Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Sainte-Eugénie

Ensemble du maître-autel (autel, 2 gradins, tabernacle, 2 crédences)

Dossier IM40007818 réalisé en 2019

Fiche

Dénominationsautel, gradin d'autel, tabernacle, crédence
Aire d'étude et cantonTartas ouest
AdresseCommune : Pontonx-sur-l'Adour
Emplacement dans l'édificechœur

L'ancienne église Sainte-Eugénie de Pontonx possédait depuis 1856, grâce à un legs de Célestin Nogaro, un maître-autel néoclassique en bois doré, sans doute dû à la maison bordelaise Doumeret et Daux. Après la reconstruction à neuf de l'édifice, achevée en 1888, la discordance stylistique de ce meuble avec son nouveau cadre architectural néogothique incita la fabrique à le vendre (pour la somme de 300 francs) à la proche paroisse de Beylongue, où il se trouve toujours.

Un nouveau maître-autel fut alors commandé spécifiquement pour la nouvelle église, comme le montrent son iconographie (figurations de sainte Eugénie et saint Caprais, patrons respectifs de la paroisse et de l'ancien prieuré) et la reproduction exacte de la flèche du clocher en guise de dais d'exposition. Ce dernier détail désigne très probablement l'architecte de l'église, Charles Dupuy, comme l'auteur du dessin de l'autel.

Quant à la réalisation du meuble, elle fut confiée, en même temps que celle de la totalité du décor d'architecture de l'édifice, au "jeune sculpteur Saint-Lannes, de Mont-de-Marsan", comme l'indique le curé Lucien Lajus, commanditaire de l'œuvre, dans sa monographie paroissiale de 1889 - le même artiste avait réalisé en 1882 la chaire à prêcher néo-Renaissance de l'église de la Madeleine à Mont-de-Marsan, qui semble lui avoir servi de "carte de visite". Une recherche complémentaire sur le sculpteur permet de l'identifier avec Louis Saint-Lannes, "né à Saint-Sever en 1860 ou 1861", élève de l'École des beaux-arts, qui obtint une mention honorable au Salon des Artistes français en 1893 et participa en mai 1895 à l'exposition du palais des Champs-Élysées. Les registres d'état-civil de Saint-Sever enregistrent en effet, à la date du 7 décembre 1861, la naissance de Louis Jean Pierre Edeven Saint-Lannes, fils d'un menuisier de Mont-de-Marsan. Cet artiste émigra en juillet 1895 à New York, ville où il devint membre de la National Sculpture Society en 1907 et mourut vers 1940 (D. Karel, 1992). On lui doit la Fontaine des Phoques (Fountain of the Seals) et la statue American Boy (1932) du Pelham Bay Park à New York, et deux statues équestres de Henry Gassaway Davis à Charleston et Elkins (Virginie Occidentale).

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1888, daté par source
Lieu d'exécutionCommune : Mont-de-Marsan
Auteur(s)Auteur : Saint-Lannes Louis
Saint-Lannes Louis (1861 - vers 1940)

Louis Jean Pierre Edeven Saint-Lannes est né à Saint-Sever (Landes) le 7 décembre 1861, fils de Joseph, menuisier à Mont-de-Marsan, et de Claire Madeleine Lafitte, fille d’un menuisier de Saint-Sever (AD Landes, 4 E 282/27, Saint-Sever, naissances 1861-1866). Élève de l'École des beaux-arts, il commença sa carrière de sculpteur à Mont-de-Marsan, travailla à l'église de la Madeleine dans cette ville en 1882 et à celle de Pontonx-sur-l'Adour en 1887. Malgré la variante orthographique, il s'agit à coup sûr du "Louis Saint-Lanne, sculpteur né à Saint-Sever", qui exposa au Salon des Artistes français en 1893 (où il obtint une mention honorable), puis en mai 1895 au palais des Champs-Élysées. Le 1er juillet suivant, alors âgé de 34 ans, il arriva à New York en provenance du Havre, projetant un "séjour prolongé" aux États-Unis qui s'avéra définitif. Devenu membre de la National Sculpture Society de New York en 1907, il habitait toujours cette ville en 1939 et son nom figure encore en 1940 dans l'annuaire artistique américain. Il réalisa quatre monuments notables aux États-Unis : à New York, la Fontaine des Phoques (Fountain of the Seals) et la statue American Boy (destinée au Rice Stadium, Pelham Bay Park), et deux statues équestres de Henry Gassaway Davis à Charleston et à Elkins (Virginie-Occidentale). Source : David Karel, Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord, Presses de l'Université de Laval, 1992, p. 727.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur attribution par source
Auteur : Dupuy Charles Armand Clément
Dupuy Charles Armand Clément (1848 - 1925)

Architecte, né à Paris IVe le 10 septembre 1848 (d'Adolphe Jean Dupuy et Léonie Charlotte Lermillier), mort le 13 mai 1925. Élève de l'École des Beaux-Arts, architecte diocésain, attaché au contrôle général de la Banque de France de 1872 à 1882, officier d'Académie le 31 décembre 1889, officier de l'Instruction publique le 22 août 1897 (sources : AGORHA, bases de données de l'INHA ; J.-M. Leniaud [dir.], Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, auteur du modèle attribution par analyse stylistique

Meuble de style néo-médiéval en calcaire d'Angoulême, posé sur un degré d'autel à trois marches (angles antérieurs coupés) avec plate-forme carrelée. Autel-table soutenu sur la face par quatre colonnettes à chapiteaux feuillagés, au fond par une paroi percée de cinq niches à statuettes, les trois centrales groupées ; une crédence en console suspendue de chaque côté du massif postérieur ; tabernacle architecturé avec armoire eucharistique à porte rectangulaire (laiton doré) flanquée de deux colonnettes et surmontée d'un tympan trilobé ; armoire encastrée entre deux ailes rectangulaires formant gradin inférieur, comportant chacune un bas-relief historié et surmontée d'un second gradin à trois redents ; celui-ci flanque le socle d'un dais d'exposition à quatre piliers fasciculés supportant, au premier niveau, des arcs en tiers-point, au second une flèche octogonale crucifère. Le décor en bas relief des deux gradins, du tympan de l'armoire eucharistique et des deux crédences est sculpté dans la masse ; les statuettes des niches de l'autel et celles à l'aplomb des piliers de l'exposition sont rapportées.

Catégoriestaille de pierre, sculpture
Structuresplan, rectangulaire élévation, droit colonne, 10
Matériauxcalcaire, blanc décor en bas relief, décor dans la masse, décor en ronde bosse, décor rapporté, mouluré, doré
laiton, décor en relief, décor rapporté, fondu, doré
Mesuresh : 620.0 (hauteur totale)
la : 318.5 (largeur totale)
Précision dimensions

Autel : h = 101,5 ; la = 318,5 ; pr = 131 ; gradin inférieur : h = 80,5 ; gradin supérieur : h = 61 ; tabernacle : h = 129 ; la = 80 (armoire eucharistique) ; porte du tabernacle : h = 61,5 ; la = 33,5 ; dais d'exposition : h = 400 environ.

IconographiesSacré-Coeur, Vierge, sainte Eugénie, saint Caprais, saint Vincent de Paul
Agneau mystique, ange
la Manne, Multiplication des pains
ornementation, animal fabuleux, dragon, oiseau, rinceau peuplé, ornement à forme architecturale, pilier, gable, pinacle, flèche, croix, fleuron
Précision représentations

Dans les niches de l'autel-table sont placées cinq statuettes : au centre, le Sacré-Cœur entouré, à gauche, de la Vierge orante et couronnée, à droite de sainte Eugénie de Rome, patronne de l'église ; à l'extrême gauche, saint Vincent de Paul, patron secondaire de l'église ainsi que du diocèse d'Aire et Dax et natif de la commune voisine de Pouy (aujourd'hui Saint-Vincent-de-Paul) ; à l'extrême droite, saint Caprais d'Agen, patron de l'ancien prieuré-église paroissiale de Pontonx. Dans le tympan trilobé de l'armoire eucharistique, un médaillon circulaire, entouré de rinceaux dorés et d'un filet de perles, est sculpté de l'Agneau de Dieu vexillaire sur fond de ciel bleu. Les bas-reliefs du gradin inférieur du tabernacle représentent deux scènes bibliques, disposées en pendant selon le principe de la concordance typologique et préfigurant l'Eucharistie : l'une vétérotestamentaire, la récolte de la Manne par Moïse et les Israélites dans le désert de Sin (Exode 16.1-36), l'autre néotestamentaire, la multiplication des pains par le Christ près du lac de Tibériade. Le gradin supérieur à redents est sculpté en bas relief de larges rinceaux à demi-palmettes et grappes de raisin, peuplés, à gauche, d'un animal fabuleux à corps et pattes de coq, tête de chien, ailes de chauve-souris et queue de serpent ; à droite, d'un oiseau imaginaire aux ailes déployées. Le dais d'exposition monumental se compose, au niveau inférieur, de piliers fasciculés portant des arcs en tiers-point cantonnés, aux angles, de statuettes d'anges orants ; le couronnement (qui reproduit avec exactitude celui du clocher de l'église) consiste en une flèche octogonale sommée d'une croix nimbée dorée ; à la base de la flèche, au-dessus d'une retraite talutée, des baies géminées surmontées de gâbles fleuronnés et cantonnées de clochetons à colonnettes et toit pyramidal.

Les chapiteaux d'inspiration romane (palmettes et demi-palmettes, volutes angulaires perlées, fleurs d'abaque à six pétales, crochets feuillagés, etc.) qui couronnent les colonnettes des différentes parties du meuble sont tous d'un modèle différent.

La porte en laiton doré du tabernacle, entièrement gravée d'un quadrillage losangique fleuronné, est ornée de fausses ferrures fondues à volutes fleuronnées.

État de conservationbon état
repeint
Précision état de conservation

Il manque la main droite (bénissante) de la statuette de saint Caprais. Reprise de la dorure à la bronzine sur le tympan du tabernacle.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler

Annexes

  • Extrait de la monographie paroissiale de Pontonx, par le curé Lucien Lajus, 1er janvier 1889 (AD Landes, 16 J 19), concernant le maître-autel de la nouvelle église

    "Ces sculptures [les chapiteaux des piliers] ainsi que le maître-autel [en pierre d'Angoulême] sont l'œuvre d'un jeune Montois, M. St-Lanne (sic), élève de l'École des Beaux-Arts. Dans le même style que l'église, le maître-autel produit un très joli effet et tous ceux qui ont pu l'examiner de près et en admirer les bas-reliefs sont unanimes à déclarer que c'est l'œuvre d'un maître."

    ____________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (24 février 1906).

    n° 48 Archives départementales des Landes : 70 V 270/10
Bibliographie
  • Monographie paroissiale de Pontonx, par le curé Lucien Lajus, 1er janvier 1889

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 16 J 19
  • KAREL David. Dictionnaire des artistes de langue française en Amérique du Nord : peintres, sculpteurs, dessinateurs, graveurs, photographes, et orfèvres. Québec : Presses de l'Université Laval, 1992.

    p. 727
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe