Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin

Dossier IA00049626 réalisé en 1985

Fiche

Vocablessaint Martin
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonPays Ouest-Charente - pays du Cognac - Jarnac
AdresseCommune : Sigogne
Cadastre : 1830 C3 1854 ; 2011 C3 1085

L'église est mentionnée dès le 11e siècle. Elle semble avoir subi une importante restauration à une date indéterminée entre le 15e et le 19e siècle. Elle a été de nouveau remise en état en 1877 (entrepreneur : Pierre Ripoche, de Jarnac, architecte : Fouché, de Jarnac) et en 1888 (entrepreneur : Jean Tournier de Jarnac, architecte : Priollaud de Jarnac). Une campagne de restauration est menée depuis 2009.

Période(s)Principale : 11e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1877, daté par source
1888, daté par source
Auteur(s)Auteur : Fouché architecte attribution par source
Auteur : Priollaud Alexandre architecte attribution par source

L'église Saint-Martin est située dans le bourg de Sigogne. Elle est orientée est-sud-est ; par convention, dans les légendes et la suite du texte, l'est désigne néanmoins le chevet. Elle faisait partie de l´ancien diocèse de Saintes. Elle présente une nef de deux travées couvertes d´un berceau brisé en pierre, une travée sous clocher, un chœur de deux travées à voûtes d´arêtes et chevet plat.

Le portail occidental est construit dans un massif en léger relief par rapport à la façade qui encadre une large arcature reposant sur des colonnes à chapiteau orné de deux têtes humaines sur les arêtes et d´un entrelacs végétal (celui de gauche a été refait, celui de droite est très endommagé mais l´on devine que le personnage à droite montre les dents, disposition reprise pour les chapiteaux refaits à gauche de la façade et à l´intérieur de l´édifice, du côté sud de la nef). Le tailloir de ces chapiteaux se prolonge en cordon jusqu'aux tailloirs des chapiteaux du portail. Ce dernier a trois rouleaux, le rouleau extérieur étant à l´aplomb du mur. Les rouleaux extérieur et intérieur reposent sur des colonnettes (hexagonales à l´extérieur, cylindriques à l´intérieur) alors que le rouleau central repose directement sur le massif maçonné. Sur le chapiteau gauche du piédroit gauche sont représentés deux lions qui se suivent, le premier tenant un buste humain dans sa gueule et le second mordant la croupe du précédent. Le chapiteau interne du piédroit gauche porte un décor végétal s´inspirant du chapiteau corinthien. Sur le chapiteau interne du piédroit droit sont figurés deux lions avec une tige de feuillage dans la gueule et qui se font face. Celui de gauche se retourne en arrière, tandis que celui de droite n'est représenté qu'à mi-corps. Sur le chapiteau droit du piédroit droit, un oiseau, à gauche, se retourne vers un entremêlement de feuillages qui occupe la face droite de la corbeille.

Ce portail est surmonté d´une haute et étroite fenêtre en plein cintre, elle-même sommée d´une corniche ornée de besants et portée par des modillons non décorés. Le pignon est découvert.

Les murs de la nef, en moyen appareil, comme la façade, ont été surélevés en moellons à une époque indéterminée, avec trois ouvertures (plus une murée de chaque côté) éclairant le comble au nord comme au sud. Ils sont contrebutés par des contreforts plats doublés qui, au sud, s´arrêtent sous le niveau de la surélévation. Chacune des deux travées est éclairée par une étroite fenêtre en plein cintre présentant du côté intérieur un fort ébrasement. Une corniche soutenue par des modillons non décorés somme l´ensemble du mur sud et la première travée du mur nord de la nef.

Le clocher de plan carré se compose de deux niveaux séparés par une petite corniche. Le premier niveau comporte quatre arcatures aveugles sur chaque face séparées par des piédroits entre colonnes ; dans les angles, le tailloir des chapiteaux se prolonge en cordon d´une face à l´autre. Ce cordon reçoit également la retombée des cordons qui entourent les arcs. Le second niveau, en léger retrait, présente trois baies en arc légèrement brisé sur chaque face. La disposition des cordons est similaire à celle du premier niveau mais dans chaque angle, une colonnette surmontée d´un chapiteau sculpté de motifs végétaux et de têtes humaines se trouve en dessous et au-dessus de ce cordon. Un cadran d´horloge a pris place dans les arcs des baies centrales sur chaque face. La corniche au sommet du clocher est portée par des modillons non sculptés, ceux des angles étant doubles. L´accès au clocher se fait au sud par un escalier aménagé à l´intérieur du contrefort situé entre la nef et la travée sous clocher. Il est éclairé par deux petits jours. Une fenêtre en plein cintre éclaire la travée sous clocher au nord comme au sud. Une porte couverte d´un arc segmentaire est percée au sud.

Le mur est du chevet est percé d´une étroite fenêtre qui a été installée dans une baie murée beaucoup plus large. Il est encadré par deux contreforts plats agrémentés dans l´angle extérieur d´une mouluration. Une corniche devait sommer le mur au-dessus des contreforts, sous la partie triangulaire du pignon. Il en reste un élément et un modillon non sculpté sur la droite.

À l´intérieur, une tribune a été aménagée sur une petite partie de la première travée. La voûte en berceau brisé de la nef est portée par des arcs doubleaux à deux rouleaux.

Entre la première et la deuxième travée, cet arc repose sur des colonnes sur dosserets, dont les chapiteaux sont sculptés mais peut-être refaits lors d´une restauration de l´église. Sur le chapiteau sud, émergeant d'une rangée de palmettes, deux personnages se dressent à mi-corps, les bras levés en position d´Atlantes, aux angles de la corbeille. Celui de droite montre les dents, comme pour le chapiteau érodé à droite de la façade.

Sur le chapiteau nord est figuré, au centre de la corbeille, un grand masque cornu crachant deux tiges feuillues, encadré de deux lions ailés (griffons), celui de gauche à tête d´oiseau et celui de droite à tête de lion. Les bases de ces deux colonnes, sur socles, sont garnies de griffes. La modénature, l´iconographie et le style laissent à penser que les chapiteaux pourraient dater d'une restauration de l'église, soit à la fin du Moyen Âge, soit même à l'époque Moderne, les bases semblent quant à elles ne pas avoir été modifiées depuis l´époque romane.

La travée sous clocher et les deux travées du chœur sont voûtées de croisées d'ogives, avec formerets et liernes. Ces voûtes sont portées, ainsi que les doubleaux, à l'ouest par de larges pilastres doubles et à l´est, par les mêmes supports transformés ultérieurement en consoles.

Murscalcaire pierre de taille
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau brisé
voûte d'arêtes
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
pignon couvert
pignon découvert
Escaliersescalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis sans jour
État de conservationrestauré
Techniquessculpture
vitrail
Représentationsornement animal, lion, oiseau animal fantastique, griffon ornement figuré, tête humaine, buste ornement végétal, feuille ornement géométrique, palmette, entrelacs
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH, 1957/12/10
Précisions sur la protection

Eglise Saint-Martin (cad. C 1085, feuille 3) : inscription par arrêté du 10 décembre 1957.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales : F 19 5002, 5168.

    Archives nationales, Paris : F 19 5002, 5168
  • 1801 : réponse du maire à la circulaire du 15 prairial an IX [4 juin 1801] concernant l'état des édifices cultuels.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 5 V 1
  • 1811. État des demandes des communes pour réparations des églises et succursales d'après les circulaires des 30 octobre et 7 novembre 1810 : réparations estimées à 500 F.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : 5 V 2 bis et 2 ter
  • 1839, 3 août. Lettre du sous-préfet au préfet concernant l'augmentation du prix envisagé pour la refonte de la cloche (de 325 à 408 F).

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Sigogne
  • 1868, 29 mars. Travaux de Fouché, architecte.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Sigogne
  • 1877. Travaux de Fouché, architecte à Jarnac. 1877, 2 septembre. Procès-verbal d'adjudication des travaux à effectuer dans l'église à l'entrepreneur Pierre Ripoche de Jarnac. Rechauler les murs (chaux venant des fours de Sigogne). Sable (carrières de Jarnac). Relatter la charpente du clocher. Couverture : remplacer les tuiles.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Sigogne
  • 1886-1889. Travaux d'Alexandre Priollaud, architecte à Jarnac. 1886, 2 juin 1886. Projet. 1888, 21 janvier. Procès-verbal d'adjudication des travaux en faveur de Jean Tournier, entrepreneur à Jarnac. Coût : 793,80 F. Réfection du pavage intérieur de l'église. 1889, 10 mars. Procès-verbal de réception définitive. Signé Priollaud.

    Archives départementales de la Charente, Angoulême : O, Sigogne
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    2 p., 3 fig Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Paris. 0081/016/0487. 1968-1974 : correspondance : travaux, financement. Réfection du retable ; Remise en état du clocher et de la charpente.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0081/016/0487
Documents figurés
  • [Plan de l'église et emplacement de l'école au sud de celle-ci]. Sans date Sans signature. Ech. 0,01 cm = 1 m. 700 x 1003 mm. (Archives du diocèse, Angoulême : Sigogne SGE 1).

    Archives diocésaines de la Charente, Angoulême : Sigogne SGE 1
  • " Restauration de l'église Saint-Martin, commune de Sigogne. Travaux à réaliser " [Ensemble de cinq documents : plan, coupe, façade nord, façade sud, façades est et ouest]. 2009. Françoise Doutreuwe, architecte. Ech. 0,01 cm = 1 m. [Documents conservés à la Conservation régionale des monuments historiques, direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes].

    Direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes, Conservation régionale des monuments historiques, Poitiers
  • " 170. Sigogne (Charente). L'église, style roman XIe siècle. restaurée à diverses époques " [vue générale sud-ouest]. Sans date [1re moitié XXe s.]. Éditions H. Girard, Cognac. Carte postale. (Musée Cognac : 72.7.15).

Bibliographie
  • Ardouin, A. Excursion archéologique du 6 juillet 1933. Recueil de la Commission des Arts de la Charente-Inférieure, tome 21, 1933-1939.

    p. 96
  • Cadet, Alberte. Les saints patrons des églises romanes de Charente. Bulletin de la société d'études folkloriques du Centre-Ouest, t. 12, 1978.

    p. 198
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge 1952-1961. T. 3, Saintes : Delavaud, 1959.

    p. 152, 1 pl
  • Cousin, Abbé. Histoire de Cognac, Jarnac, Segonzac et d'un grand nombre de localités entre Saintes et Châteauneuf, Archiac et Rouillac, Pons et Saint-Jean-d'Angély dans leurs rapports avec l'histoire générale de la France depuis les temps celtiques jusqu'à l'an 1882. Bordeaux : Impr. Gounouilhou, 1882.

    p. 338
  • Crozet, René. Survivances antiques dans le décor roman du Poitou, de l'Angoumois et de la Saintonge. Bulletin monumental, t. 114, 1956.

    p. 26, note 4
  • Crozet, René. L'art roman en Saintonge. Paris : Picard, 1971.

    p. 80, 96, 108
  • Eygun, François. Art des pays d'Ouest. Paris : Arthaud, 1965.

    p. 108
  • George, Jean. Les églises de France : Charente. Paris : Letouzé et Ané, 1933.

    p. 264
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 3.

    p. 445-448
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 4.

    p. 463

Liens web

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Riou Yves-Jean - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.