Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église Saint-Etienne

Dossier IA16007251 réalisé en 2005
VocablesSaint-Etienne
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Confolentais - Confolens-Sud
AdresseCommune : Esse
Cadastre : 2004 C 177

L'église paroissiale d'Esse date de la seconde moitié du XIIe siècle. Elle fut construite à l´emplacement d´édifices plus anciens puisque des fouilles ont révélé la présence de vestiges gallo-romain à l´extérieur et à l´intérieur du bâtiment. L´existence d´une chapelle Saint-Jean, ayant servi de baptistère, est également attestée. Celle-ci semblait se trouver à l´emplacement de l´actuelle mairie.

La construction de l´église débuta par le choeur, pour se poursuivre par la nef et s´achever par la façade. La trace d´une porte dans le mur nord marque l´emplacement d´un ancien cimetière qui se trouvait au nord-est de l´édifice. Le sarcophage en pierre qui se trouve aujourd'hui devant la mairie y fut découvert lors des fouilles réalisées par l´abbé Huet vers 1894.

Aux XIVe et XVe siècles pour faire face à l´insécurité engendrée par la guerre de Cent-Ans. Le chevet de l´église fut fortifié. Les murs furent rehaussés et percés de six ouvertures rectangulaires. Au niveau des modillons sculptés subsistent aussi des trous ayant probablement servis à monter une galerie en bois. Le clocher fut édifié au XVIIIe siècle. En 1869-1870, les murs de la nef furent eux aussi rehaussés et la voûte en lambris qui existait jusqu'alors fut remplacée par une voûte en brique. On construisit également une sacristie accolée au sud-est qui donnait sur le jardin du presbytère. Celle-ci fut démolie en 1986 préalablement à la restauration de l´église qui fut entreprise de 1994 à 1997. Le bâtiment fut inscrit sur la liste supplémentaire des Monuments historiques en 1972.

Période(s)Principale : 2e moitié 12e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 14e siècle , (?)
Secondaire : 15e siècle , (?)
Secondaire : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

L´église Saint-Etienne d´Esse se situe au centre du village d´Esse. Elle est orientée et possède un plan allongé. Elle comporte une nef unique couverte d´une voûte en berceau brisé construite en briques. Celle-ci a été doublée d´une voûte lambrissée lors des travaux de restauration des années 1990. L´éclairage se fait par deux baies cintrées percées dans le mur gouttereau nord et une dans le mur sud. Le choeur est encadré par deux absidioles voûtées en cul-de-four. L´absidiole sud s'ouvre sur l´extérieur par une large ouverture aujourd'hui obstruée par un contrefort et l´absidiole nord par une petite baie.

La nef est séparée du choeur par un emmarchement et un profond arc triomphal en tracé brisé, à deux voussures du côté de la nef. Le choeur se compose d´une travée droite couverte en berceau brisé séparé de l´abside semi-circulaire voûtée en cul-de-four par un arc doubleau. Il est éclairé d´une fenêtre au nord et au sud dans la travée droite et baie axiale dans l´abside. Le haut des murs est séparé du départ des voûtes par une corniche biseautée.

A l´extérieur, le chevet polygonal est renforcé par six petits contreforts en faible saillie et par trois autres plus importants. Il est décoré d´une corniche biseautée à modillons sculptés qui marque le niveau de l´ancienne toiture. Les murs furent surélevés pendant la guerre de Cent Ans dans un but défensif. Ils sont percés d´ouvertures rectangulaires sans linteau. Les murs de la nef furent eux aussi surélevés au XIXe siècle. Ils sont renforcés des mêmes petits contreforts à faible saillie que le chevet. La nef est recouverte par une toiture à longs pans et le chevet par une croupe polygonale, toutes deux en tuile creuse. Le clocher, de forme rectangulaire, est implanté au nord-ouest de l´édifice. Il possède des baies couvertes en plein cintre dans sa partie haute et est couvert d´une flèche octogonale à égout retroussé en ardoise. La partie inférieure abrite la sacristie. Le portail de l´église, de forme légèrement brisée, comprend deux voussures garnies de tores retombant sur quatre chapiteaux. Sur l´extérieur des voussures, les traces d´une frise de denticules sont encore visibles. Le tympan est décoré d´une croix grecque aux extrémités pattées comprise dans un cercle. Au-dessus de ce portail se trouve un bas-relief compris dans un rectangle et représentant l´Agneau, tenant la Croix et le Livre, dans une gloire portée par deux anges, dans une disposition similaire aux portails des églises Saint-Barthélemy et Saint-Michel (détruit) à Confolens. Cette décoration est surmontée d´une fenêtre couverte en plein cintre.

Mursgranite moellon
granite grand appareil
Toittuile creuse, ardoise
Plansplan allongé
Couverturestoit à longs pans
flèche polygonale
croupe polygonale
Représentationsdenticule croix grecque agneau livre croix ange
Précision représentations

Le tympan est décoré d´une croix grecque aux extrémités pattées comprise dans un cercle. Au-dessus du portail, dans un massif en léger relief surmonté d´une corniche, se trouve un bas-relief compris dans un rectangle et représentant l´Agneau, tenant la Croix et le Livre, dans une gloire portée par deux anges.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH, 1972/07/24
Précisions sur la protection

Eglise Saint-Etienne (cad. C 177) : inscription par arrêté du 24 juillet 1972.

Annexes

  • Relation sur la restauration de l´église d´Esse commencée en l´an de grâce 1864, 24 juillet.

    Avec les noms des bienfaiteurs

    Installation

    L´an mil huit cent soixante quatre et le vingt quatre juillet, M. B. Lespoun, vicaire de st Marial d´Angoulême, nommé à la cure d´Esse, a été installé par Mr Berguien (?) curé doyen de St Maxime de Confolens, sous le pontificat de Monseigneur Cousseau et le règne de sa sainteté Pie IX

    Réparation de l´église

    Voyant l´église dans l´état le plus déplorable, dépourvu de tout, le curé fait appel à la générosité de ses paroissiens ; sa voix est entendue, et chaque famille apporte son offrande : les plus riches offrent de grandes aumônes ; les plus pauvres colons apportent leur petite obole ! ... L´autel principal, en bois sculpté et tombant presque en lambeau est réparé par les soins de Monsieur le baron de Chamborant de Villeverts, ainsi que l´abside. Parmi les autres bienfaiteurs, il faut citer la famille Delage de la Boissonnie qui a fait don d´une vierge en pierre blanche, venant des ateliers du père bénit à Poitiers : M. M. Leulier maire de la commune et sa famille : M Boreau Lajanadie, de Bagnac propriétaire du Bost, M. M. Maillard, Dorvaux, de Lamorandiere.

    Confrérie de Saint-Joseph

    L´an mil huit cent soixante cinq et le deux mars, la confrérie de St Joseph, affiliée à l´Archiconfrérie de Beauvais (Oise) dans le pensionnat des frères, a été érigée dans la paroisse d´Esse avec l´autorisation de l´ordinaire. Le souverain Pontife Pie IX a accordé de nombreuses indulgences à tous les associés ; entre autres tous ceux qui pendant le mois de mars consacré à St Joseph invoqueront, chaque jour, ce puissant protecteur, gagneront les mêmes indulgences que celles qui sont attachées au mois de mars. Dès le premier mois (mars) la confrérie compte plus de deux cents associés.

    Statuts et règlements de l´Archiconfrérie

    But

    L´archiconfrérie a pour but

    1° de développer le culte de St Joseph

    2° d´attirer la puissante protection de ce grand saint sur la personne auguste du souverain pontife, sur la France et les états catholiques, sur les familles chrétiennes.

    3° de solliciter par l´inter de St Joseph, la conversion des ennemis de l´Eglise et du pays séparé de son unité.

    4° d´attirer sa bénédiction sur les intérêts spirituels et temporels des associés et des membres de leur famille et surtout d´obtenir à chacun d´eux la grâce d´une bonne mort.

    Conditions

    Pour faire partie de la confrérie, il suffit de se faire inscrire sur le registre et de réciter, chaque jour, un ave maria, et trois fois l´invocation : St Joseph

    St Joseph intercédez pour nous.

    Fêtes

    Les fêtes principales sont :

    1° Les fiançailles le 23 janvier.

    2° La fête de St Joseph, 19 mars.

    3° Le patronage de St Joseph, 3e dimanche après Pâques.

    Réunions

    1° Le dimanche après la messe.

    2° Le second dimanche de chaque mois, à l´issu de la messe chant de cantiques, consécration à St Joseph.

    3° Le mois de mars, le dimanche et le mercredi de chaque semaine. Neuvaine avant le 19...

    Indulgences

    Indulgences plénières

    1° Le jour de l´entrée dans la confrérie.

    2° Le jour de : Noël - Circoncition (?) - Lepiphanie - Pâques - Ascension - Fête Dieu.

    3° Aux fêtes de : la Purification, Annonciation - Assomption - Nativité - Immaculée Conception.

    4° Aux fêtes de : St Joseph - des Fiançailles - 19 mars - Patronage.

    5° Aux fêtes des apotres St Pierre, St Paul, St Mathieu, St Philippe et St Jacques le Majeur, St Barthélémy, St Mathieu, St Simon et Jude, St André, St Thomas et St Jean.

    Partielles

    1° Indulgences de 7 ans et 7 quarantaines a chacune des fêtes secondaires de Notre Seigneur et de la Vierge.

    2° Indulgence de 60 jours pour chaque oeuvre de piété, de charité.

    3° Indulgence de 60 jours pour la récitation de Pater et de 5 Ave pour les âmes du purgatoire.

    4° Indulgence de 60 jours, lorsqu´on assiste à une procession quelconque.

    Pouvoirs des directeurs

    Les directeurs des confréries de St Joseph, jouissent de

    1° L´autel privilégié personnel, trois fois chaque semaine.

    2° du pouvoir de donner le scapulaire de l´immaculée-Conception moyennant l´approbation de l´Ordinaire.

    Nota

    On trouve à la fin de ce registre les noms des associés.

    Statues

    L´an mil huit cent soixante quatre et le 22 décembre Monsieur le baron Albert de Chamborant, son épouse Madame Hélène, Madame Curmer (?) et M Grimoult, ancien Président du tribunal de commerce de Paris, ont fait don à l´église d´une statue de St Joseph et de quatre anges adorateurs.

    Chemin de croix

    L´an mil huit cent soixante cinq et le 9 novembre Monsieur l´abbé Hameau curé doyen de St Barthélémy de Confolens, a érigé dans l´église d´Esse, les stations du chemin de croix. Ces tableaux peints sur toile ont été donnés par sa majesté Eugénie Impératrice des Français à la demande de Mr le Baron de Chamborant.

    La cérémonie de l´Installation a été magnifique et touchante. Des prêtres voisins, au nombre de douze, sont venus rehausser, par leur présence l´éclat de cette solennité...

    Christ en bois

    L´an mil huit cent soixante six et le 15 avril, au milieu d´un grand concours de fidèles, a été bénit un christ en bois, fait à Paris, donné par Mr le baron de Chamborant. La famille Dorvaux a contribuée à cette bonne oeuvre.

    Lutrin

    L´an mil huit cent soixante six et le 15 août, l´église d´Esse a reçu un don magnifique, un beau lutrin sculpté, et deux grands livres de plain-chant, donnés par Madame Curmer et Mr Grimoult.

    Confrérie de L´Immaculée-Conception

    L´an mil huit cent soixante dix et le 15 août, la confrérie de l´Immaculée-Conception de la Ste Vierge, a été établie dans la paroisse par Me Dubois, Lazariste, professeur au Grand séminaire d´Angoulême.

    But

    Cette association a pour but :

    1° D´honorer la Ste Vierge sous le titre d´immaculée.

    2° de placer sous sa protection l´innocence (?) de chaque membre.

    3° de prier pour la conversion des pêcheurs.

    Conditions

    Réciter chaque jour, matin et soir, ave Maria et trois fois. A Marie conçue s. p. priez... Les associés sont invités à porter la médaille de l´Immaculée-Conception.

    Indulgences

    Plénières

    1° Le jour de la réception .

    2° à ceux qui visiteront leur église le jour de l´Immaculée-Conception, et prieront pour le souverain-Pontife.

    Partielles

    7 ans et 7 quarantaines aux associés qui prieront dans leur église aux fêtes de l´Annonciation - l´Assomption - le patronage de St Joseph, et le dernier jour des mois de Mai.

    Statue de la Ste Vierge

    L´an mil huit cent soixante quatre, une statue de la Vierge en pierre blanche, venant des ateliers du Père Bénit à Poitiers a été donnée à l´église par la famille Delâge de la Boissonnie.

    Grandes réparations à l´église

    Le maire de la commune et le conseil municipal, à l´unanimité, ont fait rehausser de trois mètres, les murs de l´église, et construire une voûte en briques. En même temps, on a construit une sacristie, donnant sur le jardin du presbytère. Ces diverses réparations se sont faites dans les années mil huit cent soixante neuf, et soixante dix, sous l´administration de Mr Leulier, maire.

    Vitraux

    L´an mil huit cent soixante dix, Mr Lespoune (?) curé, désirons (?) que l´ensemble de l´église fut en rapport avec les travaux exécutés, a fait encore appel à la générosité de ses paroissiens, pour placer des Vitraux à toutes les fenêtres de l´église. La paroisse entière, depuis le riche jusqu´au plus pauvre a contribué à cette oeuvre

    1° Le vitrail de la Ste Vierge, avec les armoiries de la famille de Chamborant, a été donné par Madame Hélène de Chamborant, qui, au moment de la maladie d´une de ses enfants, avait fait voeu à la Reine du ciel d´orner son autel, si son enfant obtenait la guérison.

    2° Le vitrail de St Joseph, est dû à la générosité de Mr le baron de Chamborant.

    3° Le vitrail de St Etienne, à Mr Boreau-Lajanadie (?), conseiller à la cour de Bordeaux.

    4° Les quatre autres vitraux sont dus à la piété des familles, Leulier Delâge, Boreau-Lajanadie de château-Guyon, de Bagnac, Pougeard, Brac, de Labraudière. Les colons ont fait don à l´église d´un belle...

    Balustrade

    Dans la même année, les colons et métayers, ont fait don à l´église, d´une table de communion en fer, de la valeur de 150 francs.

    Autel de la Ste Vierge

    Madame Hélène de Chamborant, non contente de satisfaire sa piété par le don d´un vitrail de la Vierge, a fait faire un petit autel (de la vierge) en marbre blanc des Pyrénées, (Chez Géruzet à Bagnères-de-Bigorre).

    Chape Noire

    Désirant que les cérémonies funèbres se fissent avec dignité, elle a donné une chape noire, confectionnée sous ses ordres et sa surveillance.

    Grille en fer à l´autel de la Ste Vierge

    L´an mil huit cent soixante et onze et le 25 juillet, Madame Hélène de Chamborant a fait don d´une grille en fer pour l´autel de la Ste Vierge. Cet ouvrage exécuté par Mr Moulinier serrurier à Confolens, a couté la somme de 150 francs.

    Cloche

    L´an mil huit cent soixante et onze et le 4 septembre, a été bénite une cloche pesant 808 livres, fondue à Tarbes hautes-Pyrénées par Ursulin Dancausse.

    Etait parrain Mr le Baron Charles, Guillaume, de Chamborant-de Périssat, au château de Villevert .

    Etait marraine, Madame Rose Hélène de Chamborant brue de Mr le baron de Chamborant sus-nommé.

    La commune d´Esse était dans l´impossibilité de subvenir aux frais et dépenses de la refonte de la dite cloche, soit à cause des dettes contractées pour la réparation de l´église ; soit à cause des impôts extraordinaires à elle imposés par le Gouvernement de la Défense nationale, pour les soldats mobilisés,

    D´ailleurs, Monsieur le curé Lespoune (?), n´ayant pu réunir qu´une somme insuffisante, par souscription, Monsieur le baron Charles, Guillaume de Chamborant, parrain de la dite cloche, et maire de la commune d´Esse, a voulu payer les frais et dépenses de la refonte de la cloche, laissant pour l´entretien de l´église, entre les mains de Mr le curé Lespoune (?), la somme que celui-ci avait pu recueillir à cet effet.

    La cloche a été bénite par Monsieur l´abbé Bergmein (?) curé doyen de St Maxime de Confolens, délégué par Monseigneur Cousseau, évêque d´Angoulême.

    Autel à St Joseph

    L´an mil huit cent soixante et onze et le vingt et un avril, a été bénit l´autel de St Joseph, (en marbre blanc) des atteliers de L. Géruzet, à Bagnères-de-Bigorre, htes Pyrénées. Cet autel est du en grande partie, à la générosité de la famille de Chamborant de Villeverts, et à la générosité des familles Leulier, Boreau-Lajanadie, Delâge de la Boissonnie ; les associés de la Confrérie de St Joseph y ont aussi contribué...

    Ornement de deuil

    L´an mil huit cent soixante et treize et le deux août, après le décès de Madame Olive Boreau-Lajanadie, M. M. Charles Boreau-Lajanadie, ses enfants, en mémoire de leur mère, ont fait cadeau à l´église d´un ornement noir très riche, d´un drap mortuaire, plus une somme d´argent, pour l´acquisition de divers objets nécessaires au culte.

    Calice - Lampes

    L´an mil huit cent soixante et quatorze et le douze janvier, Madame Hélène de Chamborant et son époux, Mr Albert de Chamborant, ont donné à l´église un beau calice en argent. Madame la baronne de Chamborant (Pauline) a aussi fait don de deux lampes pour les autels de la Ste Vierge et de St Joseph...

    Tableau de la Vierge

    Mr Félix Périn, architecte à Paris, le neveu de Mr le baron de Chamborant, a donné à l´église une toile représentant la Vierge à la chaise, ayant à sa droite, le prêtre, priant pour ses paroissiens, à sa gauche le laboureur demandant à la reine du ciel, sa protection sur sa récolte. Mr Félix Périn, qui a présidé à l´exécution de cette peinture, fait ce don, pour remercier la Ste Vierge de l´avoir protégé pendant le siège de Paris, et pendant les horreurs de la commune...

    Ornements

    L´an mil huit cent soixante quinze et le 20 novembre, Madame la baronne de Chamborant a fait don à l´église de deux ornements, noir et violet, confectionnés de sa main.

    Chaire

    L´an mil huit cent soixante-quinze et le 2 août, a été bénite, par Mr Hameau curé de St Barthélémy, une chaire, dont les plans et devis ont été faits par Mr Périn, architecte à Paris.

    Non content de faire les plans et devis, Mr Felix Périn, a fait confectionner cette chaire à Paris, sous sa surveillance, et pour cet objet d´art, il n´a voulu recevoir que la somme modique de huit cents francs (800f), voulant ainsi, par sa générosité et sa piété contribuer à la gloire de dieu. A la demande, de Mr Boreau-Lajanadie, député de la Charente, le gouvernement, a accordé à la fabrique d´Esse un secours de deux-cent-cinquante francs. Avec les produits d´une quête et d´une souscription, joints au secours, on est arrivé à recueillir la somme de cinq cent-quatre-vingt-sept francs. Mr le baron de Chamborant a payé le transport. Les frais et dépenses à payer par la fabrique, se sont élevés à la somme de deux-cent-quarante-huit francs.

    Description de la Chaire

    1er panneau

    1° Sur le panneau du milieu, est représenté N. S. J. Christ tenant de sa main gauche le livre des Evangiles. Sa main droite s´élève pour bénir la paroisse, représentée par les dessins placés au bas du panneau et indiquant, le tilleul, les portes de l´église, quelques maisons et l´escalier du bourg.

    2e et 3e panneaux

    2° Les panneaux de droite et de gauche, représentent les figures ou les attributs symboliques des évangélistes.

    L´homme est l´emblème de St Mathieu, parce que cet évangéliste commence son récit par la généalogie humaine du Christ. Le lion, l´emblème de St Marc, qui commence son récit par, la voix qui crie dans le désert. Le boeuf, l´emblème de St Luc ; le boeuf, animal du sacrifice, emblème de St Luc, qui commence son récit par le sacrifice de Zacharie. L´aigle l´emblème de St Jean, qui dans son évangile, s´est élevé au-dessus des créatures, s´est envolé jusqu´au cieux, et nous dit les mystères de la divinité de Jésus-Christ.

    Les sculptures de ces trois panneaux sont une reproduction des sculptures qui ornent l´évangéliaire de Charlemagne, lequel évangéliaire est conservé dans le trésor d´Aix-la-Chapelle.

    4eme panneau

    3° Le quatrième panneau, représente un Agnus Dei, au centre d´une croix latine ; reproduction exacte, des sculptures, peintures, découvertes dans les catacombes de St Clément à Rome. Dès les premiers temps du christianisme, les chrétiens, par crainte de la persécution, ne représentaient N. Seigneur que dans des figures, des emblèmes...

    Dans ce même panneau se trouvent deux inscriptions Pater Noster, Ave Maria. Cette dernière inscription, Ave Maria est une réponse péremptoire aux protestants, qui accusent l´Eglise catholique, Apostolique et romaine, d´avoir inventé le culte de la Ste vierge au 8e siècle... les découvertes dans les catacombes, prouvent par des faits incontestables, que la Vierge Marie Mère de Dieu, était vénérée dès les premiers temps des origines du christianisme.

    Dossier

    4° Le dossier, qui a dans son centre une croix grecque (figure d´une Gl...) est la reproduction de la chaire de St Pierre, chaire conservée dans la crypte de l´église de St Pierre à Rome, ...

    Cette précieuse relique, n´avait pas été offerte à la vénération des fidèles depuis le couronnement de Charlemagne, jusqu´à l´époque du concil de Vatican en 1870...

    La Croix

    La croix qui surmonte le baldaquin ou l´abat voix, est faite sur le modèle de la croix qui surmonte l´église de St Trophime de la ville d´Arles. Dessin des 1ers temps du christianisme.

    Peinture

    La toile sous le baldaquin, représente le St esprit sous la forme d´une colombe, au centre d´une croix rouge, figure du sang des martyrs. Les martyrs éclairés par les lumières du St Esprit, se laissent immoler par amour pour la croix.

    L´escalier

    L´escalier qui conduit à la chaire, ne compte que sept degrés ou sept marches, figure des sept dons du St Esprit.

    Banc

    Le banc circulaire, destiné aux pauvres, offre lui-même une figure symbolique. N. Seigneur est venu évangélizer les pauvres. Il a aimé la pauvreté, il aimait les pauvres. Le prêtre en chaire est le représentant de N. Seigneur... Il doit aimer les pauvres, être entouré des pauvres, évangéliser les pauvres...

    Souscripteurs

    Les familles qui ont contribué à l´érection de cette chaire, sont en premier lieu, Mr Périn, architecte, qui après avoir fait confectionner la chaire, sous sa surveillance, est venu exprès de Paris pour l´installer.

    Puis viennent, Mr Boreau-Lajanadie député et sa famille, Mr de Chamborant de Perissat, Mr de Bagnac, la famille Leullier, Madame Dorvaux du Repaire. Le curé de la paroisse y a aussi contribué selon ses ressources.

    Joli Deo, honor et Gloria.

Références documentaires

Bibliographie
  • Auteville, Maurice d'. Compte-rendu de l'excursion faite à Ansac, Esse et Saint-Germain-sur-Vienne. Bulletin de la société archéologique et historique de la Charente, 5ème s., t. 10, 1888.

    p. 534
  • Boulanger, Pierre. À propos de l'église d'Esse. Les amis du vieux Confolens, n° 59-60, nov. 1966.

    p. 10-12
  • Boulanger, Pierre. Les églises de l'arrondissement de Confolens au XIXe siècle : restaurations et reconstructions. Bulletins et mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 1992.

    p. 48-49
  • Cadet, Alberte. Le culte des eaux. Mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1954.

    p. 131
  • Cadet, Alberte. Les saints patrons des églises romanes de Charente. Bulletin de la société d'études folkloriques du Centre-Ouest, t. 10, 1976.

    p. 506
  • Daras, Charles. Les remaniements de l'architecture religieuse en Angoumois au cours de la guerre de Cent Ans. Mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1949-1950.

    p. 15
  • Dujardin Véronique, Moinot Emilie, Ourry Yann. Le Confolentais : entre Poitou, Charente et Limousin. Images du patrimoine n° 243, Geste éditions, 2007.

    p. 78
  • Dumont, Jacques. Géographie historique de Confolens sud. Les amis du vieux Confolens, n° 59-60, nov. 1996.

    p. 35
  • George, Jean. Les églises de France : Charente. Paris : Letouzé et Ané, 1933.

    p. 109-110
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 3.

    p. 27-28
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 4.

    p. 487-488
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de Charente Limousine (c) Communauté de communes de Charente Limousine - Malégol Raphaël