Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église Saint-Pierre

Dossier IA16007473 réalisé en 2005
VocablesSaint-Pierre
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Confolentais - Confolens-Sud
AdresseCommune : Brillac
Cadastre : 2004 G5 952

L'église date de la fin du XIIe siècle et du début du XIIIe siècle. Elle était située dans l'enceinte du château de Brillac. La vicairie perpétuelle était membre de l'ancien chapitre collégial de Brillac qui fut réuni à celui du Dorat vers 1400. La paroisse de Brillac dépendait du diocèse de Limoges. L'église est aujourd'hui sous le patronage de saint Pierre. On y a également honoré saint Eutrope, saint Sulpice et saint Mélit ou Mélèze. L'abbé Nanglard donne la liste des titulaires connus de l'église. Le premier nom cité est Jacques Jourdain en 1443. Une reconnaissance et un papier terrier de l'église paroissiale datés de 1544 se trouvent aux archives départementales mais les descriptions de l'édifice ne sont pas antérieures au XVIIIe siècle. Le 28 décembre 1742, marché est passé à Pierre Hugonnaud pour le cintre de la voûte par Janssat et son confrère, notaires. On trouve un inventaire des ornements de l'église à la Révolution (en annexe). Une description du 8 février 1803 présente une église en mauvais état (en annexe). Il y a beaucoup de réparations à faire en 1806, seules les parties les plus urgentes sont portées au budget pour 66F. En 1810 il est indiqué que l'église est en bon état et qu'elle peut-être entretenue au moyen des revenus de la fabrique. En novembre et décembre 1866 sont exécutés des travaux de couverture au clocher sous les ordres de l'architecte A. Lemaire de Brillac (800F). Ces travaux occasionnent des dégâts. D'autres travaux sont exécutés en 1867 au clocher et à la couverture de l'église en 1867. La couverture et la charpente sont reprises en 1888/1889 par François Maingaud. Des travaux de maçonnerie sont exécutés en 1889 par Jean Dabzac, maçon à Brillac. La sacristie est reconstruite en 1897. Trois vitraux sont installés en 1964. L'église a été restaurée à la fin du XXe siècle et au début du XXIe siècle.

Période(s)Principale : limite 12e siècle 13e siècle
Secondaire : limite 20e siècle 21e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

L'église comporte une nef unique de trois travées et un faux-carré de transept. Le mur ouest est surmonté d'un pignon. Il est percé d'une fenêtre à réseau. Il est appuyé sur des contreforts angulaires. Des contreforts correspondent également à chaque travée. Le portail est situé au nord. Il est couvert en cintre brisé. Il a six voussures garnies de boudins sur colonnettes, dont une creusée en cavet et décorée de boules. Il est à rapprocher des portails de l'église Saint-Maxime et de la chapelle de la Commanderie à Confolens. L'encadrement du portail, le chevet et les contreforts sont en pierre de taille. Les élévations et la partie surélevée au-dessus de la corniche à modillons sont en moellons de granite et enduit. Le clocher se situe sur la troisième travée de la nef. Il est constitué d'un bahut de plan carré recouvert d'une flèche de plan octogonal. L'ensemble est recouvert d'ardoise. La voûte en berceau brisé est portée par des arcs doubleaux reposant sur des colonnes sur dosserets. Ces colonnes reçoivent également les arcades aveugles des murs gouttereaux. Les murs de la travée ouest présentent deux arcades. Le faux carré du transept est séparé de la nef par un arc sur colonnes et dosserets, à deux rouleaux du côté de la nef et un seul du côté est. Le faux carré est couvert d'un berceau brisé. La porte de la sacristie est située sur l'élévation sud du faux carré. Un doubleau sur colonne sépare le faux-carré de l'abside. L'abside en cul-de-four a trois pans. Chaque pan de mur est percé d'une fenêtre fermée par un vitrail. Les deux vitraux latéraux représentent deux saints. Le vitrail oriental représente le Sacré-cœur. Les élévations intérieures sont recouvertes d'enduit. Celles du faux-carré et de l'abside sont en pierre de taille. La voûte et le cul-de-four sont couverts d'enduit. Un cordon en quart de rond court sous les voûtes.

Mursgranite moellon enduit partiel
granite pierre de taille
Toittuile creuse, ardoise
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau brisé
cul-de-four
Couverturestoit à longs pans
flèche polygonale
toit polygonal
Représentationsornement géométrique
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH, 2001/05/21
Précisions sur la protection

Eglise en totalité (cad. G 952) : inscription par arrêté du 21 mai 2001.

Annexes

  • Le 18 brumaire an XI (8 février 1803), l'église est décrite comme suit :

    " ... Le clocher ou flèche est presque découvert du côté de la pluie, ce qui endommage considérablement la charpente de la flèche et du befroy (sic). Les vitraux sont brisés, les murs de l'intérieur de l'église sont d'une malpropreté répugnante et malsaine. Le pavé, qui a été levé pour fouiller des terres à salpêtre et replacé sans précaution est inégal. Au dehors, quatre piliers menacent ruine et pourroient (sic) entraîner dans leur chute une partie de l'église... " (cité par Pierre Boulanger).

  • Description du mobilier de l'église Saint-Pierre, le 19 juillet 1790.

    Dans la sacristie :

    " Un calice avec sa patenne.

    Un autre calice avec sa pataine, aussy en argent. Le pied dudit calice est cassé, de sorte que ledit calice ne peut servir.

    Plus une boitte des Ste-huille, en ettaing ; une autre petite boitte de l´huille des infirmes pour porter l´extrêmotion, en ettaing.

    Une petite custode pour porté le Bon Dieu aux malades, en argent ; une boitte en fer blanc pour contenir les osties destinées à ettre consacrée.

    Une chasuple avec l´étolle et la manipule et le voille du calize en ras de Sicile, couleur rouge et blanc, avec la croix en draps d´argent ornée d´une dentelle en argent faux.

    Une autre casuple avec l´étolle et la manipule et le voille rouge, blanc et violet, avec la croix en galon d´argent.

    Autre casuple en étoffe de soie et coton avec l´étolle et la manipule et le voile violet et blanc, avec la croix en dentelle d´argent faux.

    Autre casuple en étoffe de soie bleu, blanc et violet avec un galont en soie blanc, laditte chasuple (ayant) l´étolle, la manipule et le voille.

    Autre cazuple en satin, font vert avec des fleurs violète et blanc, la croix en petit galont d´argent faux.

    Autre cazuple d´un petit camelot bleut avec la croix en galont de filles blanc et violet, laditte cazuple ayant l´étolle, la manipule et le voille.

    Autre cazuple d´étoffe en soie rouge, verte et blanc avec un galon en soie, laditte cazuple ayant son étolle, sa manipule et le voille.

    Autre chasuple avec la manipule, sans étolle ny voille, en ettophe de soie et cotton rouge, blanche, verte et violet, avec un galon de soie à filé d´argent et rais blanche, jaune et verte.

    Une chape en ettophe de soie, font blanc avec des fleurs blanc, verte, jaune, rouge, bleu et violet, avec une dentelle d´argent, san frange, qui a etté donné par Mademoiselle Gouteron.

    Une ettole pastorale avec le corporalier semblable à la chape.

    Deux dalmatique noire extrêmement mauvais, hors d´état de servir.

    Une cazuple en soie noire, ayant le devant déchiré, avec l´étolle et la manipule et le voille.

    Une autre cazuple d´étoffe de laine noir avec l´étolle, la manipule et le voile.

    Six corporalier d´étoffe pareille au différante cazuple.

    Trois palle de calice.

    Touts les susdits ornements fort mauvais et presque uzé.

    Trois obes mis uzées, deux cordons presque uzé, dix amicts aussy mi-uzé, trois corporaux mi-uzés, vingt-deux purificatoires mi-uzés, onze lavabo mi-uzé, six tours d´étole mi-uzés.

    Un bufet et une petite tablette en niche pour mettre les vases et ornements, en bon état. Un mauvais dessus de dai, les tours en étoffe de soie avec frange d´argent, assés bon..."

    Dans l´église :

    "...un banc de l´oeuvre, un coffre appartenant à la fabrique, qui est bon. Il s´est trouvé au maître autel un mauvais tapis de ras vert, deux crêpes mi-usés, un lavabo mi-usé, un petit pupitre assés bon, un missel mauvais, six chandeliers de cuivre jaune et deux de fer, une clochettes en métal, un ensensoir en cuivre avec sa navette, un surplis à manches et deux autres mi-uzé, deux croix argentées, une bonne et l´autre usée, une croix en cuivre, une lampe en cuivre, une lanterne en fer blanc, mauvaise, une bannière mi-uzée, une croix en bois dans la tribune, un graduel usé, un antiphonaire usé, un processionnel usé.

    A l´autel de la Vierge : deux petits chandeliers de cuivre, deux mauvaises nappes et un tapis en calemande mauvaise.

    A l´autel de St-Jean : une mauvaise nappe et un mauvais tapis en ras vert et deux chandeliers en fer ; plus un bénitier en cuivre, une écuelle d´étain pour faire la quête, cinq devant d´autel mauvais, seize nappes d´autel ; deux burettes à servir la messe.

    Plus, le tabernacle ayant été ouvert par M. le curé, le St-Sacrement ayant été encensé, l´ostensoir a été vu. Il est en argent et a besoin d´une charnière pour faire entrer le crochet qui ferme. Le ciboire est en argent doré dedans et le voile est en drap d´argent ml-usé.

    Le tabernacle est tapissé d´étoffe de soie, coton et argent. La châsse des Stes-reliques est en bois avec les bords doré, le dedans en taffetas rose et coton, en bon état, où de présent (reposent) les reliques de St-Pierre, St-Mélisi, St-Lucius et St-Jean-Baptiste. La coupe de St-Mélisi est en cuivre et a besoin d´être redoré.

    Plus deux autres petits reliquaires à pied en cuivre, qui ont besoin d´être redorés.

    Il y a deux robes de la Vierge, l´une de croisé broché et l´autre de mousseline mi-usée. Il y a trois coussins pour appuyer les missels...

    La tableau du maître autel est percé en deux endroits, la boisure est bonne mais il a besoin d´être peint et redoré à neuf. Le marchepied est usé. La boisure de l´autel de la Vierge est bonne mais elle a besoin d´être repeinte. Le marchepied est usé.

    Les deux confessionnaux sont mi-usés. Ils ont besoin de chacun de deux petits bancs et d´un petit grillage.

    Le pied de la chaire est pourri et a besoin d´être refait à neuf. Il manque un barreau aux grilles des fonds baptismaux et il faut une serrure neuve.

    L´escalier de la tribune est mauvais, ainsi que le plancher. Les vitraux de l´église manquent de quelques carreaux. Les rideaux de l´autel de la Vierge sont mauvais, ceux du maître autel mi-usés.

    Le pavé de l´église a besoin d´être relevé. Les murs et la voûte de l´église ont besoin d´être reblanchis. La sacristie a besoin d´être refaite à neuf, les murs, plafonds, charpentes, plancher et couverture menacent de ruine extrêmement prochaine.

    La seconde cloche est fendue de près de six pouces de long.

    Les portes de l´église et de la sacrisite sont en bon état. La partie de l´église dès le clocher jusqu´à l´autel a besoin d´être relatée et qu´il y soit mis quelques chevrons..." (cité par Pierre Boulanger).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Documents sur Brillac.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : Série O (Brillac)
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Bibliographie
  • Boulanger, Pierre. Brillac aux temps de la Révolution. Edité par la mairie de Brillac, Texto Saint-Junien, 1994.

    p. 10 à 13 et 58
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

    p. 79, 90
  • George, Jean. Les églises de France : Charente. Paris : Letouzé et Ané, 1933.

    p. 50
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 3.

    p. 10
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de Charente Limousine (c) Communauté de communes de Charente Limousine - Moinot Emilie