Dossier IA86013638 | Réalisé par
Lorieux Clarisse (Contributeur)
Lorieux Clarisse

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Église Saint-Hilaire de Scorbé-Clairvaux
Auteur
Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault - Châtellerault-1
  • Commune Scorbé-Clairvaux
  • Lieu-dit
  • Adresse place de l'Église
  • Cadastre 1826 A 139  ; 2016 AI 192
  • Dénominations
    église
  • Précision dénomination
    église paroissiale
  • Vocables
    Saint-Hilaire

L'église de Scorbé-Clairvaux est citée en 1070 dans le cartulaire de l'abbaye de Cormery (Indre-et-Loire). Placée sous le vocable de saint Hilaire, elle est rattachée à un prieuré bénédictin édifié à proximité au cours du 12e siècle et dont dépend un pigeonnier visible jusqu'au début du 20e siècle près du chevet de l'église.

La construction de l'édifice actuel débute à la fin du 12e siècle par les trois premières travées de la nef. La travée sous clocher et celle d'avant-choeur sont construites au cours du siècle suivant.

À la fin du 15e siècle, l'église est agrandie au sud par la construction de deux travées supplémentaires, s'ouvrant sur les travées sous-clocher et d'avant-choeur. Ces travées abritent deux chapelles (Notre-Dame et Sainte-Néomaye) vraisemblablement commanditées par les seigneurs de Clairvaux.

Au cours du 16e siècle, l'abside est reconstruite à trois pans et une chapelle est ajoutée le long du mur nord de la travée d'avant-choeur. Cette construction vient fragiliser la pile nord-est du clocher qui est contrefortée, sans doute un siècle plus tard, lors de la réfection du clocher.

Les 16 et 17 novembre 1774, Monseigneur Beaupoil de Saint-Aulaire, évêque de Poitiers, vient à Scorbé. Il séjourne au château de Clairvaux, puis, le lendemain, donne la confirmation sur le champ de foire à 2000 paroissiens de Scorbé, de Saint-Genest, Ouzilly et Colombiers.

Tout au long du 19e siècle, l'église fait régulièrement l'objet de travaux et d'aménagements. Au milieu du 19e siècle, le desservant Boursault décrit " le dénuement de (sa) pauvre église de Clairvaux qui n'est pas en harmonie avec la paroisse ". Il demande une aide de 400 ou 500 francs à la commune pour réparer l'église et pourvoir à l'ornementation des lieux. La surélévation du clocher (1846), l'achat d'un maître autel (1853), la pose de nouvelles verrières dues au peintre-verrier tourangeau Julien-Léopold Lobin (1854 et 1856) et la construction de la sacristie (1855) témoignent de ces réalisations. Une tribune est également construite dans la première travée dans la seconde moitié du 19e siècle.

En 1942, dans un rapport présenté à l'évêque de Poitiers, le curé Maurice Fléau dresse un état des lieux de l'église " qui souffre de son manque d'entretien " : éboulement partiel d'un contrefort du clocher, mauvais état de la toiture, et du clocher qui s'écroule.

L'église est inscrite au titre des monuments historiques depuis le 28 février 1994.

  • Période(s)
    • Principale : 12e siècle, 13e siècle, 15e siècle, 16e siècle, 19e siècle, 20e siècle

L'église est située au centre du bourg de Scorbé-Clairvaux, à l’extrémité nord-est de la place de l'Église. Elle esr très imbriquée dans le bâti du bourg, et seules sa façade occidentale ainsi qu'une partie de sa façade sud sont visibles depuis la place.

L'église est construite en pierre de taille et moellon de tuffeau appareillés. Elle se compose d'une nef unique à cinq travées couverte d'un toit à longs pans en ardoise.

L'entrée de l'édifice se fait par la façade occidentale, par un portail en arc brisé à trois voussures reposant sur des colonnes engagées aux chapiteaux épannelés. L'élévation de cette façade comprend une baie en plein cintre à remplages éclairant la nef et une petite baie en plein cintre au niveau des combles. La façade, contrefortée au nord et au sud, est précédée d'une galerie à balet construite au-dessus du portail. Celle-ci, supportée par deux colonnes de bois prenant appui sur un muret en pierre de tuffeau, est couverte d'un toit à un pan en ardoise.

Le mur nord est presque entièrement aveugle. Il comporte une baie en plein cintre ouverte dans la première travée et une baie en plein cintre dans la chapelle. Ce mur présente un épais glacis en moellon et pierre de taille ainsi que des désordres structurels (épaisseur des murs, corniche) liés très certainement au poids du clocher et à un changement de voûtement. Une partie de ce glacis est couvert d'ardoises.

L'édifice se prolonge à l'est par une abside avec contreforts à larmier. Au sud-est, une construction en rez-de-chaussée abrite la sacristie. Contre le mur s'adossent les deux travées de la chapelle seigneuriale et la tour du clocher desservie par un escalier en vis en pierre demi hors-oeuvre. Les deux premières travées sont contrefortées. La chapelle seigneuriale est percée à l'ouest par une porte en accolade à double mouluration. Elle présente une corniche moulurée avec modillons.

Le clocher construit au-dessus de la troisième travée comprend une base carrée en pierre de tuffeau terminée par une corniche moulurée. La toiture à huit pans en ardoise est percée de quatre petites fenêtres munies d'abat-sons. Cette flèche est sommée par une girouette en forme de coq.

À l'intérieur, la charpente de l'église est masquée par un voûtement en pierre. Les trois premières travées sont voûtées en berceau brisé. Les deux suivantes sont voûtées sur croisées d'ogives et de liernes. L'abside est voûtée avec des nervures prismatiques et une clé pendante. La chapelle au nord est voûtée d'ogives à clé pendante. Les deux chapelles au sud sont voûtées sur croisées d'ogives à nervures prismatiques et clés de voûtes armoriées.

L'accès à la tribune, située au niveau de la première travée, se fait par un escalier en bois placé le long du mur nord de l'église. L'accès à la crypte se fait depuis la chapelle seigneuriale au sud par une volée de marches. Elle est voûtée en berceau.

Mobilier de l'église : voir présentation des objets mobiliers de l'église de Scorbé-Clairvaux.

  • Murs
    • pierre pierre de taille
    • pierre moellon
  • Toits
    ardoise
  • Couvrements
    • voûte en berceau brisé
    • voûte d'ogives
    • voûte à nervures multiples
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • flèche polygonale
  • Escaliers
    • escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis en maçonnerie
  • Techniques
    • peinture
    • sculpture
  • Représentations
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Protections
    inscrit MH, 1994/02/28

Documents d'archives

  • Plan cadastral parcellaire de la commune de Scorbé-Clairvaux, Demellier, géomètre, 16 feuilles, 11 sections, 1826.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 4 P 5642 à 5653
  • Inventaire des biens dépendant des fabriques paroissiales, 1906.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 Q 35

Bibliographie

  • RÉDET, Louis. Dictionnaire topographique du département de la Vienne [...], Paris : Imprimerie nationale, 1881. (Réédition Paris : J.-M. Williamson, 1989), 526 p.

    Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers : 914.463 RED
    p.397

Annexes

  • Liste des curés depuis 1476.
Date d'enquête 2020 ; Dernière mise à jour en 2020
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel
(c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault
Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.