont été aménagés dans le mur pignon sud.

Les logements, répartis sous deux toits adjacents, séparent les deux cours. Une croix a été peinte à la chaux sur la porte de la façade nord du logement oriental. Son encadrement comme celle de la fenêtre à sa droite a aussi été peint en dessinant de faux piédroits harpés. C'est l'un des rares témoignages de cette pratique, courante au début du 20e siècle, qui subsiste sur la commune de Jouhet, avec celles de la ferme de la Canne et d'une bergerie à la Vigerie.

Le sud de cette première cour est occupé par la façade postérieure des logements adjacents. Le logement oriental est constitué d'un rez-de-chaussée et d'un comble à surcroît. Son toit est un peu plus bas que celui du logement ouest qui comprend un rez-de-chaussée et un combe à surcroît avec des lucarnes refaites. Les deux logements présentent des pierres d'évier régulières en saillie sur la façade sud.

Une mare creusée récemment complète l'ensemble sur la parcelle cadastrée D2 456.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • calcaire moellon enduit partiel
  • Toits
    tuile creuse
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
  • Typologies
    ferme à bâtiments dispersés ; grange à façade en gouttereau ; croix peinte à la chaux
  • Techniques
    • peinture
  • Représentations
    • croix
  • Précision représentations

    Croix peinte à la chaux sur la porte d'une dépendance.

  • Statut de la propriété
    propriété privée
Date d'enquête 2016 ; Dernière mise à jour en 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers