Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Hippolyte

Dossier IA40001624 réalisé en 2018

Fiche

Œuvres contenues

VocablesSaint-Hippolyte
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonTartas est
AdresseCommune : Lamothe
Cadastre : 2017 G 140

L'ancienne église, située au milieu du cimetière, fut détruite en novembre 1889. Elle fut remplacée par un nouvel édifice (sous l'invocation de saint Hippolyte, titulaire d'une chapelle de la vieille église), érigé de 1885 à 1887 sur les plans de l'architecte montois Urbain Dupouy (1830-1890), neveu par alliance de l'architecte départemental Jules Sibien et père de l'architecte diocésain Jules-François Dupouy. La dépense totale, s'élevant à 23.000 francs, fut couverte par un legs de 15.000 francs de la baronne de Navailles, née Émilie de Cauna, propriétaire du château des Granges (morte en 1878), un don de 4.000 francs d'Amédée de Laborde-Noguez (1823-1910), propriétaire du château de Lamothe, et une souscription communale de 7.000 francs recueillie par l'abbé Pierre Dulucq (1845-1901, curé de Lamothe de 1879 à 1892). L'ajout d'une flèche au clocher ne fut réalisé qu'en 1897-1898 grâce à une subvention de 800 francs accordée par l'État.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1885, daté par source
Auteur(s)Auteur : Dupouy Jean Urbain
Dupouy Jean Urbain (1830 - 1890)

Prénom usuel : Urbain. Né le 25 mai 1830 à Bascons (Landes), mort le 21 janvier 1890 à Mont-de-Marsan ; fils de Jean Dupouy, tailleur d'habits (1799-1857) et de Françoise Duporté. Agent-voyer de première classe, puis architecte à Mont-de-Marsan. Il épousa le 26 juin 1861 à Mont-de-Marsan Joséphine Marie Françoise Sibien (Mont-de-Marsan, 24 février 1842 - Mont-de-Marsan, 18 novembre 1896), fille de Nicolas François Louis Joseph Sibien (Paris, 1814 - Mont-de-Marsan, 1860), architecte-agent voyer en chef du département des Landes, deuxième Grand prix de Rome, et d'Agathe Françoise Egérie Calixte Dupuy (1817-1855), et nièce de Jean Antoine Jules Sibien (1822-1881), architecte départemental des Landes.

"D'après le préfet des Landes (3 septembre 1881), l'architecte diocésain Sibien avait donné pour des raisons de famille le poste d'inspecteur sans le titre à Dupouy, qui était bonapartiste et recommandé par l'évêque Delannoy. Au départ de Sibien, le préfet propose Maumen comme successeur ; l'administration centrale ayant désigné Rochet, il souhaite que Dupouy soit remplacé par Maumen. De son côté, Sourigues, député des Landes (12 septembre 1881), écrit sur Dupouy qu'il a obtenu sa place grâce à l'évêque "dont le séminaire est encore peuplé de professeurs jésuites et qui est assez puissant pour faire accorder à un protégé des faveurs et des places du gouvernement qu'il combat". L'administration (24 octobre 1881) s'oppose à la nomination de Maumen ; elle n'a pas de crédits pour le rétribuer, Dupouy l'étant par l'architecte diocésain ; de plus, il n'habite pas Aire. Maumen est finalement désigné. A son décès en 1890, Dupouy lui succède officiellement aux appointements de 500 fr." Source : Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle ; en ligne : http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes/190?q=Dupouy [les renseignements biographiques sont erronément annexés à la notice de Jules-François Dupouy, fils d'Urbain.].


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source

Édifice non orienté, disposé dans le sens sud / nord, de style néo-roman. Il comprend trois vaisseaux de cinq travées, un porche dans-œuvre (occupant la première travée du vaisseau central) surmonté d'un clocher carré, avec tribune au premier niveau ouverte sur le vaisseau central. Celui-ci, qui ouvre sur les collatéraux par des grandes arcades en cintre surbaissé sur piliers carrés en pierre de taille, est prolongé par un chœur en abside à trois pans flanqué de deux sacristies à pans coupés. Les trois vaisseaux sont couverts de fausses voûtes en brique : voûte en plein cintre sur doubleaux dans le vaisseau central, croisées d'arêtes pour les collatéraux, voûte d'ogives sexpartites dans le chœur. L'édifice est entièrement bâti en moellon enduit (pierre de Mugron) et en pierre de taille d'Angoulême (portail, piliers intérieurs, encadrements des baies, modénature, contreforts). La couverture est en tuiles mécaniques, à l'exception de celle du clocher, coiffé d'une flèche d'ardoise octogonale sur égout retroussé de plan carré. Des contreforts talutés raidissent l'ensemble de l'église.

Murscalcaire moellon enduit
Toittuile mécanique, ardoise
Plansplan allongé
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'arêtes
voûte d'ogives
voûte en berceau plein-cintre
Couverturestoit à longs pans croupe polygonale
flèche polygonale
Escaliersescalier dans-oeuvre
Techniquesvitrail
peinture
sculpture
Représentationscroix
Précision représentations

Croix tréflée nimbée en relief rapporté sur le tympan de la porte sud ; chapiteaux à feuilles sur les colonnes de la même porte.

Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Extraits de la monographie paroissiale de Lamothe, par le curé Pierre Dulucq, 1887-1888 (AD Landes, 16 J 18)

    "Section première. Statistique. / 1ère partie. Statistique religieuse. / Chapitre 1er."

    "La paroisse de Lamothe se rattache tout entière à la commune, mais une partie de la commune qui compte 75 habitants d'après le dernier recensement a été distraite il y a quelques années de la paroisse pour aider à former la paroisse de St-Étienne érigée en succursale. La population vraie de la paroisse est de 485 habitants. / Il n'y a que l'église paroissiale. La chapelle particulière qui se trouve au château de Granges (propriété de la [famille] de Navailles) ne sert plus au culte que dans quelques cas exceptionnels.

    L'église a pour patron principal St Hippolyte, pour patronne secondaire Ste Quitterie. Je crois devoir donner ce titre à notre sainte puisqu'elle a toujours eu dans l'église sa chapelle, son autel et son culte spécial. Il existe un témoignage antique de cette dévotion, c'est l'érection en 1625 d'une confrérie du T. S. Sacrement sous le vocable de Ste Quitterie. Les statuts sont empreints d'un caractère de profonde piété et très bien rédigés par M. Delacour curé de la paroisse et approuvés par Mgr Gilles Boutault Evêque d'Aire. Il apert [...] que ces statuts ne font que renouveler d'autres statuts anciens qu'on avait laissé tomber en désuétude, ce qui marque bien la haute antiquité du culte rendu à Ste Quitterie." [...]

    "Section deuxième. Archéologie. Première partie : bâtiments religieux".

    L'ancienne et unique église de la paroisse a été démolie en novembre 1885. Elle n'offrait rien de remarquable sauf peut-être un bénitier qui semble être un ancien fût de colonne de marbre artistement sculpté. On prétend qu'il serait venu de l'église abbatiale de Saint-Sever. Suivant les notes de mon prédécesseur M. Lafenêtre "le procès-verbal de Charles IX nous apprend que l'église fut détruite et un prêtre massacré par les bandes féroces de Montgommeri". En démolissant la charpente et le clocher on a trouvé de fait des traces d'incendie aux poutres et des parties de murs calcinées.

    Notre église actuelle, à peu près achevée aujourd'hui, est de style roman : le plan en a été dressé par M. Dupouy, architecte de Mont-de-Marsan ; elle offre un caractère de simplicité qui n'exclut pas l'élégance, elle est remarquée surtout par l'harmonie de ses proportions. Elle a été construite dans des conditions exceptionnelles d'économie et de solidité à la fois ; la dépense totale, en dehors du mobilier, n'a été que de 23.000 francs. Cette somme a été réalisée par des dons et des souscriptions volontaires. Mme de Navailles, tante du Baron actuel son héritier, avait laissé par testament un don de quinze mille francs ; M. de Laborde-Noguez souscrit pour 4000 fr. Le reste est venu par les souscriptions des familles et les dons des principaux propriétaires forains de la paroisse. Les noms en sont précisément consignés et gardés dans les registres de la paroisse.

    Les vitraux et les autels ont été donnés en grande partie par les principales familles, celui de St Hippolyte, patron titulaire, a été acheté avec le produit des souscriptions volontaires de la jeunesse. Tous les vitraux proviennent de la maison Victor Gesta de Toulouse, ceux à personnages sont justement remarqués et appréciés même par les hommes de l'art.

    Nos cloches modestes de proportion mais bien suffisantes pour la paroisse forment accord de tierce mineure et ont une sonnerie des plus agréables. Voici les inscriptions que j'y ai relevées. La plus grande fondue en 1806 porte sur le haut : "St Hippolyte priez pour nous - parrain M. Jean-Baptiste de Bats d'Aurice - marraine Elisabeth d'Aurice née de Castelnau - Jean Brunet curé - Pierre Laluque maire - André de Lafitte adjoint - sur un écusson : Me fecit Domercq." La petite fondue en 1822 porte en tête : "Notre Dame du Mont Carmel priez pour nous - parrain Pierre François Amable de Bats, vicomte d'Aurice - marraine Antoinette Joséphine Adèle de Barbotan, vicomtesse de Carrère - Jean Brunet curé - fondeurs Délestan père et fils."

    "Année 1888. Section deuxième. Archéologie. 1ère partie : bâtiments religieux"

    "Il n'y a qu'une église bâtie dans le courant des années 1885-86-87. Elle a remplacé une église qui tombait en ruines et qui n'offrait rien de remarquable sauf peut-être la chapelle de Ste Quitterie. Cette chapelle ou bas-côté de l'église avait un autel en bois de style ancien avec retable bien sculpté. Il remonterait aux dires des connaisseurs à peu près à l'époque où le culte de la sainte reprit un nouvel éclat vers 1625. Le tabernacle de cet autel et ses deux panneaux ont été conservés ; avec des restes du retable de l'ancien maître-autel et le tabernacle superposé, il a été fait une espèce de tronc sur lequel on a mis la vieille statue de Ste Quitterie. Le tout est placé dans un coin inoccupé de la nouvelle église à côté des fonts baptismaux.

    1° Extérieur. La maçonnerie principale de l'église est en pierre de Mugron et d'Arcet pour les soubassements, en pierre d'Angoulême pour les contreforts, façades et piliers intérieurs. Les arceaux sont en pierre de Nousse. Les motifs de la façade, colonnes, moulures, modillons... sont en pierre d'Angoulême.

    2°. Clocher. Le clocher est une tour carrée. Il y a deux cloches montées sur un beffroi en bois de chêne [...]. Le dessous du clocher qui pourrait servir de porche fait pour le moment partie de l'église. Le portail est tout en pierre d'Angoulême ; le plan très simple en est gracieux et bien exécuté.

    4° (sic). Intérieur. L'église est du style roman et a trois nefs. La voûte du chœur est en briques avec arcs ogives, formerets et clef. La voûte de la nef est également en briques en berceau avec arcs doubleaux. Les voûtes des bas-côtés sont à arêtes simples. Les deux chapelles latérales communiquent avec le chœur. Le titulaire de la paroisse est St Hippolyte. La patronne secondaire qui a dans la nouvelle comme dans l'ancienne église son autel, sa statue et de plus son vitrail est Ste Quitterie. La chapelle de gauche, dédiée à la Vierge, possède un vitrail gracieux représentant la statue de Notre Dame de Maylis.

    A l'entrée du chœur, il y a un arc triomphal simple. Le fond du chœur est à trois pans coupés. Sur chaque pan se détache un vitrail de grande dimension. Celui du milieu représente le Sacré-Cœur ; les deux autres, St Hippolyte et St Joseph. Tous ces vitraux ont été fournis par la maison Victor Gesta de Toulouse. Le maître-autel est neuf, en pierre de Chauvigny ainsi que celui de Ste Quitterie, ils sortent des ateliers de M. Velli, sculpteur à Tarbes. L'autel de la Ste Vierge, en bois de cèdre, donné par M. de Laborde-Noguez a été fait et décoré à St-Sever. Les sacristies à pans coupés n'offrent rien de remarquable."

    Liste des curés : Brunet (1806-1825), Gaye (1825-1833), Darbins (1833-1842), Lafenêtre (1842-1878), Dulucq (1879/...).

    _______________________________________________________

  • Inventaire du mobilier de l'église en 1890 (extrait du registre paroissial de Lamothe, p. 39 [AP Lamothe])

    "Inventaire du mobilier de l'église de Lamothe (année 1890, 5 ans après la construction de la nouvelle église). / Tout le corps du bâtiment de l'église a été construit avec le produit de souscriptions volontaires, surtout d'un legs de 15000 fr. fait à la fab... [surchargé en "commune"] en faveur de l'église par f[eu] Mme la baronne de Navailles du château des Granges. Le détail en est donné dans un registre paroissial. / Autels. Les autels ont été complètement renouvelés. Le maître-autel a été donné par la famille de Laborde-Noguez. L'autel avec les garnitures de la Ste Vierge a été donné par la famille de Laborde-Noguez du château de Lamothe. Celui de Ste Quitterie avec les garnitures est un don de la famille de Navailles, du château des Granges. / Vitraux. Le vitrail du Sacré-Cœur a été donné par le pasteur et M. l'abbé Larrède, paroissien de Lamothe. Le vitrail de St Joseph est un don de M. le Vicomte de Barry (de Bourg sur Gironde), propriétaire à Lamothe. Le vitrail de St Hippolyte, patron de la paroisse, a été donné par les jeunes gens et les jeunes filles de la paroisse. Le vitrail de la Ste Vierge a été donné par la famille de Laborde-Noguez de Lamothe. Celui de Ste Quitterie a été donné par Monseigneur Delannoy, évêque d'Aire et de Dax. Les grisailles ont été payées avec le produit de souscriptions. / La chaire qui n'a été faite qu'en 1891 (janvier) a été payée une somme de 12.500 fr. donnée par Mme Thomazo pour acquit d'une obligation de son mari envers l'église. Cette somme représentait une partie d'un legs fait par M. Lafenêtre mon prédécesseur et dont M. Thomazo avait la charge comme notaire liquidateur de la succession. / Le perron qui a heureusement terminé la façade de notre église a été donné en 1891 par Mr et Mme de Navailles."

    _______________________________________________________

  • Inventaire du mobilier de l'église, novembre 1892 (extrait du registre paroissial de Lamothe, p. 47-48 [AP Lamothe])

    "Inventaire du mobilier de l'église de Lamothe dressé à l'occasion de mon arrivée (novembre 1892). / Vases sacrés. 1 ciboire simple mais convenable. 2 calices à peu près neufs. / Crémières (sic). 2 pour les baptêmes. 1 pour les infirmes. / Autels. Le maître-autel en pierre avec garniture en cuivre : 6 chandeliers, croix assortie. / L'autel de la S. V. en bois de cèdre peint ; statue ; garniture en cuivre : 6 chandeliers, croix. / L'autel de Se Quitterie en pierre ; statue ; garniture en cuivre : 6 chandeliers, croix. / Vitraux. 1 vitrail du Sacré-Cœur. 1 vitrail de S. Hippolyte. 1 vitrail de S. Joseph. 1 vitrail de la Se Vierge. 1 vitrail de Se Quitterie. / Ornements. 4 chasubles blanches. 2 chasubles rouges. 2 chasubles violette[s]. 3 chasubles noires, l'une à galons argentés appartient à la confrérie du St Sacrement. 1 chasuble verte. 1 dais. 2 étoles pastorales. 1 thabor. 3 encensoirs et 2 navettes. 2 draps mortuaires, le plus beau appartient à la confrérie. / Bannières. Une bannière de la Se Vierge. Une bannière de S. Louis de Gonzague. Un étendard du Sacré-Cœur. / Chapes. 2 chapes blanches. Une chape violette. Une chape noire appartenant à la confrérie. / Mobilier. Candélabres : une paire argentés, une paire cuivre doré, une paire id. Chandeliers : 6 paires en verre, 4 paires en cuivre. 3 paires de burettes : une paire en vermeil. 2 troncs pour quête. 2 croix pour processions. 1 sac pour les malades. Livres : 3 missels dont l'un en mauvais état, 1 officium defunctorum, 2 psautiers, 2 vespéraux, 1 graduel. 3 jeux de canons d'autel. Bouquets : 8 bouquets pour le maître-autel, 4 pour la Se Vierge, 2 corbeilles communes. 3 soutanes pour enfants de chœur (rouges). 1 tapis pour le maître-autel. Armoire double à la sacristie faisant corps avec le vestiaire. 1 vestiaire pour suspendre les aubes et les surplis. 1 fauteuil. 1 confessionnal. 1 bénitier avec goupillon. 1 carillon à quatre timbres et une clochette. 1 armoire pour le linge à la sacristie de décharge. Une grande caisse pour les bouquets. Un coffret pour les cierges de la confrérie. / Linge. Aubes : 3 aubes en tulle, 2 en lin, 1 en mousseline d'enfants de chœur, 5 cordons d'aubes. Surplis : pour les offices, pour les confessionnaux, pour les enfants de chœur. 12 manuterges. 24 amicts. 4 douz[ain]es purificatoires. 6 nappes de communion passables. 8 nappes d'autel, 4 pour le maître-autel, 4 pour la Se Vierge. Serviettes. Devants d'autel. / [signatures] Larrat, M. Dabou... (illisible), G. de Navailles, Sarrau..., Dubourg, Lalanne."

    _______________________________________________________

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Lamothe, 19 février 1906 (AD Landes, 70 V 173/7)

    "Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Lamothe.

    L'an mil neuf cent six, le dix neuf février à dix heures du matin, En présence de MM. Daney desservant de la paroisse de Lamothe, Sarraute, Dubourg & Larrat membres du conseil de fabrique, et en l'absence de M. de Laborde-Noguez, président du bureau des marguilliers, bien que dûment convoqué, / Nous soussigné, Georges Cornut, percepteur de Tartas, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le Directeur des Domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par la fabrique paroissiale de Lamothe.

    Chapitre 1er. Biens de la fabrique. 1ment dans l'église de Lamothe. / § 1. Dans la nef et les bas-côtés. / 1. Un petit bénitier coquille, en marbre, fixé au mur. / 2. Un petit bénitier en pierre, fixé au sol. / 3. Fonts baptismaux en pierre avec couverture bois, fixés au sol. / 4. Deux confessionnaux en bois de chêne, haut. 2m, larg. 2m environ, 3 compartiments, fixés au mur. / 5. Une chaire à prêcher en bois de chêne avec escalier droit et abat-voix, fixée au mur. / 6. Dix bancs en bois blanc, très abîmés - 1,50. / 7. Cinquante chaises en bois blanc, dessus paille, en assez bon état - 25. / 8. Un chemin de croix, 14 tableaux chromos, de 0m40 x 0m35, cadres baguette dorée - 5. / 9. Deux bras de lumières à une branche avec veilleuse, en cuivre doré, fixées au mur. / 10. Deux bras de lumières à une branche avec veilleuse, en cuivre doré, fixées au mur. Ces deux bras de lumières sont revendiqués par la famille Lataste Eudore à Lamothe. / 11. Un lustre ordinaire en cuivre, à 12 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille de Laborde-Noguez, de Lamothe. / 12. Un lustre ordinaire en cuivre à 6 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille Desquibes de Lamothe, maison Halip. / 13. Un lustre ordinaire en cuivre, à 6 bougies et veilleuse. Ce lustre est revendiqué par la famille de Navailles de Lamothe. / 14. Un tronc en bois, fixé au mur. / 15. Deux vitraux, 3 mètres x 0m80 ; Sacré-Cœur et St Hyppolyte (sic). / 16. Un vitrail. 3m x 0m80. St Joseph. Ce vitrail revendiqué par la famille du Barry de Lamothe. / 17. Un vitrail. 3m x 0m80. La Vierge de Maylis. Ce vitrail revendiqué par la famille de Laborde-Noguez. / 18. Une statue du Sacré-Cœur, en plâtre, haut. 1m30, sur socle - 5. / 19. Une statue de St Joseph, 1m30, en plâtre, sur socle. Cette statue est revendiquée par la famille Lataste Eudore de Lamothe. / 20. Un Christ en plâtre sur croix en bois, haut. 1m30, fixé au mur. / 21. Un tableau sur toile, cadre doré, 1m50 x 1m50 environ, représentant le Martyre de St Hyppolyte (sic), fixé au mur. / 22. Un tapis pour le maître-autel, en moquette, usé et rapiécé, 2m x 2m environ - 5. / 23. Un tapis pour l'autel de la Vierge, en moquette, très abîmé, 1m50 x 1m50 environ - 2. / 24. Deux autres moquettes pour le maître-autel, 3m x 1m20 environ - 2. // § 2. Dans le chœur. / 25. Une grille de chœur en bois blanc peint avec main courante en bois, très abimée, fixée au mur & au sol. / 26. Trois tabourets en bois et trois chaises dessus paille pour les chantres et enfants de chœur - 3. / 27. Une stalle à trois places avec accoudoirs en chêne - 20. / 28. Une stalle à une place - id. - 10. // § 3. Dans le sanctuaire. / 29. Un maître-autel en pierre avec le tabernacle et le ciborium en pierre, fixé au sol. / 30. Un autel de la Vierge en cèdre & pin, fixé au sol, et dessus une croix d'autel et six chandeliers en cuivre doré, le tout revendiqué par la famille de Laborde Noguez de Lamothe. / 31. Un autel dit de Ste Quitterie en pierre, fixé au sol. Cet autel est revendiqué par la famille de Navailles. / 32. Une croix pour le maître-autel, en cuivre doré et six chandeliers même métal - 10. / 33. Un ciboire en vermeil - 5. // § 4. Dans la sacristie. / 34. Une armoire en bois blanc à 4 portes en haut et 4 portes en bas, avec tiroirs, 2m75 x 2m50 environ - 30. / 35. Un porte-manteaux avec 4 petits placards sur les côtés, en bois blanc peint - 5. / 36. Un tableau sur toile représentant un Christ, cadre doré, suspendu au mur - 1. / 37. Une statuette en plâtre représentant St Joseph - 0,25. / 38. Une armoire en chêne, vermoulue et presque hors d'usage - 1. / 39. Un brancard en bois blanc peint - 1. / 40. Un catafalque avec tenture en mérinos laine & un pied en bois pour la croix - 5. / 41. Quinze amicts en fil, un certain nombre usés - 1. / 42. Six aubes en assez mauvais état - 5. / 43. Quatre chasubles blanches dont deux très usées en damas et velours - 40. [en marge : avec les manipules] / 44. Quatre chasubles rouges, deux presque hors d'usage - id. - 40. / 45. Deux chasubles vertes - id. - 20. / 46. Deux chasubles violettes - id. - 20. / 47. Deux chasubles noires - id. - 20. / 48. Trois étoles en moire coton - 3. / 49. Trois chapes, une blanche, une violette, une noire, en moire coton - 15. / 50. Huit surplis de prêtre en mousseline coton - 6. / 51. Six cordons ceinture en coton - 0,50. / 52. Six soutanes rouges d'enfants de chœur, usées - 2. / 53. Quatre soutanes noires id. - id. - 1. / 54. Trois couvertures d'autel, usées et hors d'usage - 0,50. / 55. Huit nappes d'autel en fil, certaines très usées - 4. / 56. Huit corporaux en fil - 0,50. / 57. Quatorze manuterges en fil - 0,25. / 58. Vingt-cinq purificatoires en fil - 0,50. / 59. Six pales en fil - 0,50. / 60. Quatre nappes de communion - 3. / 61. Deux draps mortuaires en mérinos laine, usés - 5. / 62. Onze petits chandeliers en cuivre - 5. / 63. Une paire de petits chandeliers, métal argenté - 2. / 64. Un dais avec charpente, damas brodé, galon et franges dorés, panaches imitation cygne, doublure lustrine - 30. / 65. Un étendard du Sacré-Cœur - 1. / 66. Une bannière de la Vierge avec baudrier, en damas blanc - 10. / 67. Une bannière de St Hippolyte avec baudrier, en velours grenat - 10. / 68. Deux croix de procession en métal argenté avec manche bois - 6. / 69. Deux candélabres à 5 lumières, en métal argenté - 5. / 70. Deux candélabres à 3 lumières, en métal argenté - 3. / 71. Un ostensoir en métal verni et vermeil - 10. / 72. Trois encensoirs et deux navettes en métal argenté - 5. / 73. Un bénitier portatif avec goupillon en métal argenté - 2. / 74. Six burettes en verre - 1. / 75. Un baiser de paix en cuivre doré avec Christ argenté - 1. / 76. Une boîte à hosties en fer blanc - 0,10. / 77. Deux boîtes aux saintes huiles en métal argenté - 2. / 78. une boîte id. en métal doré - 1. / 79. Un calice et sa patène en vermeil - 10. / 80. Deux canons d'autel en carton et encadrés - 1. / 81. Une custode pour viatique en métal argenté & doré - 0,50. / 82. Un thabor en cuivre doré - 2. / 83. Un pupitre porte-missel en bois - 0,50. / 84. Deux grands psautiers, abîmés et presque hors d'usage - 0,50. / 85. Deux graduels - 0,50. / 86. Deux vespéraux - 0,50. / 87. Trois missels - 3. / 88. Un pro defunctis - 1. / 89. Une petite sonnette en bronze - 1. / 90. Une petite urne en fer blanc à quêter - 0,25. / 91. Un découpoir à hosties - 0,25. / 92. Fleurs artificielles. Douze bouquets doré, quatre rosiers, quatre blancs et verts, dix lys, douze roses, 2 corbeilles fleurs - 10. / 93. Seize petits vases en faïence - 2. / 94. Diverses oriflammes pour le jour de l'adoration - 5. / 95. Un sac à extrême onction avec bourse, surplis et rituel - 2. / 96. Six aubes pour enfants de chœur, en mousseline - 1,50. / 97. Quatre devant d'autel, en mousseline - 3. / 98. Six linges et huit serviettes en fil - 1,50. / 99. Un confessionnal pour les sourds avec chaise bois - 1. // § 5. Tribunes et clocher. / 100. Deux cloches, haut. 1m environ, et une cloche beaucoup plus petite, fixées à la maçonnerie par une charpente."

    2ment. Deniers et valeurs en caisse. / 1. Deniers : néant.

    Chapitre II. Biens de la commune de Lamothe et dont la fabrique n'a que la jouissance. / 2. L'église de Lamothe affectée à l'exercice du culte catholique a été construite en 1885 à la suite d'une donation de 15000 frs faite par Mme de Navailles et d'une souscription des habitants de la commune (7000 frs). Plus tard, une subvention de 800 frs fut accordée par l'État pour la construction de la flèche. / Le terrain sur lequel l'église est construite est d'une contenance de 4 a. 80 c. et d'une valeur de - 20."

    En annexe, protestation de la fabrique : "Lamothe le 19 février 1906 / Nous membres de la Fabrique Gardiens officiels des biens de l'Église de Lamothe, nous n'entendons assister à cet inventaire qu'à titre de témoins passifs. / Que cet inventaire soit le préliminaire d'une confiscation future ou une simple formalité, nous ne reconnaissons pas la légitimité de votre mandat. / Nous faisons d'avance toutes nos réserves sur les biens que vous allez estimer. / Nous revendiquons en particulier cette église, bâtie grâce au legs d'une famille qui fut la Providence de la paroisse et aux dons généreux des habitants. Ces biens appartiennent donc à Dieu et à l'Église et nul ne peut y toucher sans l'autorisation du Souverain Pontife. / C'est pourquoi nous protestons de toute l'énergie de nos âmes chrétiennes et françaises contre cette mesure qui peine toute la population foncièrement chrétienne. / [signatures] Dubourg - Sarraute - J. Daney curé de Lamothe - Larrat."

    ____________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église : construction d'une flèche au clocher, secours de l'État (1897-1898).

    Archives départementales des Landes : 70 V 173/5
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (19 février 1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 173/7
  • Legs à la fabrique (1898-1905) : Alexandrine (1898), Françoise Ducamp (1904-1905), Caussen ou Coussen (1905).

    Archives départementales des Landes : 70 V 173/8
  • Monographie paroissiale de Lamothe, par le curé Pierre Dulucq, 1887-1888.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18
  • Registre paroissial (XIXe siècle).

    Archives paroissiales, Lamothe
  • Procès-verbal de la visite pastorale de François Adélaïde Adolphe Lannéluc, évêque d'Aire, 3 juin 1841.

    Archives paroissiales, Lamothe
  • Procès-verbal de la visite pastorale de François Adélaïde Adolphe Lannéluc, évêque d'Aire, 25 mai 1849.

    Archives paroissiales, Lamothe
Documents figurés
  • Ensemble depuis le sud-est (en 1990).

    Archives départementales des Landes : 1338 W 283
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe