Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA40001670 réalisé en 2021

Fiche

Œuvres contenues

VocablesSaint-Martin
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonGeaune
AdresseCommune : Urgons
Cadastre : 2017 A 526

Selon les historiens locaux (parmi lesquels les abbés Degert et Légé), l'actuelle église Saint-Martin était à l'origine la chapelle castrale des premiers seigneurs d'Urgons (futurs barons de Castelnau), avant de devenir au XVIe siècle le siège de l'archiprêtré de Tursan (titre confirmé en mai 1647 par l'évêque d'Aire Gilles Boutault). Si aucun document ne permet de situer l'époque de la fondation de l'édifice, ses élévations nord et est, construites dans un moyen appareil assez régulier et percées d'étroites baies en archère attestant une volonté de fortification, datent probablement du XIVe, voire du XVe siècle. Leurs pierres fortement rubéfiées témoignent de l'incendie que l'église subit en 1569 lors de son sac par les troupes protestantes du capitaine Lucbardès, rapporté dans le procès-verbal "de Charles IX" (1571).

Quelques décennies avant cet événement, une chapelle avait été bâtie contre le flanc sud de la nef, sans doute au tournant des XVe et XVIe siècle comme le suggèrent le profil de sa croisée d'ogives et le style de ses culots figurés et clef de voûte. Il s'agit probablement d'une fondation seigneuriale à destination funéraire, attribuable à l'une ou l'autre des familles qui se partageaient alors la seigneurie d'Urgons, les Castelnau ou les Miossens (Mieussenx). Enserrée par les maisons avoisinantes, elle ne paraît pas avoir souffert de l'incendie de 1569.

Aucune modification notable n'est documentée jusqu'au XIXe siècle, époque où l'intérieur de l'église, simplement lambrissé à l'origine, reçoit son aspect actuel. La seule intervention majeure est la construction du massif occidental (vestibule et clocher-tour) en 1877-1880 par l'entrepreneur local Malet sur des plans de l'architecte départemental Alexandre Ozanne.

Période(s)Principale : 14e siècle , (?)
Secondaire : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1877, daté par source
Auteur(s)Auteur : Ozanne Alexandre
Ozanne Alexandre (1828 - 1888)

Né à Bonascq (Calvados). Architecte départemental des Landes de 1859 à 1879.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte départemental attribution par source
Auteur : Malet
Malet

Entrepreneur de maçonnerie dans le dernier quart du XIXe siècle ; peut-être parent de la famille de fondeurs de cloches de ce nom, active à Samadet.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur de maçonnerie attribution par source

L'église se compose d'une unique nef rectangulaire ouvrant à l'est, par l'intermédiaire d'un arc-triomphal en tiers-point, sur une abside à trois pans plus étroite. Le vaisseau, bâti en moyen appareil assez régulier et étayé de contreforts talutés, est percé au nord (seul côté dégagé des maisons qui enserrent l'édifice) de trois étroites baies en archère, soulignant l'aspect fortifié de cette partie de l'édifice. Leur font pendant au sud deux grandes fenêtres modernes à deux lancettes. Dans la troisième travée du mur nord subsistent les vestiges d'une porte en plein cintre murée.

Sur le flanc sud de la nef se greffe une grande chapelle gothique de plan carré (sacristie actuelle), couverte d'une croisée d'ogives sur culots et ouvrant sur le vaisseau par une large baie surbaissée à voussure chanfreinée. Une étroite sacristie est adossée au sud du chœur.

Le massif occidental, moderne, construit en moellon irrégulier partiellement enduit, est constitué par un large vestibule régnant sur la largeur de la nef, percé de deux portes néoromanes en plein cintre (l'une au centre et l'autre au sud) et surmonté d'un clocher-tour carré à trois niveaux (le second percé d'une baie jumelée, le troisième, ou chambre des cloches, d'un triplet).

La nef et le chevet sont couverts d'un toit à deux versants et croupe polygonale en tuiles creuses mécaniques. Le clocher, couronné d'une génoise, est couvert d'un toit à quatre pans en tuiles plates, lui-même couronné d'une flèche octogonale en ardoises.

Murscalcaire pierre de taille
calcaire moellon enduit partiel
Toittuile creuse mécanique, tuile plate mécanique, ardoise
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementslambris de couvrement
voûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans croupe polygonale
flèche polygonale
Escaliersescalier dans-oeuvre
Techniquesvitrail
sculpture
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Extrait du "Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571", concernant l'église d'Urgons

    "URGONS ARCHIPRETRÉ DE TURSAN. L'Eglise parroissialle D'Urgons est L'Archipretré de Toursan ou d'Urgons a cure d'ames et aussi charge des autres cures et est a la presentation du Seigneur dudt lieu et L'Institution a L'Eveque D'Aire. / En est archipretre Me Bernard Duvignau Gouverneur des enfans du Seigneur de Ste Colombe et du dt lieu - en a été pourveu cinq ou six ans et par L'Eveque D'Aire et la presentation du dt Seigneur de Ste Colombe et ni reside pas. - Aussi n'est pas pretre, mais y fait faire le service divin et administrer les sacremens par un vicaire qu'il y tient comme avant les troubles, mais non pas si honorablement parce que L'Eglise a été brulée par le Capitaine Lucbardés de la dte religion et ses complices. Les ornemens joyaux furent pillés par les soldats des Vicomtes, la custode et un calice d'argent par le Seigneur de Castetnau deux grandes cloches furent fondues quand l'eglise fut brulée, et depuis en ont emporté le métal - deux petites cloches ont été prises depuis la publication de la paix par un Serviteur du Seigneur de Castetnau et portées au dt chateau et ne les ont peu recouvrer."

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique d'Urgons, 5 mars 1906 (AD Landes, 70 V 384/7)

    "Inventaire des biens dépendant de la fabrique d'Urgons.

    L'an mil neuf cent six, le cinq mars à 10 heures de matin, En présence de MM. l'abbé Passicos-Darricau, curé desservant, de M. Ducos Bernard, trésorier et de M. Léon Martin, président de la fabrique. / Nous soussigné, Guéraçague, Receveur de l'Enregistrement, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le Directeur des Domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique d'Urgons.

    Chapitre I. Biens de la Fabrique. / Dans la sacristie. / 1. Une armoire en chataignier (sic) - 20. / 2. Quatre bouquets dorés, quatre roses, revendiqués par M. Darthos Jules - 16. / 3. Un calice métal doré - 20. / 4. Un ciboire en argent - 50. / 5. Un ostensoir vermeil - 50. / 6. Un rituel - 0,50. / 7. Un ornement noir velours, un blanc et un rouge, usés - 15. / 8. Un ornement violet, un doré, un vert - 15. / 9. Un ornement doré et un rouge - 10. / 10. Une chape or, une écharpe blanche, une étole - 20. / 11. Une chape noire usée et une étole - 5. / 12. Quatre aubes - 4. / 13. Quatre cordons - 2. / 14. Quatre pales - 2. / 15. Onze amicts - 2,20. / 16. Six corporaux - 3. / 17. Vingt-cinq purificatoires - 12,50. / 18. Vingt-huit lavabos - 17. / 19. Quatre surplis - 4. / 20. Un thabor et six serviettes - 7. / 21. Un jeu de burettes, un bénitier, un goupillon - 4. / 22. Trois missels vieux - 2. / 23. Deux robes rouges, une noire, d'enfant de chœur, avec surplis - 6. / 24. Un fauteuil paille et bois - 1. / Dans le chœur. / 25. Maître-autel, terre cuite coloriée, baldaquin, scellé - mémoire. / 26. Six candélabres bois, six chandeliers cuivre, un crucifix bois, un crucifix métal - 8. / 27. Une couverture, un devant d'autel, un tapis, une petite lampe - 4. / 28. Deux stalles en chênes, trois places chacune - 20. / 29. Trois bancs, un lutrin en bois - 3. / 30. Un vitrail la Ste Vierge et le Sacré-Cœur - mémoire. / 31. Deux tableaux sans valeur artistique, 1m20 x 1m50 - 40. / 32. Autel de la Vierge en bois - mémoire. / 33. Quatre candélabres bois doré - 2. / 34. Statue de la Vierge plâtre blanc, revendiquée par Mad. V.ve Lafoun à Urgons - 20. / 35. Autel de St Joseph en bois, scellé - mémoire. / 36. Quatre bouquets dorés, quatre fleurs blanches, une guirlande roses, deux bouquets lys, trois autres petits bouquets revendiqués par M. Darthos - 30. / 37. Statue de St Joseph, plâtre colorié, revendiquée par Mme V.ve Lafoun - 20. / 38. Un lustre métal doré et un lustre verroterie - 30. / 39. Deux lustres métal doré, revendiqués par M. Darthos - 20. / 40. Grille de communion, fer, scellée - mémoire. / 41. Croix métal blanc et croix en cuivre, les deux - 15. / Dans la nef. / 42. Chemin de croix, papier colorié - 28. / 43. Un tableau, le Christ en croix - 10. / 44. Chaire en bois peint, avec abat-voix - mémoire. / 45. Une statue du Sacré-Cœur, plâtre colorié, revendiquée par M. Darthos - 30. / 48. Tableau représentant St Martin, signé : Léonard Fortuné - 10. / 49. Tableau : St Luc et St Jean - 10. / 50. Deux confessionnaux chêne - 20. / 51. Fonds (sic) baptismaux, pierre, scellés - mémoire. / 52. Tableau : St Marc et St Mathieu - 10. / 53. Tableau : Ste Famille, signé Fortuné - 10. / 54. Vingt chaises à la Fabrique, soixante à des particuliers - 60. / 55. Quatre bancs en bois - 2. / Dans une chapelle. / 56. Une armoire chêne - 10. / 57. Quatre devants d'autel, six couvertures d'autel - 12. / 58. Trois nappes de communion, neuf devants d'autel dentelle - 12. / 59. Six serviettes, huit surplis, trois robes d'enfant de chœur - 14. / 60. Deux couvertures d'autel - 2. / 61. Deux draps mortuaires - 10. / 62. Une armoire en chêne, nécessaire pour baptêmes, saintes huiles - 15. / 63. Un cadre de tabernacle portatif, un lutrin - 3. / 64. Un autel hors d'usage, bois peint doré - 10. / 65. Une grande table - 5. / 66. Une armoire en chêne, un pupitre, un lutrin - 10. / 67. Un brancard pour processions - 3. / 68. Une petite table et trois tapis - 3. / 69. Douze tubes porte-cierges en fer blanc - 1,20. / 70. Un confessionnal pliant et un surplis, un fauteuil, paille et bois, un petit prie-Dieu en bois - 5. / 71. Deux consoles en bois - 2. / 72. Petite table avec tapis - 1. / 73. Deux cloches - mémoire. / 74. Une horloge, mauvais état - 50.

    Chapitre II. Biens de l'État, du Département ou de la commune et dont la fabrique n'a que la jouissance. / 1. Sol de l'église, n° 313, S[ect]ion A, 4 a. 10 à la commune, 2000 f. l'hectare - 80. / 2. N° 348-349-350-311-523 S[ecti]on A, c[ontenan]ce totale 29 a. 90 à raison de 2000 f. l'hectare - 600.

    Déclarations concernant l'actif et le passif. Il n'existe pas d'autre actif que celui porté dans le présent inventaire. Il n'existe non plus aucun passif.

    Observations d'ordre général. Une protestation des membres de la fabrique et du curé d'Urgons demeure ci-annexée. Le Receveur a fait seul l'estimation des objets inventoriés. [...]

    En conséquence, nous avons clos le présent inventaire contenant quatre rôles, 0 renvoi et 0 mots rayés seuls, le cinq mars 1906 à midi et, après lecture faite, nous l'avons signé seul, les comparants ayant refusé de le revêtir de leur signature. / Signé P. Guéraçague."

    __________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière (1829-1935).

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 2 O 2022
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique d'Urgons, 5 mars 1906.

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 70 V 384/7
  • Dons et legs à la fabrique (1839-1903) : Marie Dupoy Monicanne (1839-1845), Anastasie Dartiguenave épouse Dutoya ou Dutouya (1903).

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 70 V 384/8
Bibliographie
  • "Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571". Revue de Gascogne, 1860.

    P. 318-319.
  • CAZAURAN Jean-Marie (abbé). Pouillé du diocèse d'Aire. Paris : Maisonneuve et Compagnie, 1886.

    P. 39, 124-125.
  • LÉGÉ Joseph (abbé). Les Castelnau-Tursan. Aire-sur-Adour : L. Dehez, tomes I et II, 1887.

    Tome II, p. 466-468.
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    Tome III, p. 409.
  • VIDON Jean-Claude. Urgons. A la recherche du passé. Orthez : ICN, 2018.

    P. 110-121.
  • SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.

    P. 780.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe