Embarcadère du bac Blaye-Lamarque
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
  • (c) Conseil départemental de la Gironde

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
  • Hydrographies la Gironde
  • Commune Blaye
  • Adresse allées Marines
  • Cadastre 2016 AM
  • Dénominations
    embarcadère
  • Précision dénomination
    embarcadère du bac
  • Appellations
    Bac Blaye-Lamarque
  • Parties constituantes non étudiées
    cale, bac

Un embarcadère, destiné aux passagers des bateaux à vapeur de Bordeaux, existe au bout du terre-plein de la rive droite du chenal depuis les années 1830. Un service régulier de bac afin de joindre les deux rives de la Gironde, éloignées de 3 800 mètres, est envisagé dans les années 1890, en complément de la réalisation de la ligne de chemin de fer de Moulis à Lamarque en Médoc. Mais cette ligne est finalement abandonnée avant même sa mise en service. Le Conseil général, aiguillonné par des élus des deux rives, réaffirme le vœu de création d'une liaison Blaye-Lamarque en 1913 ; le coût des travaux et la guerre ne permettent cependant pas son exécution. En 1926, un rapport de l'ingénieur en chef des travaux publics évalue le coût de construction d'une cale d'accostage à Blaye à 390 000 francs. Le projet global est adopté en mai 1927. Après bien des retards, le Département retient en 1932 la proposition des Ateliers et Chantiers maritimes du Sud-Ouest et Bacalan Réunis : la commission des travaux publics décide de la construction de trois cales d'accostage en béton armé à Blaye, Lamarque et Pauillac, ainsi que d'un bateau de 240 tonnes. En dépit de quelques difficultés techniques durant le chantier, nécessitant un report de l'ouvrage vers l'amont, le nouveau bac baptisé "Les deux Rives" est mis en service le 18 mars 1934, dans un premier temps uniquement entre Blaye et Pauillac, puis par Lamarque après achèvement des travaux de l'embarcadère, au mois de mai. La ville de Blaye est désormais raccordée au Médoc en une vingtaine de minutes.

  • Période(s)
    • Principale : 2e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1934, daté par source

La cale d'accostage, parallèle au rivage, est constitué d'une rampe inclinée sur une structure de poteaux, en béton armé. Un local destiné à abriter le personnel est établi à l'extrémité du ponton de raccordement de la cale à la berge.

  • Murs
    • béton béton armé
  • Statut de la propriété
    propriété du département (incertitude)

Documents d'archives

  • Port et chenal. Projet d'embarcadère et de réparation, plans divers, 1831-1897.

    Archives municipales, Blaye : M1
    Courrier du maire de Lamarque du 4 août 1890.

Bibliographie

  • COTTON DE BENNETOT Arlette. Petit dictionnaire des rues de Blaye. Bordeaux : Imprimerie Biscaye, 1983.

    P. 52, 83-84.
  • BIROLLEAU-BRISSAC Paulette. Histoire de Blaye. Bordeaux : Ed. de la Société des Amis du Vieux Blaye, 1968.

    P. 282.

Périodiques

  • BUSINELLI Claude. "Les hommes du bac". L'Estuarien, n°36, 2011.

    P. 8.
  • FAURE Michel. "Le bac Lamarque-Blaye 1883-1935 (1)". Les Cahiers Médulliens, 1996, n° 25.

    P. 77-107.
  • FAURE Michel. "Le bac Lamarque-Blaye 1883-1935 (2)". Les Cahiers Médulliens, 1996, n° 26.

    P. 43-89.
  • VIGNAU Michel. "Cinq siècles d'aménagement portuaire". L'Estuarien, n°36, 2011.

    P. 4-5.

Annexes

  • Documentation complémentaire
Date d'enquête 2013 ; Dernière mise à jour en 2017
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Conseil départemental de la Gironde