Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église Saint-Vivien

Dossier IA17002183 réalisé en 1998

Fiche

VocablesSaint-Vivien
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
AdresseCommune : Coivert
Adresse : allée du
Cimetière
Cadastre : 2016 B 235 ; 1839 B3 129

L’église de Coivert date, pour ses parties les plus anciennes, du 12e siècle. De cette période ne subsistent que la façade occidentale et une baie romane sur le mur nord. Le reste de l’édifice a été en partie reconstruit dans le 4e quart du 19e siècle. En 1889, un détail estimatif des travaux à faire à l’église est réalisé par l’architecte angérien Aimé Bonnet. Ceux-ci consistent en la reconstruction du choeur, de l’abside et d’une partie des murs nord et sud. Cette reconstruction partielle de l’église pose des soucis aux communes voisines de Saint-Martial-de-Loulay et la Croix-Comtesse, qui, dépendant de la paroisse de Coivert, refusent de participer aux frais. On ne sait pas si elles ont fini par céder, mais en 1897 les travaux sont adjugés à l’entrepreneur Frédéric Méchain. En 1899, un détail des travaux exécutés pour la reconstruction partielle de l’église est réalisé.

La sacristie, accolée sur le mur nord du choeur, est une construction du 3e quart du 19e siècle, de 1861. Réalisée d’après des plans de l’architecte Aimé Bonnet, elle a été construite par l’entrepreneur Jean Barré.

La cloche de l’église, classée Monument Historique au titre d’objet en 1908, date du 1er quart du 17e siècle et porte l’inscription : IHS Maria, je suis fête pour servir l’église de St-Vivien de Coyvert et curé me Salvagy et Périn Jan Tesié. M. Moulinau et Sendit P. Vitet et M. Tamplet 16X7.

Période(s)Principale : 12e siècle, 4e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Bonnet Aimé
Bonnet Aimé

Architecte, Saint-Jean-d'Angély : école à Coivert vers 1890, école à Saint-Martin-de-Juillers


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Méchain Frédéric
Méchain Frédéric

Entrepreneur : reconstruction partielle de l'église de Coivert, 1897.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

L’église de Coivert, dédiée à saint Vivien, est orientée, c’est-à-dire que le choeur est tourné vers l’est. Sa façade occidentale est limitée par deux contreforts plats et l’ancien portail, dont on voit une trace à gauche, a été remplacé par une porte en plein cintre. Celle-ci dispose d’un linteau à petits claveaux avec agrafe et sommiers saillants se prolongeant sur le nu du mur. Au-dessus se situe une tablette soutenue par des modillons dont deux présentent des têtes humaines et les autres des motifs géométriques. Une fenêtre romane, qui a perdu ses colonnes dont on devine les chapiteaux, est dotée d’une voussure surmontée d’une archivolte en pointes de diamants. Une baie étroite en plein cintre et une autre ronde ont été aménagées à l’intérieur de cette fenêtre. Le mur pignon est percé d’une baie en plein cintre où est logée la cloche et il est surmonté d’une croix en pierre.

Le mur nord de la nef est pourvu de trois travées séparées par des contreforts plats, d’une corniche à modillons présentant, entre autres, des têtes humaines et une tête de loup, et de deux cordons dont un, sur les deux travées de gauche, est sculpté de demi-besants affrontés. Sur la dernière travée se situent les restes d’une fenêtre romane reposant sur le cordon de demi-besants. Elle est encadrée de deux colonnes à chapiteaux sculptés grossièrement et elle est surmontée d’une voussure à archivolte en pointes de diamants. La travée du choeur est percée d’une fenêtre étroite en plein cintre. Sur cette travée est accolée la sacristie, à toiture à longs pans et percée sur ses deux faces en gouttereau d’une fenêtre simple. Le mur sud de la nef est paré de trois contreforts plats et d’une fenêtre en plein cintre, et, contrairement à l’autre façade, il n’est pas orné d’une corniche à modillons. Comme le mur nord, la travée du choeur est percée d’une fenêtre en plein cintre.

Le chevet semi-circulaire est pourvu de trois travées séparées par des contreforts et percées de fenêtres en plein cintre. Sa toiture en forme de dôme est couverte d’ardoises.

Murscalcaire pierre de taille
Toittuile creuse, ardoise
Plansplan rectangulaire régulier
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau
Couverturestoit à longs pans
Escaliers
État de conservationbon état
Techniquessculpture
Représentationsornement figuré, tête humaine ornement animal, loup ornement géométrique, pointe de diamant
Précision représentations

Tablette au-dessus du portail ouest à modillons sculptés de motifs géométriques et de têtes humaines. Fenêtre au-dessus, à archivolte en pointes de diamants. Mur nord doté d’une corniche à modillons sculptés de têtes humaines et d’une tête de loup. Fenêtre du mur nord à archivolte en pointes de diamants. Cordon du mur nord sculpté de demi-besants affrontés.

Statut de la propriétépropriété publique

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1889, 18 décembre : détail estimatif pour des travaux de reconstruction partielle de l’église, par l’architecte Aimé Bonnet.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1981
  • 1892 ; sans date : délibération des conseils municipaux de Coivert, Saint-Martial de Loulay et la Croix Comtesse au sujet de reconstruction partielle de l’église.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1981
  • 1897, 25 avril : procès-verbal d’adjudication des travaux de reconstruction partielle de l’église, en faveur de Frédéric Méchain, entrepreneur.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1981
  • 1899, 5 janvier : détail des travaux exécutés pour la reconstruction partielle de l’église de Coivert.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1981
  • 1861, 6 janvier : procès-verbal d’adjudication des travaux de construction d’une sacristie, en faveur de Jean Barré, entrepreneur. D’après des plans de l’architecte Aimé Bonnet.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1981
  • 1861, 14 juin : attestation d’achèvement des travaux de construction de la sacristie.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1981
  • 1861, 26 septembre : procès-verbal de réception définitive des travaux de construction de la sacristie.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 1861
Bibliographie
  • Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, Poitou-Charentes. Tome 1. Paris : Flohic, 2002. p. 338.

  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l’arrondissement de Saint-Jean d’Angély. 6e fascicule, Canton de Loulay. Saint-Jean d'Angély, imprimerie Brisson, 1972. p 6.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Bordas Anita - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.