Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre-ès-Liens

Dossier IA40001644 réalisé en 2018

Fiche

Œuvres contenues

VocablesSaint-Pierre-ès-Liens
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonTartas ouest
AdresseCommune : Bégaar
Cadastre : 2017 AB 54

Le Liber rubeus de la cathédrale de Dax (vers 1170-1180) mentionne l'église sous le vocable de "Sanctus Petrus de Begar". De cet édifice, que la tradition locale identifie, sans doute erronément, comme "une hôtellerie de templiers sur le chemin de Compostelle", ne subsiste probablement dans la construction actuelle que le chœur en abside et peut-être quelques maçonneries de la nef. L'absence d'archives empêche de documenter les campagnes de construction ultérieures, que seuls quelques détails de mise en œuvre ou de décor permettent de situer dans le temps. Le collatéral nord, longtemps unique, est datable du XVe siècle grâce à sa porte très élancée et couverte d'un arc en mitre (aujourd'hui bouché pour un tiers). Le clocher-tour très massif, qui semble avoir comporté des éléments de fortification (comme l'affirme l'abbé Fourcade dans sa monographie de 1887), en est peut-être contemporain. Des pierres rubéfiées en différents endroits de l'édifice (principalement dans le chœur) attestent d'un incendie peut-être survenu lors des guerres de Religion. La voûte primitive du vaisseau central, beaucoup plus élevée que le lambris de plâtre actuel, pourrait avoir été détruite à cette occasion. Des travaux de nature non précisée, sans doute liés à l'installation d'un retable monumental dans le chœur, eurent lieu en 1643. La dernière campagne importante est la construction en 1844-1846 d'un collatéral au sud du vaisseau et de la sacristie qui le prolonge. Ces travaux étaient déjà projetés lors de la visite pastorale de l'évêque François Lannéluc en juin 1841.

L'église a subi une importante restauration en 1976-1977, qui a justifié une nouvelle consécration le 26 mai 1977 par Mgr Robert Bézac, évêque d'Aire et Dax.

Période(s)Principale : 12e siècle , (?)
Principale : 15e siècle , (?)
Secondaire : 2e quart 17e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1643, daté par source
1844, daté par source

L'église, orientée, comprend trois vaisseaux de trois travées - auxquelles s'ajoute la travée occidentale constituée par le rez-de-chaussée du clocher prolongeant le vaisseau central -, un clocher-porche carré hors-œuvre, avec tribune au premier niveau ouverte sur le vaisseau central. Celui-ci, qui ouvre sur les collatéraux par des grandes arcades brisées sur piliers carrés, est prolongé par un chœur en abside semi-circulaire flanqué de deux sacristies. Les trois vaisseaux sont couverts de lambris en cintre surbaissé (plâtre), le chœur d'un cul-de-four appareillé. La couverture est en tuiles creuses, y compris celle du toit en pavillon du clocher.

Murscalcaire
enduit
moellon
pierre de taille
Toittuile creuse mécanique
Plansplan allongé
Étages3 vaisseaux
Couvrementslambris de couvrement
cul-de-four
Couverturestoit à longs pans croupe ronde
appentis
toit en pavillon
Escaliersescalier dans-oeuvre
Techniquesvitrail
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Extraits de la monographie paroissiale de Bégaar, par l'abbé Jean-François Fourcade, 1887-1888 (AD Landes, 16 J 17)

    "Section première. Première partie : Statistique religieuse. / La paroisse de Bégaar [...] n'a qu'une église sous le vocable de St-Pierre-ès-Liens. Il n'y a dans les archives que des mandements d'évêques depuis Monseigneur Lanneluc. [...] Il n'y a qu'un cimetière qui date de 1843. Il appartient à la commune. [...] les confréries sont celles du Rosaire perpétuel, celle de l'Apostolat de la prière, approuvées par Mgr Epivent, et celle du Scapulaire approuvée par Mgr Lanneluc." [...]

    *****

    "Section deuxième. Archéologie. Première partie. Bâtiments religieux. / 1. Églises servant au culte. / Il n'y a qu'une église. Tout porte à croire que la nef principale a été primitivement la chapelle d'un couvent de religieux. Les deux bas-côtés ont été ajoutés à deux époques différentes. Celui du nord peut remonter au moment où l'on a relevé les ruines de la chapelle du couvent pour en faire une église paroissiale. La preuve, c'est qu'entre la nef principale et ce bas-côté, sur la muraille qui les sépare, se trouve une poutre soutenant transversalement le haut de la charpente de la nef septentrionale. Cette poutre carbonisée à sa partie supérieure est comme le témoin de l'incendie qui avait précédé et de la reconstruction qui a suivi. / Le bas-côté du midi ne date pas de plus de cinquante ans. Plusieurs vieillards l'ont vu construire. Un voisin de l'église, presque octogénère (sic) dit avoir entrepris les fouilles, pour jeter les fondements de la nef méridionale et de la sacristie actuelle.

    1°. Extérieur. La maçonnerie principale est en pierres des carrières de Tartas, comme les constructions de ce genre dans la région. Les contreforts du clocher indiquent par leur hauteur et leur solidité que le clocher et l'église ont été démantelés à une époque reculée, dont le peuple ne conserve aucun souvenir.

    2°. Clocher. Ce qui sert de clocher n'est qu'une ruine et renferme deux cloches. La plus petite porte la date 1768 (sic) et l'inscription suivante avec son antique orthographe : "Parrein : messire Pierre Gaston du Lyon, marquis de Campet. Marreine : Dame Marie de Gourgue, son épouse. Monsieur Jean Bagieu curé. P. Lalanne et F. Saubois, marguillier. 1768. Hardouin fecit". / La grande date de 1817 et a pour inscription : "Parrain : Pierre Marsan. Marraine : Mademoiselle Marie Guillemané. Pierre Pouey curé. Augustin Martin fondeur 1817".

    3° Porche. Au nord-ouest de l'église se trouve devant le portail septentrional, un toit beaucoup plus bas que le toit de l'église. Il s'appuie à l'orient sur le mur du bas-côté septentrional, au midi sur le mur du clocher, à l'ouest sur le mur de la tour de l'escalier du presbytère, au nord sur deux colonnes irrégulières, l'une en bois, l'autre en pierres. Cet abri est ouvert aux vents du nord et de l'ouest et remplace un porche qui a été détruit. Le portail jadis ogival et très haut a été considérablement réduit et reconstruit à plein cintre.

    4° Intérieur. L'église se compose de trois nefs. La principale a dix-sept mètres de longueur jusqu'à la table sainte. Le sanctuaire est long d'environ huit mètres. Ce qui donne une longueur totale de vingt-cinq mètres sur une largeur de cinq mètres trente-cinq centimètres. La voûte du sanctuaire est en briques, celle du reste de la nef principale et celles des nefs latérales sont en liteaux recouverts de blanc-bourre blanchi à la chaux. La naissance de la voûte de la nef principale est ornée d'une corniche en plâtre. Le pavé de toute l'église et les cinq escaliers du sanctuaire sont en pierre de Bidache. / Les nefs latérales ont toutes deux la même longueur : treize mètres trente-huit centimètres, mais n'ont pas la même largeur. Celle du nord est large de trois mètres trente-trois centimètres, celle du midi de quatre mètres cinquante centimètres. Chacune communique à la nef principale par trois arceaux en ogive, chacune a deux fenêtres ogivales, tandis que toutes les voûtes et l'ouverture qui donne le jour sur le maître-autel sont en plein cintre.

    Le maître-autel est dédié à saint Pierre aux liens, patron principal ; la chapelle septentrionale est dédiée à la Vierge mère et celle du midi à St Vincent de Paul.

    L'entrée du chœur a un arc, couvert d'une branche de vigne, peinte à la colle avec ses feuilles et ses fruits. Le fond du chœur est circulaire. Le siège du célébrant et en face de celui-ci un second siège, deux bancs et une boiserie s'élevant à moitié hauteur du mur, couvrent les deux côtés du sanctuaire. Les deux sièges, les bancs et la boiserie sont en tilleul et peints à l'huile en couleur de chêne. Le reste du chœur et la voûte sont peints à la colle et de mauvais goût. Le vitrail est à changer. Au milieu de ces misères se présente heureusement le maître-autel avec ses seize colonnes torses, avec son tabernacle entouré de douze colonnettes dorées. On dirait un beau débris d'un antique couvent de moines, qui seuls étaient capables de sculpter ou faire sculpter sur bois avec tant de patience et de perfection.

    5°. La sacristie, carré d'environ quatre mètres, n'offre rien de remarquable qu'un vestiaire dont le bois de même nature que les boiseries du chœur e(s)t peint couleur chêne.

    Il n'y a pas de vestige d'anciennes églises, mais l'église actuelle, le clocher et le presbytère sont comme les restes d'une maison religieuse. Les débris d'un ancien clocher qui forment le clocher actuel, le presbytère avec sa tour d'escalier tronquée et ses trois antiques cheminées en pierre portent à croire, à défaut de documents historiques, que dans les guerres de religion un monastère fut détruit en ces lieux."

    *****

    "Section troisième : Histoire".

    "Voici la liste des curés et vicaires de Bégaar telle que nous la trouvons dans les actes d'état civil. / Lannefranque, curé de 1635 à 1639. Sanguinet, vicaire de 1639 à 1644. Maurian, curé de 1644 à 1693. [...] De Garbay, vicaire de 1693 à 1694. Chambre de 1694 à 1739. [...] Bagieu, curé en 1739, retiré en 1789, mort en 1791. Massie, curé de 1789 jusqu'au 9 avril 1791. Salles, de 1791 à 1793. Les registres ecclésiastiques manquent jusqu'en 1816. Les trois curés qui suivent sans date remplissent un espace de vingt-trois ans [...] Baquier. Darbo. Père Duluc de Mant décédé à Castelsarrazin. [...] Pouey 1816 à 1852. Gibeaudan 1852 à 1861. Fourcade 1861."

    _______________________________________________________

  • Extraits du registre des délibérations du conseil municipal de Bégaar concernant l'église (AD Landes, 2 O 243)

    1856 (26 septembre) : projet de reconstruction du porche de l'église.

    1909 (6 avril) : vote d'un crédit de 300 francs pour achat d'un corbillard.

    1915 (28 novembre) : vote d'un crédit de 121 francs pour réparer les vitraux endommagés par un ouragan le 22 février 1915.

    _______________________________________________________

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Bégaar, 7 mars 1906 (AD Landes, 70 V 37/6)

    "Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Bégaar.

    L'an mil neuf cent six, le sept mars à dix heures du matin, En présence de MM. Daudigeos, curé de Bégaar, J. Ducamp, J. Décis, L. Dupin, V. Ducamp, J. Dubourg et E. Dehes, membres du conseil de fabrique. / Nous soussigné, Planche, percepteur de Bégaar à Tartas, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le Directeur des Domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique paroissiale de Bégaar.

    Chapitre [I]. Biens de la fabrique paroissiale de Bégaar. / Dans la sacristie. / 1. Un vieux placard bois de pin en deux parties 3m50 de haut sur 0m90 de large, 2 portes, scellé au mur. / 2. Un autre vieux placard semblable au précédent, bois de pin, également scellé au mur. / 3. Une grande commode placée entre les deux placards ci-dessus désignés, de 3m50 long sur 1m de large, hauteur 1m10, composé de 3 parties, deux petites portes à chaque extrémité, une grande au milieu renfermant plusieurs tiroirs où sont déposés les ornements sacerdotaux - 50. / 4. Sur la commode précédente, une petite armoire à deux portes, bois de pin, haut. 1m90 sur 1m large - 5. / 5. Un petit meuble également placé sur la commode désignée sous le n° 3, à 2 corps, le corps principal se fermant avec deux portes, et quatre tiroirs dans le bas, formant l'autre partie, de la hauteur d'un mètre 10 environ, ayant une forme déclive du haut en bas [croquis d'un fronton cintré à oreilles], très vieux - 3. / 6. Un grand placard en bois blanc, en deux parties à 4 portes dans la partie du bas de 2m40 de haut, la partie du haut de 1m, 4 portes vitrées, scellée au mur. / 7. Une exposition à feuilles dorées et grappes argentées - 1,50. / 8. Cinq chandeliers cuivre à 0,25 - 1,25. / 9. Deux encensoirs et une navette cuivre argenté à 2 frs - 4. / 10. Un calice métal doré, coupe en vermeil et la patène, hauteur 0m25 - 10. / 11. Un calice cuivre doré 0.30 haut, coupe argent - 10. / 12. Un ciboire cuivre doré coupe vermeil, avec émaux communs - 10. / 13. Un ostensoir en argent doré - 30. / 14. Un ostensoir cuivre doré avec émaux communs - 10. / 15. Deux burettes pour les saintes huiles, en métal blanc - 2. / 16. Une petite croix en cuivre doré, usée - 1. / 17. Une vieille croix de procession, à manche bois noir, métal cuivre - 0,50. / 18. Une croix de procession, à manche bois noir, croix métal argenté - 2. / 19. Une grande croix de procession, manche et croix, tout en métal argenté - 4. / 20. Deux vieilles aubes avec garniture guipure - 2. / 21. Une étole noire en coton soie, garnie galon argent - 3. / 22. Un lot de trois étoles vieilles, jaune, verte et noire à 0.30 - 0,90. / 23. Sept garnitures d'autel en coton blanc au crochet à 0,25 - 1,75. / 24. Un conopé (sic) damas, coton blanc, bordé d'un galon doré - 2. / 25. Un devant d'autel moire blanc, usé, garniture dorée - 3. / 26. Un devant d'autel en drap d'or - 6. / 27. Neuf nappes d'autel, toile blanche garnie à 0,50 - 4,50. / 28. Quatre nappes de grille de communion de 5m, coton, usées, à 0,25 - 1. / 29. Six costumes d'enfants de chœur, soutanes laine rouge et surplis à 1,50 - 9. / 30. Un porte-croix, laine et cuir rouge, à 0,25 - 0,25. / 31. Deux douzaines purificatoires à 0,10 l'un - 2,40. / 32. Deux douzaines manuterges à 0,05 - 1,20. / 33. Vingt amicts en fil à 0,10 - 2. / 34. Une douzaine serviettes à 0,15 - 1,50. / 35. Un lot tentures coton noir pour enterrements, et autres, rouge et violet - 2. / 36. Un dai (sic) moiré blanc avec franges dorées - 5. / 37. Un thabor en bois doré - 0,50. / 38. Deux bras de lumières à 3 lumières, cuivre doré, 1,25 - 2,50. / 39. Cinq aubes diverses fil blanc, simples, à 0,50 - 2,50. / 40. Huit surplis ordinaires toile blanche à 0,50 - 4. / 41. Cinq pales, dentelle ordinaire à 0,10 - 0,50. / 42. Huit corporaux en fil à 0,10 - 0,80. / 43. Un voile de bénédiction, une étole, une chape en drap argenté, garniture dorée - 30. / 44. Deux ornements complets vieux composés 1° une chasuble, 2° 1 manipule, 3° 1 étole, 4° un voile de calice, 5° une bourse, soie et coton blanc, à 5 frs l'un - 10. / 45. Un ornement complet composé comme l'art. 44 ci-dessus, soie coton rouge, garni soie dorée - 10. / 46. Un ornement complet id. velours coton rouge, garni or - 20. / 47. Un ornement complet id. soie coton violet, très usé - 2. / 48. Un ornement complet id. soie coton, vert, très usé - 1. / 49. Un ornement complet id. satin coton noir, brodé soie blanche - 10. / 50. Douze oriflammes coton, couleurs variées à 0,05 - 0,60. / 51. Deux missels à 2 frs l'un - 4. / 52. Un missel pour les morts - 0,50. / 53. Un vieux drap mortuaire velours coton noir, franges coton blanc - 2. / 54. Un vieux drap mortuaire en étoffe laine noire, très usé - 1. / 55. Une tenture en laine noire - 0,25. / 56. Une chape en velours noir, broderie et galon argenté, vieille - 3. / 57. Une chape en velours noir, usée - 2. / 58. Trois vieilles bannières usées à 2 frs - 6. / 59. Un bénitier portatif avec son goupillon, cuivre argenté - 1. / 60. Six chandeliers argentés de l'autel (revendiqués par M. le curé Desbordes) - 6. / Dans le chœur. / 61. Un vieux maître-autel en bois avec peintures, tenant à peine, avec tabernacle en bois établi sur un marchepied à trois gradins - 20. / 62. Une boiserie en bois de pin tout autour du chœur de 2m50 de haut, scellée au mur. / 63. Un pupitre de lutrin établi sur un socle carré en bois blanc - 2. / 64. Quatre bouquets feuilles artificielles dorées, très communs à 0,10 - 0,40. / 65. Deux paires de vases en verre, abimés, à 0,50 la paire - 1. / 66. Quatre grands chandeliers en bois, pour cérémonies mortuaires, peints à noir (sic) à 0,25 - 1. / 67. Quatre chandeliers en bois, moins grands que les précédents, pour cérémonies mortuaires, 0,15 - 0,60. / 68. Une armoire n'ayant pas de fond en bois blanc dans la sacristie de gauche - 4. / 69. Quatre bouquets artificiels, feuilles dorées à 0,50 l'un id. - 2. / 70. Une paire candélabres 30 c. de haut à 3 bougies à 1 fr. l'un id. - 2. / 71. Un tapis feutre pour le chœur, rouge - 5. / 72. Une petite table en bois de pin, vieille - 0,50. / 73. Une statue de la Vierge de Lourdes 0,80 de haut, en plâtre - 5. / 74. Une statue du Sacré-Cœur id. en plâtre - 5. Revendiqués par Mme Jne Grabet à Prébats, Htes-Pyrénées. / Dans la nef. / 75. Un Christ en plâtre de 1m20 de haut sur croix de bois (id.) - 10. / 76. Un lustre à 2 rangs de lumières, 6 en haut 12 en bas, cuivre doré (id.) - 6. / 77. Une statue de St Joseph de 1m20 de haut, au-dessus de l'autel du bas-côté droit (id.) - 5. / 78. Une lampe veilleuse à 12 bougies, cuivre doré - 10. / 79. Quatorze tableaux de chemin de croix, colé (sic) sur toile, cadres dorés, 0,90 haut sur 0.60 large - 7. / 80. Un vieil autel en bois peint de St Joseph, avec un tabernacle, scellé au mur. / 81. Deux confessionnaux en bois de pin à 5 frs l'un - 10. / 82. Sept bancs ordinaires de 2m50 à 0,15 - 1,05. / 83. Deux bancs à dossier à 0,50 - 1. / 84. Une monture de catafalque, bois peint en noir - 0,50. / 85. Fonts baptismaux en marbre gris, scellé au sol. / 86. Un grand lustre cristal à douze bougies au centre de la nef - 10. / 87. Un petit lustre cristal à 5 bougies, arrière de la nef - 3. / 88. Un petit lustre dans le chœur, en cuivre doré, vieux - 1. / 89. Une chaire en bois de pin, à abat-voix, escalier droit - 10. / 90. Deux bénitiers marbre noir, scellés au mur, à l'entrée de la nef - 4. / 91. Dans le bas-côté gauche, un vieil autel en bois avec plaque de marbre gris sur la façade de l'autel, un tabernacle en bois (revendiqué par M. le curé Desbordes) - 15. / 92. Une statue de la Vierge surmontant le tabernacle de l'autel désigné sous le n° 92, en plâtre de 1m de haut (revendiqué par M. Desbordes curé) - 3. / 93. Cinquante chaises vieilles à 0,25 - 12,50. / Dans la tribune. / 94. Une vieille statue en plâtre sans valeur. / Dans le clocher. / 95. Une cloche d'un diamètre de 0,90 sur charpente scellée au mur. / 96. Une cloche d'un diamètre de 0,80 id. / M. le Curé me prie d'insérer l'observation suivante. Les personnes qui revendiquent certains objets signalés se réservent le droit de les enlever dans le cas où on les détournerait de leurs destinations. [...]"

    [Suit la protestation du curé et de la fabrique.]

    __________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Bégaar, par l'abbé Jean-François Fourcade (1887-1888).

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 16 J 17
  • Église, presbytère, cimetière (1826-1934).

    Archives départementales des Landes : 2 O 243
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 7 mars 1906.

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 70 V 37/6
  • Dons et legs à la fabrique (1809-1892) : Louis Léglise (1809-1830), Catherine Vives épouse Guilhemane (1822), Catherine Clavé épouse Labeyrie (1836), Jean Guilhemane (1835-1836), Michel Bareyt (1836), Jean Madray (1841), Charles Devert (1844), Marie Ducamp veuve Bègue (1864-1865), Jeanne Bègue épouse Laulom (1874-1892).

    Archives départementales des Landes : 70 V 37/7
Bibliographie
  • Cartulaire de la cathédrale de Dax. "Liber Rubeus" (XIe-XIIe siècles). Texte édité, traduit et annoté par Georges Pon et Jean Cabanot. Dax : Comité d'études sur l'histoire et l'art de la gascogne, 2004.

    n° 74
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    tome I, 1968, p. 61
  • LERAT Serge (dir.). Landes & Chalosses. Pau : Cairn, 1984.

Multimedia
  • Association des Amis des Églises Anciennes des Landes. Lettre n° 4, mars 2017.

    p. 6-9
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe