Logo ={0} - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent de Carcarès

Ensemble de l'autel de la Vierge (autel, gradin, tabernacle, retable)

Dossier IM40007072 réalisé en 2018

Fiche

Dénominationsautel, gradin d'autel, tabernacle, retable
Aire d'étude et cantonTartas est
AdresseCommune : Carcarès-Sainte-Croix
Emplacement dans l'édificechapelle sud (de la Vierge)

L'élément le plus ancien de cet ensemble - et celui qui a justifié sa réalisation - est la statue de la Vierge à l'Enfant, de provenance incertaine mais généralement datée du XIVe siècle par analogie avec d'autres œuvres apparentées (par exemple la Vierge de Sadirac).

Selon la monographie paroissiale de 1887-1888, l'autel actuel ne fut installé qu'en 1860, date à laquelle le curé Jean-Baptiste Gachibat (1854-1887) fit enlever "un autel en maçonnerie recouvert d'une toile peintre rappelant le mystère de la flagellation" pour le remplacer par "un autre [autel] plus en harmonie avec la chapelle restaurée". Cet autel, "en bois marbré et doré acheté à Bordeaux pour la somme de 560 francs", est très proche de meubles néo-rocaille acquis par des paroisses landaises sous le Second Empire, précisément auprès de la maison bordelaise Doumeret et Daux (entre autres à Onard en 1855 ou Goos en 1856), fabrique à laquelle le meuble de Carcarès peut être attribué avec une forte probabilité. Le tabernacle et le retable, parfaitement homogènes avec le tombeau, ont certainement été mis en place au même moment.

Les deux toiles qui flanquent le meuble, et qui figuraient déjà dans le décor de l'ancien autel de la Vierge - où elles entouraient le tableau de l'Assomption actuellement sur le mur sud de la chapelle -, auraient été peintes, selon la monographie déjà citée, par le curé Joseph Broca en 1748.

Période(s)Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1748, porte la date
1860, daté par source
Lieu d'exécutionCommune : Carcarès-Sainte-Croix
Lieu d'exécutionCommune : Bordeaux
Auteur(s)Auteur : Dubroca Joseph
Dubroca Joseph ( - 1760)

Curé de Carcarès (près de Tartas) au milieu du XVIIIe siècle, peintre amateur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre signature
Auteur : Doumeret
Doumeret

Maison Doumeret et Daux, fabricants de mobilier religieux à Bordeaux (2, rue de l'Archevêché) de la Restauration au Second Empire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de mobilier religieux attribution par analyse stylistique
Auteur : Daux
Daux

Maison Doumeret et Daux, fabricants de mobilier religieux à Bordeaux (2, rue de l'Archevêché) de la Restauration au Second Empire. Dans les années 1850, le fils Daux dirigeait une succursale à Dax (rue des Carmes).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de mobilier religieux attribution par analyse stylistique

Le meuble est en bois de chêne (?) et bois blanc, peint en faux marbre gris clair (structure) et en faux marbre jaune de Sienne (panneau frontal de l'autel, fût des colonnes du retable, panneaux de leurs piédestaux, frise de l'entablement et panneaux de part et d'autre de la niche) ; la porte du tabernacle, le cadre de la niche et des panneaux ainsi que toutes les moulures et tous les reliefs (entièrement rapportés par collage) sont dorés à la feuille (sans doute à la mixtion) sur assiette rouge.

L'autel-tombeau, galbé en doucine, est posé sur un degré parqueté en chêne ciré et adossé à un massif rectangulaire débordant, formant gradin. Posé sur celui-ci, un tabernacle parallélépipédique à angles antérieurs coupés, porte en plein cintre et corniche à ressauts, flanqué de deux ailes étroites à aileron en volute et surmonté d'une exposition au profil en cavet droit. Le tabernacle est encastré dans un retable prenant appui sur le gradin ; deux colonnes ioniques portent un entablement droit et encadrent une niche en plein cintre, en cul-de-four, flanquée de deux panneaux rectangulaires verticaux ; la niche abrite une statue posée sur l'exposition du tabernacle. De part et d'autre du retable, deux tableaux à l'huile sur toile fixés au mur.

Catégoriesmenuiserie, sculpture
Structuresplan, rectangulaire élévation, galbé, droit colonne, 2
Matériauxbois feuillu, mouluré, décor en bas relief, décor rapporté, peint, faux marbre, doré à la feuille d'or à l'huile, sur apprêt, avec assiette
bois blanc, découpé, doré à la feuille d'or
Mesuresh : 410.0 (hauteur totale approximative)
la : 235.0 (largeur totale)
Précision dimensions

Autel : h = 97 ; la = 189,5 ; pr = 59 ; gradin : h = 16,5 ; la = 235 ; armoire eucharistique du tabernacle : h = 58 (avec l'exposition : h = 73,5) ; la = 48 ; ailes du tabernacle : la = 39 ; retable : h = 300 environ ; piédestal des colonnes : h = 58 ; colonnes : h = 175.

IconographiesMA, palme, Coeur Sacré de Jésus, Coeur Sacré de Marie
ornementation, cartouche rocaille, console, chute végétale, volute, ordre ionique, rosace, rinceau
Précision représentations

Monogramme MA entre deux palmes en sautoir sur la face du tombeau d'autel. Frise végétale avec épis de blé sur le gradin. Cœurs sacrés de Jésus et Marie jumelés dans une gloire sur la porte du tabernacle ; cartouche rocaille au-dessus de la porte ; consoles cannelées avec feuilles d'acanthe sur les angles coupés du tabernacle ; ailerons à volute aux extrémités des ailes ; chutes de fleurs (roses et liserons) retenues par des nœuds de ruban sur les ailes ; monogramme MA sur la face de l'exposition. Frise d'oves et dards sur le cadre de la niche du retable, cartouche rocaille (identique à celui du tabernacle) à son sommet ; rosaces et denticules sur l'entablement du retable ; au-dessus de la corniche, une frise de volutes en S et en C, découpées, ajourées et sculptées d'acanthes, entourant un médaillon à volutes avec les cœurs sacrés de Jésus et Marie.

État de conservationoeuvre restaurée
Précision état de conservation

Ensemble restauré vers 1995.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsinscrit au titre objet, 1975/11/12
Précisions sur la protection

Arrêté de protection : Autel, retable et décoration de la chapelle latérale comprenant une statue et trois tableaux, XVIIIe siècle.

Annexes

  • Extraits de la monographie paroissiale de Carcarès-Sainte-Croix, vers 1887 (AD Landes, 16 J 17)

    Section première, première partie : statistique religieuse (par le curé Jean-Baptiste Gachibat, 1854-1887) :

    "La paroisse de Carcarès est rattachée à la commune qui porte ce nom ; elle a une annexe du nom de Sainte-Croix et la population réunie des deux sections donne un total de 600 âmes. Carcarès est placé sous le vocable de Saint-Laurent et Sainte-Croix, succursale jusqu'en 1793, sous celui de Saint-Pierre-ès-Liens. [...]"

    "M. Joseph Dubroca, docteur en théologie, curé de Carcarès pendant 42 ans, [est] décédé en 1760, laissant après lui la réputation d'un peintre de quelque valeur. Ainsi, à mon arrivée [celle du curé Jean-Baptiste Gachibat] à Carcarès en 1854, il y avait à la modeste chapelle de la Ste Vierge de notre église trois grands tableaux, qu'on peut y voir encore, représentant le premier l'Assomption de la Ste Vierge et les deux autres, deux Évêques, placés à droite et à gauche du ... [manque un mot : premier ?] et contemplant avec émotion Marie portée par les anges sur son trône de justice au ciel. De plus se trouvait adossé au mur qui portait les dits tableaux un autel en maçonnerie recouvert d'une toile peinte rappelant le mystère de la flagellation, et la tradition portait que tout cela était l'œuvre d'un curé dont on avait oublié le nom. Or, en 1860, ayant fait enlever ledit autel pour le remplacer par un autre plus en harmonie avec la chapelle restaurée, je fus tout heureux de trouver sur le verso de la toile l'inscription que voici : Pinxit et dedit ecclesiæ anno dni 1748 - Joseph Dubroca pastor."

    "[...] 3° Enfin à mentionner encore à titre de simple souvenir le dernier compte de la fabrique au 18e siècle dressé par le dernier curé Lavielle, de Saint-Lon, le 10 janvier 1792, compte s'élevant au chiffre de 968 f. pour les recettes et à celui de 328 f. pour les dépenses. / A part ces trois petits faits, ni les papiers de l'église ni ceux de la mairie ne présentent à l'impatiente et légitime curiosité du chercheur que des registres de mariages, de baptêmes, de décès [...]"

    Section troisième, quatrième partie : temps modernes (par le curé Raoul Pascal Vergez, 1887-1901) :

    "Liste des curés de la paroisse. / 1° M. Dupoy, curé de Carcarès de 1690 à 1696. 2° M. Duprat, curé de Carcarès de 1696 à 1713. 3° M. Dubroca, curé de Carcarès de puis avant 1740 à 1760, époque de sa mort. [...] 4° M. Vidart-Soys, de la famille de Vidart-Soys de Tartas de 1760 à 1764. 5° M. de Mérignac, de la famille Mérignac (Malet) de Carcarès de 1764 à 1775. 6° M. de Chambre d'Urgons, devenu plus tard évêque d'Orope, émigré puis rentré à Tartas son pays natal, où il mourut en 1819, enseveli au porche de notre église. Il fut curé de Carcarès de 1775 à 1780. 7° M. Brun, curé de 1780 à 1784. 8° M. Maurin, de 1784 à 1788, année où il fut transféré à St-Martin d'Oney. 9° M. Lavielle, de St-Lons, de 1788 à 1793. Il meurt émigré en Espagne. Pendant la tourmente révolutionnaire, le service de la paroisse est fait par M. Lesbazeilles, curé de Meilhan-Ste-Croix. Et après la tourmente, vers 1801 ou 1802 reparaît comme curé de Carcarès : 10° un de Mérignac, celui qui s'y trouvait de 1764 à 1775 ou son neveu. [En fait : Joseph Mérignac-Malet, né à Tartas le 27 octobre 1758, nommé à Carcarès le 1 messidor an XII / 20 juin 1804 (note de Michel Dupouy)] [...]. 11° M. Tuquoy d'Ossages de 1807 à 1845 [...]. 12° M. Clavé de Mont-de-Marsan de 1845 à 1854, époque où il fut transféré à l'importante cure de Mimbaste. [...] 13° M. Gachibat, de Mugron, de 1854 à 1887. [...] Sous son administration sont faites de grandes réparations aux églises de Carcarès et de Sainte-Croix. Sont construites les voûtes de ces mêmes églises, rebâti le mur d'enceinte du cimetière de Sainte-Croix, réparé le presbytère [...], enfin la chapelle de la Ste Vierge plafonnée et dotée de son petit autel en bois marbré et doré acheté à Bordeaux pour la somme de 560 fr. Toutes ces choses furent faites à la suite des encouragements de Mgr Hiraboure, évêque d'Aire, en visite pastorale à Carcarès en mai 1858. [...] M. Gachibat est mort à Carcarès le 13 octobre 1887 âgé de 63 ans [...]. Sa dépouille mortelle repose sous le porche extérieur de l'église, à côté de celle de M. Tuquoy. [...] 14° M. Raoul Vergez, de Pouyastruc (Hautes-Pyrénées) de 1887 à..."

    Église de Sainte-Croix. Patron principal : saint Pierre ès Liens. Patron secondaire : saint Bertin.

    _______________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Carcarès-Sainte-Croix, par les abbés Jean-Baptiste Gachibat et Raoul Pascal Vergez, vers 1887.

    Archives départementales des Landes : 16 J 17
  • Inventaire des biens dépendant de la paroisse (15 février 1906).

    n° 82 Archives départementales des Landes : 70 V 81/5-6
Documents figurés
  • Ensemble de l'autel de la Vierge (état en 1990, avant restauration).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 281
Bibliographie
  • DUPOUY Michel. Monographies paroissiales de Meilhan et Carcarès-Sainte-Croix, 1887-1888. Imprimerie : Michel Dupouy, s.d.

  • LERAT Serge (dir.). Landes & Chalosses. Pau : Cairn, 1984.

    tome I, p. 375

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe