Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église Saint-Pierre de Puyrolland

Dossier IA17003998 réalisé en 2000

Fiche

Vocablessaint Pierre
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Tonnay-Boutonne
AdresseCommune : Puyrolland
Lieu-dit : le Terrier de Puyrolland
Cadastre : 2014 ZV 46 ; 2016 ZV 46 ; 1829 D2 397

Les ruines monumentales de l'église Saint-Pierre de Puyrolland, isolées sur un promontoire dominant la vallée de la Trézence, ajoutent à l'attrait de ce beau site naturel. La sculpture de grande qualité du portail roman côtoient les éléments gothiques du choeur, et le charme opère.

La légende attribue à Roland, neveu de Charlemagne, la paternité de ce tertre. Le site aurait accueilli une maison-Dieu (un monastère-hôpital destiné à accueillir les pèlerins et les pauvres), occupée par les religieux de Saint-Romuald, et où une église romane a été édifiée. Des vestiges de la première construction du 12e siècle subsistent, notamment la partie inférieure de la façade ouest et deux petites baies étroites sur les murs nord et sud.

Après la guerre de Cent Ans, l'édifice a été partiellement reconstruit : le chevet plat, une baie au remplage gothique et les contreforts témoignent de ces travaux. Les guerres de Religion ont entraîné de nouvelles destructions et une reconstruction partielle, puisque les deux premières travées de la nef ont alors été fermées pour constituer un bâtiment modeste qui sert encore aujourd'hui d'église paroissiale.

Des travaux menés aux 18e et 19e siècles ont concerné, entre autres, l’ajout du haut campanile de la façade ajouré de deux baies en plein cintre. La partie ruinée de l'église a fait l'objet de travaux de consolidation et de restauration en 1993-1997.

Période(s)Principale : 12e siècle, 15e siècle
Secondaire : 18e siècle, 19e siècle

Cette petite église très mutilée, est curieusement posée sur le bord escarpé d'un promontoire. De l'église ancienne, incendiée et deux fois détruite, il ne subsiste que la façade dont le pignon bas du 12e siècle est surmonté d'un large campanile à deux baies du 18e siècle.

Les deux premières travées de l'ancien édifice ont été fermées. Au-delà se dressent encore des contreforts et des pans de murs où l'on distingue, côté nord, une fenêtre romane très étroite, sur le chevet plat, une fenêtre gothique flamboyante et, côté sud, une grande fenêtre en plein cintre.

La façade occidentale, en pierre de taille et encadrée de deux gros contreforts, comprend un portail en plein cintre qui s'ouvre entre deux minces contreforts. La plus petite des deux voussures n'est qu'un simple tore, mais la grande, garnie de dents de scie aiguës gaufrées sur le plat, s'accompagne d'un cordon de pointes de diamants rudimentaires. Ces voussures s'appuient sur des colonnes à chapiteaux grossiers ornés d'animaux : une sirène, deux animaux se faisant face, deux chimères ailées s'affrontant. Cette façade se termine par un mur pignon qui accueille le clocher. Il est percé de deux baies en plein cintre à cordons saillants. Au sommet trône une croix en pierre. Sur le mur nord se situe une porte sans prétention.

Les ruines à l’arrière sont percées, sur le mur nord, d’une petite baie étroite du 12e siècle. Le chevet est pourvu d’une fenêtre gothique du 15e siècle. Des ouvertures comblées conduisent à des salles basses voûtées inaccessibles (crypte ?).

La cloche porte les inscriptions : « I appartien a la paroisse de St Pierre de Puiroland Mre Jacques Chancelée Cvre Mon parain est Mre Lovis Armand De Lescovrs seignevr de la ditte paroisse et ma maraine Dame Madeleine de Covrbon son epouze en 1749. Par larmonie de mon son ornee de la croix et (motif de Jésus crucifié) de la Ste onction ie disiperay le tonaire(motif de la Vierge tenant l’enfant Jésus dans ses bras ; sous la Vierge, on peut distinguer une tête représentant certainement celle du Christ). Le baptême est signalé en ces termes dans les registres paroissiaux : « 3 décembre 1749 : Après avoir obtenu la permission de Monseigneur notre évêque, j’ai fait la cérémonie de la bénédiction de notre cloche qui était tombée et cassée depuis six mois, la quelle nous avons fait refondre et grossir de trante quatre livres de matière ; elle pèse trois cent tranta livres ; le parain est Monsieurs De Lescours, Seigneur de cette paroisse, et maraine Madame son épouse . Chancelée, curé de Puiroland ».

Murscalcaire moellon
pierre de taille
Toittuile creuse
Plansplan rectangulaire régulier
Étages1 vaisseau
Couvrements
Couverturestoit à longs pans
État de conservationbon état
Techniquessculpture
Représentationsornement animal, animal, lion, animal fantastique, chimère ornement figuré, sirène, ornement géométrique, dent de scie, pointe de diamant
Précision représentations

Colonnes du portail occidental, soutenant les voussures, à chapiteaux sculptés de deux animaux se faisant face et de deux chimères ailées s'affrontant.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH partiellement, 1991/06/13
Précisions sur la protection

Portail occidental (cad. D 224) : inscription par arrêté du 13 juin 1991.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Puyrolland ; église Saint-Pierre. dossier documentaire / Conservation régionale des Monuments historiques (Poitiers) ; réd. Brigitte Montagne. - Poitiers : C.R.M.H., 1991.

    Direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes, Conservation régionale des monuments historiques, Poitiers
Bibliographie
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge 1952-1961. T. 3, Saintes : Delavaud, 1959.

    p. 117-118
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Bernier Nelly - Moisdon Pascale - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.