Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, actuellement maison

Dossier IA17043916 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescour, chai, étable
Dénominationsferme, maison
Aire d'étude et cantonEstuaire de la Gironde - Communauté de communes de Haute-Saintonge
AdresseCommune : Saint-Dizant-du-Gua
Lieu-dit : le Sap
Adresse : 136 route du
Sap
Cadastre : 1832 E 46 ; 2009 AS 421

Le logis garde des traces importantes de sa période probable de construction, le 18e siècle : larges ouvertures sur le mur pignon ouest, aujourd'hui murées, avec appui saillant ; escalier en pierre de taille à l'intérieur. Dans la seconde moitié du 18e siècle, le domaine appartient à François Louis Pierre Landreau, sieur de Saint-Paul, commissaire de la marine. Né en 1730, veuf en 1773 de Modeste Fourchaud, il se remarie en 1774, à Saint-Bonnet-sur-Gironde, avec Anne Levesque. Officier municipal de Sainrt-Dizant au début de la Révolution, il décède le 20 août 1790. Nés de ses deux mariages successifs, ses enfants se partagent ses biens, dont le domaine du Sap, le 1er juillet 1800. En 1832, lorsque le cadastre de Saint-Dizant est établi, le domaine appartient à Louis-Christophe-Annibal Brossard. Selon le cadastre, la ferme est vendue en 1848 à Bernard-Eugène Chasteauneuf, médecin dans le bourg de Saint-Dizant. Ce dernier en vend une partie en 1859 à Jacques-Pierre Mazurier, et en conserve l'autre. Passées en plusieurs mains successives, les deux parties sont de nouveau réunies en 1950 par Maurice Brizard. Le plan cadastral de 1832 figure les bâtiments du domaine selon une disposition identique à aujourd'hui. Le chai situé à l'arrière du logis, en appentis, a probablement été construit dans les années 1850-1870, époque de prospérité pour la viticulture, tout en conservant des éléments plus anciens (par exemple l'appui mouluré de la baie du comble du chai, sans doute du 18e siècle). Le logis a connu des reprises au cours des 19e et 20e siècles. La cheminée qui se trouve à l'intérieur, au rez-de-chaussée, semble dater du 18e siècle, sauf le foyer, repris à la fin du 19e siècle. A l'avant du logis se trouvait un appentis ou ballet qui a été abattu dans les années 2000.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

Cette ancienne ferme comprend une étable à l'ouest d'une cour, un logis au nord de cette dernière, et un chai accolé au logis, en appentis, au nord. Le logis est constitué d'un étage et d'un comble. Sa façade principale, orientée au sud-ouest, présente deux travées et trois baies au rez-de-chaussée. Elle est couronnée par une corniche. Sur le mur pignon ouest, dont la base est évasée, on observe une travée d'ouvertures qui comprend une large baie au rez-de-chaussée, une autre à l'étage, toutes deux murées, et un oculus au comble. Les deux grandes baies possèdent un appui saillant. Au-dessus de celle de l'étage, on remarque un arc de décharge. A l'intérieur du logis se trouve un large escalier en pierre de taille, rampe sur rampe, et une cheminée à montants, linteau et hotte moulurés. Le chai se distingue par sa porte en arc surbaissé et sa fenêtre en arc en plein cintre, en plus de la baie du comble avec son appui mouluré.

Murscalcaire
enduit partiel
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse
Étages1 étage carré, étage de comble
Couverturestoit à longs pans
Typologiesferme à bâtiments séparés
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • Partage des biens de feu François Louis Pierre Landreau Saint-Paul, 1er juillet 1800 (12 messidor an 8) (Archives départementales de Charente-Maritime, 3E 70/603) :

    Sont présents Rémi François Jean Landreau, marchand, demeurant à Bordeaux ; Emery Jean Habrard Létage, propriétaire au lieu de l´Etage, commune de Saint-Ciers-du-Taillon, curateur de Pierre Michel Grégoire Landreau, majeur mais détenu depuis plus de deux ans dans les prisons d´Angleterre, de Jean François Isidore Landreau et de Luce Marie Félicité Landreau, ces deux encore en bas âge ; Marianne Antoinette Félicité Landreau et Marianne Léontine Landrzau, demeurant toutes deux au Sap, mineurs émancipées.

    Ils font le partage des biens laissés par leur père, François Louis Pierre Landreau Saint-Paul, décédé en 1790, en requérant l´expertise de Christophe Macaire, architecte, demeurant à Lorignac (concepteur du château de Romaneau et, probablement, de celui du Pible et du logis de Morisset). Ces biens consiste en "un domaine appelé le Sap, commune de Saint-Dizant, composé de maison de maître et de métayers et autres servitudes, des deux métairies, l´une exploitée par le citoyen Gai et l´autre par le citoyen Bernard ; d´un autre domaine situé au lieu de Saint-Paul, commune de Clion, indivis avec le citoyen Jean Jacques Monnereau qui en a la moitié ; en quatre parties de marais salants contenant environ douze livres, situés dans les communes de Saint-Sorlin-de-Marennes et Saint-Juste".

    Les biens sont partagés en six lots. Le premier est attribué à Luce Marie Félicité Landreau : "une grande chambre appelée salle et une autre chambre haute au-dessus, faisant le coin de la maison de maître au couchant, plus une écurie neuve, une petite grange à foin au midi, le tout formant un même corps de bâtiments, y compris deux toits qui sont attenants à la dite écurie et grange".

    Le second lot va à Marianne Léontine Landreau et est composé de « la pièce d´entrée de la maison de maître où est construit l´escalier, la chambre à droite de la dite entrée et la chambre haute au-dessus, avec les issues au devant à prendre suivant la droite ligne qui les sépare d´avec la susdite salle attribuée au premier lot (...) ; plus deux tiers de la grange d´en-haut à prendre dans l´appent du midi, sur dix-huit pieds de largeur dans l´intérieur et dans toute la longueur de la dite grange ; plus le petit parc qui joint cette portion et les issues en dépendant".

    Le troisième lot est attribué à Jean François Isidore Landreau et est composé "des deux chambres du métayer d´en-haut, de la fournière, buandrie, avec ses bujoirs, ainsi que des issues qui dépendant des dits bâtiments ; du petit chai à vin joignant les latrines, dont la porte qui donne sur le jardin sera bouchée, et il en sera ouvert une sur les issues du côté levant ; la porte de la fournière qui donne sur le dit jardin sera également bouchée ; plus la moitié du restant de la grange d´en-haut, d´un des deux parcs à moutons qui sont à l´égoût et au nord de la dite grange".

    Le quatrième lot va à Marianne Antoinette Félicité Landreau et est composé "des deux petites chambres qui sont placées entre le logement du métayer d´en-haut attribué au troisième lot, et la chambre attribuée au deuxième lot ; plus de la chambre où couche la domestique qui se trouve à côté de la cuisine ; plus des deux chais à bois, plus des latrines qui ouvrent sur le dit jardin, plus du dernier tiers de la grange d´en-haut, y compris uin parc à mouton y joignant et placé à l´égoût du côté nord ; plus la moitié du jardin situé au nord de tous les dits bâtiments, à prendre du côté levant".

    Le cinquième lot, attribué à Pierre Michel Grégoire Landreau, comprend notamment "la chambre qu´occupe actuellement le métayer d´en bas, plus la cuisine et la grange d´en bas, plus l´autre moitié du jardin à prendre du côté couchant, y compris le pigeonnier".

    Le sixième lot, attribué à Rémi Jean François Landreau, comprend la moitié du domaine de Saint-Paul.

    Tous les bestiaux présents dans les deux métairies du Sap seront partagés entre les cinq premiers lots.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Charente-Maritime. 3E70/603. 1800, 1er juillet : partage des biens de François Louis Landreau Saint-Paul.

  • A. D. Charente-Maritime. 3P 3326 à 3339. 1834-1970 : état de section et matrices cadastrales. A. D. Charente-Maritime. 3P 4916. 1832 : plan cadastral de Saint-Dizant-du-Gua.

Documents figurés
  • 1832 : plan cadastral de Saint-Dizant-du-Gua.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3P 4916
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur du patrimoine, directeur du Centre vendéen de recherches historiques.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.