Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint Sulpice de Bourges

Dossier IA23001648 réalisé en 2010

Fiche

VocablesSaint Sulpice de Bourges
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Pays Dunois - Dun-le-Palestel
AdresseCommune : Lafat
Lieu-dit : Bourg
Cadastre : 2008 AA 69

Lafat était une cure dans l'ancien archiprêtré de Bénévent. Elle était sous le vocable de Saint-Sulpice de Bourges. Le patronage, après avoir appartenu à la prévôté de la Souterraine est passé à l´évêque de Limoges. Edifiée au 12e siècle, l'église de Lafat comportait à l´origine trois travées, la dernière formant le choeur, et un clocher carré adossé au sud de la première travée. Elle a été modifiée au 13e siècle par l'ajout du portail et a été entièrement refaite au 14e siècle. La voûte d´ogives de la nef a été réalisée au 15e siècle tandis que la voûte en étoile du choeur date du 16e siècle.

Entre 1862 et 1887, les bardeaux du clocher ont été remplacés par des ardoises, les fenêtres en bois auraient également été remplacées par des châssis métalliques avec vitraux.

Après un écroulement partiel et la démolition du clocher et de la première travée en 1910, un clocher-mur triangulaire à trois arcades a été érigé en 1911-1912, sur les plans d´Henri Geay, architecte à Limoges. Ce dernier a conservé les parties encore debout et a utilisé certains éléments, comme le portail du 13e siècle situé à l'origine à l'entrée ouest de la nef, en les incorporant dans le nouveau pignon. Les pierres du clocher détruit ont été réutilisées dans beaucoup de constructions situées autour de la place de l'église.

Période(s)Principale : 12e siècle , daté par source
Secondaire : 13e siècle , daté par source
Secondaire : 14e siècle , daté par source
Secondaire : 15e siècle , daté par source
Secondaire : 16e siècle , daté par source
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Dates1910, daté par source
Auteur(s)Auteur : Geay Louis-Charles Henri
Geay Louis-Charles Henri (1875 - 1945)

Né à Cognac, Louis-Charles Henri Geay est le fils de l’architecte Charles Geay. Il fait ses études à l’école nationale des Beaux-Arts de Paris, où il est l’élève des professeurs-architectes Blondel, Scellier, Gisors et Defrasse. Architecte diplômé par le gouvernement en 1906, il débute sa carrière en 1907 avec la réalisation de la Bourse et de la chambre de commerce d’Angoulême. L’essentiel de son activité se situe à Royan, Cognac, Jarnac, Limoges, en Corrèze, en Creuse et concerne la commande privée : villas, châteaux, hôtels particuliers, maisons de rapport. Il construit aussi des bâtiments scolaires à Mézières, Magnac-Laval et restaure des édifices religieux à Séreilhac, Maisonnais, Cromac. De 1911 à 1929, il occupe le poste d’architecte des monuments historiques de la Haute-Vienne. Il est, par ailleurs, mentionné comme architecte départemental des bâtiments civils et conservateur des objets d’art classés. Architecte des P.T.T., il réalise l’immeuble de la rue Edouard Vaillant dans le nouveau quartier du Verdurier. Il est membre de la Société des architectes diplômés et secrétaire de la Société des architectes du Limousin, Périgord et Angoumois. En 1944, il cède son agence à l’architecte Jaloux, son ancien dessinateur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

L´église de Lafat, construite en granite, est aujourd´hui constituée d´une nef comprenant une unique travée et d´un choeur à chevet droit. Flanquée d´une chapelle seigneuriale au nord du choeur, elle est couverte d´un toit à longs pans en tuile mécanique sommé d´une croix latine en granite à l´est et d´une croix en fer forgé à l´ouest. Sur le pignon ouest s´ouvre le portail. Ce dernier, en arc brisé, présente deux voussures avec boudins retombant sur des colonnettes à chapiteaux sculptés formant une frise. La porte, en bois clouté avec serrure en fer, est surmontée d´un vitrail. Le pignon ouest est surmonté d´un clocher triangulaire à trois arcades. La façade sud, couronnée d´une corniche à modillons sculptés, et le chevet sont percés de baies en arc brisé à réseau flamboyant (deux baies sur la façade sud et une sur le chevet). La façade nord, couronnée d´une corniche en pierre, comporte une unique baie en arc brisé, à l´ouest. Sur la partie est de la façade est accolée la chapelle seigneuriale couverte d´un toit à un pan en tuile plate. Cette chapelle est ouverte sur la façade nord par une porte, avec encadrements en pierre de taille biseautée, et par une baie de dimension réduite. Les façades nord et sud et le pignon est de l´église ont conservé leurs contreforts romans. Des contreforts ont également été construits aux angles du pignon est. Devant le pignon est de l´église, le muret de la cour actuelle délimite le contour de la travée et de l´ancien clocher détruits. Sur le mur de clôture de l´enceinte (au sud), à droite du pilier droit, figure le symbole de Saint-Jacques de Compostelle. Celui-ci comporte une croix potencée au pied avec, de part et d´autre, des coquilles (érodées). Lafat devait donc être placé sur l´itinéraire du pèlerinage à Saint-Jacques de Compostelle et devait constituer une étape entre Crozant et Saint-Germain Beaupré ou Colondannes. A l´intérieur, la nef et le choeur sont voûtés d´ogives. La voûte du choeur est plus ornementée avec des liernes et des tiercerons (voûte en étoile). La pénétration de la voûte de la nef se fait à l´ouest dans des culots simples et à l´est dans des colonnes adossées qu´une saille rectangulaire, amortie en cavet aux angles, prolonge sur l´axe de la nef. Dans le mur sud de la nef, est ménagée une niche en pierre calcaire du 15e siècle, à trois pans, avec gâbles et pinacles formant un dais flamboyant. La voûte du choeur présente les mêmes retombées que la voûte de la nef. Le mur sud du choeur comporte une niche en plein cintre et une porte avec linteau en plein cintre et jambages en pierre de taille. Le mur est du chevet comporte, de part et d´autre de l´autel, deux niches : une niche en plein cintre au nord et une niche rectangulaire au sud. La chapelle seigneuriale, dite de Saint-Jean, s´ouvre dans le mur nord du chevet par un arc en anse de panier. La voûte d´ogives de la chapelle, semblable à celle du choeur, retombe au sud sur des culots sculptés représentant des figures humaines. La clef de voûte est sculptée d´armoiries qui pourraient être celles de la famille d´Aubusson (on retrouve ce même blason dans l´église de Crozant). Dans le clocher, les cloches sont installées dans une charpente intégrée dans la charpente principale et portant sur des poutres en acier. La charpente principale suit la courbe de la nef située en dessous. Elle est constituée par un ensemble d'arbalétriers cintrés. Chacune des cloches portent une inscription. Il existerait une crypte sous l'autel dont l'accès serait placé sous l'estrade de l'autel le long du mur est.

Mursgranite moellon enduit
granite pierre de taille
Toittuile mécanique, tuile plate
Plansplan allongé
Couvrementsvoûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans
toit à un pan
Représentationscroix coquille Saint-Jacques
Statut de la propriétépropriété publique

Références documentaires

Bibliographie
  • BOYRON, Claude. Histoire et petites histoires de Lafat, évolutions. Édition à compte d'auteur. Guéret : 2008. 236 p.

    p.46 à 53 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
  • LACROCQ, Louis. Les églises de France : Creuse. Paris : Librairie Letouzey et Ané, 1934. 207 p. : ill. ; 28 cm.

    Centre de documentation du patrimoine, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel, Limoges : (23) 726.5 LAC
  • ARNAUD, Philippe. Mémoire en Images. Le canton de Dun-le-Palestel. Saint-Cyr-sur-Loire : Ed. Alan Sutton, 2006. 128 pages.

    p. 96 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
Périodiques
  • JANICAUD, Georges. Photographie d'une niche gothique du XVe siècle, pierre calcaire, mur sud intérieur, église de Lafat. Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, 1928, t. XXIV (1er et 2e fascicules), xxi.

    p. xxi Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Département de la Creuse - Belzic Céline
Belzic Céline

Chargée de recherche, Conservation du Patrimoine, Conseil départemental de la Creuse, 2008-2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pacquot Eglantine
Pacquot Eglantine

Chargée de recherche, Conseil départemental de la Creuse, 2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.