Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jacques-le-Majeur

Ensemble de l'autel de saint Joseph (autel, 2 gradins, tabernacle, statue)

Dossier IM40007505 réalisé en 2018

Fiche

Dénominationsautel, gradin d'autel, tabernacle, statue
Appellationsde saint Joseph
Aire d'étude et cantonTartas ouest
AdresseCommune : Saint-Yaguen
Emplacement dans l'édificecollatéral nord, à l'est

A l'issue de la construction d'un collatéral au sud de l'église par l'architecte Alexandre Ozanne en 1870-1871, le curé Louis Desbordes (1841-1925) décida de déplacer l'autel de la Vierge dans le nouveau bas-côté et de dédier son ancienne chapelle à saint Joseph, que le pape Pie IX venait de proclamer patron de l'Église universelle par le décret Urbi et orbi (8 décembre 1870). L'abbé Desbordes acquit alors "un autel en pierre de Bourgogne qui fut sculpté sur les desseins de M. Tastet, vicaire à Tartas, par un artiste du Mans, venu dans nos contrées à l'occasion de la guerre contre la Prusse". Sans doute livré à la fin de l'année 1871, l'autel fut inauguré solennellement le 5 janvier 1872. Son auteur manceau n'a pu être identifié.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1871, daté par source
Auteur(s)Auteur : Tastet
Tastet

Vicaire à Tartas (Landes) en 1870-1871.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
auteur du modèle attribution par source
Personnalité : Desbordes Louis
Desbordes Louis (1841 - 1925)

Né à Tartas le 8 décembre 1841, mort en 1925 ; fils de Pierre Léonard Desbordes (1802-1877) et de Marie Quitterie Rosalie Aricie de Chauton (1816-1885). Ordonné prêtre le 23 décembre 1863, vicaire de Saint-Yaguen en 1865, puis curé de Saint-Yaguen de 1870 à 1884 (où il succède à l'abbé Bernard Octave de Chauton, oncle de sa mère), enfin chanoine de la cathédrale d'Aire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire attribution par source

Meuble de style néogothique, en calcaire tendre ("de Bourgogne", selon les archives), posé sur un degré parqueté en chêne teinté et ciré. Autel-tombeau à la face divisée par cinq arcs brisés trilobés portés par six colonnettes avec chapiteaux à volutes ; double gradin droit, le supérieur encastrant un tabernacle architecturé à porte en plein cintre (en marbre blanc veiné) flanquée de deux colonnettes portant un arc trilobé inscrit dans un pignon aigu ; petite exposition octogonale à l'aplomb du tabernacle. Statue en plâtre polychrome posée sur une console en calcaire blanc galbée en doucine, fixée au mur.

Catégoriestaille de pierre, sculpture, marbrerie
Structuresplan, rectangulaire élévation, droit colonne, 8
Matériauxcalcaire, décor en relief, décor dans la masse, gravé, doré
marbre veiné, blanc gravé
plâtre, moulé, peint, polychrome
Mesuresh : 211.0
la : 188.0
Précision dimensions

Autel : h = 95 ; la = 188 ; pr = 87 ; gradin inférieur : h = 15,5 ; gradin supérieur : h = 15,5 ; tabernacle : h = 101 ; la = 44. Statue : h = 100 environ.

IconographiesLa Croix, Coeur Sacré de Jésus, MA, monogramme
ornementation, lys, rose, palme
saint Joseph et l'Enfant Jésus, lys, globe
Précision représentations

Décor gravé et doré : monogramme MA entre deux monogrammes SJ, tous trois encadrés de couronnes de palmes et flanqués de branches de lys sous les arcs de l'autel ; tiges fleuries dans les écoinçons des arcs de l'autel et sur le tympan du tabernacle ; entrelacs sur le gradin inférieur ; croix latine sur la porte du tabernacle. Décor en relief dans la masse : cœur sacré de Jésus (couronne d'épines) dans une gloire rayonnante sur le fronton du tabernacle. Décor gravé sur la console de la statue : palmes (identiques à celles de l'autel et du tabernacle). Statue : saint Joseph tenant un lys et portant l'Enfant Jésus bénissant et tenant le globe du monde.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Extraits du registre de la paroisse de Saint-Yaguen (1841-1967, Archives diocésaines de Dax) concernant l'achat d'un autel de saint Joseph en 1871 (communiqué par Michèle Tastet-Brèthes, août 2010)

    "Il fallait songer aux autels latéraux, mais nos ressources étaient épuisées. L'idée la plus naturelle et qui se présentait à l'esprit de tous était de songer tout d'abord à l'autel de la Ste Vierge. C'est un sentiment bien légitime. Toutefois, je [le curé Louis Desbordes] fus d'un autre avis ; je voulais commencer par ériger un autel à St Joseph, et voici pourquoi : l'autel de Marie devait nécessairement se faire au plus tôt ; celui de son saint époux ne paraissait pas aussi urgent. Si le sanctuaire de la Vierge avait été fait tout d'abord, l'autre aurait été renvoyé aux calendes grecques : "nous sommes sans argent, aurait-on dit, rien ne presse, attendons". Et pourtant, il me tardait d'avoir un autel de Saint-Joseph, j'étais sûr que celui de Marie suivrait de très près ; j'avais confiance en l'économe de la Sainte Famille. Donc, un peu contre l'avis général, je me mis en campagne pour notre glorieux protecteur. J'allais partout : l'obole du pauvre et la généreuse offrande du riche me mirent à même de faire un autel en pierre de Bourgogne qui fut sculpté sur les desseins de M. Tastet, vicaire à Tartas, par un artiste du Mans, venu dans nos contrées à l'occasion de la guerre contre la Prusse. Cet autel fut placé au lieu où se trouvait autrefois l'autel de Marie : n'était-il pas juste de faire hommage de la chapelle nouvelle plus spacieuse et plus belle que l'autre à la Reine du Ciel ?"

    "L'autel de Saint-Joseph avec tous ses accessoires nous coûte six cent trente francs. L'autel seul fut payé trois cent quarante francs. Nous dirons bientôt comment en fut faite l'inauguration. (...)"

    "Autel de St Joseph. Le vendredi suivant, 5 janvier [1872], eut lieu l'inauguration de l'autel de St Joseph. Toute la population voulut prendre part à cette fête du cœur. La statue de ce glorieux St fut solennellement portée en procession autour de l'église sur un brancard dont les bras reposaient sur les épaules de quatre jeune gens, entourés d'enfants tenant en main des flambeaux. (...) Après une touchante allocution du missionnaire qui retraça la grande vie de St Joseph et les grands motifs d'avoir en ce glorieux protecteur la plus filiale confiance, le curé procéda à la bénédiction du tabernacle et de l'autel et cette belle cérémonie fut clôturée par le salut du St Sacrement. Le lendemain, jour des Rois, le pasteur de la paroisse eut la joie d'offrir pour la première fois le St sacrifice sous le regard de St Joseph. (...) Le soir de ce beau jour eut lieu la plantation de la croix de la mission. (...) La cérémonie se fit avec beaucoup d'ordre, beaucoup d'entrain et surtout beaucoup de foi. (...)"

    _______________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de Saint-Yaguen.

    année 1871 Archives diocésaines, Dax
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (3 mars 1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 345/7-8
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe