Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église Saint-Martial

Dossier IA17001934 réalisé en 1998

Fiche

VocablesSaint-Martial
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
AdresseCommune : Saint-Martial
Adresse : rue de
l'Eglise
Cadastre : 2016 ZD 28 ; 1839 B2 123

Citée en 1028 par sa vente à l'abbaye de Saint-Jean d'Angély par une certaine Alearde, elle fait partie du "blanc manteau d'églises" évoqué au 11e siècle par Raoul Glaber, après les angoisses de l'an mil, l’Europe se couvrant de nouveaux sanctuaires en pierres. La partie inférieure de la façade remonte sans doute aux 11e et 12e siècles. Le mur situé au-dessus des modillons a été repris au 15e siècle. L'abside romane ayant été détruite, un mur a été bâti au 15e siècle mais il conserve deux chapiteaux romans. Au-dessus de ces chapiteaux se situe une pierre présentant un Christ du 11e siècle très fruste, sans doute encadré de Marie et Joseph. Le reste de l'édifice est une reconstruction du 15e siècle. Les deux constructions accolées au mur sud (local pour le corbillard) et au chevet (sacristie) sont des ajouts du courant du 19e siècle. Le portail a été restauré par la municipalité en 1992.

Période(s)Principale : 12e siècle, 15e siècle, 19e siècle

Édifiée sur une hauteur qui culmine à environ 60 mètres d’altitude, l’église domine la vallée de la Boutonne. Dédiée à saint Martial, elle dispose d’un portail occidental à trois voussures légèrement brisées et supportées par des colonnes à chapiteaux sculptés de motifs végétaux. La première voussure est ornée d’un boudin, la deuxième de quatre rangs de losanges et la troisième de dessins géométriques. Ces voussures sont surmontées d’une archivolte en pointes de diamants. Au-dessus se situe une corniche soutenues par des modillons sculptés où l’on reconnaît un pain, un tonnelet, des têtes grotesques et une fleur. Les autres modillons évoquent les péchés : un bol et un gâteau pour la gourmandise, et une femme nue pour la luxure. Le mur au-dessus, repris au 15e siècle, est surmonté d’un pignon percé de trois ouvertures en arc brisé, dont l’une d’elles accueille la cloche.

Sur le mur du chevet subsistent, de chaque côté, des chapiteaux sculptés de feuillages et les bases des arcs qu’ils soutenaient. Dans la partie à gauche sont sculptés deux autres chapiteaux, l'un aux feuillages stylisés et l'autre orné d'un masque à oreilles pointues. La pierre au-dessus de ces chapiteaux est sculptée d’un Christ, probablement encadré de Marie et Joseph.

À l’intérieur, la nef présente seulement deux colonnes dans les angles près de la porte et deux autres ornées de chapiteaux à feuillages qui limitaient autrefois l’entrée du choeur.

Murscalcaire moellon
pierre de taille
Toittuile creuse
Étages1 vaisseau
Couvrementslambris de couvrement
Couverturestoit à longs pans
État de conservationbon état
Techniquessculpture
Représentationsornement végétal, feuillage, fleur ornement géométrique, losange, pointe de diamant ornement figuré, tête, Christ
Précision représentations

Chapiteaux du portail ouest sculptés de motifs végétaux. Voussures du portail ouest sculptées de losanges et d’ornement géométriques. Archivolte du portail ouest sculptée de pointes de diamants. Chapiteaux du chevet sculptés de feuillages. Chapiteaux à gauche du chevet sculptés de feuillages et d’un goule. Pierre au-dessus des chapiteaux sculptée d’un Christ et probablement de Marie et Joaseph.

Statut de la propriétépropriété publique

Références documentaires

Bibliographie
  • Le Patrimoine des communes de la Charente-Maritime, Poitou-Charentes. Tome 1. Paris : Flohic, 2002. p. 352, 353.

  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l’arrondissement de Saint-Jean d’Angély. 6e fascicule, Canton de Loulay. Saint-Jean d'Angély, imprimerie Brisson, 1972. p25.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Rahmoun Amar - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.