Dossier IM40006081 | Réalisé par
Ensemble de 2 cloches, dites saint Michel et saint Aubin, Église paroissiale Saint-Aubin
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Mugron
  • Commune Saint-Aubin
  • Emplacement dans l'édifice clocher
  • Dénominations
    cloche
  • Appellations
    dites saint Michel et saint Aubin

Ces deux cloches ont été fondues conjointement, en 1819, par le fondeur Monin associé aux frères Paintandre (Jean-Baptiste [1793-1865], Sébastien II [1798-1874] et Antoine [1802-1866]). Monin avait fourni la même année, en collaboration avec François Victor Decharme, une cloche à l'église voisine d'Hauriet (réf. IM40005693) et quatre autres aux trois églises de la commune voisine de Doazit (réf. IM40005610, IM40005646, IM40005662). Les frères Paintandre furent associés à la même époque à un autre Lorrain, François Martin, pour une cloche à Serreslous-et-Arribans (canton d'Hagetmau, réf. IM40003675).

L'abbé Lamaignère (1938) précise, en se fondant sur des archives aujourd’hui disparues, qu'elles furent fondues sur place (pratique usuelle pour les fondeurs itinérants d'origine lorraine), qu'elles pèsent dix et sept quintaux et qu'elles coûtèrent ensemble la somme de 2.365 francs.

Le parrain de la grosse cloche (dite saint Michel), Dominique Sourigues-Pémarque (1768-1825), riche cultivateur de Saint-Aubin devenu maire de la commune en 1812, était le grand-père maternel de Pierre Soubaigné de Pémarque, donateur de verrières (réf. IM40006061 et IM40006062) et de statues à l'église à la fin du XIXe siècle. La marraine de la petite cloche (saint Aubin) était l'épouse de Dominique Sourigues, Jeanne Dubedout, née à Montaut en 1772 de Jean Dubedout et de Jeanne Laborde.

  • Période(s)
    • Principale : 1er quart 19e siècle
  • Dates
    • 1819, porte la date
  • Exécuté sur place
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Monin
      Monin

      Fondeur de cloches, associé occasionnellement à François-Victor Decharme, aux frères Paintandre et aux Martin. Peut-être identifiable à Michel Monin, fondeur de Lunéville (Jean-Bernard Faivre, Vincent Matéos, Cloches, sonnailles, carillons en pays landais, 2011, p. 93).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      fondeur de cloches attribution par source
    • Auteur :
      Paintandre Jean-Baptiste
      Paintandre Jean-Baptiste

      Fondeur de cloches ("saintier") lorrain, né à Breuvannes (Haute-Marne) le 19 février 1793, mort à Turenne (Corrèze) le 5 novembre 1865 ; fils de Sébastien I Paintendre (1766-1830) et de Nicole Rattier (1772-1847) ; marié à Turenne, le 6 avril 1837, à Juliette Coudre Lagardelle (1818-1901), dont il eut un fils, Hippolyte Emile (1838-1897), à son tour fondeur de cloches. Jean-Baptiste Paintendre, élève d'Augustin Martin, membre d'une famille qui compta six fondeurs, travailla en association avec ses frères Antoine, Sébastien et Hippolyte, et, occasionnellement, avec le fondeur Monein. Il fut actif dans le Périgord et les Landes.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      fondeur de cloches signature
    • Auteur :
      Paintandre Antoine
      Paintandre Antoine

      Parfois prénommé Théodore. Fondeur de cloches ("saintier") lorrain, né à Breuvannes (Haute-Marne) le 19 mai 1802, mort à Vitry-le-François (Marne) le 27 janvier 1866 ; troisième fils de Sébastien I Paintendre (1766-1830) et de Nicole Rattier (1772-1847). Membre d'une famille qui compta six fondeurs, il travailla en association avec ses frères Jean-Baptiste, Sébastien II et Hippolyte. Marié à Françoise Virginie Herment (1803-?), il en eut trois enfants : Claude Théodore (1833), André Emile (1834-1834) et Sébastien Paul (1836).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      fondeur de cloches signature
    • Auteur :
      Paintandre Sébastien , dit(e) Sébastien II
      Paintandre Sébastien

      Fondeur de cloches ("saintier") lorrain, né à Breuvannes (Haute-Marne) le 30 avril 1798, mort à Vitry-le-François (Marne) le 25 décembre 1874 ; fils cadet de Sébastien I Paintendre (1766-1830) et de Nicole Rattier (1772-1847). Membre d'une famille qui compta six fondeurs, il travailla en association avec ses frères Jean-Baptiste, Antoine et Hippolyte.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      fondeur de cloches signature

Cloches suspendues, de volée ; tintement par actionnement électrique ; couronne d'anses usuelle ; mouton en fonte de fer, en barre, à quatre brides rondes (remplaçant des moutons en bois d'orme déposés) ; battant en poire, en fer. Inscription : empreintes avec dossiers, dossiers juxtaposés par lettre ; tous les N sont inversés, la lettre Q est un P en miroir, les mots sont coupés en leur milieu aux passages à la ligne, présence de coquilles ("Dartiguelonque" pour "Dartiguelongue", "Darrieutont" pour "Darrieutort").

  • Catégories
    fonderie de cloches
  • Matériaux
    • bronze
  • Mesures
    • h : 79 (hauteur de la cloche 1 au cerveau)
    • h : 97 (hauteur de la cloche 1 avec la couronne d'anses)
    • d : 96 (diamètre de la cloche 1)
    • h : 70 (hauteur de la cloche 2 au cerveau)
    • h : 85 (hauteur de la cloche 2 avec la couronne d'anses)
    • d : 87 (diamètre de la cloche 2)
  • Iconographies
    • La Croix
    • ornementation, rinceau, angelot, filet
  • Précision représentations

    Décor des deux cloches : au milieu du vase, une grande croix ornée de losanges perlés, de rosettes et de motifs en amande, aux bras terminés par des angelots, sur un socle à quatre degrés décoré de rinceaux et de perles ; filets sur le vase supérieur, à la faussure et à la pince.

  • Inscriptions & marques
    • dédicace, fondu
    • signature, fondu
    • date, fondu
  • Précision inscriptions

    Dédicace (cloche 1, en trois lignes sur le vase supérieur, dextre indicatrice au début de chaque ligne) : [main] AD MAIOREM DEI GLORIAM ET IN HONOREM BEATISSIMI MICHAELIS ARC/ [main] HANGELI [losange] PARRAIN MR DQUE PEMARQUE MARRAINE DME ANNE DARTIGUELO/ [main] NQUE [sic] DARRIEUTONT [sic] MR RMOND CAMPAGNE MAIRE [losange] MR DQUE DUPERIER CURE.

    Dédicace (cloche 2, en trois lignes sur le vase supérieur, dextre indicatrice au début de chaque ligne) : AD MAIOREM DEI GLORIAM ET IN HONOREM STI ALBINI PATRON [losange] / [main] PARRAIN MR BENOIT ST MARTIN MARRAINE DME jNE DUBEDOUT PEMARQ/ [main] UE [losange] MR RMOND CAMPAGNE MAIRE [losange] MR DQUE DUPERIER CURE.

    Signature (dans un cartouche rectangulaire horizontal à bordure ornée des mêmes motifs que la croix, au bas du vase des deux cloches) : MONIN / PAINTANDRE / FRES FONDEURS.

    Date (de part et d'autre du socle de la croix, au bas du vase) : AN - 1819.

  • Précision état de conservation

    Les moutons originaux en bois, remplacés par des jougs métalliques, sont déposés sur le plancher de la chambre des cloches. Le vase de la cloche 1 (saint Michel) présente une longue fissure verticale.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 19 février 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 294/9
    n° 52

Bibliographie

  • LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse de Saint-Aubin (Landes). Pages d'histoire locale d'après les documents officiels. Vaison-la-Romaine : imprimerie Bonne Presse du Midi, 1938.

  • FAIVRE Jean-Bernard, MATÉOS Vincent. Cloches, sonnailles, carillons en pays landais. Bordeaux : Le Festin, 2011.

    p. 93

Annexes

  • Extrait de la monographie paroissiale de l'abbé Raphaël Lamaignère (1938) concernant la fonte des deux cloches en 1819
Date d'enquête 2014 ; Dernière mise à jour en 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice
Église paroissiale Saint-Aubin

Église paroissiale Saint-Aubin

Commune : Saint-Aubin