Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église Saint-Pierre de Tourtenay

Dossier IA79014637 réalisé en 2019

Fiche

VocablesSaint-Pierre
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Thouarsais - Val de Thouet
AdresseCommune : Tourtenay
Lieu-dit : Abbaye (l')
Cadastre : 1825 D 791  ; 2017 OA 672

Le prieuré de Saint-Pierre de Tourtenay est cité pour la première fois en 838, lorsque Pépin Ier donne la terre de Tourtenay à l'Abbaye de Jumièges. En 1022, Guillaume duc d'Aquitaine et Henri duc d'Anjou, dans un accord commun, échangent le prieuré de Tourtenay contre le prieuré de Longueville alors possession de l'abbaye royale Saint-Pierre-de-Bourgueil.

L'église paroissiale Saint-Pierre qui dépendait de l'Abbaye de Saint-Pierre-de-Bourgueil était dédiée à Saint-Fort. D'après la légende, le moine Fort était venu de l'abbaye d'Ension, située à Saint-Jouin-de-Marnes, pour évangéliser le peuple. A sa mort, "la charrette qui transportait son corps s'immobilisa en haut de la colline de Tourtenay. Les bœufs qui ne voulaient pas écouter retournèrent en bas de la colline où se trouvait alors l'église de Tourtenay". Depuis, l'église qui était connue sous le vocable Saint-Pierre, resta consacrée à Saint-Fort et de nombreux pèlerins vinrent pour se recueillir devant son tombeau. En 1730, la dévotion à Saint-Fort est renouvelée par l'évêque de Poitiers.

Il est probable que l’église ait été construite dès le 9e siècle. À l’origine l'édifice de plan carré était percé de baies à linteau en arc en plein-cintre. La partie supérieure du pignon oriental d'origine conserve un appareil en alternance de cercle et de croix.

Au 15e siècle, le pignon occidental est reconstruit. Le portail présente un arc brisé avec une clef en forme d’écu qui semble avoir été bûché durant la Révolution française. Au registre supérieur, le pignon est ajouré d’une baie étroite également en arc brisé. À la même époque, une porte sud à linteau en arc à accolade est percée. Au 17e siècle, l’église est agrandie par l’ajout du chœur et de la sacristie. Un enfeu est installé dans le chœur pour accueillir le tombeau de Saint-Fort. Au 18e siècle, un plafond à caissons est installé dans la nef et un maître-autel est placé dans le chœur suite à la confirmation de culte rendu par l’évêque de Poitiers. Au milieu du 19e siècle, les contreforts sont mis en place et le pignon occidental est découvert et couronné d’un épi en pierre en forme de croix qui a aujourd’hui disparu. Le clocher ne figure pas sur le plan de l’église dressé en 1877, ce qui laisse supposer que sa construction date des dernières années du 19e siècle. L’enfeu est transformé en porte d’accès au clocher et le tombeau de Saint-Fort est déplacé dans une partie de la sacristie à la même époque.

Le 22 octobre 1926, l’église de Tourtenay est inscrite au titre des Monuments Historiques.

Période(s)Principale : 2e quart 9e siècle, 1er quart 11e siècle , daté par source
Secondaire : 15e siècle, 17e siècle, 19e siècle

L’église Saint-Pierre de Tourtenay est située dans le hameau de L’Abbaye, à 500 m du bourg. L'église d'origine de plan carré est couverte d'un toit à longs pans en ardoise. Elle est prolongée au sud-est par un chevet désaxé et par un clocher au sud. Le pignon occidental découvert est construit en petit et moyen appareil de calcaire. Le portail en arc brisé à trois rouleaux présente une clef saillante autrefois sculptée. La partie supérieure du pignon occidental a été reprise et percée d'une baie en arc brisé. Des contreforts en pierre de taille renforcent la structure.

Le mur gouttereau sud, en petit et moyen appareil de calcaire, est ajouré en partie supérieure de trois baies en arc en plein-cintre ; en soubassement des ouvertures en arc brisé et en plein-cintre sont murées. Le porche encaissé, couvert d’un toit en appentis, permet l’accès à la porte sud à laquelle on accède par un escalier droit en pierre. Des bancs en tuffeau monolithes sont installés contre les murs du porche.

Le mur gouttereau nord, aujourd’hui aveugle, était percé de baies en plein-cintre qui ont été murées. Le soubassement est en pierre de taille alors que la partie supérieure présente de nombreux désordres et reprises de maçonneries en petit et moyen appareil de calcaire. Trois contreforts en pierre de taille renforcent la structure. De l'ancien pignon oriental, il ne reste que la partie supérieure visible au-dessus du chevet. Le pignon conserve un décor maçonné de pierres circulaires et de pierres en forme de croix.

Le chevet plat couvert d’un toit un pan est maintenu à l’est par deux contreforts. Deux baies en arc en plein-cintre éclairent la sacristie et le tombeau. La façade sud aveugle est prolongée par une remise construite en moellon et bardage de bois. La façade nord est ajourée d’une baie en arc en plein-cintre donnant sur le chœur.

Le clocher au sud, de plan carré en pierre de taille, est couronné d’un toit polygonal. La partie inférieure est aveugle et séparée de la partie supérieure par un bandeau saillant. Chaque face supérieure est percée d’une paire de baies identiques en arc en plein-cintre. Une statue du Christ est accolée à la façade sud.

À l'intérieur, la nef unique est surmontée d'un plafond à caissons qui masque la charpente. Des transformations sont visibles dans la nef. A l'angle sud-ouest entre le portail et la porte latérale se distingue une voussure et un début d'arc en plein-cintre. Le mur nord présente des variations d’épaisseurs, sans doute dues à une reprise des maçonneries et à la suppression des baies. Le chœur voûté en plein-cintre, est séparé de la nef par un arc-doubleau qui a conservé quelques traces de peintures murales ornées de végétaux. Les deux portes du décor architecturé du maître-autel donne accès à la sacristie et au tombeau de Saint-Fort. Enfin, l’ancien enfeu à linteau en arc en plein-cintre est surmonté d’une niche. Il est percé d’une porte donnant accès à la tour-clocher.

Murscalcaire grand appareil
calcaire moyen appareil enduit partiel
calcaire petit appareil enduit partiel
Toitardoise
Plansplan allongé
Couverturestoit à longs pans
appentis
toit polygonal
Escaliersescalier dans-oeuvre : échelle
Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreédifice remarquable
Protectionsinscrit MH, 1926/10/22

Références documentaires

Documents d'archives
  • Étude préalable à la restauration de l'église Saint-Pierre de Tourtenay IMH, Cabinet Niguès Architecte du Patrimoine Niort, mars 2014.

    Archives municipales, Tourtenay : non coté
Bibliographie
  • IMBERT, Hugues. Documents inédits sur Thouars et les environs. Aveu de L'abbaye de Bourgueil-en-Vallée à Henri II, roi de France, 29 juin 1518. Deuxième Série. Thouars : Deschamps-Jardin Imprimeur, 1879.

    p. 72, 73 Médiathèque, Thouars : Fonds Poitevin N°332
  • POIGNAT, Maurice. Histoire des communes des Deux-Sèvres. Le pays thouarsais. [vol. 6], Thouars, Argenton-Château, Airvault, Saint-Varent. Niort : Editions du Terroir, 1985.

    p. 138, 139 Médiathèque, Thouars : 909.4 POI
  • ARNAU, Ch. Les monuments des Deux-Sèvres. Bouhet: Éditions La Découvrance, 2005.

    p. 82, 83 Médiathèque, Thouars : 720.944 6 ARN
  • CHARBONNEAU-LASSAY, L. "Saint Fort de Tourtenay et son culte dans le Nord du Poitou", Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 3e série, t. IV, 1916-1918.

    p. 228-231 Archives départementales des Deux-Sèvres, Niort : non-coté
Périodiques
  • EL KHOURGE, Elise. "Histoire et patrimoine de Tourtenay". Société d'Histoire et d'Archéologie du Pays Thouarsais, n°17. Thouars : Mémoire Vivante du Pays Thouarsais, 2009.

    p. 17-26 Médiathèque, Thouars : 944.62 SHA
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes du Thouarsais (c) Communauté de communes du Thouarsais - Douski Laëtitia
Douski Laëtitia

Chargée d’Études à la Communauté de communes du Thouarsais de 2019 à


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.