Logo ={0} - Retour à l'accueil
Cathédrale Notre-Dame

Ensemble du décor d'architecture et du décor sculpté intérieur de la cathédrale (chapiteaux, pilastres, culots, clefs d'arc, frises)

Dossier IM40004427 réalisé en 2012

Fiche

Dénominationschapiteau, pilastre, culot, clef d'arc, frise
Aire d'étude et cantonDax sud
AdresseCommune : Dax
Adresse : place, de la Cathédrale, place Roger-Ducos
Emplacement dans l'édificevaisseau central ; transept ; choeur

Le décor sculpté intérieur de la cathédrale n'est pas documenté pour la période antérieure aux grands travaux de la seconde moitié du XIXe siècle. Il semble que peu de chose subsiste d'une éventuelle première campagne d'ornementation au XVIIIe siècle : deux clefs d'arcade très sobres déposées au musée de Borda, et peut-être les frises d'entablement historiées et les clefs des trois travées occidentales de la nef, côté sud, ainsi que celles du mur ouest du bras nord du transept, dont les motifs sont liés à la proximité d'autels de confréries (la date de fondation de celle de saint Pierre, 1768, pourrait être un terminus post quem pour l'exécution de ces éléments de décor). Les frises de rinceaux à la Lepautre du côté sud, malgré leur style, ne sont sans doute pas antérieures à la fin du XIXe siècle, puisqu'elles sont identiques à celles de la première travée de la nef, achevée en 1894. Quoi qu'il en soit, l'hétérogénéité du programme iconographique, ainsi que la présence de plusieurs mains - évidente dans les différences de traitement plastique des frises de le nef (d'une saveur plus rustique au nord, plus déliée et élégante au sud) - montrent que la réalisation connut plusieurs interruptions et reprises et s'étala sur de nombreuses décennies.

Sans doute inachevé ou en mauvais état, le décor fut restauré "avec du plâtre" en 1835, puis complété et en grande partie refait au moins à trois reprises dans la seconde moitié du XIXe siècle. De 1864 à 1871, l'archiprêtre Goujon-Girardot fait redécorer, en partie à ses frais, la travée méridionale du bras sud du transept (chapelle de la Vierge) sous la direction de l'entrepreneur dacquois Jean Gischia (1820-1893) : les travaux de sculpture concernent la façade (chapiteaux, clefs de la plate-bande, draperies du tympan), mais aussi les "frises intérieures" (de simples rinceaux), réalisées par les sculpteurs Jean Layrolle (payé 1.291,63 francs) et Vincent Saint-Sébastien (payé 310 francs), qui s'étaient déjà succédé sur le chantier de Buglose dans les années 1850-1860.

Entre 1881 et 1884, le sculpteur François Veillier (auteur de l'autel néo-Renaissance de saint Bernard, réf. IM40004449) exécute "en pierre tendre de Nousse" les ornements des fenêtres des collatéraux, mais aussi "les frises de l'entablement du transept nord et de la tour ronde de la coupole, les clefs d'archivolte, etc." Si les rinceaux de la coupole sont très proches de ceux de la chapelle de la Vierge (qui pourraient de ce fait être attribués à Veillier), les frises historiées du bras nord du transept posent davantage problème : dans la parfaite continuité thématique et stylistique (figures naïves au canon court) de celles du mur nord de la nef, elles sont trop différentes des ornements du tambour de la coupole pour pouvoir être l’œuvre de Veillier. Il faut peut-être admettre, malgré les données contradictoires des archives, qu'il s'agit bien d'une création de l'époque classique conservée lors de la reprise de la fin du XIXe siècle.

Enfin, la dernière campagne de construction, qui vit le prolongement du vaisseau d'une travée vers l'ouest et l'érection de la façade occidentale en 1894, entraina la réfection du décor de la tribune et de ses entours : les culots à tête angélique de cette zone datent certainement de cette époque. Là encore, leur parenté de facture et d'esprit avec les ornements de la coupole incite à les attribuer à François Veillier, malgré le silence des sources écrites.

Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1864, daté par source
1881, daté par source
1894, daté par source
Auteur(s)Auteur : Gischia Jean
Gischia Jean (1820 - 1893)

Entrepreneur à Dax, né le 17 mars 1820 à Saint-Vincent-de-Xaintes, mort à Dax le 9 mars 1893.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur attribution par source
Auteur : Veillier François
Veillier François (1842 - 1917)

Sculpteur domicilié à Dax (place Poyanne) en 1881-1882. Sans doute le sculpteur François "Weiller" qui travailla aux chapiteaux de la nouvelle église d'Eaux-Bonnes (Basses-Pyrénées) en 1866. Peut-être identifiable au François Veillier, "sculpteur", né à Saint-Pons-de-Thomières (Hérault) le 27 mai 1842 et mort à Toulouse le 20 juin 1917, fils de Jacques Philippe Veillier et de Marie-Antoinette Griffe (morte à Montpellier en novembre 1902) ; marié à Pamiers (Ariège) le 22 mai 1871 à Jeanne Doumenc (Pamiers, 2 août 1837 - ?), fille de Joseph Doumenc et de Madeleine Bayle, et veuve de Charles Petitpied ; dont une fille unique, Antonia Victorine, épouse de Lambert Ernest Joseph Pachet. Le sculpteur François Veillier, alors actif à Toulouse, exécuta en 1893 le décor de la façade du théâtre municipal d'Albi.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur attribution par source
Auteur : Layrolle Jean Roch
Layrolle Jean Roch (1817 - 1870)

Sculpteur né à Montpellier (d'un père jardinier) le 16 août 1817, mort à Biarritz (maison Layrolle, 6, place Eugénie) le 18 août 1870. Marié à une Bayonnaise, Henriette Dominiqua Latapi (1822-1895), il s'installa à Biarritz avant 1860 (renseignements biographiques communiqués par l'abbé Dominique Bop, 2019). Layrolle travaille à Saint-Sever en 1849, à Buglose en 1855, à Gabarret en 1856-1864 et à la cathédrale de Dax en 1864-1870.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur attribution par source
Auteur : Saint-Sébastien Vincent , dit(e)
Saint-Sébastien Vincent , dit(e) (1829 - )

Sculpteur ornemaniste à Bordeaux, collaborateur de l'architecte bordelais Gustave Alaux sur les chantiers des églises de Buglose (1864-1865), de Mugron (1866) et de Rion-des-Landes (1868), et de l'architecte Taillarda fils à l'église Saint-Nicolas de Nérac (1856) ; il travailla aussi à la chapelle de la Vierge de la cathédrale de Dax en 1864-1871. Il est nommé "M. Vincent" et "Vincent St-Sébastien" dans les archives de Buglose, "Vincent Saint-Sébastien" à Nérac, mais signe "Sébastien" tout court les sculptures de Mugron et de Rion.

Enfant trouvé à la porte de l'hospice civil de Pau le 23 janvier 1829 (trois jours après la Saint-Sébastien), Vincent Saint-Sébastien épousa le 29 novembre 1854 à Saint-Paul-lès-Dax (où il était alors domicilié) Jeanne Lamaison, institutrice, fille d'un tonnelier de Laurède (Landes), dont la sœur cadette Françoise devait épouser en 1858 le sculpteur nantais Aristide Belloc (1827 - 1888/1908), lequel succèdera en 1861 à Saint-Sébastien sur le chantier de Buglose, dirigé par le Père Antoine Lamaison, oncle par alliance des deux sculpteurs.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur attribution par source

Toutes les sculptures intérieures de la cathédrale sont en calcaire ; le seul matériau plus précisément identifié, la pierre tendre de Nousse, est celui des frises et ornements dus à François Veillier (1881-1884).

Un ordre de pilastres ioniques et un entablement continu, à la corniche fortement ressautante, règnent sur le pourtour de l'édifice (vaisseau central, transept, chœur). Le décor figuré est réparti sur les frises de l'entablement, sur les clefs des deux niveaux d'arcades et sur la frise du tambour de la coupole ; il inclut aussi les culots modernes de la tribune occidentale et de l'oratoire sud.

Les sculptures de la travée méridionale du bras sud du transept (chapelle de la Vierge) et du tambour de la coupole, seules parmi toutes celles de la cathédrale, ont reçu une polychromie (fond rose ou rouge des frises et rehauts dorés des reliefs).

Catégoriestaille de pierre, sculpture
Matériauxcalcaire, décor en bas relief, décor en demi relief, décor dans la masse
Iconographiescycle narratif, vie du Christ, Baptême du Christ, Cène, Lavement des pieds, Couronnement d'épines, Flagellation du Christ, Montée au Calvaire, Crucifixion, Les instruments de la Passion, sacrifice d'Abraham, Agneau mystique, bélier, démon biblique, lion, colombe
figure biblique, saint Pierre apôtre, attribut, clé, poisson
symbole, attribut, saint Jacques le Majeur, coquille Saint-Jacques, bourdon, chapeau, pèlerin
figure, saint Crépin, attribut
ornementation, ange, musicien, angelot, rinceau peuplé, lambrequin
Précision représentations

Le programme décoratif, aujourd'hui hétérogène, prévoyait peut-être à l'origine, pour les frises de l'entablement, un cycle continu de la vie et de la Passion du Christ mis en relation typologique avec quelques scènes de l'Ancien Testament (comme le Sacrifice d'Abraham). Si tel était le cas, ce programme ne fut appliqué qu'au côté nord de la nef et sur les murs occidentaux des deux bras du transept. Les frises méridionales de la nef, d'une main différente, adoptent un parti purement ornemental de rinceaux peuplés. Seules certaines des frises et des clefs d'arc portent des attributs ou symboles en relation avec les titulaires des autels de confrérie anciennement placés dans le collatéral correspondant : autels de saint Jacques (3e travée sud, confrérie fondée en 1610) et de saint Pierre (4e travée sud, confrérie fondée en 1768). Les adjonctions de la fin du XIXe siècle (chapelle de la Vierge, tambour de la coupole, tribune occidentale, oratoire sud) prennent modèle sur les ornements de cette seconde manière (rinceaux, angelots).

Un ordre ionique règne sur le pourtour de l'édifice ; les ressauts de l'entablement sont tous décorés de couples d'angelots (nef, croisée, 1ère travée du chœur et travée intérieure du transept) ou d'un seul angelot (chœur et travée extérieure du transept). D'autres angelots souriants ornent les culots de la tribune occidentale et de l'oratoire sud.

Le reste du décor s'ordonne comme suit :

Vaisseau central :

- 1ère travée au nord : tête d'homme barbu âgé (clef de l'arcade inférieure) ; ange jouant du luth (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux peuplés de têtes d'ange, une de face, deux de profil, et entrecoupés de lambrequins et de coquilles (frise de l'entablement).

- 2e travée au nord : tête d'enfant coiffée d'une coquille (clef de l'arcade inférieure) ; Agneau vexillaire et coquille évoquant le baptême du Christ (clef de l'arcade supérieure) ; Baptême du Christ entouré de catéchumènes et d'anges musiciens jouant du rebec, de la viole de gambe, de la trompette, de la harpe et de l'orgue, ce dernier aidé d'un souffleur (frise de l'entablement).

-3e travée au nord : tête démoniaque (clef de l'arcade inférieure) ; bélier androcéphale évoquant le sacrifice d'Abraham (clef de l'arcade supérieure) ; Sacrifice d'Abraham entouré de rinceaux peuplés de trois anges, dont l'un retient l'épée d'Abraham et désigne le bélier qui sera sacrifié à la place d'Isaac (frise de l'entablement).

- 4e travée au nord : lion assis (clef de l'arcade inférieure) ; coq (?) perché sur une échelle, évoquant le reniement de saint Pierre ? (clef de l'arcade supérieure) ; Couronnement d'épines, Flagellation du Christ et Crucifixion (frise de l'entablement).

- 1ère travée au sud : tête de femme coiffée d'un diadème mural (clef de l'arcade inférieure) ; ange sonnant de la trompette (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux peuplés de têtes d'ange et entrecoupés de lambrequins et de coquilles, avec cartouche central à acanthes (frise de l'entablement).

- 2e travée au sud : tête d'homme enturbannée (clef de l'arcade inférieure) ; ange jouant de la basse de viole (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux peuplés, au centre, d'une tête d'ange de face et, aux extrémités, de deux oiseaux ou pélicans s'ouvrant les entrailles ? (frise de l'entablement).

- 3e travée au sud : coquille Saint-Jacques et volutes (clef de l'arcade inférieure) ; attributs du pèlerin de Saint-Jacques dans une grande coquille : chapeau à coquilles, bourdon et gourde (clef de l'arcade supérieure), rinceaux d'acanthe peuplés, au centre, d'un enfant en buste vêtu d'un mantelet de pèlerin à coquilles et, aux extrémités, de deux enfants nus (frise de l'entablement).

- 4e travée au sud : coquille surmontée d'un dais avec les clefs de saint Pierre en sautoir (clef de l'arcade inférieure) ; trois poissons superposés, attributs de saint Pierre pêcheur d'âmes (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux d'acanthe peuplés, au centre, d'un buste de saint Pierre tenant une clef, aux extrémités de coquilles et de fleurettes (frise de l'entablement).

Transept :

- Bras nord, mur occidental, travée sud : tête d'Indien (clef de l'arcade inférieure) ; calice et hostie évoquant la Cène (clef de l'arcade supérieure) ; la Cène ou l'institution de l'Eucharistie, avec Judas à droite brandissant la bourse aux trente deniers (frise de l'entablement).

- Bras nord, mur occidental, travée nord : clef de l'arcade inférieure dissimulée par le portail des Apôtres ; vase et linge évoquant le Lavement des pieds (clef de l'arcade supérieure) ; le Lavement des pieds (frise de l'entablement, partiellement dissimulée par le portail des Apôtres).

- Bras nord, mur oriental, travée nord : clef de l'arcade inférieure dissimulée par le portail des Apôtres ; une feuille (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux peuplés de trois anges nus (frise de l'entablement, partiellement dissimulée par le portail des Apôtres).

- Bras nord, mur oriental, travée sud : tête d'homme bouche ouverte (clef de l'arcade inférieure) ; une feuille (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux peuplés de deux personnages nus (frise de l'entablement, partiellement dissimulée par le portail des Apôtres).

- Bras sud, mur occidental, travée nord : tête d'homme âgé, barbu et chauve (clef de l'arcade inférieure) ; instruments de la Passion : clous, marteau et tenaille (clef de l'arcade supérieure) ; à gauche le Portement de croix, au centre le Christ aux outrages en buste dans un médaillon de palmes entouré d'instruments de la Passion (aiguière de Pilate, lanterne de Malchus, roseau et porte-éponge), à droite une scène détruite (frise de l'entablement).

- Bras sud, mur occidental, travée sud : tête de femme coiffée à l'antique et couronnée (clef de l'arcade inférieure), console en volute (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux d'acanthe et lys épanouis, symbole marial (frise de l'entablement).

- Bras sud, mur oriental, travée sud : tête d'homme sauvage barbu sortant d'un culot de feuilles (clef de l'arcade inférieure), console en volute (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux d'acanthe identiques à ceux du mur occidental (frise de l'entablement).

- Bras sud, mur oriental, travée nord : effigie de saint Crépin tenant un marteau de cordonnier (clef de l'arcade inférieure) ; outils de cordonnier et une chaussure (clef de l'arcade supérieure) ; rinceaux ou arabesques (frise de l'entablement).

Croisée, tambour de la coupole :

- Base du tambour : frise de rinceaux à fond rouge peuplés de têtes d'ange aux ailes déployées.

Chœur :

- Consoles en volute à feuille d'acanthe (clefs des arcades inférieures et supérieures) ; rinceaux d'acanthe entourant des lambrequins et des coquilles (frises de l'entablement).

Précision état de conservation

La frise de l'entablement de la 4e travée sud de la nef est détériorée par l'humidité ; celle de la travée nord du mur occidental du bras sud du transept est lacunaire (manque une scène de la Passion à droite).

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé au titre immeuble, 1946/09/16

Annexes

  • Extraits du projet d'agrandissement et de restauration de la cathédrale par Gallois et Charpentier, 24 septembre 1879

    Extraits du projet d'agrandissement et de restauration de la cathédrale par Gallois et Charpentier, devis des travaux, 24 septembre 1879 (AM Dax, 9 M 1).

    - [...] La taille des moulures de la tribune de l'orgue en pierre d'Angoulême. / Ensemble cent cinquante mètres à cinq francs : 750,00. / Fourniture et pose de quarante balustres à dix francs quatre-vingt dix centimes d'après détail précédent : 436,00 [...].

    - [...] Sculpture : / La sculpture de : trois chapiteaux à soixante francs... 180.00 / huit motifs de tête d'ange à cent francs... 800.00 / Une frise de vingt mètres à quarante francs... 800.00 / Motifs sous la tribune de l'orgue... 600.00 / Frais de modèles... 400.00 / Total de la sculpture : 2780.00.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cathédrale : travaux, entretien, réparations, agrandissement, toiture, remise en état des grilles, 1791-1967.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Devis de gros travaux à faire à la cathédrale, par les architectes Gallois et Charpentier, mai (?) 1878 (extraits concernant le décor sculpté).

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Devis de travaux d'agrandissement et de restauration, par les architectes Gallois et Charpentier, 24 septembre 1879 (extrait concernant les travaux de sculpture à la nef et au clocher, et de menuiserie à la porte d'entrée).

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Soumission du sculpteur François Veillier pour l'exécution de travaux de sculpture au transept et à la coupole, 8 juillet 1881.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Délibération du conseil municipal relative aux travaux projetés de sculpture par François Veillier et de vitrerie par Bernard Brunache, 20 juillet 1881.

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
  • Réception définitive des travaux de sculpture par François Veillier, 14 mars 1884 (extrait).

    Archives municipales, Dax : 9 M 1
Bibliographie
  • CHAUVIN Agnès. La cathédrale de Dax. T.E.R., Université de Bordeaux III - Michel de Montaigne, 1988.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe