Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise Saint-Hilaire

Dossier IA17008803 réalisé en 2001

Fiche

VocablesSaint-Hilaire
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
AdresseCommune : Villiers-Couture
Adresse : rue de l'
Eglise
Cadastre : 1834 B2 2095 ; 2016 B 1582

L'église Saint-Hilaire de Villiers Couture remonte au 12e siècle, mais l'édifice primitif a été très mutilé par la suite. De l'époque romane subsistent la façade occidentale avec les contreforts plats et la fenêtre, ainsi que les piliers à chapiteaux sculptés de la nef. Un des contreforts de la façade fut partiellement supprimé pour aménager le portail à trois voussures, qui date sans doute de la 1ère moitié du 13e siècle. De l'abside semi-circulaire primitive, il ne reste qu'un arrachement du cul-de-four, au-dessus de la sacristie greffée dans la 2e moitié du 19e siècle. Le mur sud a probablement été remonté si l'on en juge par les remplois visibles.

A l'époque gothique, au 15e siècle, on a pourvu la nef de gros contreforts et de nouvelles voûtes sur croisées d'ogives. On a également édifié la chapelle latérale au nord, qui forme en quelque sorte une seconde nef. La porte à accolade, les fenêtres, les voûtes et la peinture murale sont datables de cette période.

Au 19e siècle, la paroisse de Villiers Couture est rattachée à la succursale de Romazières. L'église est dite en assez bon état et n'a pas fait l'objet d'importants travaux à cette période, si ce n'est l'ajout de la sacristie. L'édifice (y compris les peintures murales) a été inscrit à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté du 13 novembre 1969.

Période(s)Principale : 12e siècle, 15e siècle, 2e moitié 19e siècle

L'église de Villiers Couture, sous le vocable de Saint-Hilaire, est approximativement orientée, le choeur se trouve au sud-est. D'un plan presque carré, elle se compose d'une courte nef en pierre de taille à deux travées (autrefois complétée d'une abside semi-circulaire) et d'une chapelle en moellons accolée en appentis au nord.

La façade occidentale, dont le pignon est surmonté d'un petit campanile pour la cloche, est épaulée de deux contreforts plats, dont un a été en partie supprimé pour l'aménagement du portail. Celui-ci, de facture très maladroite, est en arc presque brisé et comporte trois voussures, supportées pour deux d'entre elles par des colonnettes à chapiteaux sculptés assez grossièrement : ils sont ornés de motifs végétaux très stylisés et de volutes. La voussure intérieure est nue, l'intermédiaire est ornée de rosaces et l'extérieure de marguerites, le tout encadré par un bandeau d'archivolte à pointes de diamants. La fenêtre au-dessus, en plein cintre, est décorée de colonnettes à chapiteaux à feuillages en volutes et d'une archivolte à billettes. A gauche, la chapelle latérale est accessible par une porte à linteau en accolade dans lequel est inscrit un écusson nu.

Le mur sud est flanqué de trois gros contreforts et percé d'une unique fenêtre romane, à archivolte en pointe de diamant. Le mur nord, correspondant à la chapelle, possède deux contreforts et deux baies tréflées gothiques. Le mur oriental est plat et percé d'une petite ouverture, mais l'ancien arc triomphal et les vestiges du cul-de-four primitif sont visibles. La sacristie y est accolée en appentis.

L'intérieur de l'église est voûté d'ogives, reposant dans la nef sur deux colonnes engagées romanes dont les chapiteaux sont sculptés sommairement de motifs entre le végétal et le géométrique. Les deux chapiteaux sont inscrits Monuments Historiques au titre des objets depuis 1984. Un vestige de colonne de l'ancien arc triomphal est également visible dans l'encadrement de la porte de la sacristie. Deux arcades brisés séparent la nef de la chapelle.

Le mur est de la chapelle est orné d'une peinture murale du 15e siècle représentant deux anges thuriféraires (balançant des encensoirs). Les robes sont rouges et les ailes jaune et vert, tandis qu'un visage a viré au noir (altération du minium, pigment utilisé pour les carnations). On remarque également, dans l'église, un tabernacle en bois du 18e siècle orné de bas-reliefs figurés (inscrit Monument Historique depuis 1985), un fragment de sculpture gothique servant de support au bénitier (inscrit depuis 1984). Les vitraux sont signés P. Bony 1954 et représentent Saint Hilaire, la Vierge à l'Enfant et les instruments de la Passion. La cloche, de 1945, porte l'inscription « Cloche de la Victoire, commune de Villiers Couture, je me nomme Marie ».

Murscalcaire pierre de taille
moellon
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couverturestoit à longs pans
État de conservationbon état
Techniquessculpture
peinture
vitrail
Représentationsornement géométrique, pointe de diamant, rosace, billette, volute ornement végétal, marguerite, feuillage ornement figuré, ange, Vierge à l'Enfant, saint Hilaire ornement en forme d'objet, écu
Précision représentations

Voussures et chapiteaux du portail ornés de motifs végétaux, de volutes, de rosaces, bandeau d'archivolte à pointes de diamants. Fenêtre au-dessus décorée de colonnettes à chapiteaux à feuillages en volutes et d'une archivolte à billettes. Chapelle latérale accessible par une porte à linteau en accolade avec écusson.

Chapiteaux de la nef sculptés sommairement de motifs entre le végétal et le géométrique.

Peinture murale représentant deux anges thuriféraires.

Vitraux représentant Saint Hilaire, la Vierge à l'Enfant et les instruments de la Passion.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH, 1969/11/13

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1817 : état des églises et des presbytères de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 52 V 1
  • 1806, 7 juin : statistique concernant les églises de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 54 V 1
Bibliographie
  • Chapacou, Denis. Aulnay, un voyage dans l'histoire du canton, 1995.

    p. 49
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge, t. 3. Saintes : Delavaud, 1952-1961.

    p. 156
  • Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime. Paris : Flohic, 2002.

    p. 149
  • Mouclier, Joseph. Notice historique sur Villiers Couture, 1898.

    p. 12
  • Mouclier, Joseph. Notice historique sur les communes de Villiers Couture, Romazières, Les Eduts, Seigné, Chives, Vinax et Fontaine Chalendray. Ruffec, 1899.

    p. 1
  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély : Canton d'Aulnay, t. 2. Saint-Jean d'Angély : Brisson, 1970.

    p. 55
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Ivars Martine - Barreau Pierrick