Dossier d’œuvre objet IM40006868 | Réalisé par
  • inventaire topographique
Ensemble de 17 verrières figurées et décoratives (baies 0 à 16), Église paroissiale Sainte-Eulalie
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Saint-Sever
  • Commune Saint-Sever
  • Lieu-dit Sainte-Eulalie
  • Emplacement dans l'édifice chœur (baies 0 à 2) ; collatéraux (baies 3 à 14) ; clocher (baie 15) ; porche (baie 16)
  • Dénominations
    verrière
  • Titres
    • Salvator mundi
    • Sainte Euallie
    • Saint Pierre
    • Bon Pasteur
    • Sainte Catherine couronnée par les anges
    • Immaculée Conception
    • Le Christ accueillant les jeunes gens de Sainte-Eulalie
    • La Vierge accueillant les jeunes filles de Sainte-Eulalie
    • Baptême du Christ
    • Saint Michel terrassant le démon
    • Immaculée Conception
    • Pélican mystique

La vitrerie de Sainte-Eulalie a été installée en plusieurs campagnes par le verrier Gustave-Pierre Dagrand (1839-1915). Les verrières les plus anciennes - qui sont aussi les premières connues de Dagrand dans le département des Landes - suivent de près l'ouverture de son premier atelier à Bayonne (1863). Les trois verrières du chœur datent de 1864, cinq des verrières historiées des collatéraux et celle de la sacristie, de 1865, l'Assomption de la face sud du clocher, de 1866. Ce premier ensemble a été complété tardivement (alors que Dagrand était désormais installé à Bordeaux), par un Baptême du Christ au bout du collatéral nord, daté de 1883, et par les verrières décoratives des deux bas-côtés, dont l'une porte le millésime 1890. Enfin, la verrière nord du porche (actuellement unique, mais qui devait faire pendant à une verrière disparue), ni signée ni datée, mais où on reconnaît le style de Dagrand, est postérieure à 1874, date de la construction du porche. On notera que le verrier, peut-être par souci d'homogénéité avec ses travaux antérieurs, signe "Dagrand" les dernières verrières de 1890, malgré la modification orthographique apportée à son patronyme (remplacement du "d" final par un "t") par jugement du tribunal de Bordeaux le 19 juillet de l'année précédente. Une autre anomalie inexpliquée est, au bas de la verrière 11, la localisation "Bordeaux" accompagnée du millésime 1865, date à laquelle Dagrand travaillait toujours à Bayonne...

La plupart des verrières de 1864-1865 ont été offertes par des membres de la famille Daugreilh (Joseph Félix, mort en 1891, et son frère Pierre Anselme ou Auguste), propriétaires à Pavillon (ou Pabillon) - et futurs donateurs de la troisième cloche de l'église en 1876. Le vitrail de Sainte Eulalie est un don de Théophile Poydenot (1805-1887), propriétaire du château de Prous dans la commune voisine de Montgaillard et donateur du maître-autel de l'église de ce bourg - à noter que son épouse, née Loustaunau, se prénommait Eulalie. Enfin, la verrière du Baptême du Christ , acquise pour 180 francs (registre de comptes de Dagrant), fut offerte en 1883 par Étienne Dehez, de Larroucat, donateur en 1878 d'une autre œuvre de Dagrand à l'église d'Aurice.

Plusieurs des cartons de Dagrand, dont on trouve peut-être ici la première utilisation dans les Landes, ont été remployés à diverses reprises par la suite. Le Salvator mundi a servi à Briscous (Pyrénées-Atlantiques) en 1866. L'effigie de Sainte Eulalie se retrouve en sainte Colombe à... Sainte-Colombe en 1868 (réf. IM40003559) et en sainte Catherine à Préchacq-les-Bains en 1870. Le Saint Pierre est adapté du même modèle que celui utilisé en 1867 à Sarraziet, église où on retrouve le Saint Michel, également employé à Moustey en 1874 (réf. IM40001716) et dérivé d'une gravure (1847) de Dominik Mosler d'après le peintre nazaréen allemand Friedrich Overbeck. La pérennité de certains modèles est démontrée par la réutilisation tardive du Baptême du Christ à Saint-Vincent-de-Xaintes (Dax) en 1893 et de l'Assomption à Gaas en 1869 (réf. IM40001317) et à Pissos en 1900 (réf. IM40001791).

La facture identique des visages et des détails ornementaux, que l'on constate dans toutes ces œuvres précoces de Dagrand, décèle une même main, probablement celle du chef d'atelier lui-même, encore peu secondé à ses débuts. Les cartons, quant à ceux, dérivent certainement de modèles gravés allemands, la principale source d'inspiration du verrier (et de beaucoup de ses confrères) à ce moment de sa carrière. Quelques détails décoratifs, comme les vrilles végétales qui s'enroulent autour des cadres des médaillons figurés, proviennent en revanche du répertoire de Joseph Villiet, le maître de Dagrand lors de sa formation bordelaise.

  • Période(s)
    • Principale : 3e quart 19e siècle
    • Principale : 4e quart 19e siècle
  • Dates
    • 1864, porte la date
    • 1865, porte la date
    • 1866, porte la date
    • 1883, porte la date
    • 1890, porte la date
  • Stade de création
    • copie d'estampe
  • Lieu d'exécution
    Commune : Bayonne
  • Lieu d'exécution
    Commune : Bordeaux
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Dagrant ou Dagrand Gustave-Pierre
      Dagrant ou Dagrand Gustave-Pierre

      Peintre-verrier né à Bordeaux (51, chemin du Sablonnat) le 15 septembre 1839 et mort dans la même ville le 21 septembre 1915 ; fils de Jean Dagrant, plâtrier, et de Jeanne Sallette ; marié à Bordeaux, le 3 octobre 1863, à Jeanne-Eugénie Chartier, sœur de Jean-Georges Chartier, peintre-verrier. Il en eut sept enfants, dont trois peintres-verriers qui lui succédèrent, Maurice (1870-1951), Charles (1876-1938) et Victor (1879-1925), et une fille qui épousa Albert Borel, son principal collaborateur. Né Pierre-Gustave Dagrant, le verrier changea son nom en Gustave-Pierre Dagrand entre 1864 et 1889, avant de reprendre, par jugement du tribunal de première instance de Bordeaux du 19 juillet 1889, son nom d'origine avec la graphie Dagrant. D'abord actif à Bayonne (où ses parents possédaient une propriété), il y fonde un premier atelier en 1864, puis crée en 1873-1874 un second atelier à Bordeaux (7, cours Saint-Jean, actuel cours de la Marne), ville où il s'installe définitivement par la suite.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      peintre verrier signature
    • Personnalité :
      Poydenot Barthélemy Théophile
      Poydenot Barthélemy Théophile

      Né à Bayonne, dans une famille de banquiers, le 9 novembre 1805, mort à Montgaillard (Landes) le 30 septembre 1887. Acquiert du marquis Pierre de Castelnau-Tursan le château de Prous à Montgaillard ; maire de cette commune de 1837 à 1838. Épouse à Sainte-Marie-de-Gosse, le 20 octobre 1835, Marie-Rose "Eulalie" Loustaunau (1812-1884). Leur fils Arthur Poydenot (1839-1926) fut poète sous le nom de "Lou Pouyanot de Prous".

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      donateur
    • Personnalité :
      Dehez Étienne , dit(e) dit Larroucat
      Dehez Étienne

      Propriétaire de Larroucat ou Larrougat à Aurice (Landes), où il mourut le 26 novembre 1891 à l'âge de quatre-vingt-quatre ans. Il était né à Bas-Mauco le 4 juin 1807 du mariage de Jean Dehez, laboureur, et de Jeanne Durou.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      donateur
    • Auteur de la source figurée :
      Overbeck Johann Friedrich
      Overbeck Johann Friedrich

      Peintre né à Lübeck le 3 juillet 1789, mort à Rome le 12 novembre 1869 ; fils de Christian Adolph Overbeck, sénateur-maire de Lübeck, et d'Eleonora Maria Jauch. Élève à partir de 1806 de Heinrich Friedrich Füger à l'Académie des beaux-arts de Vienne, il fonde en 1809, en réaction à l'académisme néoclassique régnant, la Confrérie de saint Luc avec quelques condisciples, s'installe à Rome en 1810 et y réside jusqu'à sa mort. Converti au catholicisme en 1813, il œuvre au renouveau de l'art religieux auprès d'autres artistes romains d'origine allemande, tels Peter von Cornelius, Friedrich Wilhelm von Schadow, Philipp Veit, Julius Schnorr von Carolsfeld ou Joseph von Führich au sein du mouvement dit des Nazaréens, dont il est l'un des membres les plus connus grâce, notamment, à la diffusion de son œuvre par la gravure.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      peintre
    • Auteur de la source figurée :
      Mosler Dominik
      Mosler Dominik

      Graveur allemand, né à Düsseldorf le 19 novembre 1822 et mort à Münster le 13 novembre 1880 ; fils du peintre et historien Karl Josef Ignatz Mosler et frère aîné du peintre Heinrich Mosler. Élève de Rudolf Wiegmann, Karl Ferdinand Sohn et Wilhelm Schadow à l'Académie des arts de Düsseldorf de 1838 à 1843, puis de Jakob Becker et Edward von Steinle au Städelschen Kunstinstitut de Francfort-sur-le-Main à partir de 1844, enfin à Munich et à Paris. Il grava d'après des peintres de l'école nazaréenne.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      graveur

Toutes les verrières sont des baies libres en arc brisé, à l'exception de la verrière du clocher, à deux lancettes, et de celle du porche, à tête trilobée. Verre teinté dans la masse pour les bordures, verre peint pour les figures, verre imprimé pour les fonds damassés des médaillons, grisaille avec cages à mouches pour les champs à rinceaux, fonds de paysage en camaïeu gris violet (baies 7 et 11) ou bleu (baie 13). Vasistas ouvrant au bas de la baie 5.

  • Catégories
    vitrail
  • Structures
    • baie libre, en arc brisé, polylobé
    • lancette, 2, en arc brisé
  • Matériaux
    • verre transparent, peint, polychrome, grisaille sur verre
    • plomb, réseau
  • Mesures
    • h : 250 (hauteur approximative des verrières du chœur)
    • h : 236 (hauteur des verrières des collatéraux)
    • la : 62 (largeur des verrières des collatéraux)
  • Iconographies
    • Salvator mundi
    • sainte Eulalie
    • saint Pierre apôtre
    • Bon Pasteur
    • sainte Catherine d'Alexandrie, ange, couronnement
    • Immaculée Conception
    • Christ, jeune homme, accueil
    • Vierge, jeune fille, protection, manteau, don, bouquet
    • Baptême du Christ
    • saint Michel terrassant le démon
    • Assomption
    • Pélican mystique
    • ornementation, ornement à forme végétale, quadrillage, carré, feuille, rinceau
  • Précision représentations

    Verrières du chœur. Baie 0 : Salvator mundi ; baie 1 : sainte Eulalie ; baie 2 : saint Pierre. Personnage en pied devant un fond damassé rouge (0) ou bleu (1 et 2), sur un soubassement maçonné à baies gothiques et crénelage, et sous un dais architecturé à gâble fleuronné et pinacles ; bordure à fleurettes quadrifoliées jaunes sur fond bleu (0) ou rouge (1 et 2).

    Verrières figurées des collatéraux. Baie 7 : sainte Catherine d'Alexandrie couronnée de roses par les anges (aux pieds de la sainte, sa couronne et la roue dentée de son martyre) ; baie 8 : Immaculée Conception (couronnée, dans une gloire dorée) ; baie 11 : le Christ accueillant trois jeunes hommes (vêtus de costume pseudo-médiévaux) ; baie 12 : la Vierge au Sacré-Cœur protégeant sous son manteau un groupe de jeunes filles en costume contemporain, le scapulaire au bras, qui lui font l'hommage de leurs cœurs dans un bouquet de roses et de lys ; baie 13 : Baptême du Christ ; baie 14 : saint Michel terrassant le démon. Scènes inscrites dans des médaillons oblongs au cadre imitant des branches de vigne avec vrilles et feuilles, avec fermaillets rouges à rosace, se détachant sur un fond grisaille à feuilles romanes et roses rouges ; bordure perlée, à feuilles romanes jaunes et baies blanches sur fond rouge et vert. La verrière 13, plus tardive, se distingue par la forme de son médaillon en amande, encadré d'un filet de perles.

    Verrière figurée décorative de la sacristie. Baie 4 : le Bon Pasteur parmi ses brebis. Scène figurée dans le panneau de tête de la verrière, entourée d'une bordure à feuilles romanes jaunes et blanches sur fond bleu et double filet de perles ; panneaux inférieurs originellement à motifs géométriques et végétaux stylisés (remplacés par du verre américain).

    Verrières décoratives des collatéraux. Baie 3 : quadrilobes à feuilles de vigne et grappes de raisin dorées. Baies 5, 6, 9 et 10 : motifs géométriques de couleur (quadrilobes et carrés posés sur la pointe) combinés et reliés par des fermaillets à rosace sur un fond grisaille à feuilles stylisées et quadrillage "cage à mouches" ; bordure à feuilles romanes jaunes et orangées sur fond bleu et double filet de perles.

    Verrière figurée de la face sud du clocher. Baie 16 : Assomption de la Vierge (dans la lancette de droite), losanges (lancette de gauche). Personnage dans un médaillon oblong au cadre fleuronné, se détachant sur des cercles bleus et des carrés rouges perlés entrecroisés, avec fermaillets rouges, eux-mêmes sur un fond grisaille à feuilles stylisées ; bordure à feuilles romanes blanches et vertes et grappes rouges sur fond bleu et double filet de perles.

    Verrière figurée décorative du porche. Baie 15 : Pélican mystique dans un médaillon en amande perlé à la tête de la verrière ; cercles rouges et losanges noirs perlés, reliés par des fermaillets verts et roses à rosace, sur fond grisaille à rinceaux de feuilles romanes ; bordure rouge à feuilles romanes jaunes et blanches et baies bleues, entre deux filets de perles.

  • Inscriptions & marques
    • signature, peint, gravé
    • date, peint, gravé
    • inscription concernant l'iconographie, peint
    • inscription concernant le donateur, peint
    • armoiries, peint
  • Précision inscriptions

    Baie 0. Signature et date (en bas à gauche et à droite) : ANNO / DOMINI / MDCCCLXIV // G.P. / DAGRAND / Bayonne. Inscription concernant le donateur (sur un écusson en bas au centre) : DON / DE Mr J.h F.x / DAVGREILH / PAVILLON. Armoiries (sur le soubassement) : de Louis Marie Olivier Epivent, évêque d'Aire et Dax (devise "Fide et caritate").

    Baie 1. Signature (au pied de la figure, à droite) : GD [lettres entrelacées]. Inscription concernant l'iconographie (sur le soubassement) : SANCTA EVLALIA. Inscription concernant le donateur (sur un écusson au centre du soubassement) : DON / DE Mr / POYDENOT / 1864.

    Baie 2. Signature et date (au pied de la figure, à droite) : GD [lettres entrelacées] Bay[onne] ... [effacé]. Inscription concernant l'iconographie (sur le soubassement) : SANCTVS PETRVS. Inscription concernant le donateur (sur un écusson au centre du soubassement) : DON / DE Mr / P.A. DAVGREILH / PAVILLON.

    Baie 4. Signature et date (gravées en bas à gauche du panneau de tête) : GD [lettres entrelacées] 1865.

    Baies 5 et 9. Signature et date (en bas) : G.P / DAGRAND / BORDEAUX // ANNO / DOMINI / 1890.

    Baie 7. Inscription concernant le donateur (sur un cartel au bas) : DON de Mr Félix DAUGREILH / PAVILLON. 1865.

    Baie 8. Signature et date (au pied de la figure, à gauche) : GD [lettres entrelacées] 1865. Inscription concernant le donateur (sur un cartel au bas) : DON de Mr Auguste DAUGREILH / PAVILLON 1865.

    Baie 11. Signature et date (au pied de la figure, à gauche) : G.P / DAGRAND / BORDEAUX // ANNO / DOMINI. Inscription concernant le donateur (sur un cartel au bas) : DON des JEUNES GENS / de la PAROISSE 1865.

    Baie 12. Signature et date (au pied des figures, au centre) : GD [lettres entrelacées] 1865. Inscription concernant le donateur (sur un cartel au bas) : DON des JEUNES FILLES / de la PAROISSE 1865.

    Baie 13. Signature et date (au pied de la figure, à gauche) : ANNO / DOMINI / 1893 // G.P / DAGRAND / BORDEAUX. Inscription concernant le donateur (sur un cartel au bas) : DON / de Mr ETIENNE DEHEZ / LARROUCAT P.P.L. Inscription concernant l'iconographie (au bas de la scène figurée) : EGO A TE DEBEO BAPTIZARI / ET TU VENIS AD / ME.

    Baie 14. Inscription concernant le donateur (sur un cartel au bas) : DON / de Mr L'ABBÉ LAGOT / CURÉ STE EULALIE / [... : dissimulé]. Devise (sur le bouclier de Michel) : QVIS VT DEVS.

    Baie 16. Signature et date (au pied de la figure, à droite) : GD [lettres entrelacées] 1866.

  • État de conservation
    • grillage de protection
    • partie remplacée
  • Précision état de conservation

    Les deux panneaux inférieurs des verrières 3 (collatéral nord) et 4 (sacristie) ont été remplacés par du verre américain incolore. Les carnations peintes des personnages de la verrière 13 sont très dégradées.

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Intérêt de l'œuvre
    À signaler

Documents d'archives

  • Extrait d'un livre de comptes du verrier G.-P. Dagrant (1875-1883) concernant le paiement d'une verrière du Baptême (du Christ) pour l'église de "Sainte-Eulalie-sur-l'Adour", janvier 1883.

    Archives départementales de la Gironde : Fonds Dagrant (non classé)
    année 1883 (janvier)

Bibliographie

  • SUAU Jean-Pierre (dir). Le vitrail dans les églises des Landes (1850-2010). Dax, Amis des églises anciennes des Landes, 2012, vol. I (Donateurs et créateurs).

    p. 25, 36, 42, 45, 46, 112, 113, 114
Date d'enquête 2017 ; Date(s) de rédaction 2017
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
Édifice
Église paroissiale Sainte-Eulalie

Église paroissiale Sainte-Eulalie

Commune : Saint-Sever
Lieu-dit : Sainte-Eulalie
Adresse : chemin rural de l' église Sainte-Eulalie