Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise Saint-Saturnin

Dossier IA17008714 réalisé en 2001

Fiche

VocablesSaint-Saturnin
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
AdresseCommune : Cherbonnières
Adresse : place de l'
Eglise
Cadastre : 1834 C1 215 216 ; 2017 C 386

Une première église est citée au début du 11e siècle, lorsque la terre de Cherbonnières est donnée à l'abbaye de Saint-Jean d'Angély. Il est difficile d'affirmer si des éléments de l'édifice actuel remontent à cette période, peut-être est-ce le cas des petites fenêtres du mur nord de la nef. Les moines font reconstruire l'église et édifier le prieuré attenant. Le choeur et l'abside, de style roman, datent du 12e siècle, mais le reste de l'église a été intégralement remanié à plusieurs époques.

A la fin du Moyen Age, vers le 15e siècle, la travée sous le clocher a été réédifiée dans le style gothique, comme l'indiquent les restes de voûtes sur croisée d'ogives. Le clocher date probablement de la même période, de même que la surélévation du choeur qui témoigne d'une fortification de l'église lors des troubles de la Guerre de Cent Ans. On a ainsi aménagé une salle de guet sur l'édifice le plus haut du village. Une fenêtre et une niche gothique sont également visibles dans le choeur. Au 15e siècle fut construite une chapelle attenante au mur nord du choeur, dont il ne reste que la trace des arc formerets, visible à l'extérieur. Celle-ci avait déjà été détruite au début du 19e siècle puisqu'elle ne figure pas sur le cadastre napoléonien de 1834.

Il est difficile d'avancer une date de construction pour la chapelle sud (où se trouvent aujourd'hui les fonts baptismaux) : l'aspect extérieur est gothique, mais les culots sculptés d'angelots visibles dans les angles à l'intérieur appartiennent au style Renaissance du 16e siècle. La nef a été intégralement remaniée, voire reconstruite, et abaissée, sans doute au 18e siècle. Au 19e siècle, Cherbonnières est le siège d'une succursale incluant Saint-Martin de Juillers et Saint-Pierre de Juillers. L'église fait l'objet de réparations, la plupart des éléments du mobilier et les vitraux datent également de cette période. Une sacristie fut édifiée contre le chevet en 1867, mais elle a été démolie.

Période(s)Principale : 12e siècle, 15e siècle, 16e siècle, 18e siècle , (?)

L'église de Cherbonnières, sous le vocable de Saint-Saturnin, est orientée, c'est-à-dire que le choeur se trouve au sud-est. Elle se compose d'une nef assez basse rectangulaire, d'une travée sous le clocher, d'une travée de choeur prolongée par une abside semi-circulaire, ainsi que d'une chapelle latérale accolée au sud.

La façade occidentale de la nef, très simple, présente une porte en plein cintre à sommiers et agrafe saillants surmontée d'une étroite fenêtre, également en plein cintre. On lit dans l'irrégularité de la maçonnerie les multiples remaniements qu'elle a connu. Les murs nord et sud sont chacun percés de deux petites fenêtres en plein cintre, dont seules celles au nord sont visibles depuis l'extérieur. La nef est couverte à l'intérieur d'un simple plafond.

La travée du clocher est flanquée, au nord, de deux épais contreforts, dont un est en réalité une tour d'escalier : une porte visible à l'extérieur donnait accès aux parties hautes d'une chapelle disparue. A l'intérieur, les restes d'une voûte d'ogives sont supportés par quatre culots sculptés de deux quadrupèdes, un oiseau et un ange portant un blason. Au-dessus, le clocher octogonal, probablement inachevé ou arasé, est épaulé de contreforts dans les angles. Le cordon à la base des fenêtres est orné de quelques têtes de personnages sculptées. On remarque, sur la face ouest, l'ouverture murée de l'ancienne nef en arc brisé, qui était plus haute que l'actuelle. La cloche, inscrite Monument Historique en 1908, porte l'inscription suivante : « Jesus Maria Je suis faicte pour Saint-Saturnin de Cherbonnières, mre Michel Berthelot pbr curé du lieu, a Jean Berthelot Louis Tuauld, 1630, André Rousseau ».

Le choeur et l'abside semi-circulaire sont en grande partie romans, aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur. On remarque à l'extérieur plusieurs baies en plein cintre à colonnettes et chapiteaux sculptés de feuillages, et bandeaux d'archivoltes en pointes de diamant. A l'intérieur, les faisceaux de colonnes, aux chapiteaux de même style, ainsi que les arcs doubleaux brisés supportant la voûte, datent de la même période. Les transformations de la période gothique sont le remaniement d'une baie, l'aménagement d'une niche (toutes deux trilobées) et la surélévation pour fortifier l'église. Le mur nord porte, à l'extérieur, les arcs formerets et les départs des voûtes d'une chapelle à deux travées, aujourd'hui démolie. On remarque également la trace d'une ancienne ouverture en arc brisé, qui pourrait être un enfeu, un tombeau aménagé dans le mur.

La chapelle sud, à laquelle on accède par une ouverture en plein cintre dans la travée sous clocher, possède une fenêtre en arc brisé. On remarque dans les quatre angles des culots sculptés Renaissance, représentant des feuillages et des têtes d'angelots. La voûte actuelle est en plein cintre. Cette chapelle est surmontée d'une pièce indépendante de l'église, à laquelle on accède depuis les bâtiments du prieuré. Depuis cette pièce, une ouverture donnant sur le choeur permettait de suivre les offices. Le sol est recouvert d'un dallage de petites pierres et briques dessinant une fleur de lys dans un cercle.

Le mobilier comprend un autel tombeau peint de l'agneau pascal, un autel secondaire dédié à la Vierge, des fonts baptismaux dans la chapelle, un tableau représentant le Sacré Coeur dans la nef et diverses statues. On observe dans le choeur la pierre tombale de Henri de Beauchamps, seigneur de Grand Fief et de Cherbonnières (1733). Les vitraux représentent le Sacré Coeur, saint Saturnin, saint Pierre, saint Joseph à l'Enfant, une sainte martyre et un saint évêque.

Murscalcaire pierre de taille
moellon
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau brisé
Couverturestoit à longs pans
État de conservationrestauré
Techniquessculpture
vitrail
Représentationsornement végétal, feuillage ornement géométrique, pointe de diamant ornement animal, oiseau, lion ornement figuré, ange, saint, sainte, saint Saturnin, saint Joseph, Christ, saint Pierre
Précision représentations

Colonnes et colonnettes du choeur à chapiteaux ornés de feuillages. Culots de la voûte sous le clocher ornée d'un oiseau, d'un ange portant un blason et deux quadrupèdes (lions ?). Culots de la chapelle sud ornés d'angelots. Vitraux représentant le Sacré Coeur, saint Saturnin, saint Pierre, saint Joseph àl'Enfant, une sainte martyre et un saint évêque.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1866-1867 : pièces concernant la construction de la sacristie de Cherbonnières, travaux de l'architecte Aimé Bonnet et de l'entrepreneur Jean Chauveau.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 388
  • 1806, 7 juin : statistique concernant les églises de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 54 V 1
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, 56 V 1. 1845, 29 décembre : état de l'église et du presbytère dressé par le maire. 1846, 1er mai : statistiques sur les églises et presbytères du département.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 56 V 1
Bibliographie
  • Chapacou, Denis. Aulnay, un voyage dans l'histoire du canton, 1995.

    p. 21
  • Chapacou, Pierre. Le Grand Fief, Le Breuil et Cherbonnières, 1950.

    p. 43-47
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge, t. 3. Saintes : Delavaud, 1952-1961.

    p. 57-58
  • Hillairet, Fabrice. Cherbonnières à travers les actes, 2009.

  • Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime. Paris : Flohic, 2002.

    p. 115-116
  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély : Canton d'Aulnay. Saint-Jean d'Angély : Brisson, 1968.

    p. 26-27
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Ivars Martine - Barreau Pierrick