Dossier IA64002424 | Réalisé par
Ensemble d'industrie extractive dit plate-forme Induslacq
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Bassin de Lacq
  • Commune Lacq
  • Cadastre 2015 AK
  • Commune Abidos
  • Cadastre 2015 OA
  • Commune Mont
  • Cadastre 2015 AC A proximité du village d'Arance, sur la commune désignée "Mont-Arance-Gouze-Lendresse", résultat de la fusion de l'ensemble de ces villages en 1971.
  • Dénominations
    ensemble d'industrie extractive
  • Appellations
    Plate-forme Induslacq
  • Parties constituantes non étudiées
    bureau, cantine, chaufferie, laboratoire, tour de réfrigération, station d'épuration, château d'eau

Créée en 1941, la Société nationale des pétroles d'Aquitaine (SNPA) se voit confier par l'Etat un vaste périmètre de recherches d'hydrocarbures dans le Sud-Ouest. En 1951, un gisement de gaz naturel, très riche en soufre, est découvert près de Pau, à Lacq.

Associés à l'architecte-urbaniste de la zone de Lacq, Jean-Benjamin Maneval, les architectes André et Pierre Dufau, ainsi que Jacques de Brauer, créent ainsi à partir de 1957 une usine de raffinage, de traitement de gaz, de stockage d'hydrocarbures et de soufre sur un terrain de 250 hectares de la commune de Lacq. En parallèle, ils édifient les logements nécessaires à la main-d’œuvre, notamment la ville nouvelle de Mourenx (Maneval) et des lotissements pour ingénieurs à Lagor (Dufau).

Au gré des changements de raison sociale, l'usine SNPA appartient successivement à la Société nationale Elf Aquitaine Production à partir de 1976, puis à Elf Aquitaine Exploration Production France à partir de 1996, puis à Total Fina Elf à partir de 2000 et, enfin, à Total à partir de 2003. Dès lors, ce sera la filiale Total exploration production France (TEPF) qui exploitera le site. Par ailleurs, à partir de l'année 2000, le périmètre de la plate-forme de Lacq qui, jusque là, correspondait au périmètre de l'usine Elf, devient une plate-forme multi-exploitants nommée "Induslacq". L'espace incombant alors à TEPF est resserré autour de la zone dite "Traitement des hydrocarbures". En 2010, les terrains de TEPF sont vendus à la Société béarnaise de gestion industrielle (Sobegi). Les autres entreprises d'Induslacq, en 2013, sont les suivantes : Abengoa BF, Arkema, Air Liquide, Holis, OP Systemes, SEBL qui prend en charge la station d'épuration actuelle, SOBEGAL, TIGF.

A partir de la fin de l'année 2013, le schéma de fonctionnement de la plate-forme est amené à évoluer au profit de la nouvelle organisation nécessaire au projet Lacq Cluster Chimie 2030 (LCC30). Les puits conservés seront cédés par TEPF à Geopetrol dont la tâche se résumera à l’extraction du gaz brut. La Société béarnaise de gestion industrielle (Sobegi) prendra en charge la désacidification et la décarbonatation du gaz via sa nouvelle Unité de traitement de gaz (UTG). Arkema utilisera alors l'hydrogène sulfuré issu de l'UTG afin de poursuivre ses activités et Sobegi alimentera ses chaudières de la centrale "Utilités" avec le méthane issu de la désulfuration. La vapeur ainsi produite alimentera les industriels de la plate-forme. Les résidus soufrés seront traités par la société spécialisée OP Systèmes implantée sur la plate-forme Induslacq depuis 2007.

Sur la plate-forme Induslacq, les bâtiments historiques correspondent à ceux conçus pour l'usine SNPA par les architectes du cabinet André et Pierre Dufau et, par le cabinet de Jacques de Brauer.

Le cabinet Dufau conçoit les bâtiments de direction, les laboratoires et les ateliers de maintenance. Jacques de Brauer fait réaliser, lui, les bâtiments de bureaux, le centre médico-social, la cantine, le pavillon d'exposition provisoire aujourd'hui détruit, ainsi que les installations techniques majeures : les salles de contrôle, la centrale "Utilités" destinée à fournir l'ensemble de l'énergie à la plate-forme, le château d'eau, les tours de réfrigération et le bassin de filtration.

Les maîtres d’œuvre conçoivent un projet à l’architecture fonctionnelle, le béton armé étant le principal matériau de gros œuvre. La pierre dure d’Arudy (calcaire marbrier issu des carrières de la localité d’Arudy dans les Pyrénées) est, elle, réservée pour certains murs, selon un appareil à assises irrégulières en moellons équarris. Ces élévations en pierre locale sont le signe distinctif des bâtiments « historiques » qui se concentrent dans la partie administrative de la plate-forme, au nord-ouest. Exceptés les ateliers conçus sous sheds avec des tuiles mécaniques, l'ensemble des bâtiments arborent un toit terrasse.

Entre ces quelques constructions, l’essentiel des installations sur la plate-forme constitue une sorte de « paillasse de chimiste » composée d’équipements en plein air (colonnes de distillation, réacteurs, etc.) reliés par des canalisations métalliques. En devenant une plate-forme multi-exploitants en 2000, le site de l'usine de Lacq a été divisé en deux : un lotissement Induslacq sur la commune de Lacq et un lotissement Induslacq 2 sur la commune d’Abidos. Au nord de la plate-forme subsiste l'auvent en béton (en forme de selle de cheval) d'une station service construit par l'architecte-urbaniste du bassin de Lacq, Jean-Benjamin Maneval, en collaboration avec Jacques de Brauer.

  • Murs
    • béton béton armé
    • calcaire marbrier moellon
  • Toits
    béton en couverture, verre en couverture, tuile mécanique, métal en couverture
  • Étages
    2 étages carrés
  • Couvrements
  • Élévations extérieures
    élévation à travées
  • Statut de la propriété
    propriété d'une société privée
  • Éléments remarquables
    bâtiment administratif d'entreprise
  • Protections

Bibliographie

  • MAISON-SOULARD Laetitia, BELTRAN Alain, BOUNEAU Christophe. Le bassin de Lacq : métamorphoses d'un territoire. Pessac: Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 2014 (Cahiers du Patrimoine ; 105).

  • SOUCY Claude. La Région de Lacq-Mourenx : un exemple de complexe industriel. Thèse de troisième cycle, Bordeaux, 1972.

Périodiques

  • DUFAU Pierre. "Lacq - Complexe SNPA", Techniques et architecture, n°6, octobre 1959.

    p. 100-109
  • POINSOT Yves. « L’évolution géographique récente du bassin de Lacq : redéploiement industriel et facteurs environnementaux », Revue Géographique de Lyon, 1996, vol. 71, n° 1.

    p. 55-64
Date d'enquête 2012 ; Dernière mise à jour en 2013
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine