Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Porchaire

Dossier IA86007748 réalisé en 2012
Vocablessaint Porchaire
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonCommunauté d'Agglomération de Poitiers - Poitiers 6e Canton
AdresseCommune : Poitiers
Adresse : rue
Gambetta
Cadastre : Cadastre ancien, copie 1837 L2 616 ; 2012 BR 32

Porchaire est cité comme abbé de la communauté de Saint-Hilaire en 589 dans les écrits de Grégoire de Tours. Il est enterré vers 600 dans la petite église hors les murs de Saint-Sauveur, près des remparts, sur le chemin qui mène à l'église de Saint-Hilaire-le-Grand. En 863, les quartiers situés hors les murs de Poitiers auraient été ravagés par le passage des invasions normandes.

Selon une charte de 950 dite donation d'Heyrlannus, le trésorier du chapitre de Saint-Hilaire, Thetbaldus, fait construire une église placée sous le patronage de Porchaire : " Basilica Beati Porcharii que dominus ac venerabilis Thetbaldus, claviger Sancti-Hilarii construxit vel edificavit ". Elle est située à proximité de l'église Saint-Sauveur, dans la dépendance du chapitre de Saint-Hilaire-le-Grand pour recevoir les reliques de Porchaire. La fondation de cette église, établie près d'un marché, est en lien avec l'implantation et le développement d'un quartier de marchands. En 1068, l'abbé Raymond, de l'abbaye bénédictine de Bourgueil et prévôt de Saint-Porchaire, obtient le rattachement à son abbaye de la petite communauté monastique de Saint-Porchaire de Poitiers. Dès lors, Saint-Porchaire cumule les fonctions d'église paroissiale et de siège d'un prieuré qui s'établit sur le côté nord de l'église tandis que le côté sud reçoit le cimetière paroissial.

La première église est vraisemblablement transformée entre le 12e et le 14e siècles. De l'église romane, il ne subsiste plus aujourd'hui que le clocher-porche qui date du dernier quart du 11e siècle. Celui-ci prend appui sur une façade plus ancienne de la fin de l'époque carolingienne qui n'a pas été détruite lors de la reconstruction de l'église au 16e siècle. On peut encore voir dans ce pignon une grande entrée cachée partiellement par le clocher-porche ainsi que trois ouvertures murées.

Après la création d'une Université à Poitiers en 1431-1432, une cloche est installée en 1439 dans le clocher-porche pour convoquer les étudiants, elle est refondue en 1451. On peut y voir les sceaux de la ville ainsi que de l'université. En 1509 débute le chantier de reconstruction de la nef de l'église, qui était jugée " caducque " par les membres de la fabrique. Les travaux sont achevés en 1520 puis, au milieu du 16e siècle, des chapelles latérales peu profondes sont ajoutées du côté nord et au sud-ouest. La nef prend place sur une petite crypte d'époque antérieure où était placée la châsse de pierre contenant les ossements de saint Porchaire.

L'église du 16e siècle est décorée d'un ensemble de peintures murales qui ne sont redécouvertes qu'en 1912 sous des enduits. La crypte est murée en 1559 sur ordre du prieur de Saint-Porchaire par crainte de profanations de la part des protestants et l'existence du tombeau fut oubliée. Cette perte de mémoire a amené par la suite à un changement de patronage de l'église pour un autre saint Porchaire, abbé de Lérins. Ce n'est qu'en 1675 que le tombeau est redécouvert, et, en 1676, une partie des ossements sont placés dans une châsse pour le culte des fidèles. En 1710, le prieuré Saint-Porchaire est réuni au petit séminaire Saint-Charles de Poitiers mais reste le siège de l'église paroissiale.

Sous la Révolution, l'église est profanée et la châsse qui contenait les ossements du saint disparaît, l'église est ensuite transformée en lieu de culte décadaire avant de redevenir une paroisse avec la signature du Concordat en 1801. Le clocher-porche est menacé de destruction en 1843 lorsque les édiles de la ville décident de le détruire pour élargir la rue. Il est sauvé grâce à une vigoureuse campagne qui conduit à son classement au titre des Monuments Historiques en 1846.

L'église est restaurée au 19e siècle par l'architecte Joly-Leterme et la nef est à son tour classée au titre des Monuments Historiques en 1908.

En 1912, le curé Berthaud fait réalisé des vitraux pour le chevet plat de l'église. Le chantier est confié au maître verrier parisien Henri Carot qui réalise des vitraux dans le style 15e siècle pour se conformer à l'époque de l'église. Puis en 1939, les peintures du 16e siècle, dégradées et peu lisibles, sont remplacées par le peintre poitevin Pierre Valade qui tente de respecter le programme du 16e siècle. Les peintures exécutées sur toiles marouflées sont posées en 1944 puis déposées en 1987 pour une campagne de restauration qui ne fut pas réalisée.

Le sarcophage qui contient les ossements de Porchaire et qui était placé dans la crypte est sorti en 1951 pour être placé entre les deux autels du chœur.

Une campagne de restauration et de nettoyage du clocher-porche est lancé en 2011.

Les trois cloches du clocher, la cloche " Anne " de 1451 ainsi que les cloches de 1771 et de 1803 qui contient des fragments du bourdon du Gros Horloge de Jean de Berry sont déposées pour nettoyage par la société angevine Bodet. Les battants de la porte d'entrée sont aussi restaurés lors de cette campagne.

Période(s)Principale : 4e quart 11e siècle
Principale : 12e siècle
Principale : 16e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

L'église Saint-Porchaire est construite en dehors des remparts romains dans les dépendances du chapitre de Saint-Hilaire-le-Grand. La proximité d'un marché et l'accroissement du culte des reliques de Porchaire permettent le développement d'un quartier de marchands qui est protégé par la construction de la nouvelle enceinte en 1160. Son chœur est décalé vers le sud et orienté est-sud-est, par convention, nous utilisons l´ouest pour la façade et l´est pour le chevet.

Construite en pierre de taille, l'église est dominée par son clocher-porche qui fait saillie sur la rue à l'ouest et qui ouvre sur deux nefs modernes. De mêmes dimensions, elles sont séparées par une série de trois colonnes qui forment quatre travées. L'église est fermée à l'est par un chevet plat et reçoit sous la nef nord dans la travée avant le chevet une crypte aujourd'hui condamnée. Le clocher-porche est voûté au rez-de-chaussée d'un berceau en plein cintre de même que le premier étage mais contrarié pour équilibrer les poussées. Le troisième et dernier niveau n'est pas voûté mais les trompes aux angles des murs attestent d'un projet inachevé de construire une flèche pour couronner le clocher-porche, qui est aujourd'hui couvert par une toiture en pavillon. Les deux nefs reçoivent quant à elles un couvrement par huit voûtes d'ogives.

Le clocher-porche de plan carré, qui mesure huit mètres cinquante de côté et vingt-quatre mètres de haut, marque très fortement l'entrée de l'église. Il est divisé en trois niveaux avec un accès au deuxième par une petite tourelle dans l'angle sud-est du clocher-porche. La face sud du rez-de-chaussée est masquée par la présence d'un bâtiment qui s'adosse contre celui-ci. Les deux niveaux supérieurs sont en léger retrait par rapport au mur plus massif du rez-de-chaussée. Trois contreforts plats scandent la tour sur ses faces jusqu'au sommet. Ceux du dernier niveau se transforment en contreforts-colonnes. La face ouest du rez-de-chaussée ne comporte que deux contreforts plats qui encadrent le porche.

Le portail est couvert d'un grand arc en plein cintre à double ressaut dont le rouleau extérieur est mouluré de tores dégagés par des gorges. L'archivolte est ornée d'un motif de damier. Les rouleaux retombent sur des colonnes dont les chapiteaux sont sculptés de plusieurs motifs. Au nord, le chapiteau extérieur présente des rinceaux avec des lions et des oiseaux buvant dans une coupe. Le chapiteau intérieur est sculpté de deux lions séparés par un arbre schématique et complété par l'inscription " LEO NES ", les deux syllabes étant disposées de part et d´autre de l´arbre. Au sud, le chapiteau intérieur porte quatre lions dressés dont les têtes se fusionnent sur les angles. Le chapiteau extérieur est quant à lui un chapiteau historié. Il est sculpté de la scène de Daniel dans la fosse aux lions. Le prophète y est représenté dans une mandorle qui porte une inscription très érodée " Hic Daniel Domino vi[ncit] coetum leoninum " (Favreau et Michaud, Cporpus, 1974, p. 93). Il est encadré par deux lions soumis qui tirent la langue. Au-dessus, sur la gauche, la main de Dieu, représentée dans des nuées, protège le saint. La face nord du chapiteau présente en outre un monstre à queue de serpent et la face sud, un ange qui porte par les cheveux le prophète Habacuc qui tient un pain rond et un autre objet.

Le portail est surmonté par une dalle rectangulaire à damiers. Elle est sculptée d'un bas-relief très dégradé qui révèle un Christ en majesté entouré du symbole des quatre Évangélistes entre deux anges.

La séparation avec le deuxième niveau du clocher-porche est marquée par une corniche à modillons et métopes. Les modillons, dont beaucoup datent du 19e siècle, sont sculptés de têtes animales ou de feuillages tandis que les métopes sont ornées d'animaux et d'entrelacs.

Le second niveau est rythmé par un double registre superposé d'arcatures aveugles. Le registre inférieur est constitué sur chacune des faces de deux arcatures en plein cintre à double ressaut séparées par un contrefort dont les écoinçons reçoivent un petit appareil réticulé. Elles sont percées chacune d'une haute et étroite fenêtre qui éclaire une grande salle. Le registre supérieur est constitué de deux arcades géminées avec une archivolte décorée de denticules et surmontées dans les écoinçons d'un petit appareil réticulé. Les baies géminées sont cloisonnées par les contreforts qui scandent le clocher. Une corniche portée par des modillons sculptés sépare le deuxième du troisième et dernier niveau qui correspond à la salle des cloches.

Chacune des faces du dernier étage sont percées de deux baies en plein cintre à ouvertures géminées qui forment un petit tympan en petit appareil réticulé. Chaque baie est séparée de sa voisine par un contrefort qui, à ce niveau, se transforme en contrefort-colonne. Les chapiteaux du second et du troisième niveaux sont très peu sculptés, dominés par une série de chapiteaux lisses à volutes ou semi-lisses avec anneau saillant. Quelques corbeilles sont sculptées de feuillages. La couverture du clocher-porche est soulignée à sa base par une corniche à modillons.

La façade sur laquelle s'appuie le clocher-porche date de l'église carolingienne. De cette façade primitive en moyen appareil de pierre, il subsiste encore la grande entrée, cachée partiellement par la tour du clocher, ainsi que trois ouvertures murées mais marquées dans la maçonnerie. La première est visible depuis l'extérieur, en partie masquée par le contrefort nord-est du clocher. On peut encore distinguer une baie en plein cintre avec des claveaux étroits qui reposent sur deux pierres taillées juxtaposées. Les deux autres baies, du même schéma que la première, reprennent ce dispositif. La seconde est située sous la voûte en berceau du rez-de-chaussée du porche, au-dessus de l'arc d'entrée, visible aussi à l'intérieur depuis la tribune. La dernière est seulement observable depuis l'intérieur, au-dessus des confessionnaux.

L'entrée de l'église se fait par le vestibule du clocher-porche, décoré en partie basse d'arcatures aveugles en plein cintre dont l'une accueille la plate-tombe de Hilaire Macé, échevin de Poitiers décédé vers 1525. L'entrée de l'édifice n'est pas dans l'axe de l'église mais légèrement décalée légèrement vers le nord.

Le vestibule franchi, la double nef se présente, séparée par les trois colonnes à base prismatique et sans chapiteau dans lesquelles s'engagent directement les nervures des voûtes d'ogives. Celles-ci s'appuient vers l'extérieur sur des demi-colonnes et dans les angles sur des quarts de colonnes engagées. Chaque nef est dotée d'un autel dont les textes mentionnent celui du nord comme autel de la paroisse et celui du sud autel du prieuré. L'autel nord, qui provient de l'abbaye bénédictine de Saint-Cyprien de Poitiers, est daté, comme l'autel sud, du 17e siècle. Les murs gouttereaux nord et sud sont percés en partie haute de quatre baies tandis que le mur du chevet plat est percé de deux fenêtres, toutes présentent un arc brisé surbaissé. Un remplage forme, en partie basse des baies, deux lancettes surmontées d'un réseau. La partie basse des murs gouttereaux est occupée par des chapelles percées dans l'épaisseur des murs, une dans chaque travée au nord et deux au sud dans les travées les plus à l'ouest. Peu profondes, elles ouvrent sur la nef par un arc en plein cintre à bordures moulurées de tailles différentes selon les chapelles. Le fond des chapelles est fermé par un mur plat qui était à l'origine percé au sud de baies pour éclairer les chapelles. Les chapelles nord sont voûtées par des ogives dont les clefs étaient ornées d'armoiries encore observables dans la deuxième et quatrième chapelles en partant de l'ouest. Une porte aujourd'hui murée, située entre celle de la sacristie et la chapelle latérale sud, ouvrait jadis sur le cimetière tandis que la première chapelle à l'ouest de la nef nord est percée d'une porte latérale.

La crypte de forme irrégulière, creusée sous la nef, mesure 4,2 m de longueur. Elle se compose d'un étroit couloir voûté d'un berceau en plein cintre à ressaut qui continue vers l'est par un escalier aujourd'hui arrêté par un mur sous l'autel. À l'origine, cet escalier ouvrait dans la sacristie adossée au pignon de l'église carolingienne situé plus à l'est.

Les séries de chapiteaux du clocher-porche de l'église sont d'époque romane. Le décor, qu'il soit historié, animalier ou à fond lisse, renvoie aux thèmes des autres chantiers poitevins de cette époque. Le sculpteur qui a réalisé la série des chapiteaux du rez-de-chaussée du clocher dans les années 1065-1085 est à mettre en lien avec les œuvres réalisées par l'atelier de la nef et du transept de Saint-Hilaire-le-Grand. Outre la similitude des thèmes sculptés dans les corbeilles des chapiteaux, on peut noter aussi des liens dans le travail des compositions et le traitement des reliefs. Le modillon plat à décor tressé situé le plus à gauche de la corniche qui sépare le premier et le deuxième niveaux à l´ouest du clocher-porche pourrait être un vestige ou un remploi d´une phase plus ancienne. Il est très comparable à ceux conservés aux extrémités des corniches du baptistère Saint-Jean.

Les peintures du 16e siècle de la nef qui représentaient le Credo apostolique ont presque toutes disparues. Ne sont plus de visibles que quatre personnages, un seul au nord, saint André avec sa croix ; les trois autres au sud représentent saint Philippe, saint Matthieu armé d'une hallebarde avec une bourse et saint Simon qui tient verticalement une longue scie.

Murscalcaire pierre de taille
calcaire moyen appareil
calcaire petit appareil
Toittuile plate
Plansplan allongé
Étages2 vaisseaux
Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
voûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
État de conservationrestauré
Techniquespeinture
sculpture
vitrail
Représentationsornement géométrique, damier, denticule, entrelacs, volute, billette ornement végétal, arbre, feuillage ornement animal, lion, oiseau sujet chrétien, Christ, ange, saint, Prophète ancien testament, livre de Daniel animal fantastique Tétramorphe
Précision représentations

Seules les sculptures romanes ont été prises en compte.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH partiellement, 1846
classé MH partiellement, 1908/07/20
Précisions sur la protection

La tour : classement par liste de 1846 ; La nef : classement par arrêté du 20 juillet 1908.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vienne, L 215. Etat des tableaux qui forme le museaume etabli a Poitiers par les ordres du departement... Je certifie ce present etat sincere et veritable etant tout les tableaux contenus dans les deux salles du museaume don lagarde ma ète confiee par le citoyen administrateur du département de la Vienne. Poitiers Le 10 7bre 1793 lan 2me de la Republique francoise. Aujollet-Pagèst directeur de l'ecole de dessin.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : L 215
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    4 p., 26 fig., 1 plan, 2 élév., 1 coupe Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Documents figurés
  • " Vue de l'église Saint-Porchaire ". Le Fèvre, Édouard. Aquarelle, 1898, Vues et paysages, tome 6 : la Vienne. Bibliothèque nationale de France. Estampes. Dc 404 fol.

    Bibliothèque nationale de France, Paris : Dc 404 fol
  • " Tour de l'église Saint-Porchaire, vue du sud-ouest ". [Exposition itinérante de la Direction des Musées de France]. La mission héliographique. Photographies de 1851. Fig. 73 et p. 87.

  • " Église Saint-Porchaire ". Sans date [fin 19ème siècle]. 224 x 288 mm. Photographie. Élévation tour porche. Archives privées.

    Archives privées
Bibliographie
  • Anonyme. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1868. 1868, 20 février. Réception de l'orgue de neuf jeux. 23 février 1868. Inauguration et bénédiction du nouvel orgue.

    p. 161-162
  • Anonyme. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1874. 1874. Installation, au-dessus des deux principaux autels, de deux grandes statues de Notre-Dame de Salette et de Notre-Dame de Lourdes.

    p. 877
  • Anonyme. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1889. Début 19ème siècle. Une des cloches de l'église Saint-Porchaire a été fondue avec une partie du métal provenant de la Grosse Horloge.

    p. 516
  • Anonyme. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1897. 1897, 1er août. Bénédiction par Mgr Pelgé d'un nouveau piédestal (autel, p. 485), sculpté en bois de chêne de Hongrie, sur lequel repose la statue de Saint-Antoine.

  • Anonyme. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1910. 1910, 30 janvier. Bénédiction solennelle par Mgr l'évêque de la statue au décor polychrome de Jeanne d'Arc.

    p. 116
  • Anonyme. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1913. 1913. Restauration de l'église Saint-Porchaire : I. Les verrières du sanctuaire par M. Carot ; II. Les fresques et les peintures.

    p. 32, 364-368
  • Anonyme. De nombreux ossements et des poteries mis au jour en l'église Saint-Porchaire. La Nouvelle république, 26 octobre 1971.

  • Anonyme. Les restes d'un ancien cimetière découvert dans l'église Saint-Porchaire. Centre-Presse, 26 octobre 1971, 1 fig.

  • Anonyme. Congrès organisé par la Société des Antiquaires de l'Ouest à l'occasion de son cinquantenaire. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 7, 1884.

    p. 89-90
  • Anonyme. Communication aux séances de mai-juin 1843. Bulletin monumental, tome 9, 1843.

    p. 348, 363-364, 378, 560
  • Anonyme. Communication à la séance du 17 novembre 1904. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 10, 1904-1906.

    p. 162-163
  • Auber, abbé. Histoire de la cathédrale de Poitiers. 1ère, 2ème et 3ème parties. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, première série, tome 15, 1848.

    p. 85
  • Auber, abbé. Lettre à M. de Caumont sur le Sagittaire considéré comme symbole chrétien. Bulletin monumental, t. 32, 1866.

    p. 845
  • Barbier, Alfred. Les monuments historiques du département de la Vienne classés par l'État. Discours. Mémoire de la société des antiquaires de l'Ouest, 2e série, tome 22, 1899.

    p. 43-44
  • Béduchaud, Joseph-Marie-Ulysse. Le culte de la très sainte Vierge dans le Poitou. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1908.

    p. 480
  • Béduchaud, Joseph-Marie-Ulysse. Le culte de la très Sainte Vierge dans le Poitou, à travers les siècles jusqu'à nos jours : souvenirs et documents recueilli par .... Poitiers : S.F.I.L., 1912.

    p. 14, 263
  • Bercé, Françoise. Les premiers travaux de la Commission des Monuments historiques, 1837-1848. Procès-verbaux et relevés. Paris : Picard, 1979.

    p. 262 n. 1, 264
  • Berthelé, Joseph. Enquêtes campanaires. Notes, études et documents sur les cloches et les fondeurs de cloches du 8e au 20e siècle. Montpellier : imprimerie Delord-Boehm et Martial, 1903.

    p. 50-51, 87, 94
  • Bonnard, Camille. Monuments de la Vienne et de la Charente-Inférieure. Niort, de Robin, 1844.

    p. 114-118, 1 pl
  • Bouvenne, A. Poitiers ancien et moderne (Promenades d'un touriste). Poitiers : A. Reynès, 1891.

    p. 103-105
  • Camus, Marie-Thérèse. Les oiseaux dans la sculpture du Poitou roman. Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 4e série, t. 11, 1967-1970.

    p. 30 et n. 25, 45, 48, 72
  • Camus, Marie-Thérèse, Carpentier, Elizabeth, Amelot, Jean-François. Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs d'oeuvre. Paris : Éditions A. et J. Picard, 2009.

    p. 24, 27, 53, 347, 384
  • Camus, Marie-Thérèse ; Favreau, Robert. Églises de Poitiers, éditions Gilbert de la Porée, Poitiers, 2006.

    p. 74-83
  • Caumont, Arcisse de. Communication à la séance du 21 juin 1840. Bulletin monumental, tome 6, 1840.

    p. 341
  • Caumont, Arcisse de. Coup d’œil sur l'état des études archéologiques dans l'Ouest de la France en 1830, et sur quelques-uns des monuments qu'on y rencontre. Bulletin monumental, tome 1, 1835.

    p. 370
  • Chamard, dom François. Histoire ecclésiastique du Poitou. Livre 1 : les origines de l'église de Poitiers depuis le 1er jusqu'au 5ème siècle. Mémoire de la société des Antiquaires de l'Ouest, t. 37, 1873.

    p. 116, note 1
  • Chamard, dom François. Histoire ecclésiastique du Poitou. Suite. Livre 2 : du 5ème au 7ème siècles. Mémoire de la société des Antiquaires de l'Ouest, 2e s., t. 2, 1878-1879.

    p. 467 note 1
  • Chergé, Charles de. Rapport d'ensemble sur les monuments historiques du département de la Vienne. Bulletins de la société des antiquaires de l'Ouest, 1ère série, tome 6, 1850-1852.

    p. 2-3
  • Collon, A. Les reliques de Saint-Porchaire. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1900.

    p. 359, 394-396
  • Collon, abbé A. Saint Porchaire, abbé en Poitou [99 rectifications de l'article de G.G.]. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1904.

    p. 715-716
  • Cougny G. de. Lettre à M. de Caumont sur une excursion en Poitou. Bulletin monumental, tome 34, 1868.

    p. 164-166. Egalement Cougny G. de. Excursion en Poitou et en Touraine. Lettre à M. de Caumont. Caen, impr. Le Blanc-Hardel, 1870, p. 25-27
  • Crozet, René. Communication à la séance du 19 mars 1942. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 13, 1942-1945.

    p. 11
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    p. 119, 135, 136, 158, 159, 161, 162, 164, 170, 184, 194, 217, 218, 219, 227, 233, 234, 1 pl Médiathèque, Thouars : 944.6
  • Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc, Poitou-Saintonge-Angoumois.

    p. 142, 1 ill
  • Crozet, René. Quelques remarques sur les clochers des églises romanes de Poitiers. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 11, 1936-1938.

    p. 265-266
  • Crozet, René. Églises romanes à déambulatoire entre Loire et Gironde. Bulletin monumental, tome 95, 1936.

    p. 60
  • Crozet, René. L'art roman en Saintonge. Paris : Picard, 1971.

    p. 175
  • Crozet, René. Survivances antiques dans le décor roman du Poitou, de l'Angoumois et de la Saintonge. Bulletin monumental, t. 114, 1956.

    p. 14
  • Crozet, René, Clément, Jean. Les notes archéologiques du baron de Guilhermy sur les monuments de Poitiers et du Poitou. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 12, 1939-1941.

    p. 510
  • Dubois, N. Marques de tâcherons dans le Sud-Ouest de la France. Bulletin de la société des antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 10, 1934/1935.

    p. 331
  • Deshoulières, François. La théorie d'Eugène Lefèvre-Pontalis sur les écoles romanes. Seconde partie. Bulletin monumental, tome 85, 1926.

    p. 19
  • Deshoulières, François. Les corniches romanes. Bulletin monumental, tome 79, 1920.

    p. 46, 64
  • Deshoulières, François. Essai sur les tailloirs romans. Bulletin monumental, tome 78, 1914-1919.

    p. 23, 25
  • Douin, Georges. Communication à la séance du 17 décembre 1925. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 7, 1925-1927.

    p. 204
  • Eygun, François. Saint-Porchaire de Poitiers. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, quatrième série, tome 3, 1955-1956.

    p. 89-114, 1 ill., 2 plans
  • Eygun, François. Art des pays d'Ouest. Paris : Arthaud, 1965.

    p. 4, 48, 72, 74, 84, 92, 93, 100, 101, 103, 113, 114, 117, 119, 132, 158, 173, 174, 186, 266, 2 pl
  • Favreau, Robert ; Michaud, Jean ; Labande, Edmond-René [dir.]. Corpus des inscriptions de la France médiévale. T. I-1 : Ville de Poitiers, 1974.

    p. 91-94
  • Foucart, E.-V. Poitiers et ses monuments. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 1ère série, tome 7, 1840.

    p. 140-142 : ill., pl. 8
  • G.G. Saint Porchaire, abbé en Poitou. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1904.

    p. 667-671, 685-687, 698-700
  • Gaudin, Chanoine R. Les mains-divines dans l'art roman. Mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1957.

    p. 11-12
  • Ginot, Émile. Communication à la séance du 19 décembre 1912 [Découverte de fresques]. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 3, 1910-1912.

    p. 655-656
  • Ginot, Émile. Communication à la séance du 23 janvier 1913. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 3, 1913-1915.

    p. 6-7
  • Hamann McLean, Richard. Les origines des portails et façades sculptés gothiques. Cahiers de Civilisation médiévale, tome 2, 1959.

    p. 166
  • Héliot, Pierre. Les églises abbatiales de Saint-Maixent, de Celles-sur-Belle et l'architecture poitevine. Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 4e s., t. 2, 1955.

    p. 112, et note 73, 114 note 80
  • Imbert, Hugues, Ed. Aveu de l'abbaye de Bourgueil-en-Vallée à Charles VIII, roi de France, 21 avril 1493. Bulletin de la société des statistiques, sciences, lettres et arts du département des Deux-Sèvres, tome 4, 1879-1881.

    p. 110
  • La Bouralière, A. de. Poitiers. Congrès archéologique, Poitiers, 70ème session, 1903.

    p. 24-25
  • La Liborlière, Bellin de. Communication à la séance du 5 juin 1843. Bulletin monumental, tome 9, 1843.

    p. 600
  • Labande-Mailfert, Yvonne. Poitou roman. 2e édition. La Pierre-qui-Vire : Zodiaque, 1962 (La nuit des temps, 5).

    p. 42
  • Labande-Mailfert, Yvonne. Nouvelles données sur l'abbatiat de Saint-Savin. Fresques-architectures. Cahiers de civilisation médiévale, t. 14, 1971.

    p. 66, 67
  • Landry-Delcroix Claudine, Amelot Jean-François (photographe). La peinture murale gothique en Poitou, XIIIe-XVe siècle. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

    p. 31, 31-35, 81-84, 201, 216, 218, 270-273
  • Ledain, Bélisaire. Les maires de Poitiers. Mémoires de la société des antiquaires de l'Ouest, 2e série, tome 20, 1897.

    p. 602
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Épigraphie du Haut-Poitou. Mémoires de la société des antiquaires de l'Ouest, 1ère série, tome 28, 1863.

    p. 196, 292-294
  • Mérimée, Prosper. Lettres aux Antiquaires de l'Ouest (1836-1869), recueillies et annotées par Jean Mallion. Mémoires de la société des antiquaires de l'Ouest, 3e s., t. 14, 1937.

    p. 27, 105, 109, 144
  • Mérimée, Prosper. Notes d'un voyage dans l'Ouest de la France, 1836.

    p. 426
  • Mussat, André. Le style gothique dans l'Ouest de la France. Paris : Picard, 1963.

    p. 243
  • Musset, Lucien. La renaissance urbaine des 10ème et 11ème siècles dans l'Ouest de la France : problèmes et hypothèses de travail. Mélanges E.-R Labande. Études de civilisation médiévale. Poitiers, Centre d'Études de Civilisation Médiévale, s.d. [1974].

    p. 568
  • Pérochon, Ernest. Préface. Le Pays de France. Tome 1, fascicule 6 : Poitou, Angoumois, Aunis, Saintonge. Paris : Hachette, sans date.

    p. 11, 1 ill
  • Pilotelle, Pierre-Eugène. Essai historique sur l'ancienne université. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, première série, tome 27, 1862.

    p. 293
  • Poirault. Communication à la séance du 21 juin 1900. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, deuxième série, tome 8, 1898-1900.

    p. 525
  • Pouliot, Maurice. Communication à la séance du 16 mai 1929. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 8, 1928-1930.

    p. 363-365
  • Reinhardt, Hans, Fels, Étienne. Étude sur les églises-porches carolingiennes et leurs survivances dans l'art roman (suite). Bulletin monumental, tome 96, 1937.

    p. 457
  • Rhein, André. Poitiers. Congrès archéologique, Angoulême, 79ème session, 1912, tome 1.

    p. 298-302, 2 ill
  • Riou, Yves-Jean. L'invention de l'art du Moyen-Âge dans la première moitié du XIXe siècle. Dans : Brudy, Pascale, Benéteau Péan, Anne, dir. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 228-241, fig. p. 228, 9
  • Riou, Yves-Jean. Observations sur les verrières posées à Notre-Dame-la-Grande entre 1850 et 1940, sur leurs commanditaires, leurs auteurs et leur fortune critique. Bulletins de la société des antiquaires de l'Ouest, 1986.

    p. 471-472
  • Roussel, Jean-Pierre. Les tabernacles classiques de la Vienne. Essai de typologie et d'iconographie. Bulletins de la société des antiquaires de l'Ouest, 4e série, tome 17, 1983-1984.

    p. 555, 564
  • Roux, Marquis Marie de. Histoire religieuse de la Révolution à Poitiers et dans la Vienne. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, quatrième série, tome 1, 1951.

    p. 144, 253, 254
  • Salvini, Joseph. Les ensembles décoratifs dans le diocèse de Poitiers entre la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion. Bulletins de la société des Antiquaires de l'Ouest, 3e série, tome 12, 1939-1941.

    p. 110-112
  • Salvini, Joseph. Iconographie des sépultures au Moyen Âge. Enquête dans le département de la Vienne. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, quatrième série, tome 8, 1965-1966.

    p. 472
  • Salvini, Joseph. Objets divers classés dans le département de la Vienne. Bulletins de la société des antiquaires de l'Ouest, 4e série, tome 8, 1965/1966.

    p. 472
  • Salvini, Joseph. Communication à la séance du 15 octobre 1936. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 11, 1936-1938.

    p. 252
  • Salvini, Joseph. Communication à la séance du 16 novembre 1939. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, t. 12, 1939-1941.

    p. 168
  • Salvini, Joseph. Le diocèse de Poitiers à la fin du Moyen Âge (1346-1560). Poitiers : Les presses universitaires, 1946.

    p. 52 Région Nouvelle-Aquitaine, service de l'inventaire du patrimoine culturel, Poitiers
  • Sauvaget, Jean. Le vase aux colombes dans le décor sculptural roman en Poitou. Les Amis du Pays Civraisien, n° 25, avril 1976.

    p. 11
  • Sauvaget, Jean. L'empreinte orientale sur l'art roman animalier de nos régions de l'Ouest (1e partie). Les Amis du Pays Civraisien, n° 9, janvier 1972.

    p. 5
  • Tcherikover, Anat. La sculpture architecturale à Parthenay-le-Vieux. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, 1986.

    p. 507, et note 13 : ill
  • Vincent, Maurice. Signes lapidaires à Poitiers. Essai d'interprétation. Bulletin de la société des Antiquaires de l'Ouest, troisième série, tome 7, 1925-1927.

    p. 676, 694, fig
  • Warmé-Janville, Jeanne. L'église Notre-Dame de Villesalem, l'harmonie de son décor et ses liens avec l'art roman de la région. Bulletin de la société des antiquaires de l'Ouest, 4e série, tome 15, 1979/1980.

    p. 291
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Gouy Emmanuel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.