Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre puis Saint-Laurent

Dossier IA00041899 réalisé en 1982
Vocablessaint Pierre, saint Laurent
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonPays Ouest-Charente - pays du Cognac - Châteauneuf-sur-Charente
AdresseCommune : Touzac
Cadastre : 1834 A 247 ; 2011 A 68

L´église Saint-Pierre-Saint-Laurent de Touzac est donnée vers 1110 par Raymond Chenel, évêque de Saintes, au chapitre cathédral d´Angoulême. La donation est confirmée vers 1115 par son successeur, Pierre de Confolens. Cependant, telle qu´elle nous apparaît aujourd'hui, elle ne semble pas avoir d´éléments antérieurs au dernier tiers du 12e siècle.

Elle a été presque entièrement démolie pendant les guerres de religion en 1568 et reconstruite à partir de 1622, elle n´a toujours pas sa toiture en 1643. Elle est remeublée en 1656 et la cloche est mise en place en 1665 (fondue plusieurs fois depuis). Le chœur n´est pas reconstruit ; le presbytère est construit à son emplacement.

L´église est à nouveau restaurée en 1843 et 1844 (devis de Deménieux) et en 1878.

Le clocher est remonté en 1883 par Carteau, de Segonzac ; la cloche, refondue, est bénite par l´abbé Nanglard.

L´église change de vocable en 1886, passant de saint Pierre à saint Laurent.

La voûte est reconstruite en brique en 1911.

La couverture a été révisée en 2002 (lors de la visite en 2012, il y avait à nouveau des gouttières, comme en témoignent les traces d´humidité sur le plâtre de la voûte).

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Deménieux (fils)
Auteur : Warin Édouard
Warin Édouard

Inspecteur des édifices religieux du diocèse d’Angoulême, attaché à la commission des monuments historiques (1892).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.

Auteur : Carteau

L´église Saint- Laurent (anciennement Saint-Pierre) est située dans le bourg de Touzac, dans l´ancien diocèse de Saintes.

Elle se compose d´une nef unique de quatre travées couvertes d´un berceau en briques, d´une travée sous clocher couverte d´une coupole sur pendentifs et elle est fermée à l´est par un mur droit depuis la destruction de l´abside. La travée sous clocher fait office de chœur liturgique.

De l´époque romane subsiste essentiellement la façade occidentale. Elle comporte deux niveaux. Au rez-de-chaussée, le portail est encadré de deux arcatures aveugles un peu plus basses. Les tailloirs des chapiteaux de l´arcature aveugle nord se prolongent en cordon formant un tympan non décoré. Tailloirs et cordon portent un motif de losanges allongés avec un pli horizontal à l´intérieur. Le même décor se retrouve sur tailloirs des chapiteaux du portail et sur ceux de l´arcature sud, où ils ne se prolongent pas en cordon. L´astragale des chapiteaux des arcatures nord et sud se prolonge également en une petite mouluration à l´intérieur des arcatures.

Les archivoltes du portail et des arcatures sont ornées de pointes de diamant.

Les arêtes chanfreinées des piédroits des arcatures et du portail sont ornées d´un motif de demi-disques placés verticalement. Au sommet de ces arrêtes comme au sommet des embrasements des piédroits du portail sont placés des motifs de feuilles enroulées. Ces mêmes motifs se retrouvent sur les piédroits des extrémités nord et sud du deuxième niveau de la façade.

La voussure du portail est composée de trois rouleaux (le quatrième, à l´intérieur, est refait) nus séparés par des cordons ornés, de l´extérieur vers l´intérieur, de pointes de diamant, de fleurettes et de deux rubans entrelacés. Les rouleaux reposent sur des chapiteaux nus, les colonnes des piédroits ont disparu. Les bases sont ornées de deux rubans entrelacés cernant un motif en forme de perle dans chaque espace.

Ce premier niveau est surmonté d´une corniche sans modillon et ornée, pour les éléments encore en place, d´un feston souligné par de grands triangles allongés. Le second niveau est en léger retrait, terminé en pignon découvert obtus. Il est rythmé par cinq arcatures, celle située au centre étant percée d´une fenêtre. Seul l´arc en retrait de cette dernière porte un motif sculpté très érodé. Elles sont portées par des colonnes jumelles, y compris les deux arcatures extérieures (la colonnette située à l´extrémité sud a disparu). La partie haute de leur fut est ornée de trois bagues dessinant de faux chapiteaux au motif dit « en accordéon ». Leur archivolte, quand elle n´est pas détruite, est ornée de pointes de diamant. Les impostes sont ornées de motifs végétaux et géométriques (losanges).

Chacune des quatre travées de la nef est éclairée, au nord comme au sud, par une fenêtre en plein cintre. La nef est contrebutée par des contreforts plats relativement étroits.

La travée sous clocher est éclairée au nord et au sud par une fenêtre encadrée de colonnettes, surmontée d´une archivolte à pointe de diamants reposant sur des impostes ornées de dents de scie. Le chapiteau et la base sont intégrés à la colonnette et non indépendants. L´étage du clocher, reconstruit en 1883, couvert d´un toit en pavillon à faible pente, est percé d´une baie à abat-son sur les faces ouest, sud et est et une baie jumelle sur la face nord. Ses angles sont renforcés par des contreforts plats. Sur chaque face, trois petits contreforts raidissent jusqu´à la hauteur de la fenêtre la partie construite en pierre de taille, le haut des murs étant en moellons partiellement enduits.

La nef, reconstruite au 17e siècle, est couverte d´une voûte en brique refaite au début du 20e siècle. Cette dernière semble se décoller des murs, comme en témoignent les fissures constatées en 2012 sur le pourtour de chacune des fenêtres. Une tribune en bois surmonte la première travée de nef, avec un accès par l´extérieur du côté sud.

La coupole de la travée sous clocher est portée par des colonnes doubles sur pilastres, à chapiteaux nus et bases enterrées. Elle repose sur un cordon en quart de rond. Les rouleaux extérieurs des grands arcs sont doublés et légèrement brisés. La travée est éclairée par une fenêtre encadrée de colonnettes au nord comme au sud similaires à celle situées à l´extérieur. L´imposte sur lequel retombe l´arc est orné de dents de scie.

Murscalcaire pierre de taille
calcaire moellon enduit partiel
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau
coupole en pendentifs
Couverturestoit en pavillon
toit à longs pans
pignon découvert
Techniquesvitrail
sculpture
Représentationsornement géométrique, pointe de diamant, losange ornement végétal, feuille
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH partiellement, 1964/04/28
Précisions sur la protection

Façade occidentale (cad. A 68) : classement par arrêté du 28 avril 1964.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales : F 19 4705, 5084.

    Archives nationales, Paris : F 19 4705, 5084
  • 1801 : réponse du maire à la circulaire du 15 prairial an IX [4 juin 1801] concernant l'état des édifices cultuels.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 5 V 1
  • 1841, 6 novembre. Devis des réparations par Deménieux fils, architecte à Cognac.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O Touzac
  • 1884. Travaux de Warin, architecte à Angoulême : construction du clocher. 1884 15 mars. Mandat de paiement des travaux à Carteau, entrepreneur à Segonzac.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O Touzac
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    4 p Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Documents figurés
  • " 169.Touzac (Charente). L'église. Style roman XIe siècle " [façade]. Sans date [1ère moitié XXe siècle]. H. Girard, Éditeur, Cognac. Carte postale. [Musée de Cognac : 72.7.16].

    Musée, Cognac : 72.7.16
Bibliographie
  • Cadet, Alberte. Les cloches de nos provinces. Société d'Etudes folkloriques du Centre-Ouest, 1972, numéro spécial.

    p. 157
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge 1952-1961. T. 3, Saintes : Delavaud, 1959.

    p. 154, 1 pl
  • Crozet, René. L'art roman en Saintonge. Paris : Picard, 1971.

    p. 75, 80
  • Daras, Charles. Les façades des églises romanes ornées d'arcatures en Charente. Leur origine, leur filiation. Bulletin monumental, tome 119, 1961.

    p. 125 note 3
  • George, Jean. Aperçu général sur les églises de la Charente. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 8ème série, tome 22, 1932.

    p. 31
  • George, Jean. Les églises de France : Charente. Paris : Letouzé et Ané, 1933.

    p. 272
  • Maratu, abbé. Girard, évêque d'Angoulême, légat du Saint-Siège (vers 1060-1136). Bulletins de la société archéologique et historique de la Charente, 4e série, tome 2, 1864.

    p. 132-133, 224
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 3.

    p. 373-375
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 4.

    p. 450-451
  • Nanglard, abbé J. Ed. Cartulaire de l'église d'Angoulême. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 6e série, tome 9, 1899.

    p. 137, 141-143, 150

Liens web

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Riou Yves-Jean - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sarrazin Christine