Dossier d’œuvre architecture IA40001621 | Réalisé par
  • inventaire topographique, patrimoine mobilier des Landes
Église paroissiale Sainte-Madeleine de Bahus-Juzanx
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Saint-Sever
  • Commune Montsoué
  • Lieu-dit Bahus-Juzanx
  • Cadastre 2017 B 1016

L'église Sainte-Madeleine, très remaniée au cours des deux derniers siècles, est un édifice de fondation romane dont subsiste le chevet appareillé, aujourd'hui découronné et qui était probablement voûté en cul-de-four à l'origine. L'établissement d'un retable monumental à la fin du XVIIe siècle a entraîné l'obturation des fenêtres primitives et le percement d'une nouvelle sur le flanc sud. Le vaisseau principal, au sud, construit en simple moellon et dont les baies et les contreforts sont modernes, est sans doute très postérieur au chevet et pourrait dater d'une reconstruction consécutive à la guerre de Cent Ans, voire aux guerres de Religion (l'église est dite "démolie" dans le procès-verbal dit "de Charles IX" en 1571). Le collatéral nord a été ajouté à la fin de la période gothique, comme l'indiquent les départs de nervures et les formerets visibles à son extrémité occidentale, qui témoignent d'un voûtement d'ogives probablement détruit en 1569. La grande arcade unique qui fait communiquer les deux vaisseaux n'a été établie qu'en 1672, date portée sur sa clef avec le nom du curé Jean Capbert (desservant de 1670 à 1703). Hormis la construction d'une sacristie en 1717, l'édifice n'a subi par la suite aucun remaniement notable jusqu'en 1832, date à laquelle on démolit l'ancien clocher à flèche, placé à l'angle nord-ouest du vaisseau, qui fut reconstruit au-dessus de l'entrée sud-ouest en 1840. L'intérieur fut plafonné en 1836 (nef) et 1844 (chœur). En 1855, deux petites pièces, aujourd'hui disparues, furent ajoutées à la sacristie. Enfin, d'importants travaux eurent lieu en 1885 : consolidation des murs par des contreforts, réfection de l'encadrement des baies en pierre d'Angoulême, destruction d'une chapelle dédiée à saint Roch sur le flanc sud de la nef (les traces de l'arcade d'entrée sont encore visibles à l'intérieur) et reconstruction totale de la sacristie. En 1940, le sommet du clocher s'étant effondré a été remplacé par un beffroi en bois.

  • Période(s)
    • Principale : 12e siècle , (incertitude)
    • Principale : limite 15e siècle 16e siècle , (incertitude)
    • Secondaire : 3e quart 17e siècle
    • Secondaire : 1er quart 18e siècle , (détruit)
    • Principale : 2e quart 19e siècle
    • Principale : 4e quart 19e siècle
    • Principale : 2e quart 20e siècle
  • Dates
    • 1672, porte la date
    • 1717, daté par source
    • 1840, daté par source
    • 1885, daté par source
    • 1940, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Arthaud Augustin
      Arthaud Augustin

      Augustin Gabriel Arthaud ou Artaud, architecte départemental des Landes. Né le 23 janvier 1789 à Toulouse et mort à Biarritz le 20 juillet 1845 ; fils de Claude Arthaud, directeur des Postes, marchand orfèvre et graveur à Mirecourt en Lorraine, et de Jeanne Marie Rol dite La Tour, toulousaine (petite-fille par sa mère de l'orfèvre Jean I Lacère de Mont-de-Marsan et nièce de Jean II). Marié à Mont-de-Marsan, le 16 septembre 1821, à Françoise Dusaray (Mont-Saint-Vincent, Saône-et-Loire, 16 juillet 1799 - Mont-de-Marsan, 16 juin 1860), fille de Joseph Dusaray et Jeanne Catherine Deley ; dont sept enfants : Bonaventure Joseph Marie Jules (1822-1823), Catherine Emma (1824-1826), François Augustin (1826-1835), Vidal Henri (1828-1891/96), Antoine Adrien (1832-1836), Marie Étiennette Ernestine (1835-1852) et Françoise Catherine Louise (1838-1858). Source : Geneanet.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte départemental attribution par source
    • Auteur :
      Depruneaux Henri Edmé Xavier
      Depruneaux Henri Edmé Xavier

      Né à Yport (Seine-Inférieure) le 18 avril 1867, mort le 20 septembre 1953. Élève de l'école des Beaux-Arts (promotion 1886) ; architecte de la succursale de la Banque de France à Mont-de-Marsan (août 1893), architecte de la ville de Mont-de-Marsan (octobre 1893), puis architecte de l'administration des hospices ; inspecteur des travaux diocésains d'Aire (23 décembre 1893, après Jules François Dupouy) ; architecte diocésain d'Aire (30 novembre 1896, après Louis Henri Lafillée) ; officier d'académie (3 janvier 1904). D'après : Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle (Jean-Michel Leniaud, dir.), École des chartes.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte diocésain attribution par source
    • Personnalité :
      Capbert Jean Barbe , dit(e) curé de Bahus-Juzanx
      Capbert Jean Barbe

      Jean Barbe Capbert (ou de Capbern), prêtre issu d'une famille de marchands, desservit la paroisse de Bahus-Juzanx (actuelle commune de Montsoué, Landes), sa paroisse de naissance, d'abord comme vicaire d'avril à décembre 1670, puis comme curé (successeur de l'abbé Dauga) de décembre 1670 à mai 1703. Il résidait en 1685-1687 au presbytère de sa paroisse avec deux de ses parents (neveux ?), Jacques de Capbert, diacre et bachelier en théologie (futur chanoine du chapitre de Saint-Loubouer), Philippe de Capbern (sic), "son clerc", puis, dans les années 1690, avec François de Capbern et Jacques d'Arthos, aussi "ses clercs" (source : AD Landes, E dépôt 195 / GG 1-10). La dernière signature de Jean Capbert sur les registres de catholicité de sa paroisse date du 8 mai 1703 ; il mourut le 18 mai suivant. A sa mort, jean "de Capbern" était curé de Bahus-Juzanx et de Sarraziet (l'abbé Destopignan lui succéda à Bahus). Ses confrères Mathieu de Fargues, curé de Fargues, et Antoine Darbins, curé de Montgaillard, assistèrent à ses obsèques (source : E dépôt 195 / GG 29-40).

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      commanditaire attribution par source

L'église, implantée au milieu d'un enclos herbeux (ancien cimetière désaffecté en 1834), est bâtie en moellon calcaire et briques noyés de mortier et enduits, à l'exception du chevet roman, en moyen appareil régulier. Elle est entièrement couverte de tuiles creuses : toit unique à deux versants pour les deux vaisseaux, avec croupe ronde sur le chœur, toit en pavillon pour le clocher, toits en appentis sur le porche et la tourelle d'escalier. La nef originelle est une salle rectangulaire prolongée par un chœur en abside semi-circulaire plus étroit, lui-même précédé d'une courte travée droite. Ce vaisseau est doublé au nord par un collatéral de même longueur, ouvrant par une unique arcade en anse-de-panier, d'une portée presque égale à la longueur de la nef. Les deux vaisseaux sont aujourd'hui couverts de lambris en bois modernes, mais le collatéral au moins était voûté d'ogives, comme le montre un départ de voûte avec culot figuré à l'angle sud-ouest. Une tribune à balustrade règne sur le mur occidental du vaisseau principal. Une sacristie moderne est accolée au flanc sud de la nef, à l'est. Un clocher-tour de plan rectangulaire, dont le beffroi est constitué de bardeaux de bois, est adossé à l'extrémité occidentale du vaisseau ; il est flanqué au nord d'une tourelle d'escalier circulaire, aménagée dans un épais massif maçonné, et précédé à l'ouest par un porche à étage en appentis.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • calcaire pierre de taille
    • brique enduit
  • Toits
    tuile creuse mécanique
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    2 vaisseaux
  • Couvrements
    • lambris de couvrement
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe ronde
    • toit en pavillon
  • Escaliers
    • escalier hors-oeuvre
  • Techniques
    • sculpture
    • vitrail
  • Représentations
    • arbre, tête humaine, ange, phylactère
  • Précision représentations

    Motifs sculptés sur la clef de l'arcade entre les deux vaisseaux : arbre surmonté d'une tête humaine (féminine ?) et encadré de l'inscription "CAPBERN / CVRE / 1672". Culot sculpté à l'angle sud-ouest du collatéral, portant un départ de voûte : ange en buste tenant un phylactère (peut-être l'ange de saint Matthieu : les culots des trois autres angles auraient dans ce cas représenté les autres "animaux" du Tétramorphe).

  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • Église et presbytère de Bahus-Juzan, restauration (1883, 1885, 1892-1893, 1895, 1902-1904).

    Archives départementales des Landes : E dépôt 196/2 M 1
  • Églises de Bahus-Juzan et Boulin, aides pour la réparation des deux églises (1885).

    Archives départementales des Landes : E dépôt 196/2 M 2
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 24/3
  • Dons et legs à la fabrique (1813-1848) : Marguerite Lafitte (1813), Dubroca (1821), Marie-Véronique Coudroy (1848).

    Archives départementales des Landes : 70 V 24/4
  • Registre paroissial de Bahus-Juzanx (XVIIe-XVIIIe siècles).

    Archives communales, Montsoué
  • Registre paroissial de Bahus-Juzanx (1823-...).

    Archives communales, Montsoué
  • Registre des délibérations du conseil municipal de Montsoué (1875-1939).

    Archives communales, Montsoué
  • Dossier de pré-inventaire de la commune de Montsoué, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine

Bibliographie

  • "Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571". Revue de Gascogne, 1860.

    p. 315
  • DAUGÉ Césaire. Montgaillard pendant la Révolution. Aire-sur-l'Adour, 1909.

  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    tome III, p. 241
  • SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.

    p. 544

Annexes

  • Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571" (dans Revue de Gascogne, 1860, tome I, p. 315)
  • Extraits du registre paroissial de Bahus-Juzanx, XVIIe-XVIIIe siècles (AC Montsoué)
  • Extraits du registre paroissial de Bahus-Juzanx, 1823-... (AC Montsoué)
  • Documents concernant la démolition et la reconstruction du clocher de l'église de Bahus-Juzanx, 1832-1840 (AD Landes, série O [Montgaillard])
  • Documents concernant les restaurations de l'église de Bahus-Juzanx, 1883-1902 (AC Montsoué)
Date d'enquête 2018 ; Date(s) de rédaction 2018
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel