Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église Saint-Hilaire

Dossier IA17040660 réalisé en 2013

Fiche

VocablesSaint-Hilaire
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes des Vals de Saintonge - Saint-Hilaire-de-Villefranche
AdresseCommune : Nantillé
Adresse : route de
Saint-Hilaire
Cadastre : 1819 C2 933 ; 2012 C 249

L'église Saint-Hilaire a été en grande partie ruinée tout d'abord pendant la guerre de Cent Ans (destruction du chevet et d'une partie du choeur) puis pendant les guerres de religions (façade mutilée). Il ne reste de la période romane, du 12e siècle, que le portail de la façade ouest et les deux premières travées de la nef de la façade sud, percées de baies à une voussure soutenue par des chapiteaux sculptés. À l'intérieur, sur le mur sud, se situent des colonnes de la période romane, et au niveau du choeur se distingue l'amorce d'une voûte sur croisées d'ogives et des formerets, datables également du 12e siècle. Au 15e siècle, à la suite de la guerre de Cent Ans, l'église a été en grande partie reconstruite et de cette époque datent un grand fenestrage percé dans la façade est, et deux baies en arc brisé, dont une était initialement parée d'un fenestrage, sur la façade sud. La voussure du portail de la façade occidentale est supportée par des culots datant du 15e siècle qui ont probablement remplacé des colonnes à chapiteaux. La façade sud est dotée d'une petite baie gothique sans ornement. Au-dessus du portail ouest, on observe une niche en ogive de style gothique qui a peut-être remplacé une ancienne baie. Le clocher pourrait avoir une base de construction médiévale mais il a très certainement été repris aussi au 15e siècle puis au 20e siècle. La sacristie accolée sur le mur nord est une construction de la fin du 19e siècle qui fait suite à un don. L'inscription, peu lisible, sur la cheminée mentionne : "Donc fet par Msr J C (illisible) Geay (illisible) 82 An". La couverture de l'église a fait l'objet de plusieurs réparations au cours du 19e siècle. En 1823, le conseil municipal délibère déjà pour des travaux à faire à l'église mais ce n'est qu'en 1853 que la toiture est réparée, d'après des devis de Jean Paquet. En 1867, des travaux de couverture sont à nouveau exécutés, par monsieur Marçon, charpentier à Nantillé, d'après des devis de monsieur Dardant, maître maçon, mais deux ans plus tard la toiture est à nouveau endommagée. En 1869, le conseil municipal délibère encore pour des travaux à faire à l'église. Ceux-ci consistent à réparer la toiture, à construire une voûte, à réparer le pavé intérieur et à refaire la fermeture de la porte. Le conseil refuse de faire les travaux sur la toiture prétextant que l'église a été entièrement recouverte deux ans auparavant et qu'il n'y a aucune urgence à recommencer. De 1875 à 1890, le conseil émet plusieurs demandes de réparations de la toiture car celle-ci "est dans un état déplorable et il pleut partout dans l'église". Ce n'est qu'en 1890 que la toiture est finalement réparée, par l'entrepreneur Simon Brunet, d'après des plans et devis de l'architecte Aimé Bonnet de Saint-Jean d'Angély. Lors de ces travaux, il est constaté que le mauvais état de la toiture a entraîné des dommages collatéraux et que des travaux supplémentaires s´imposent sur les murs intérieurs, sur le clocher, sur le pignon du choeur et celui de la sacristie. Aucun document ne permet de dire si ces travaux ont été réalisés. Au milieu du 20e siècle, les vitraux sont endommagés suite à un bombardement aérien du camp de Fontenet. Leur remise en état est faite, en 1951, par monsieur Pentecote, verrier décorateur. En 1983, le conseil municipal émet une demande de réfection du clocher mais le ministère de la Culture refuse d'accorder une subvention car "l'intérêt architectural est insuffisant". En 1998, la porte extérieure de la sacristie est condamnée puis remplacée par une nouvelle issue à l'intérieur de l'église, et en 1999 le sol est consolidé avec du béton.

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 15e siècle
Principale : milieu 19e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Brunet Simon entrepreneur attribution par source
Auteur : Paquet Jean entrepreneur attribution par source
Auteur : Marçon charpentier attribution par source
Auteur : Dardant maître maçon attribution par source
Auteur : Bonnet Aimé
Bonnet Aimé (vers 1826 - 1911)

Architecte de la Ville de Saint-Jean-d'Angély dans la seconde moitié du 19e siècle. Père de Arthur Bonnet, également architecte.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

L'église de Nantillé, dédiée à saint Hilaire, est orientée, c'est-à-dire que le choeur est tourné vers l'est. De plan rectangulaire régulier, elle est flanquée d'un cocher carré à toit en pavillon en ardoise, et d'une sacristie en pierre de taille sur sa façade nord. Sa façade occidentale, un mur pignon surmonté d'une croix et doté de deux contreforts, est percée d'un portail à une voussure, sculptée de trois rangs de damiers, et supportée par des culots sans ornement. Au-dessus se situe une niche en accolade elle-même surmontée d'une ouverture en plein cintre. Le mur sud, flanqué de contreforts plats au niveau des deux premières travées de la nef et de gros contreforts au niveau du choeur, est percé de deux baies romanes. Celles-ci possèdent chacune une voussure à archivolte en pointes de diamants pour une, à décor de feuilles pour l'autre. La voussure est soutenue par des colonnes à chapiteaux sculptés de motifs végétaux pour trois d'entre eux et d'une "goule" pour le quatrième. Une ligne appelée abaque, décorée de demi-besants affrontés, court le long de ce mur sud. Ses autres ouvertures sont de style gothique, et l'une d'elles porte la trace d'un ancien fenestrage trilobé dans sa partie supérieure. Plusieurs corbeaux sont visibles sur ce mur, ainsi qu'une corniche : ils pourraient correspondre à une surélévation de celui-ci, à une date inconnue. Sur le mur nord, outre le clocher et la sacristie, sont visibles des contreforts, un plat et un plus gros, une petite ouverture en plein cintre et une autre rectangulaire, de styles plus modernes. La sacristie est construite en pierre de taille et prend appui sur le mur de la nef. Elle est percée de baies en plein cintre et au de la base du mur se situe la trace d'un ancien escalier extérieur. La fenêtre gothique du choeur, sur un mur de chevet plat, dispose d'un remplage divisé en trois lancettes trilobées et surmonté de trois compartiments quadrilobés. Les lancettes sont dotées de fines colonnes à chapiteaux sculptés de feuillages. À l'intérieur, le mur sud présente des colonnes engagées, qui devaient supporter une voûte en plein cintre. La hauteur entre ces colonnes et la toiture indique une surélévation du mur, peut-être au 15e siècle. Dans le choeur, des consoles à culots sculptés de têtes humaines supportaient une voûte à croisées d'ogives. Celle située sur le mur sud est encore dotée des amorces de croisées. Le couvrement de la nef et du choeur présente une charpente en bois. Le sol de l'allée centrale de la nef se compose de grands blocs de pierres plates, dont une est parée d'une croix. Sur une pierre, sous les bancs côté sud, on peut voir une croix sculptée d'un coeur et des inscriptions aujourd'hui illisibles. Il s'agit peut-être d'une ancienne pierre tombale.

La sacristie est dotée d'une cheminée adossée au mur et sa hotte est sculptée de décors végétaux et au sommet est sculpté un panier de fleurs.

Murscalcaire
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte d'ogives
charpente en bois apparente
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
État de conservationbon état
Techniquessculpture
Représentationsornement architectural colonne croix ornement végétal feuille fleur ornement figuré tête humaine ornement géométrique damier quadrilobe
Précision représentations

Portail occidental à une voussure sculptée de trois rangs de damiers. Croix en pierre au sommet de la façade ouest. Façade sud à baies à une voussure sculptée de pointes de diamants pour une et d'un décor de feuilles pour l'autre. Colonnes des baies de la façade sud à chapiteaux sculptés de motifs végétaux pour trois et "d'une goule" pour un. Abaque décorée de demi-besants affrontés, sur la façade sud. Colonnettes à chapiteaux sculptés de décors végétaux, sur la baie gothique de la façade est. Oculus en quadrilobe, sur la baie gothique de la façade est. Consoles à culots sculptés de têtes humaines, à l'intérieur de l'église. Vitrail présentant des décors géométriques et une croix, à l'intérieur de l'église. Cheminée de la sacristie sculptée d'un panier de végétaux et de décors végétaux.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Charente-Maritime. Série O, 2 O 1235. 1888, 26 novembre : détail estimatif des travaux à exécuter, par l'architecte Bonnet. 1890, 12 janvier : cahier des charges et procès-verbal d'adjudication des travaux, par l'architecte Bonnet, en faveur de l'entrepreneur Simon brunet. 1890, 10 novembre : devis pour travaux supplémentaires, par l'architecte Bonnet.

  • A.D. Charente-maritime. Série W, 1118 W 18. 1948, 7 mai : devis de monsieur A. Pentecote concernant la restauration d'ouvertures de l'église. 1948, novembre : lettre du sous-préfet au maire indiquant que les vitraux ont été endommagés par un bombardement aérien du camp de Fontenet. 1949, 29 septembre : marché de gré à gré avec monsieur Pentecote. 1951, 18 mars : avenant concernant les réparations des vitraux. 1951, 29 mai : lettre du sous-préfet au maire concernant une réponse négative à une demande de subvention pour la réparation du plafond. 1951, 9 juillet : lettre du sous-préfet au maire concernant la remise en état des vitraux, le verrier décorateur est monsieur Pentecote.

  • A.D. Charente-maritime. Série W, 1299 W 185. 1983, 16 juin : dossier de réfection du clocher de l'église. Le ministère de la Culture refuse d'accorder une subvention car l'intérêt architectural est insuffisant.

  • A.M. Nantillé. Registre des délibérations du conseil municipal, 1823-1861. 1823, 14 mai : délibération concernant des réparations à faire à l'église, devis estimatif fait par le sieur François Chopierre, entrepreneur. 1853, 10 mai : délibération concernant des travaux à la toiture de l'église, devis fait par Jean Paquet en 1851 et approuvé par le sous-préfet la même année. Travaux terminés en en mai 1853. 1858, 18 juillet : refus de la commune que le titre de succursale soit transféré à Sainte-Même.

  • A.M. Nantillé. Registre des délibérations du conseil municipal, 1862-1882. 1867, 15 décembre : délibération concernant un mémoire fait par Mr Marçon, charpentier à Nantillé sur les réparations faites à la toiture de l'église et sur le plancher du clocher, devis fait par Dardant, maître maçon (?). 1869, 16 novembre : délibération concernant des travaux à faire à l'église. 1875, 15 novembre : délibération concernant l'état déplorable de la toiture et du chevet de l'église. Travaux urgents à faire. 1878, 2 juin : délibération concernant les travaux de l'église, d'après un devis de l'architecte Aimé Bonnet, qui ne sont toujours pas fait. 1880, 21 mai : délibération concernant les travaux de l'église qui ne sont toujours pas faits.

  • A.M. Nantillé. Registre des délibérations du conseil municipal, 1882-1904. 1882, 15 mai : délibération concernant l'effondrement prochain de la toiture de l'église, le conseil demande à faire un emprunt pour les réparations. 1883, 13 mai : délibération concernant la toiture de l'église. Devis dressé par l'architecte Aimé Bonnet de Saint-Jean d'Angély. 1884, 5 février : délibération concernant l'église qui n'est toujours pas reconstruite, le conseil décide de faire des réparations provisoires. 1888, 28 août : délibération concernant une demande de nouveaux plans pour les réparations de l'église. 1888, 13 décembre : délibération concernant l'acception des nouveaux plan et devis par l'architecte Aimé Bonnet de Saint-Jean d'Angély.

  • A.M. Nantillé. Registre des délibérations du conseil municipal, 1921-1951. 1948, 9 juillet : suite aux bombardements aériens, désignation d'une commission pour s'occuper des travaux de réparation.

  • A.M. Nantillé. Registre des délibérations du conseil municipal, 1995-2003. 1998, 9 juin : délibération concernant la porte extérieure de la sacristie, une nouvelle doit être percée à l'intérieur de l'église. 1999, 29 octobre : décision de faire des travaux à l'intérieur de l'église, confection d'un béton sur le sol. 1999, 10 juin : travaux du sol de l'église en cours.

  • Archives départementales de la Charente-Maritime. Série P, 3 P 2515. Registre des matrices cadastrales de la commune de Nantillé.

    p. 109
Bibliographie
  • Beau, Gérard. Nantillé de 1800 à 1980. Histoire de la commune, d'après les registres des délibérations du conseil municipal, 1997.

  • Beau, Gérard. Nantillé de 1892 à 1919. Histoire de la commune d'après les registres des délibérations du conseil municipal, 1997.

  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge, t.3. Saintes : Delavaud, 1952-61.

    p. 109, 110
  • Flohic Ed. Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime : t. 2. Éditions Flohic, Paris, 2002.

    p. 855
  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély. 9e fascicule, canton de Saint-Hilaire de Villefranche. Saint-Jean d'Angély, 1978.

    p. 29, 30
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Lhuissier Nathalie
Lhuissier Nathalie

Chargée de mission entre 2004 et 2018.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.