Dossier IM40005290 | Réalisé par
Ensemble de 2 autels, 2 gradins d'autel, 2 tabernacles, 2 niches et 2 statues (autels de la Vierge et de saint Joseph), Église paroissiale Saint-Georges
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
  • Commune Saint-Geours-d'Auribat
  • Emplacement dans l'édifice chapelles latérales
  • Dénominations
    autel, gradin d'autel, tabernacle, niche, statue
  • Titres
    • Vierge à l'Enfant
    • Saint Joseph et l'Enfant Jésus
  • Appellations
    de la Vierge, de saint Joseph

Les deux autels secondaires, comme le maître-autel (réf. IM40005289), furent acquis vers 1868-1872 auprès du marbrier Léon Géruzet (1829-1904), de Bagnères-de-Bigorre, et offerts par le maire Auguste Coudroy (en fonction de 1860 à 1892), principal artisan de la construction de la nouvelle église avec le curé Léonard Batistant. La statue de la Vierge Mère correspond au modèle dit de la Vierge d'Overbeck, en référence à une œuvre célèbre du peintre Friedrich Overbeck (1789-1869), diffusée en France à partir de 1853.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1872, daté par source
  • Lieu d'exécution
    Commune : Bagnères-de-Bigorre
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Géruzet Pierre Léon
      Géruzet Pierre Léon

      Membre d'une famille de marbriers active à Bagnères-de-Bigorre au XIXe siècle. La maison, fondée en 1836 par Aimé Géruzet, d'origine rémoise (Reims, 24.2.1799 - Bagnères-de-Bigorre, 7.9.1874), puis reprise en 1856 par son fils Pierre Léon (Bagnères, 12.6.1829 - Bagnères, 8.4.1904), exploitait dix-sept carrières pyrénéennes et possédait des succursales à Bordeaux (6, place des Quinconces) et à Bayonne (33, route d'Espagne). Elle produisait, outre du mobilier religieux, des meubles civils, des revêtements muraux, des monuments, des bassins et fontaines. Le fils du fondateur et de Marie Anne Amélie Costallat, Léon Géruzet, épousa en premières noces, le 26 janvier 1856 à Bordeaux, l'Américaine Adélaïde Marie Morton (New York, 19.12.1833 - Bagnères-de-Bigorre, 14.4.1857), fille de René Alfred Morton et d'Hepza Hobson, et en secondes noces, le 24 juin 1868 à Bagnères, Marie Émilie de Monck d'Uzer (Mugron, 9 septembre 1837 - Bagnères, 3 janvier 1915), fille du vicomte Clément de Monck d'Uzer (1803-1877), maire de Bagnères-de-Bigorre (1848-1870), et de Marie-Catherine de Brun (1814-1900).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      marbrier attribution par source
    • Auteur de la source figurée :
      Overbeck Johann Friedrich
      Overbeck Johann Friedrich

      Peintre né à Lübeck le 3 juillet 1789, mort à Rome le 12 novembre 1869 ; fils de Christian Adolph Overbeck, sénateur-maire de Lübeck, et d'Eleonora Maria Jauch. Élève à partir de 1806 de Heinrich Friedrich Füger à l'Académie des beaux-arts de Vienne, il fonde en 1809, en réaction à l'académisme néoclassique régnant, la Confrérie de saint Luc avec quelques condisciples, s'installe à Rome en 1810 et y réside jusqu'à sa mort. Converti au catholicisme en 1813, il œuvre au renouveau de l'art religieux auprès d'autres artistes romains d'origine allemande, tels Peter von Cornelius, Friedrich Wilhelm von Schadow, Philipp Veit, Julius Schnorr von Carolsfeld ou Joseph von Führich au sein du mouvement dit des Nazaréens, dont il est l'un des membres les plus connus grâce, notamment, à la diffusion de son œuvre par la gravure.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.

Autels de style néogothique, en marbre plaqué sur une âme maçonnée, essentiellement du marbre blanc (des Pyrénées plutôt que d'Italie comme le prétend la monographie paroissiale de 1890) et du rouge veiné, certainement une griotte de Campan de la carrière d'Espiadet (pour les panneaux de du tombeau d'autel de saint Joseph et pour les quadrilobes de son gradin inférieur). Chaque ensemble comporte un autel-tombeau droit avec trois arcs brisés à intrados trilobé portés par quatre colonnettes, adossé à un massif débordant surmonté d'un gradin droit et d'un second gradin à trois redents, celui-ci encastrant un tabernacle à porte en arc brisé en marbre, inscrite sous un arc trilobé sur colonnettes. Au-dessus de l'autel, une niche en plein cintre à colonnettes, à encadrement en plâtre ou stuc peint et console en calcaire, abrite une statue en plâtre blanc à rehauts polychromes (carnations) et dorés (orfrois des vêtements, accessoires).

  • Catégories
    marbrerie, sculpture
  • Structures
    • plan, rectangulaire
    • élévation, droit
    • colonne, 6
  • Matériaux
    • marbre veiné, blanc, rouge mouluré, tourné, décor en bas relief, décor dans la masse, décor à relief en réserve
    • plâtre, moulé, peint, polychrome, peint faux or
  • Mesures
    • h : 206,5 (hauteur totale des autels)
  • Précision dimensions

    Autel : h = 101 ; la = 185 ; pr = 62,5 ; gradin inférieur : h = 22,5 ; gradin supérieur : h = 41,5 ; tabernacle : h = 83 (avec l'exposition) ; la = 46 ; statues : h = 90 environ.

  • Iconographies
    • MA, Coeur Sacré de Marie, lys
    • Triangle trinitaire, épi, vigne
    • ornementation, ornement à forme architecturale, ornement à forme végétale, quadrilobe, rinceau, pinacle
  • Précision représentations

    Décor en relief dans la masse de l'autel de la Vierge : monogramme MA fleuronné sur le tombeau, cœur sacré de Marie dans un cartouche à cuits entre deux branches de rosier sur le ressaut central du gradin inférieur, branche de lys sur la porte du tabernacle. Décor à relief en réserve : quadrilobes sur les parties latérales du gradin inférieur. Décor en ronde bosse : pinacles aux angles antérieurs de l'exposition.

    Décor en relief dans la masse de l'autel de saint Joseph : épis de blé et cep de vigne en sautoir sur le ressaut central du gradin inférieur, triangle trinitaire dans une gloire sur la porte du tabernacle. Décor à relief en réserve : quadrilobes (à fond en griotte rouge de Campan) sur les parties latérales du gradin inférieur. Décor en ronde bosse : pinacles aux angles antérieurs de l'exposition.

    Statue de la Vierge à l'Enfant (dite Vierge d'Overbeck) : Vierge couronnée, debout sur un demi-globe entouré de nuées, portant devant sa poitrine l'Enfant les bras écartés.

    Statue de saint Joseph à l'Enfant : Joseph debout tenant un lys, avec devant lui l'Enfant âgé de six ou sept ans, bénissant et ma main gauche posée sur un cœur enflammé rayonnant sur sa poitrine.

  • État de conservation
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • Monographie paroissiale de Saint-Geours-d'Auribat, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18
Date d'enquête 2013 ; Dernière mise à jour en 2015
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice
Église paroissiale Saint-Georges

Église paroissiale Saint-Georges

Commune : Saint-Geours-d'Auribat