Dossier IA86007800 | Réalisé par
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Église paroissiale Saint-Gaudent
Auteur
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pays Civraisien - Gençay
  • Commune Sommières-du-Clain
  • Cadastre 1812 G1 7  ; 1988 BD 91  ; 2010 BD 91

L´église aurait été construite aux 12e et 13e siècles. Un moule à hostie du 13e ou du 14e siècle a été décrit par Favreau et Michaud mais a disparu.

Au cours des guerres de religion, à la fin du 16e siècle, l'église est incendiée (Sauvaget, 1987, p. 5).

L´église est dotée d´une chapelle seigneuriale, adossée au sud de l´église avant 1680, date portée sur une pierre tombale.

Plusieurs tombes avec épigraphies sont conservées dans l´édifice et portent les dates de 1630, 1731 (relevés dans Texier 1850 et Longuemar 1863).

La tribune en bois daterait du 17e siècle.

Des travaux sont adjugés en 1763 pour des réparations au clocher, le pavé du chœur, des réparations de la sacristie, des ornements, du linge, l´achat d'un nouveau tabernacle (Archives départementales de la Vienne, B IV 82). Une litre blanche est partiellement conservée, aux armes des seigneurs Rat, à l´extérieur de l´édifice sur les murs nord et sud au niveau de la nef.

Au 19e siècle, l´église fait l´objet de nombreuses restaurations, notamment de la charpente et de la couverture. Deux cloches, Céline et Marianne, sont baptisées en 1829. Une importante campagne a lieu dans les années 1875 (extérieur) à 1877 (intérieur et mobilier).

La sacristie a été construite à la fin du 19e siècle.

L'horloge à deux cadrans a été installée le 31 août 1931 ; elle provient de la maison Lussault frères de Marçay (Vienne).

L´église a fait l´objet d´une restauration complète (couverture, électricité, chauffage, ravalement des élévations) entre 2002 et 2005, date de la pose de 12 nouvelles verrières contemporaines réalisées par le maître-verrier Christine Cocard.

L´église Saint-Gaudent se situe dans le bourg, en contrebas du château, en bordure du ruisseau le Bé, qui se jette dans le Clain à moins d´une centaine de mètres du chevet. Avant 1790, l´église Saint-Gaudent à Sommières-du-Clain dépendait de l´archiprêtré de Gençay et avait pour présentateur l'abbé de Saint-Cyprien de Poitiers.

L´église est de plan allongé avec un chevet semi-circulaire orienté est-nord-est. Elle comprend trois travées, une travée sous clocher, une travée droite du chœur et une abside. Une chapelle seigneuriale a été adossée au sud de la travée droite du chœur et une seconde chapelle de petites dimensions au nord de la troisième travée de la nef. La sacristie, de la fin du 19e siècle, a été construite au sud de la travée sous clocher. La nef est couverte d´un toit à longs pans en tuile plate, à forte pente. L´imposant clocher de plan carré est couvert d´un toit en pavillon à pente plus faible que le toit de la nef, la sacristie d´un toit en appentis et la chapelle sud d´un toit à deux pans formant pavillon. L´abside a une croupe ronde.

D'après Brouillet (1865), elle mesure 23 m de long sur 7,5 de large et est terminée par une abside semi-circulaire, voûtée en cul-de-four. Il signale la sculpture de la corniche de la façade, les chapiteaux du portail, les colonnes engagées de l'abside, ainsi que trois pierres tombales dont deux lisibles avec armoiries dans le chœur.

La façade occidentale comporte deux niveaux séparés par une corniche composée d´arcatures géminées délardées, comme à Brux, mais très endommagées, reposant sur des modillons sculptés de têtes animales et humaines (pour le détail, voir par le lien : voir : Sommières-du-Clain : église Saint-Gaudent et plus particulièrement l´annexe 1).

La partie inférieure de la façade est construite en pierre de taille et la partie au-dessus de la corniche est en moellon équarri ou pierre de taille moins régulières. Elle est épaulée de chaque côté par un contrefort plat peu saillant, disposé en éperon et montant jusqu'au bord de la toiture. Ces contreforts semblent postérieurs à la corniche, le modillon de l´extrémité gauche et la première arcature étant masqués.

Le portail se trouve sur cette façade occidentale. Il comporte une voussure légèrement brisée à trois rouleaux avec des tores reposant à l´extérieur et au centre sur deux colonnes monolithes surmontées de chapiteaux pour partie ornés (pour le détail, voir l´annexe 1) et, côté interne, sur un tailloir reposant sans chapiteau sur une moulure en tore.

L´archivolte est ornée de pointes de diamant. Les colonnes externes sont plus larges que les colonnes internes.

Ce portail est une recomposition, ainsi qu´en attestent les parties retaillées des tailloirs et des chapiteaux pour les faire « entrer » dans le portail. De plus, certains chapiteaux ne semblent pas correspondre aux colonnettes : cela est particulièrement flagrant sur le chapiteau externe droit.

Le portail est surmonté d´une fenêtre couverte en arc brisé avec un larmier. Le pignon est découvert.

Le mur sud de la nef est en moellons enduits. Seule la deuxième travée est éclairée par une fenêtre couverte en arc brisé. Une litre blanche est peinte au sommet du mur. La sacristie a été adossée au mur sud de la travée sur clocher, avec laquelle elle communique par une porte. Elle s´élève sur deux niveaux.

Le chevet, beaucoup plus bas que la nef, se compose d´une travée droite et d´une abside semi-circulaire. Une chapelle est adossée au sud de la travée droite.

L´abside est construite en pierre de taille. Elle est épaulée par deux contreforts-colonnes sur pilastres carrés. Au sud, le chapiteau est orné de feuilles lisses alors que celui du nord ne porte pas de décor. Les bases sont moulurées. Une corniche non décorée repose directement au sommet du mur, sans modillon.

Elle est éclairée par trois fenêtres couvertes en plein cintre et à ébrasement en ressaut. Les fenêtres sud et nord ne portent pas de décor.

L´archivolte de la baie axiale est ornée de pointes de diamant surmontées de dents de scie. Un petit contrefort-colonne a été ajouté sous cette fenêtre.

Sur le mur nord de la travée droite du chœur se trouvait une porte partiellement murée et transformée en fenêtre.

Comme au sud, l´imposant clocher est cantonné au nord par deux puissants contreforts. Il est éclairé en partie basse par une large fenêtre couverte en arc brisé, placée sur la partie gauche du mur. Le dernier niveau est percé, comme au sud, de trois baies en plein cintre fermées par des abat-son. Une petite chapelle, éclairée par une fenêtre couverte en arc brisé avec un trilobe, a été adossée à la troisième travée du mur nord de la nef. Les deux premières travées sont aveugles et ornées, dans leur partie haute, du vestige d´une litre peinte en blanc. Ce mur est construit en moellons partiellement recouverts d´un enduit.

À l´intérieur, la nef est divisée en trois travées voûtées en plein cintre. Primitivement couverte d´un berceau brisé, d´après l´étude des monuments historiques, elle a reçu des groupes de colonnes gothiques traduisant un projet de voûtes gothiques. Cependant, la partie inférieure de ces colonnes, au moins du côté sud, pourraient avoir une origine plus ancienne ; elles ont conservé leurs bases moulurées. Toujours du côté sud, le chapiteau de la colonne séparant les deuxième et troisième travées pourrait être un remploi roman auquel un nouveau tailloir a été ajouté. Les murs sont crépis sauf l´abside.

Le chœur est plus étroit que la nef et voûté en cul de four brisé. Il s´ouvre sur la nef par un arc brisé légèrement surbaissé porté par des chapiteaux romans décorés au sud de larges feuille et au nord de lions qui se suivent, le ventre contre l´astragale du chapiteau, et sont séparés sur la face sud d´une petite tête humaine. Les bases de ces colonnes ne sont pas visibles.

Une chapelle seigneuriale est adossée au sud au niveau de la travée droite. Elle est voûtée en berceau et renferme un retable et une pierre tombale renfermant le cœur de Jean Rat, baron de Sommières mort en 1649 (protégée au titre des objets mobiliers).

Des désordres architecturaux apparaissent dans les arcs doubleaux de la nef et du chœur et les murs du clocher accusent une forte déformation.

  • Murs
    • calcaire
    • pierre de taille
    • moellon
  • Toits
    tuile plate
  • Plans
    plan allongé
  • Couvrements
    • voûte en berceau brisé
    • cul-de-four
  • Couvertures
    • toit à longs pans
    • appentis
    • toit en pavillon
    • croupe ronde
    • pignon découvert
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • ornement animal, lion
    • ornement figuré, tête humaine
    • ornement géométrique, dent de scie, damier, pointe de diamant
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Protections
    inscrit MH partiellement, 1935/04/17
  • Précisions sur la protection

    La façade occidentale : inscription par arrêté du 17 avril 1935.

Documents d'archives

  • Archives départementales de la Vienne. B IV 82. 1763, 6-13 mai : adjudication des réparations à faire dans la moitié du clocher, le pavé du chœur, réparations de sacristie, d'ornements, de linge, achat d'un nouveau tabernacle "font blanc doré sur moulure" et autres réparations portées par le devis... montant... à la somme de 983 livres, adjudicataire Gabriel Martin, maître menuisier, demeurant à Couhé, pour 718 livres.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : B IV 82
  • Archives départementales de la Vienne. Microfilms (Archives privées Beauchet-Filleau). [1634, 29 octobre : visite pastorale de messires Jean Filleau et Denys Guilloteau, commissaires députés par arrest des Grands Jours de Poitiers, p. 148].

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers
  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
    6 p., 1 fig
  • Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont. [0081/086/0051, document 0344]. 1949 : correspondance : demande de subvention.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
  • Archives diocésaines de l'évêché de Poitiers. Dossier de la paroisse de Sommières-du-Clain. 1876, 13 juin : le ministère de la justice et des cultes accorde un secours de 1500 francs pour la restauration de l'église (dans son avis, l'évêque signale que les travaux à l'extérieur viennent de s'achever et que le nouveau devis de 3500 francs concerne l'intérieur de l'église). 1877, 14 juillet : le ministère de l'instruction publique et des cultes accorde un secours supplémentaire de 800 francs pour les travaux de restauration de l'église. 1877, 21 novembre : le ministère de l'instruction publique et des cultes accorde un secours de 250 francs pour l'achat d'objets mobiliers (dans son avis, l'évêque évoque des travaux de restauration de l'église tout juste terminés, qui justifie l'achat de mobilier). 1893, 24 août : le préfet demande à l 'évêque son avis pour un secours du ministère des cultes pour des travaux à l'église et au presbytère. 1897, 25 février : le préfet demande à l'évêque son avis pour un secours du ministère des cultes pour une restructuration du presbytère (devis total de 12060 francs, budget communal de 7060 francs). 1920, 26 février : bénédiction du nouveau chemin de croix.

    Archives diocésaines de la Vienne, Poitiers

Bibliographie

  • Anonyme. La Semaine liturgique du diocèse de Poitiers, 1868. 1868, janvier : "Sa Majesté l'Empereur, prenant en considération la demande qu'en date du 5 novembre 1867 M. le curé lui a adressée, en faveur de son église, vient de lui faire transmettre par Mgr le grand aumônier une magnifique chasuble".

    p. 21
  • Anonyme. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 1895. 1895, février : bénédiction d'anges adorateurs accompagnant les statues de Notre Dame de Lourdes et de saint Joseph.

    p. 101
  • Anonyme. Compte rendu de l'ouvrage de l'abbé Vareilles-Sommières, Les souvenirs et les traditions de Sommières, 1938. La Semaine religieuse du diocèse de Poitiers, 75e année, n° 42, 16 octobre 1938.

    p. 670-672
  • Brouillet, Pierre Amédée. Indicateur archéologique de l'arrondissement de Civray. 1865.

    Médiathèque François-Mitterrand, Poitiers
    p. 351, pl. 4, 5, 7
  • Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc, Poitou-Saintonge-Angoumois.

    p. 164
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    Médiathèque, Thouars : 944.6
    p. 164, 219
  • Eygun, François. Art des pays d'Ouest. Paris : Arthaud, 1965.

    p. 93, 244
  • Favreau, Robert ; Michaud, Jean ; Labande, Edmond-René [dir.]. Corpus des inscriptions de la France médiévale. T. I-2 : Département de la Vienne (excepté la ville de Poitiers), 1975.

    p. 135, p. LVIII, fig. 133
  • Fleury, Édouard de. Communication à la séance du 5 juin 1843. Bulletin monumental, tome 9, 1843.

    p. 575
  • Fouché, Marcel. Les seigneurs de Bernay (près de Sommières-du-Clain). Bulletins de la société des antiquaires de l'Ouest, 4e série, tome 9, 1967-1968.

    p. 310-311
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Épigraphie du Haut-Poitou. Mémoires de la société des antiquaires de l'Ouest, 1ère série, tome 28, 1863.

    p. 323-324, 368
  • Rosière, abbé Eugène. Monographie de Cramard, ancienne paroisse annexée à Chalandray, au doyenné de Vouillé. Suivie d'une notice sur le pèlerinage de saint Macoul. Poitiers : Imprimerie du " Courrier de la Vienne ", 1914.

    p. 75 n. 3
  • Sauvaget, Jean. Églises et vieux cimetières en pays civraisien. Les Amis du Pays Civraisien, n° 55, décembre 1983.

    p. 6-7
  • Sauvaget, Jean. Les guerres de religion en Poitou méridional et leurs conséquences. Les Amis du Pays civraisien, n° 69 et n° 70, juin et septembre 1987.

    n° 69 p. 5 ; n° 70 p. 6
  • Texier, abbé. Manuel d'épigraphie, suivi de : Recueil des inscriptions du Limousin. Mémoires de la société des Antiquaires de l'Ouest, 1e série, tome 17, 1850.

    p. 323-34, 330-331
  • Vareilles-Sommières, abbé Anatole de, Vareilles-Sommières, comte de. Les souvenirs et les traditions de Sommières. Dir. de collection M.-G. Micberth. Rééd. de l'ouvrage de 1938. Paris : Le Livre d'histoire (02-Autremencourt : Lorisse numérique), 2001. (Monographies des villes et villages de France ; 1434).

    p. 514-515 [chapelle seigneuriale] ; p. 603 [horloge]

Documents figurés

  • " [Ensemble de gravures] ". 1865. Brouillet. [Brouillet, Pierre Amédée. Indicateur archéologique de l'arrondissement de Civray, 1865]. Canton de Gençay : " Plan " : planche 4 n° 12. " Façade " : planche 5 n° 1. " Chapiteaux, dalle funéraire " : planche 7.

  • " Plan, élévation nord, élévation sud, coupe ". Janvier 2001. Laland Bertrand, architecte DPLG. 1 : 100. (Direction régionales des affaires culturelles, dossier de protection des monuments historiques).

    Direction régionale des affaires culturelles de Poitou-Charentes, Conservation régionale des monuments historiques, Poitiers
  • " [Sommières-du-Clain (Vienne) : église paroissiale Saint-Gaudent : épitaphe des Bourdier (1731)] ". Sans date [vers 1842]. Brouillet A. Dessin. [Poitiers, Société des antiquaires de l'Ouest].

Annexes

  • Annexe n°1
Date d'enquête 2010 ; Dernière mise à jour en 2010
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
Dujardin Véronique
Dujardin Véronique

Chercheur, service Patrimoine et Inventaire

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.