Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre d'Aulnay

Dossier IA17035338 réalisé en 2008

Fiche

L'église Saint-Pierre d'Aulnay est célèbre pour son remarquable décor sculpté qui se développe tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. Elle est inscrite sur la liste du patrimoine mondial, au titre des chemins de Saint-Jacques dont elle est un des jalons.

L'église Saint-Pierre est construite, dans le second quart du 12e siècle, près de la grande voie allant de Tours à Bordeaux puis à Saint-Jacques de Compostelle. Le nouvel édifice dépend de la cathédrale de Poitiers et est bâti à la limite des diocèses de Poitiers et de Saintes.

L'église est composée d'une nef centrale flanquée de deux collatéraux, d'un transept à absidioles orientées et d'un chœur terminé par une abside semi-circulaire. Les trois vaisseaux de la nef sont élevés sensiblement à la même hauteur et sont couverts de voûtes en berceau brisé, disposition que l'on retrouve plus souvent en Poitou qu'en Saintonge. L'architecture est particulièrement soignée et elle est mise en valeur par l'utilisation d'une belle pierre de taille calcaire.

La qualité de l'architecture est magnifiée par la sculpture. Soulignant la structure de l'édifice, elle est partout présente, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur. Les corniches, les baies, les portails, les arcades aveugles, les chapiteaux des colonnes sont agrémentés de motifs sculptés de grande qualité. Cette riche ornementation a été réalisée par trois ateliers de sculpteurs qui sont intervenus dans différentes parties de l'église. Quelques œuvres représentatives peuvent être distinguées parmi cet abondant décor.

Le portail du bras sud du transept a été réalisé par l'atelier qui a également travaillé sur le chevet et dans le transept. La voussure du portail compte quatre rouleaux qui sont respectivement ornés d'animaux dans des rinceaux, des Vieillards de l'Apocalypse, de saints et d'un célèbre bestiaire, cortège d'animaux réels ou imaginaires représentés avec verve dans un style animé. Dans le transept, cet atelier a notamment réalisé plusieurs chapiteaux historiés (Adam et Ève, Caïn et Abel, Samson et Dalila, saint Georges terrassant le dragon...).

Les chapiteaux de la nef témoignent du travail d'un deuxième atelier, qui est également intervenu sur les parties hautes du transept. Ces chapiteaux sont agrémentés d'animaux, de végétaux et masques humains. La sculpture couvre toute la corbeille du chapiteau. Les motifs sont souvent disposés symétriquement, dans la recherche d'une composition équilibrée, simplifiée, facilitant la lecture du décor.

Le décor de la façade occidentale a été réalisé par un troisième atelier dont le style se caractérise par l'élégance et le raffinement des figures élancées. Sur la voussure du portail sont illustrés l'Agneau dans une mandorle entourée d'anges, le combat des Vertus et les Vices, les Vierges sages et les Vierges folles et le Zodiaque. Les sculptures, qui suivent les courbes des rouleaux, se détachent nettement de la pierre. Ce portail est encadré par deux arcades aveugles aux tympans sculptés. La crucifixion de saint Pierre est représentée à gauche, et, à droite, le Christ transmettant la Loi à saint Pierre et à saint Paul.

Vocablessaint Pierre
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonVals de Saintonge Communauté - Aulnay
AdresseCommune : Aulnay
Adresse : avenue de l', Eglise , rue basse de l'
Eglise
Cadastre : 2005 AH 60
Précisionsanciennement commune de Aulnay-de-Saintonge

L'église d'Aulnay est située sur l'ancienne voie gallo-romaine, à proximité d'un temple et d'un camp militaire gallo-romains. Elle est citée dans une charte du règne d'Henri 1er, sous le titre de Saint-Pierre-de-la-Tour. En 1119, elle est une possession du monastère de Saint-Cyprien de Poitiers avant de passer, vers 1122, aux mains du chapitre de la cathédrale de Poitiers. L'église actuelle a été construite au cours de la première moitié du 12e siècle (1130-1150). La construction aurait commencé par le chevet et le transept et se serait terminée par la façade. La façade ouest a été modifiée au cours du 15e siècle, quatre contreforts ont été ajoutés. Le clocher a été modifié à deux reprises. Au 13e siècle, un troisième étage a été ajouté et une flèche lui a été apposée. Cette flèche, menaçant ruine, sera démontée au 18e siècle et remplacée par une autre coiffée d'ardoises. Au 19e siècle, de nombreux travaux et restaurations ont été effectués, dont certains réalisés par Abadie. Au cours de l'année 2005, une campagne de restauration de l'église a été entreprise.

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 15e siècle
Principale : 18e siècle

La façade occidentale de l'église, encadrée par deux lanternons, est percée d'un portail central en plein cintre à quatre voussures. Celui-ci est encadré par deux arcades aveugles en arc brisé à trois voussures. Les voussures reposent sur des colonnes à chapiteaux sculptés. Au-dessus du portail central se situe une grande arcade aveugle en arc légèrement brisé, encadrée par deux baies également en ogive. Les lanternons sont percés de baies géminées et sont coiffés d'un toit conique en pierre. Quatre contreforts soutiennent la façade. La nef est composée de trois vaisseaux de cinq travées. Le vaisseau central et les collatéraux présentent des voûtes en berceau brisé, posées sur des piliers de section quadrilobée. La nef est éclairée par des baies en plein cintre percées sur les murs gouttereaux, chaque travée présente une baie au nord et une baie au sud. Les élévations extérieures de la nef présentent des contreforts-colonnes qui portent la corniche à modillons et de grandes arcades. La croisée du transept est coiffée d'une coupole à huit nervures, sur pendentifs. Au-dessus de la croisée s'élève le clocher, composé de trois étages et d'un toit conique couvert d'ardoise. Le premier niveau est doté de trois arcades aveugles en plein cintre sur chaque face. Le second niveau est percé de chaque côté de six étroites baies, séparées par des colonnettes à chapiteaux sculptés. Le troisième niveau présente trois arcades en arc légèrement brisé sur chaque face, l'arcade centrale étant percée d'une baie. L'angle sud-est de ce clocher est pourvu d'une tourelle d'escalier octogonale, surmontée d'une flèche en pierre. Le transept, largement saillant, est voûté en berceau brisé. Le transept sud est percé d'un portail à quatre voussures en plein cintre sur son mur pignon. Au-dessus du portail, une corniche à modillons souligne une grande arcade centrale, à trois voussures en arc brisé, percée d'un oculus. Elle est encadrée par deux petites arcades aveugles en plein cintre. Deux absidioles, comportant une courte partie droite, s'ouvrent sur les murs orientaux du transept. Le chœur, très sobre, éclairé par cinq baies, est composé d'une travée droite et d'une abside semi-circulaire. Le chevet, couvert en lauzes, est épaulé par des contreforts-colonnes qui portent les corniches à modillons. Les baies sont encadrées de fines colonnettes à chapiteaux sculptés.

Murscalcaire
pierre de taille
Toittuile creuse, ardoise, calcaire en couverture
Plansplan en croix latine
Couverturestoit à longs pans
toit conique
État de conservationbon état, restauré
Techniquessculpture
ferronnerie
vitrail
Représentationsscène chrétienne, Vierges sages et Vierges folles, les vertus cardinales, les vertus théologales, Adam, Eve, saint Georges, saint Pierre, Apôtre, saint Jean, Christ, Vierge, ange, Evangéliste, ancien testament ornement animal, animal fantastique, dragon, griffon, animal, oiseau, lion, cerf, chouette, éléphant ornement figuré, humain fabuleux, centaure, chimère, sirène, personnages, musicien, soldat, homme, femme ornement végétal, feuillage, feuille ornement architectural instrument de musique scène de la vie rurale ornement géométrique, entrelacs, rinceau, palmette rinceau ornement en forme d'objet, croix symbole du zodiaque
Précision représentations

Le portail occidental présente sur ses voussures : les Vierges folles et les Vierges sages, le Zodiaque, les travaux des mois, le combat des Vices et des Vertus (avec inscription en latin des différents vices et vertus), anges portant l'Agneau dans une mandorle. Le martyr de saint Pierre, crucifié la tête en bas, et le Christ en majesté entouré de saint Pierre et saint Paul décorent les tympans des arcades aveugles. La baie centrale située au-dessus du portail abritait autrefois une statue équestre de l'empereur Constantin. Les célèbres voussures du portail sud ont été réalisées vers 1130. La première voussure du portail sud est ornée d'animaux fantastiques. Des saints, des apôtres et des prophètes sont sculptés sur la deuxième voussure. Sur la troisième sont sculptés les Vieillards de l'Apocalypse. La quatrième présente un bestiaire fantastique : les sujets monstrueux ou satiriques, comme l'âne musicien ou le cerf dansant, ont une grande valeur décorative et sont présents dans nombre d'églises romanes. Au-dessus du portail, les modillons de la corniche sont décorés d'animaux et de têtes humaines. Le chevet est décoré de personnages, l'un une épée à la main et l'autre tenant une lance, combattant un dragon. Les modillons et les chapiteaux présentent de nombreuses sculptures : entrelacs, animaux fantastiques, lions, oiseaux, personnages acrobates ou musiciens, feuillages, décors floraux. Les quatre symboles des Evangélistes sont sculptés sous les pendentifs de la coupole. Les chapiteaux de la nef de l'église Saint-Pierre d'Aulnay sont attribués à un atelier de sculpteurs qui serait intervenu à Aulnay à partir des années 1140. Ils sont ornés d'une grande diversité de feuillages, d'animaux fantastiques ou exotiques. Les célèbres éléphants, dont la facture un peu sèche caractérise cet atelier, rappellent les nombreux échanges qui existaient entre l'Orient et l'Occident. Ce thème des éléphants a été repris dans plusieurs églises de la région.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH, 1840
Précisions sur la protection

Eglise Saint-Pierre : classement par liste de 1840.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Charente-Maritime. 2 O 112 : Église d'Aulnay (1844-1856) et jardin public.

  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    6 p. : 240 fig., 2 plans, 3 élév., 3 coupes Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Bibliographie
  • Andrault-Schmitt, Claude. L'architecture romane dans notre région. Dans : Brudy, Pascale, Benéteau Péan, Anne, dir. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 106-117, fig. 1, 13, 14
  • Anonyme. Bulletin de l'Association pour l'Archéologie et l'Histoire d'Aulnay et de sa région n° 19, 2002.

    p. 19 -24
  • Anonyme. Bulletin de l'Association pour l'Archéologie et l'Histoire d'Aulnay et de sa région n° 14, 1997.

  • Aubert, Marcel. Église d'Aulnay. Congrès archéologique, La Rochelle, 114e session, 1956.

    p. 316-327 : 5 ill. 1 plan
  • Camus, Marie-Thérèse. La sculpture romane dans les anciens diocèses de Poitiers, Angoulême et Saintes. Dans : Brudy, Pascale, Benéteau Péan, Anne, dir. Catalogue d'exposition L'âge roman. Arts et culture en Poitou et dans les pays charentais - XIe-XIIe siècles. Éditions Gourcuff-Gradenigo, Poitiers-Paris, 2011.

    p. 134-153, fig. 10, 20
  • Camus, Marie-Thérèse. Les oiseaux dans la sculpture du Poitou roman. Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 4e série, t. 11, 1967-1970.

    p. 7, 10, 12, 13, 15, 18, 22, 23, 25, 28, 32, 36, 38, 40, 42, 43, 44, 45, 50, 52, 53, 54, 57, 59, 65, 66, 70, 71, 73, 74, 75, 76, 77, 78, 79, 80, 82, 83, 84, 87, 88, 89, 90, 91 : ill. fig. 4, 23, 24, pl. 6, 7, 9, 25, 26, 32
  • Camus, Marie-Thérèse, Carpentier, Elizabeth, Amelot, Jean-François. Sculpture romane du Poitou. Le temps des chefs d'oeuvre. Paris : Éditions A. et J. Picard, 2009.

    Voir Index des noms de lieux p. 512
  • Chagnolleau, Jean. L'église d'Aulnay de Saintonge. Grenoble : Arthaud, 1938.

    117 p. : ill
  • Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc, Poitou-Saintonge-Angoumois.

    p. 16-19 : 4 ill., 1 plan, 1 pl., coul
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    p. 44-45, 111, 117, 120, 127-129, 133, 135, 138, 146, 149-151, 153, 154, 156, 159, 161, 162, 164, 165, 172-174, 177, 180-185, 191, 196-200, 202, 204, 206-208, 211-212, 214, 217-224, 229, 231-233, 237-243, 273, 279 Médiathèque, Thouars : 944.6
  • Crozet, René. L'art roman en Saintonge. Paris : Picard, 1971.

    p. 12, 15-17, 23, 52, 61, 63, 74, 76, 91-94, 96-99, 103, 105, 107-109, 119, 121, 123-125, 127-135, 137, 139, 142-160, 162, 163, 166-169, 171, 174, 176-178
  • Daoudal, Solène. Sirènes romanes en Poitou, XIe-XIIe siècles. Avatars sculptés d'une figure mythique. Presse universitaire de Rennes, collection Mnémosyne, 2007.

    p. 34, 38-39, 51, 61, 87, 90, 97-98, 140-141, 142-143, 148, 151, 155, 157
  • Deschamps, Paul. Le combat des vertus et des vices sur les portails romans de la Saintonge et du Poitou. Congrès archéologique de France, LXXIXe session, Angoulême, 1912. Paris, Caen, 1913.

    p. 311, 314, 316-320, 2 pl. ht
  • Eygun, François. Art des pays d'Ouest. Paris : Arthaud, 1965.

    p. 88, 90-92, 94, 97, 99, 101, 103, 104, 106-112, 114, 115, 117-120, 123, 127-132, 273
  • Gensbeitel, Christian. Promenades romanes en Aunis-Saintonge (photogr. Michel Garnier). La Crèche : Geste Editions, 2007.

  • Labande-Mailfert, Yvonne. Poitou roman. 2e édition. La Pierre-qui-Vire : Zodiaque, 1962 (La nuit des temps, 5).

  • Lacoste, Jacques. Aulnay. Église Saint-Pierre. Lacoste, Jacques dir. La sculpture romane en Saintonge : l'imaginaire et la foi. Sans lieu : Ch. Pirot, 1998.

    p. 72-85
  • Lefèvre-Pontalis, Eugène. Aulnay-de-Saintonge. Congrès archéologique, Angoulême, 79e session, 1912, tome 1.

    p. 96-111 : 13 ill., 5 pl., 1 plan
  • Oursel, Raymond. Haut-Poitou roman. - [Saint-Léger-Vauban] : Zodiaque, 1975 : Presses monastiques. (La Nuit des temps ; 42).

    p. 305-331, 398-404 : plan p. 306
  • Prin, Rémy. Aulnay d'ombre et de lumière, édition Bourdessoules, 2009.

  • Tcherikover Anat. High romanesque sculpture in the Duchy of Aquitaine, Clarendon Press, Oxford, 1997.

    p. 59-60
  • Texier, Jean. Inventaire archéologique de l'arrondissement de Saint-Jean d'Angély : Canton d'Aulnay. Saint-Jean d'Angély : Brisson, 1968.

    p. 4-16
  • Thibout, Marc. L'éléphant dans la sculpture romane française. Bulletin monumental, t.105, 1947.

    p. 183 n. 1, 184 : ill., 187, 190, 191, 192, 193
  • Tonnelier, chanoine Paul. Aulnay de Saintonge. Saintes : Delavaud, Sans date.

    75 p
  • Valin, Bénédicte. Le zodiaque dans la sculpture romane de la France de l'Ouest / dir. Piotr Skubiszewski. Poitiers : Université, 1990. [Mémoire de maîtrise : Histoire de l'art : Poitiers : 1990].

    p. 59-64
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge 1952-1961. T. 3, Saintes : Delavaud, 1959.

    p. 35-40

Liens web

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sarrazin Christine - Moisdon Pascale