Auteur
Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Vals de Saintonge Communauté - Saint-Jean-d'Angély
  • Commune Courant
  • Lieu-dit Ligueuil
  • Adresse rue de l'Eglise
  • Cadastre 2016 C 869  ; 1828 C1 131
  • Dénominations
    église paroissiale
  • Précision dénomination
    église paroissiale Saint-Saturnin
  • Vocables
    Saint-Saturnin

L’église Saint-Saturnin est l’ancienne église de la paroisse de Ligueuil, commune absorbée par Courant en 1825. Érigée au 12e siècle, elle était placée à cette époque sous la protection des seigneurs de Saint-Martin de la Coudre (actuelle commune de Bernay Saint-Martin). L’église aurait été, à l’origine, la chapelle d’un prieuré, de plan simple et dépouillé et qui n’a jamais été en croix latine. Tout comme l’église de Courant, elle a été particulièrement éprouvée durant les guerres de Religion, c’est pourquoi elle porte des éléments du 15e siècle, période à laquelle elle été en partie reconstruite.

De la période romane on note l’assise des murs, deux petites baies en plein cintre sur le mur sud et la porte en plein cintre (murée) de la façade ouest. De la période gothique on remarque le portail en arc brisé de la façade sud, deux fenêtres aussi en arc brisé sur le mur sud et le chevet. À l’intérieur, on voit que la nef a été allongée vraisemblablement au 14e siècle, dans les angles du chevet se situent deux petites colonnes du 14e siècle avec leurs chapiteaux sculptés de feuillages et portant les amorces d’une croisée d’ogives.

La porte primitive de l’église, celle sur la façade ouest, a été murée et un clocheton a été rajouté vraisemblablement au cours du 19e siècle.

En 2016, faute de moyens pour effectuer des travaux de réparation à l’église, la municipalité, déjà propriétaire de deux édifices religieux, décide de sa démolition. Blottie au milieu du village, cette discrète élise, semble avoir été oubliée du moindre entretien depuis des années. Une partie des habitants de Ligueuil, qui n’étaient pas d’accord avec cette décision, se sont mobilisés en créant une association de sauvegarde de leur église.

Cette dernière, nommée « Les amis de l’église Saint-Saturnin », a pour but de promouvoir la restauration de l’église Saint-Saturnin de Ligueuil et d’assurer un lien social dans le hameau, en collaboration avec la municipalité de Courant, les associations de sauvegarde du patrimoine et le clergé en charge du culte.

Pour que cette église évite la destruction, des travaux urgents sont à réaliser, comme la consolidation des fondations, le remaniement de la charpente et de la couverture, la réfection de la voûte et la reprise des maçonneries.

  • Période(s)
    • Principale : 12e siècle, 14e siècle, 19e siècle

L’église de Ligueuil, dédiée à saint Saturnin, est orientée, c’est-à-dire que le choeur est tourné vers l’est. Implantée au centre du hameau au milieu des habitations, elle se compose d’une nef rectangulaire à chevet plat.

Sa façade occidentale est flanquée de deux petits contreforts plats et en son milieu s’ouvrait autrefois une porte en plein cintre aujourd’hui murée. Le clocher campanile, au sommet duquel trône une croix en pierre, est percé d’une baie en plein cintre qui accueille la cloche, datée de 1709.

Le mur sud comprend un portail gothique en arc brisé dont les chanfreins sont ornés de marguerites bien conservées. En haut du mur on remarque deux petites fenêtres romanes en plein cintre, aujourd’hui murées, et un corbeau paré d’une tête de personnage. Le contrefort plaqué à droite, à une époque indéterminée, a pu servir de support à un escalier de communication à un clocheton central. En effet, d’aspect massif, il ne correspond pas à un contrefort de croisée d’un transept qui n’a jamais existé. La deuxième partie de cette façade, à droite et construite en retrait, est percée de deux fenêtres en plein cintre, dont une est murée.

Le chevet plat est délimité par deux contreforts réunis par une moulure du 15e siècle, sur laquelle s’appuie une grande baie gothique qui a été murée puis percée d’une fenêtre beaucoup plus petite.

À l’intérieur, la deuxième partie de la nef a été allongée probablement au 14e siècle. Dans les angles du chevet on voit deux fines colonnes à chapiteaux sculptés de feuillages et supportant les amorces d’une croisée d’ogives. La cloche, qui date de 1709, a pour parrain Esparbés de Lussan, vicomte d’Aubeterre, et pour marraine N. de Lescours. Le vitrail représentant saint Saturnin a été réalisé en 1881 par un certain A. Berger de Toulouse.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit partiel
  • Toits
    tuile creuse
  • Plans
    plan rectangulaire régulier
  • Étages
    1 vaisseau
  • Couvrements
    • voûte en berceau
  • Couvertures
    • toit à longs pans
  • État de conservation
    menacé
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Bibliographie

  • Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, Poitou-Charentes. Tome 1. Paris : Flohic, 2002. p. 341.

  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l’arrondissement de Saint-Jean d’Angély. 6e fascicule, Canton de Loulay. Saint-Jean d'Angély, imprimerie Brisson, 1972. p 12.

Date d'enquête 1999 ; Dernière mise à jour en 2018
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
(c) Vals de Saintonge Communauté
Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Articulation des dossiers