Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Hippolyte

Dossier IA16008456 réalisé en 2011
Vocablessaint Hippolyte
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonPays Ouest-Charente - pays du Cognac - Hiersac
AdresseCommune : Moulidars
Cadastre : 1826 D2 610 ; 2011 OD 355

L´église a été élevée au 12e siècle (probablement dans le dernier quart, son ornementation rappelant celle de l'abbaye de La Couronne).

Elle a été incendiée pendant la guerre de Cent ans. Le clocher qui se trouvait à la croisée du transept a dû tomber à ce moment là.

La croisée du transept, le transept sud, le clocher situé sur ce transept et le chœur ont été refaits à la fin du 15e ou au début du 16e siècle.

Des restaurations sont effectuées de 1862 à 1865 sous la direction de l´abbé Giraud. D´après la plaque posée dans l´église, celles-ci ont concerné la charpente, la voûte, la reprise des joints, le pavage, la fenêtre est de la chapelle nord, la pose de vitraux, l´achat de statues, d´une chaire, d´un confessionnal et du chemin de croix.

La toiture, endommagée par la tempête de 1999, a été refaite en 2000. À cette occasion, en 2001, l´intérieur de l´édifice bénéficie d´une restauration.

Période(s)Principale : 12e siècle
Principale : 15e siècle
Principale : 16e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s)Auteur : auteur inconnu

L´église Saint-Hippolyte se trouve sur une butte dans le bourg de Moulidars. Elle se compose de cinq travées égales voûtées d'un berceau brisé, d´un transept remanié (ancienne travée sous clocher modifiée, transept nord conservé mais l´actuel clocher carré se trouve à la place du transept sud) et d´un chœur surélevé d´une travée à chevet plat.

De l´époque romane subsistent donc en partie le portail, la nef et le transept nord avec son absidiole.

La façade occidentale comprend deux niveaux et un pignon découvert, séparés par deux corniches. La première est composée d´arceaux (seul celui au centre surmonte un décor formé d´une boule) et est soutenue par vingt modillons. La seconde corniche est ornée de rainures et portée par douze modillons. Les deux séries de modillons sont similaires, avec des têtes humaines et animales (notamment des lions), des masques, etc.

Toutes les bases des colonnes (sur la façade comme sur le mur nord) sont composées d´un boudin inférieur assez marqué et surmonté d´un petit boudin. Les chapiteaux, sauf au deuxième niveau de la façade où ils portent un motif végétal, ont une corbeille ornée de deux bagues et soulignée par un astragale très marqué (ils sont parfois appelés chapiteaux en accordéon) ; ils sont surmontés d´un petit tailloir.

Le portail central est encadré d´une arcature aveugle de chaque côté alors que le second niveau est formé par une fenêtre encadrée de deux arcatures aveugles de part et d´autre.

Au rez-de-chaussée, les arcs du portail et des arcatures reposent sur des pilastres encadrés de fines colonnes. Les moulures des bases des colonnes comme celles des chapiteaux se prolongent sur les pilastres, les murs et dans les arcatures aveugles, dessinant ainsi des sortes de tympans et de soubassements.

Le portail comporte trois rouleaux. Le rouleau interne est plus récent et ne porte pas de décor. Le rouleau central est orné de deux rangées de prismes. Le rouleau extérieur porte des S allongés disposés en vis à vis, avec des chevrons gravés dans la partie creuse de la sculpture, et l´archivolte, des pointes de diamant. Les deux arcatures, plus basses, sont formées d´un seul rouleau légèrement brisé. Dans les écoinçons formés entre l´arc du portail et les arcs des voussures ont été sculptés, à gauche, un masque et à droite, une tête humaine. Les rouleaux des arcatures portent des motifs géométriques (triangles allongés au nord, losanges encadrés de triangles au sud). Les archivoltes portent, au nord, des feuilles enroulées formant une sorte de guirlande, au sud des dents de scie.

Les arcs du deuxième niveau reposent sur des colonnettes à chapiteaux ornés de feuilles plates et de crochets. La pierre de ces chapiteaux est incrustée dans le mur. Hormis pour le premier chapiteau au nord et au sud, ils sont surmontés d´un tailloir orné de dents de scie et commun aux deux chapiteaux voisins. L´archivolte, continue d´un arc à l´autre, est formée d´une sorte de tresse. La colonnette sud de la première arcature est ornée de bagues, les autres sont lisses. Le pignon moderne est percé d'un oculus. Les angles de la façade sont soigneusement travaillés. Le motif des cordons se poursuit sur la partie latérale, voire sur le rebord du premier contrefort plat de la nef. Au sommet de ces contreforts, au nord comme au sud, est conservé un vestige de l´ancienne corniche avec un modillon sculpté entre le contrefort et la façade.

Les murs de la nef sont contrebutés par des contreforts plats, de 1,25 m de large sur 0,50 m d´épaisseur, montant sous la corniche refaite. Ils sont construits en moyen appareil avec des assises assez hautes. Sur le mur nord, une porte secondaire est percée dans la quatrième travée. Elle avait son pendant, aujourd'hui muré, sur le mur sud, également dans la quatrième travée, couverte en plein cintre du côté extérieur et en arc segmentaire du côté intérieur. Les fenêtres sont toutes similaires, avec un rouleau qui peut porter un décor géométrique, une archivolte ornée qui retombe sur des amortissements également à décor géométrique (prismes, tresses, triangles, losanges, damiers, etc.). La corniche est portée par des modillons refaits sans décor, sauf le premier de la première travée, peut-être en remploi, qui est orné d´une tête de lion tenant une boule dans sa gueule. Sur le mur sud, seules les archivoltes des fenêtres portent un décor. La fenêtre de la première travée a perdu ses colonnettes, les autres ont des chapiteaux et des bases similaires à celles du côté nord et du premier niveau de la façade. Le premier modillon de la première travée est orné d´un visage humain, les autres ont été refaits sans décor.

Le clocher est situé au-dessus de la première travée de l´ancien transept sud, avec un escalier dans le contrefort de son angle sud-ouest. Il présente, au-dessus d'une souche très élevée, un niveau percé sur chaque face de deux baies à deux rouleaux en plein cintre et mouluration en cavet. Des colonnettes ont pris place dans les angles du clocher. La corniche qui surmonte l´ensemble est portée par des modillons modernes, mais certains sont peut-être des remplois de l´ancien clocher roman.

Le chevet et le transept sud sont contrebutés par des contreforts obliques. Sur le mur nord de la travée droite du chœur, un contrefort plat et une reprise d´appareil dans le mur pourraient être des vestiges du mur roman, près de l´absidiole nord.

Le transept nord a été en partie refait, son mur nord est contrebuté en son centre par un contrefort plat qui s´arrête au niveau d´un oculus. L´absidiole nord, semi-circulaire, est romane avec une corniche très débordante portée par des modillons sans décor. Sa fenêtre, dans l´axe est surmontée d´une archivolte, ornée de deux lignes de demi-cercles disposés tête-bêche, qui se prolonge en cordon sur le mur. Son mur ouest est contrebuté vers le nord par un contrefort plat. L´archivolte de sa fenêtre porte un décor formant une sorte de boudin ondulé. Elle est couverte d´une croupe ronde à très faible pente qui ne correspond pas à la trace d´un toit plus pentu sur le mur est du transept.

La nef comprend cinq travées égales, percées de chaque côté d'une fenêtre à colonnettes sur les deux faces ; les doubleaux sont portés par des colonnes sur dosserets, même dans les angles occidentaux. Les murs sont couverts d'arcades aveugles. Le tailloir des chapiteaux est orné d´un décor en damier, comme la corniche qui supporte la voûte. Le décor des chapiteaux à motifs végétaux pose question quant à son authenticité : il pourrait s´agir de copies ou des retailles de chapiteaux.

L´ancienne travée sous clocher devait être surmontée d'une coupole, dont les grands arcs est et ouest brisés et à deux rouleaux subsistent. Les arcs nord et sud et leurs supports ont été en partie refaits ; une console a été appliquée sur les angles, au-dessus des tailloirs des chapiteaux, pour permettre l'établissement d'une voûte d'ogives probablement au début du 16e siècle.

Le transept nord, couvert en berceau brisé refait, a conservé son absidiole romane avec une fenêtre encadrée de colonnettes à bases moulurées et chapiteaux à bagues similaires aux autres. Elle est voûtée en cul-de-four. La corniche qui portait l´ancienne voûte de l´abside est très partiellement conservée, comme en atteste un élément orné d´un décor en damier au-dessus de l´ouverture de l´absidiole.

Le transept sud, à une travée voûtée d'ogives, a été reconstruit au début du 16e siècle. Des vestiges de litre funéraire sont visibles dans les transepts nord et sud et dans la croisée.

Le chœur carré, également voûté d'ogives, a remplacé à la fin du 15e siècle ou au début du 16e siècle l'abside romane.

Murscalcaire pierre de taille
calcaire moyen appareil
Toittuile creuse
Plansplan en croix latine
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau brisé
voûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
pignon découvert
croupe ronde
Techniquessculpture
Représentationsornement géométrique, pointe de diamant, damier, dent de scie, losange ornement animal, lion ornement figuré, tête humaine
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsclassé MH partiellement, 1912/09/14
Précisions sur la protection

Façade : classement par arrêté du 14 septembre 1912.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives nationales : F 19 4716.

  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Paris. 0081/016/0320. 1926-1985 : correspondance : travaux.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0081/016/0320
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
Documents figurés
  • " Plan et coupe sur la nef ". Calque ; encre ; lavis contrecollé. 1911, Martin, Louis, architecte ordinaire des monuments historiques. Ech. 0,01. [conservé à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (Charenton-le-Pont), 0082/016/2005, 013734].

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0082/016/2005, 013734
  • " Façade ouest ". Photographie. Vers 1906 [conservée à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (Charenton-le-Pont), 0084/016/1008].

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0084/016/1008
  • " Façade ouest ". Photographie. 1919, Heuzé, Henri [conservée à la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (Charenton-le-Pont), 0084/016/1008, MH0027153].

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 0084/016/1008, MH0027153
Bibliographie
  • Anonyme. Exposition. Bordeaux. 1976. Sculpture médiévale de Bordeaux et du Bordelais. - Bordeaux : Musée d'Aquitaine, 1976.

    p. 67
  • Cadet, Alberte. Les saints patrons des églises romanes de Charente. Bulletins de la société des Études folkloriques du Centre-Ouest, tome 11, 1977.

    p. 285
  • Chappuis, René. Utilisation du tracé ovale dans l'architecture des églises romanes. Bulletin monumental, tome 134, 1976.

    p. 27, 32
  • Connoué, Charles. Les églises de Saintonge 1952-1961. T. 3, Saintes : Delavaud, 1959.

    p. 103-104
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    p. 164 Médiathèque, Thouars : 944.6
  • Daras, Charles. Les façades des églises romanes ornées d'arcatures en Charente. Leur origine, leur filiation. Bulletin monumental, tome 119, 1961.

    p. 125 n.3, 128-130
  • Daras, Charles. Les remaniements de l'architecture religieuse en Angoumois au cours de la guerre de Cent Ans. Mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 1949-1950.

    p. 21
  • Eygun, François. Art des pays d'Ouest. Paris : Arthaud, 1965.

    p. 95, 112
  • George, Jean. Aperçu général sur les églises de la Charente. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente, 8ème série, tome 22, 1932.

    p. 31
  • George, Jean. Les églises de France : Charente. Paris : Letouzé et Ané, 1933.

    p. 174-175
  • Michon, abbé Jean-Hippolyte. Statistique monumentale de la Charente / ill. Zadig Rivaud, Jules Geynet, Monsieur de Lafargue Tauzia, Paul Abadie, Éditions Fabvre. Paris ; Angoulême : Derache, libraire, rue du Bouloy, 7, 1844.

    p. 315-316
  • Mondon, abbé Adolphe. Notes historiques sur la baronnie de Marthon. Bulletins et mémoires de la société archéologique et historique de la Charente. 6e série, tome 5, 1895.

    p. 384
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 2, 1892.

    p. 387-389
  • Nanglard, abbé J. Pouillé historique du diocèse d'Angoulême. - Imprimerie G. Chasseignac (26, rempart Desaix) ; Angoulême, 1894-1903. - 4 vol. (683 p., 588 p., 582 p., 684 p.) ; 24 cm. - Extr. de : "Bulletin de la Société archéologique et historique de la Charente". - Les 3 premiers tomes concernent l'ancien diocèse d'Angoulême et le 4e le diocèse actuel depuis la fin du XVIIIe siècle. Une table des paroisses dactylographiée de 17 p., faite en 1953, complète ces 4 tomes. Tome 4.

    p. 258
  • Ternet, Sylvie. Les églises romanes d'Angoumois. Tome I. Bâtisseurs et modes de construction en Angoumois roman. Paris : Le Croît vif, 2006.

    p. 120, 130, 143, 157, 172, 182-183, 330, 334
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel - Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Sarrazin Christine