Dossier IA23001636 | Réalisé par
Pacquot Eglantine (Rédacteur)
Pacquot Eglantine

Chargée de recherche, Conseil départemental de la Creuse, 2010-2020

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
; ;
Belzic Céline (Rédacteur)
Belzic Céline

Chargée de recherche, Conservation du Patrimoine, Conseil départemental de la Creuse, 2008-2010

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Sénéchaud Anne (Rédacteur)
Sénéchaud Anne

Chargée d'étude Atemporelle - Prestation de service 2014-2015.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Église paroissiale Saint-Etienne
Auteur
Copyright
  • (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel
  • (c) Département de la Creuse

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Communauté de communes du Pays Dunois - Dun-le-Palestel
  • Commune Crozant
  • Lieu-dit Bourg
  • Adresse place Chopeline
  • Cadastre 1825 B 20  ; 2008 B 44
  • Dénominations
    église paroissiale
  • Vocables
    Saint-Etienne
  • Parties constituantes non étudiées
    reposoir

L'église, bâtie au 12e siècle, était sous le patronage de l'abbaye de Déols et sous le vocable de saint Etienne. De l´édifice primitif, ne subsistent que le portail ouest, un pilier contre le pignon ouest (avec colonne engagée et colonnette d´angle aux chapiteaux décorés), des arcs doubleaux et probablement les murs du chœur. Au 15e siècle, la voûte a été refaite, la chapelle au nord et la baie du chevet à réseau flamboyant ont été créées. En 1578, à la suite de la prise de la forteresse par les huguenots l'église fut en partie incendiée et détruite. Lors de la restauration l'édifice a subi des transformations : sa largeur est augmentée de 3,3 m, sa hauteur de 1,5m et son transept n'est pas reconstruit. À la fin du 16e siècle on construit au sud une chapelle surmontée d'un clocher. En 1780, les habitants de Crozant ont envoyé une supplique à l'Intendant de Moulins pour solliciter la permission de réunir une assemblée de paroisse pour délibérer sur les réparations de la nef et du clocher de l'église de Crozant prescrites par l'autorité ecclésiastique. Ils souhaitaient que les diners de dimes (taxes payées par les seigneurs décimateurs contre le travail des laboureurs à leur profit) soient utilisés pour les réparations de l'église. L'Intendant en donna l'autorisation le 10 octobre de la même année.

En 1793, l'église est fermée et les trois cloches ont été supprimées. Après la Révolution, une des cloches est réinstallée. Le clocher est frappé par la foudre en 1808, mais il faudra attendre 1832 pour qu'il soit réparé. En 1891 le curé Rouzier fait restaurer l'église. Des travaux de maçonnerie et la réfection de la toiture ont été entrepris en 1996.

  • Période(s)
    • Principale : 12e siècle
    • Secondaire : 15e siècle
    • Secondaire : 4e quart 16e siècle
    • Secondaire : 3e quart 18e siècle
    • Secondaire : 2e quart 19e siècle
    • Secondaire : 4e quart 19e siècle
    • Secondaire : 4e quart 20e siècle

L'église de Crozant, construite en granite, comporte une nef prolongée par un chœur à chevet plat que jouxte une chapelle au nord. Cette dernière sert de sacristie. Un clocher carré, avec petite cage d´escalier extérieure, est accolé au mur gouttereau sud de la nef, son rez-de-chaussée voûté formant chapelle. Le chœur, plus étroit que la nef, est précédé d´un arc doubleau brisé à double rouleau, retombant sur des piliers adossés à des impostes moulurées. Sur ce dernier subsistent encore quelques traces de peinture. Le chœur se compose de deux travées séparées par un arc doubleau brisé à simple rouleau, qui retombe sur des colonnes engagées sur dosserets, dont les chapiteaux sont ornés d'entrelacs, de crochets et de masques. Le chœur et les chapelles comportent une voûte sur croisée d'ogives, tandis que la nef est couverte d'un berceau en lambris à entraits apparents. Les baies axiales du chevet et de la chapelle sud (formée par le rez-de-chaussée du clocher), en arc brisé, sont ornées d´un réseau flamboyant. La nef est ouverte au sud par une porte en arc brisé, accessible par un large escalier à degrés rectangulaires et au nord par une porte à linteau en accolade, actuellement murée, ornée d'un écu sculpté d'une croix ancrée qui pourrait être les armoiries des Aubusson et par une seconde porte à encadrements chanfreinés. Dans le mur sud, une baie de faible largeur, en plein-cintre, éclaire la nef tandis qu´une seconde, en arc brisé, éclaire le chœur. Dans la nef se trouve également une niche abritant des fonts baptismaux octogonaux en granite. La chapelle nord est accessible à l'ouest par une porte à linteau en accolade timbré d'un écu à croix pattée.

A l'extérieur, un portail en arc brisé s´ouvre à l´ouest, sous une corniche à modillons sculptés. Il présente deux voussures dont les angles sont garnis de tores retombant sur les colonnettes des piédroits. Le clocher carré, renforcé aux angles par des contreforts est éclairé à l'étage par des baies cintrées. Il est surmonté d'une flèche couverte en bardeaux de châtaigniers sommée d´une girouette, à la différence des autres parties de l'édifice dont la toiture à longs pans est en tuile plate. Un bandeau saillant en pierre de taille souligne l'étage du clocher. A l´angle nord-ouest du bâtiment, entre les deux contreforts, se trouve une pierre de mesure. Taillée dans un bloc de granite, elle est de forme circulaire et comporte dans sa partie inférieure un petit canal qui permettait aux grains de s´écouler. Face au portail se dresse également un reposoir.

  • Murs
    • granite moellon
    • granite moyen appareil enduit
    • granite pierre de taille
  • Toits
    bardeau, tuile plate
  • Plans
    plan allongé
  • Couvrements
    • voûte d'ogives
    • voûte en berceau
    • lambris de couvrement
  • Couvertures
    • toit à longs pans pignon couvert
    • toit en pavillon
  • Typologies
    chevet plat
  • État de conservation
    restauré
  • Représentations
    • armoiries
  • Précision représentations

    Les armoiries des Aubusson (?) sont sculptées sur le linteau en accolade de la porte nord de la nef.

  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Protections
    classé MH, 1933/04/08