Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise Saint-Bernard

Dossier IA17002755 réalisé en 1999

Fiche

VocablesSaint-Bernard
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Matha
AdresseCommune : Contré
Adresse : place de l'
Eglise
Cadastre : 1834 A2 645 ; 2016 A 219

L'église Saint-Bernard de Contré, de style roman, a été édifiée au 12e siècle. Elle a porté au moins deux vocables, comme l'atteste un document de 1752 qui indique qu'elle est alors dédiée à saint Mesme. La partie orientale de l'église a été surélevée pour accueillir un chemin de ronde, vraisemblablement au 15e siècle, pendant la guerre de Cent Ans. Le chevet a quelque peu pris l'apparence d'une tour défensive depuis ces modifications. La nef était couverte d'une voûte en berceau de pierre, qui s'est en partie effondrée au 15e siècle et a été remplacée par une charpente. L'édification à la hâte de contreforts contre le chevet a permis de préserver la voûte du choeur et le cul-de-four de l'abside.

L'église était à l'origine précédée d'un clocher-porche carré, mais il ne reste de la tour, détruite à une époque indéterminée, que la base des colonnes contreforts qui l'ornaient. Elle a été remplacée par un simple clocher-mur. La cloche porte l'inscription : « Ie apartiens à Charles du Boys escuier sieur de Ferriere 1605 ». L'imbrication des bâtiments du logis autour de l'église laisse penser à une volonté des d'en faire une sorte de chapelle seigneuriale : un écrit du curé Renaudeau de 1850 évoque une tribune dans l'église communiquant autrefois avec les appartements seigneuriaux. Un ancien portail en plein cintre situé sur le côté ouest et qui communiquait avec le logis de Contré a été condamné sur délibération du conseil municipal en 1793.

L'église est classée Monument Historique en 1913. L'année suivante, l'architecte Albert Ballu propose un devis pour la consolidation des maçonneries. En 1927, une partie du mur sud au-dessus du portail d'effondre. Les travaux de restitution du pan de mur et de la corniche, ainsi que de réfection de la charpente et de la couverture de la nef sont réalisés en 1930 (architectes : Georges Naud et L. Prieur ; entrepreneur : Pierre Moreau).

Période(s)Principale : 12e siècle, 15e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle

L'église possède un massif carré au-dessus duquel s'élevait le clocher, une nef unique de deux travées, ainsi qu'une travée de choeur se terminant à l'est par une abside hémisphérique. Le choeur et l'abside ont été surélevés par l'adjonction d'un chemin de ronde en léger surplomb, dont l'appareillage en moellon équarri se distingue de celui du reste de l'église, en pierre de taille. Les murs sont flanqués de contreforts plats peu saillants, à l'exception de la partie orientale du mur sud et de l'abside dont les contreforts sont épais et coiffés de chaperons. L'un d'eux est orné d'un cadran solaire. Le portail ouest ayant été bouché, l'unique accès à l'église se trouve au sud, par un perron de trois marches et un portail roman ouvert dans la deuxième travée de la nef. Il présente deux colonnes avec chapiteaux sculptés de chaque côté de la porte, et trois voussures ornées de marguerites, de palmes, d'animaux, de monstres. Le bandeau d'archivolte est orné d'animaux courant les uns après les autres, peut-être une scène de chasse. Aussi bien côté sud que côté nord, on constate que la corniche du choeur est plus basse que celle de la nef. Le choeur n'est légèrement plus haut que la nef que depuis sa surélévation lors de la fortification de l'édifice. Côté sud, l'église est éclairée de trois baies percées à des niveaux différents (celles de la nef sont plus hautes que celle du choeur), flanquées de colonnettes à chapiteaux sculptés et à bandeau d'archivolte à pointes de diamant. L'abside est percée de trois baies similaires, ainsi que le mur nord du choeur. Le mur nord de la nef est en revanche éclairé par deux étroites baies dont une très haute. Les corniches sont supportées par des modillons, dont certains sont figurés. L'ancien porche quadrangulaire présente les traces d'ouvertures murées, ainsi que les trompes sur lesquelles s'appuyait autrefois la coupole du clocher. La porte reliant aujourd'hui le porche à la nef est percée dans un ancien portail en arc brisé muré, à deux voussures nues, placé entre deux contreforts qui soutenaient la masse du clocher. Les travées sont rythmées par les faisceaux de colonnes sur dosseret qui portaient ou portent toujours les arcs doubleaux de la voûte. Ces colonnes présentent des chapiteaux sculptés. Dans l'église, près du clocher, se trouve la pierre tombale de Martial Mathieu, sieur de Moubeau, mort en 1751. Les vitraux du choeur représentent saint Bernard, saint Pierre et saint Hubert. Les deux premiers sont datables du 19e siècle. Le troisième porte la date 2007, il a été réalisé dans le même style que les deux autres.

Murscalcaire pierre de taille
moellon
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementscul-de-four
voûte en berceau
charpente en bois apparente
Couverturestoit à longs pans
État de conservationrestauré
Techniquessculpture
vitrail
Représentationspersonnage biblique, saint Bernard, saint Hubert, saint Pierre ornement géométrique, losange, dent de scie, pointe de diamant, rinceau ornement végétal, pomme de pin, feuillage, palme, acanthe ornement animal, animal, cochon, poisson, chat, oiseau, animal fantastique, griffon, engoulant, dragon ornement figuré, tête, homme, femme, humain fabuleux, sirène ornement en forme d'objet, tonneau
Précision représentations

Voussures du portail principal ornées de marguerites, de palmes, d'animaux réels (cheval portant une bourse autour du cou, chats, cochon, oiseaux, poisson, quadrupèdes non identifiés) ou fabuleux (griffons, dragons) et d'une goule. Chapiteaux présentant un homme, des oreilles duquel sortent deux dragons, deux monstres assis, une figure de démon et deux cavaliers affrontés. Le bandeau d'archivolte présente des dragons et des quadrupèdes courant les uns après les autres. Bandeaux des murs de la nef et du choeur ornés de losanges, de boucles, de rinceaux, de pointes de diamant, de dents de scie. Chapiteaux des colonnettes des fenêtres ornés de masques, d'engoulants, de sirènes-oiseaux, d'une femme avec deux cercles, de feuilles d'acanthe, de rinceaux, de pommes de pin, de palmettes. Quelques modillons figurés présentant des masques, un tonneau, une fleur, un personnage debout, des visages et un personnage dans une attitude obscène. A l'intérieur, chapiteaux des colonnes-contreforts ornés de végétaux, de masques, d'oiseaux, griffons ou dragons affrontés, de personnages debout. Vitraux du choeur représentant saint Bernard, saint Pierre et saint Hubert. Cadran solaire sur l'un des contreforts.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH, 1913/07/22
Précisions sur la protection

Eglise : classement par arrêté du 22 juillet 1913.

Références documentaires

Documents d'archives
  • 1914, 1er janvier : devis de l'architecte Albert Ballu pour la restauration de l'église de Contré.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 O 436
  • 1927-1930 : dossier de restauration de l'église suite à l'effondrement d'un pan de mur de la nef.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 2 o 436
  • 1817 : état des églises et des presbytères de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 52 V 1
  • 1806, 7 juin : statistique concernant les églises de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 54 V 1
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 56 V 1 : Renseignements statistiques sur les églises paroissiales et les presbytères du département de la Charente-Inférieure au 1er mai 1846.
  • 1850, 20 mai : compte-rendu du curé de Contré à l'évêque sur l'état de sa paroisse.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 179 V 1
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de la commune de Contré, 1834.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 3 P 5125
Bibliographie
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge, t. 3. Saintes : Delavaud, 1952-1961.

    p. 59-61
  • Le patrimoine des communes de la Charente-Maritime. Paris : Flohic, 2002.

    p. 118
  • Lacoste, Jacques. Contré. Eglise Saint-Bernard. Lacoste, Jacques dir. La sculpture romane en Saintonge : l'imaginaire et la foi. Sans lieu : Ch. Pirot,1998.

    p. 145-147
  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély : Canton d'Aulnay. Saint-Jean d'Angély : Brisson, 1968.

    p. 35-37
Multimedia
  • http://www.eglises-en-charente-maritime.fr/contre_eglise-saint-bernard.html [Eglise de Contré, Charente-Maritime] [consult. 22/04/2011]

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Vals de Saintonge Communauté (c) Vals de Saintonge Communauté - Ivars Martine - Barreau Pierrick