Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église Saint-Pierre-ès-Liens

Dossier IA00045766 réalisé en 2011

Fiche

VocablesSaint-Pierre-ès-Liens
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonVals de Gartempe et Creuse - Saint-Savin
AdresseCommune : La Bussière
Cadastre : 1826 C1 86 ; 2011 AB 69

L'église Saint-Pierre de La Bussière est citée dans un texte de 1211 au-dessus de la Gartempe. D'après Rédet, le prieuré-cure dépendait de l'abbaye Sainte-Croix d'Angles. L'église figure sur le plan cadastral de 1826. Elle y est représentée avec un plan allongé et un corps de bâtiment, peut-être une chapelle latérale, accolée au sud. Une description de l'église, publiée en 1860, mentionne à cette date une nef unique, mais évoque des arcades bouchées en ogives, témoignant de l'existence autrefois d'un transept et d'un plan en forme de croix latine. Cette église, qui alliait probablement les styles roman et gothique, menace ruine dans les années 1880.

Elle est détruite, puis reconstruite en 1887, d'après les plans dressés par Alcide Boutaud, architecte à Poitiers. Les travaux ont été exécutés par Philippe Roy, entrepreneur à Saint-Pierre-de-Maillé. Dans le projet initial, il avait été envisagé de conserver une partie du choeur et la sacristie de l'ancien édifice, mais ils ont été finalement totalement détruits et reconstruits, comme le reste de l'édifice. La nouvelle église est plus longue que l'ancienne et en forme de croix latine. La première pierre est bénite le 13 mars 1887. La consécration de l'église est célébrée par Monseigneur Pelgé, évêque de Poitiers, le 10 septembre 1895. Lors de la construction, une pierre sculptée, présentant les armoiries de la famille de Laage de la Bretollière, a été découverte et remployée sur un mur de la petite chapelle carrée entre le chœur et le transept nord.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1887, daté par source
Auteur(s)Auteur : Boutaud Alcide
Boutaud Alcide (01/07/1844 - 19/02/1929)

Architecte, élève de Jean-Baptiste Perlat. A réalisé de très nombreux édifices publics et églises de Poitou-Charentes.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Roy Philippe entrepreneur attribution par source

L'église présente un plan en forme de croix latine et un clocher carré situé au-dessus de la façade ouest. Couverte en ardoise, elle est construite en moellon enduit pour le gros œuvre et en pierre de taille pour les angles et les encadrements.

La façade ouest est percée d'un portail central, encadré par deux contreforts à ressauts qui s'élèvent jusqu'à la base du clocher. Le portail est composé d'un tympan sans décor, d'un rouleau en plein cintre et d'une paire de colonnes à chapiteaux sculptés. Au-dessus, une corniche soutenue par des modillons relie les deux contreforts et des baies géminées, surmontées d'un oculus aveugle, éclairent la tribune. Deux fenêtres sont percées sur les parties latérales de la façade. Le clocher de plan carré s'élève au-dessus de la partie occidentale de la nef. Chaque face présente des baies géminées et une corniche sur modillons. Il est coiffé d'une flèche octogonale couverte en ardoise.

Les élévations de la nef sont épaulées par des contreforts. Elles sont surmontées d'une corniche sur modillons et sont percées de trois baies en plein cintre au nord et au sud. Au sud, une porte secondaire permet l'accès à la nef depuis la route. L'église comporte un transept et un chevet constitué d'une partie droite et d'une abside semi-circulaire ajourée par trois baies en plein cintre. Toutes les élévations sont décorées d'une corniche sur modillons, à l'exception des deux petites chapelles carrées situées à l'angle du choeur et du transept.

A l'intérieur, une tribune en pierre est aménagée au-dessus de l'entrée. La nef à vaisseau unique est voûtée d'un berceau en plein cintre en brique reposant sur des arcs doubleaux. Ces arcs reposent sur des colonnes à chapiteaux sculptés qui divisent la nef en trois travées. Ces colonnes sont adossées à des piliers qui reçoivent les formerets des murs de la nef. Le carré du transept est couvert d'une voûte d'arêtes, alors que le transept est couvert en berceau. Le choeur, voûté en cul-de-four, est éclairé par trois baies encadrées de colonnes. Deux petites chapelles carrées sont situées entre le choeur et le transept.

Murscalcaire moellon enduit
Toitardoise
Couvrementsvoûte d'arêtes
voûte en berceau
Couverturestoit à longs pans croupe ronde
flèche polygonale
Techniquessculpture
Représentationstête humaine couronne ornement végétal
Précision représentations

Les chapiteaux du portail sont ornés d'une tête humaine et de palmettes au nord, de deux têtes humaines couronnées et de palmettes au sud. Les chapiteaux à l'intérieur de l'église sont sculptés de feuilles, de palmettes, de pommes de pin et d'une tête humaine.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Description de l'église de La Bussière en 1860 dans : Fouchier, Edouard de. Répertoire archéologique du département de la Vienne. Bulletins de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1860 :

    "La Bussière. Moyen âge. Eglise Saint-Pierre-ès-Liens ; nef unique avec des traces d'ancienne forme en croix latine, indiquée par des arcades bouchées à ogives fort élancées ; abside ornée extérieurement de colonnes sveltes à bases pattées ; arcades en ogive, fenêtres en plein cintre ; XIIe siècle".

  • Archives Départementales de la Vienne : 2 O 50 5 : reconstruction de l'église :

    - 23 juin 1827 : lettre du Directeur des Affaires ecclésiastiques au préfet pour l'informer du secours accordé à la commune de La Bussière pour la réparation de la couverture de l'église.

    - 6 février 1886 : délibération du conseil de fabrique : "urgence d'une reconstruction de l'église ancienne de La Bussière, urgence basée sur ce que :

    1) cette église menace ruine depuis longtemps

    2) sur ce que dans ces derniers temps un commencement d'écroulement s'est produit à différentes reprises et en différents endroits

    3) et enfin sur l'affirmation de l'architecte désigné par le conseil municipal pour l'examen du monument, examen duquel il résulte que l'état actuel de l'église est tel qu'il est impossible de tenter une restauration quelconque avec chance de succès, ainsi qu'en fait foi le procès-verbal de l'architecte, annexé à une délibération du conseil municipal".

    - 18 juillet 1886 : délibération du Conseil Municipal approuvant les modifications aux plans et au devis demandés par le Ministre des Cultes, dans un but économique.

    - 7 novembre 1886 : procès-verbal d'adjudication des travaux.

    - 17 juillet 1887 : délibération du Conseil Municipal approuvant le devis supplémentaire dressé par l'architecte qui explique : " 1) que les fouilles ont été mauvaises et qu'il a fallu descendre plus profondément que ne l'indiquait le devis. 2) que la partie du sanctuaire qui devait être conservée a dû être démolie et les fouilles refaites. 3) qu'il a fallu faire accorder la sacristie à l'abside par suite de la démolition de cette dernière. 4) que l'ensemble de ces travaux qui étaient indispensables s'élèvent à la somme totale de 4 291,39 francs."

    - 15 novembre 1889 : procès-verbal de réception définitive des travaux.

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1750-1770. Titres de l'abbaye de Saint-Savin.

    1753-1756. Pièces concernant la pension due par les religieux à M. Dasché, abbé commendataire, interné par ordre du roi au séminaire de Bourg-Achard, en Normandie et libéré en 1756.

    1755. État des dettes de l'abbaye.

    1762. Procès-verbal de visite et estimation des ornements, livres, linges et vases sacrés à fournir aux églises dépendant de la mense abbatiale (Moulismes, Jouhet, Notre-Dame de Saint-Savin, Saint-Germain, Paizay, Mont-Saint-Savin, Nalliers, Antigny, La Bussière, Saulgé, Saint-Martial-de-Montmorillon).

    1763. Notification aux moines d'un indult permettant à M. l'abbé Dasché de conférer en commande pendant dix ans tous les bénéfices dépendant de l'abbaye.

    1764. Bail à ferme de la mense abbatiale pour 5 800 livres par an.

    1768. Relevé des actes de vente passés dans la mouvance de l'abbaye.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 1 H 7/7
  • 1906-1913. Inventaire des biens des paroisses de Saint-Savin, Saint-Germain, Angles-sur-l’Anglin, Antigny, Béthines, La Bussière, Saint-Pierre-de-Maillé, Nalliers, Villemort, La Trimouille, Brigueil-le-Chantre, Coulonges, Haims, Journet, Liglet, Saint-Léomer, Thollet, Civray, Blanzay, Champagné-le-Sec, Champniers, Saint-Gaudent, Linazay, Lizant, Saint-Macoux, Saint-Pierre-d’Exideuil, Savigné, Voulême, Availles-Limouzine, Saint-Martin-l’Ars, Mauprévoir, Pressac.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 Q 130
  • Reconstruction de l'église [voir détail en annexe du dossier documentaire].

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 O 50 5
Bibliographie
  • Fouchier, Édouard de. Répertoire archéologique du département de la Vienne. Bulletins de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1860.

    p. 306
  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne [...], Paris : Imprimerie nationale, 1881. (Réédition Paris : J.-M. Williamson, 1989), 526 p.

    p. 72 Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 914.463 RED
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Ourry Yann