Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Notre-Dame de Payros

Dossier IA40001657 réalisé en 2020

Fiche

Œuvres contenues

VocablesNotre-Dame
AppellationsNotre-Dame de Payros
Parties constituantes non étudiéescimetière
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonGeaune
AdresseCommune : Payros-Cazautets
Lieu-dit : L' Église
Cadastre : 2017 A 157-158

L'ancienne église Notre-Dame de Payros, située à deux kilomètres au nord-ouest du bourg actuel, est une construction romane probablement érigée dans les premières décennies du XIIe siècle, comme le suggèrent son chevet en bel appareil régulier raidi par des contreforts plats, sa corniche à billettes et le style de ses modillons. Ses élévations extérieures et intérieures présentent une série de marques de tâcheron dont certaines (par exemple les croix pattées et les esses) se retrouvent dans d'autres édifices contemporains des environs, telle l'église Notre-Dame d'Audignon.

La chapelle nord, peut-être de fondation nobiliaire (un relief armorié aujourd'hui déposé à l'église du bourg en provient probablement), est la seule adjonction postérieure à l'époque romane. Elle peut être datée du début du XVIe siècle grâce aux moulurations de son arcade d'entrée, à sa croisée d'ogives et à ses fenêtres chanfreinées.

L'édifice, qui eut à subir pillage et dégradations pendant la campagne militaire protestante de 1569 (en témoigne le verbal dit "de Charles IX"), était encore qualifié en 1851, au moment du projet d'érection de Payros en succursale, "d'église remarquable comme monument antique". Toutefois, son état ne cessa de se dégrader tout au long des XIXe et XXe siècles. En 1956, devant les menaces d'écroulement de certaines parties, un rapport de l'architecte Alexis Laguë, d'Aire-sur-l'Adour, préconise la démolition immédiate du clocher, du porche et de la nef. La municipalité prononce aussitôt l'interdiction de l'église, suivie en mars 1957 de sa désaffectation par l'évêque Clément Mathieu. Deux ans plus tard, le conseil municipal, constatant "l'effondrement quasi total" de l'édifice et la "position tout à fait excentrée de l'emplacement de ce monument en ruines", décide la construction d'un nouveau lieu de culte, qui est inauguré en 1966. Les parties conservées de la vieille église, essentiellement le chevet, le mur nord de la nef et la chapelle attenante, sont consolidées vers 1990. Un projet de protection au titre des Monuments historiques n'a pas encore été suivi d'effet.

Période(s)Principale : 1ère moitié 12e siècle
Secondaire : 1ère moitié 16e siècle

L'église, implantée au milieu d'un cimetière, est bâtie en grand appareil régulier de molasse jaunâtre et violâtre pour le chevet, en pierre de taille irrégulière de petit appareil pour le mur nord de la nef (seul subsistant) et en moellon de calcaire et de grès (?) pour la chapelle latérale nord. La couverture est en tuiles creuses pour le toit à deux pans et croupe ronde du chevet et l'appentis de la chapelle.

L'édifice, avant sa démolition partielle, était composé d'une nef unique de deux travées, précédée d'un clocher-porche barlong (détruit), flanquée au nord par une chapelle de plan carré et prolongée à l'est par une abside semi-circulaire plus étroite. Celle-ci, surélevée de deux marches, ouvre par un arc-triomphal en plein cintre retombant sur deux colonnes engagées à chapiteau feuillagé, dont les bases reposent sur une banquette de pierre régnant sur le pourtour de l'hémicycle. L'abside est couverte d'un cul-de-four appareillé. Le chevet, raidi par des contreforts plats, est couronné d'une corniche à billettes soutenue par une vingtaine de modillons sculptés ; le bel appareil présente trois niveaux de trous de boulin régulièrement percés et traversant le mur de part en part pour certains d'entre eux. La chapelle nord, percée de deux étroites fenêtres à chanfrein biseauté, ouvre sur la nef par une grande arcade appareillée en plein cintre, aux piédroits à deux rouleaux concaves séparés par une gorge médiane. L'intérieur de la chapelle présente encore, côté sud, les départs de nervures de la croisée d'ogives qui la couvrait.

Mursmolasse grand appareil
calcaire moellon enduit partiel
Toittuile creuse
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte d'ogives
cul-de-four
Couverturestoit à deux pans croupe ronde
appentis
État de conservationvestiges
Techniquessculpture
Représentationsornement géométrique, ornement figuré, ornement végétal
Précision représentations

Décor sculpté du chevet : corniche à quatre rangs de billettes, vingt modillons à figures (tête d'homme, personnage en pied, oiseau, tête de loup), ornements géométriques (boule, rouleaux superposés, imbrications). Décor des chapiteaux de l'arc-triomphal de l'abside : sur la corbeille, un rang de feuilles grasses et lisses, dé rectangulaire, volutes angulaires affrontées.

Édifice d'un grand intérêt dans le contexte de la construction religieuse romane du Tursan et de la Chalosse ; protection au titre des Monuments historiques très souhaitable.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • Extrait du "Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571", concernant l'ancienne église de Payros et son annexe de Clèdes

    "PAYROS ET CLEDES. L'Eglise parroissialle de Payros et son annexe de Cledes est (sic) à la collation de L'Eveque D'Aire, a cure d'âmes. Le curé est noble Jean de Sensac prêtre chanoine de Pimbo qui y fait faire le service divin et administrer les sacremens ainsi qu'était accoutumé les dtes églises ont été brûlées et les ornemens pilles par ceux de la religion, et les cloches de Payros furent portées au dt Castetnau par un serviteur du dt Seigneur et celles de Cledes en Bearn et un serviteur du Sr de Bonnegarde se fit bailler par crainte un calice, les tous de la religion."

    _____________________________________________

  • Extraits de la monographie paroissiale de Clèdes et Payros-Cazautets, par l'abbé Pierre Cazeils, vers 1887 (AD Landes, 16 J 17)

    "La succursale [Clèdes] et l'annexe [Payros-Cazautets] ont chacune leur église particulière placée l'une sous le vocable de St-Martin, et l'autre sous celui de Notre-Dame. [...] / Section deuxième. Archéologie. Bâtiments religieux. [...] / L'église de Payros-Cazautets, bâtie par les Anglais, est située à l'extrémité de la commune, loin de tout centre et de toute habitation. / Une seule nef [...]. L'autel n'a rien de remarquable. Il est en bois, et surmonté d'un tableau représentant la Ste Vierge avec l'Enfant Jésus dans ses bras, tandis que St Jean-Baptiste joue avec lui ; de chaque côté s'élèvent deux piliers ou colonnes en maçonneries, recouvertes de ciment, et portant des chapiteaux corinthiens assez délicatement moulés."

    ____________________________________________________

  • Extraits de documents concernant l'ancienne église de Payros-Cazautets (AD Landes, 2 O 1584)

    1852 : achat de livres liturgiques pour une somme de 20 francs.

    ______________________________________

  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Clèdes et de Payros-Cazautets, 3 mars 1906 (AD Landes, 70 V 100/7)

    "Commune de Payros-Cazautets (canton de Geaune). / Inventaire des biens dépendant de la fabrique paroissiale de Clèdes, en ce qui concerne l'église de Payros-Cazautets, desservie par le curé de cette paroisse.

    L'an mil neuf cent six, le trois mars à 10 heures du matin, En présence de MM. Lauqué Omer, desservant de Clèdes, et en l'absence de M Lafitte Pierre, président de la Fabrique, qui ne comparaît pas, bien que dûment convoqué ainsi qu'il résulte du procès-verbal de notification annexé au présent inventaire. / Nous soussigné, Guéraçague, Receveur de l'Enregistrement, dûment commissionné et assermenté, spécialement délégué par le Directeur des Domaines à Mont-de-Marsan, avons procédé ainsi qu'il suit, à l'inventaire descriptif et estimatif des biens de toute nature détenus par l'église de Payros-Cazautets.

    Chapitre I. Biens de la Fabrique de Clèdes (église de Payros). / Dans la sacristie. / 1. Une armoire partie bois blanc, partie chêne - 10. / 2. Trois canons en carton - 0,60. / 3. Quatre porte-bouquets porcelaine, bouquets papier doré, revendiqués par M. Dufau - 8. / 4. Trois corporaux. / 5. Deux surplis d'enfant de chœur, revendiqués par M. Dufau - 2. / 6. Six manuterges, quatorze amicts, sept purificatoires - 6. / 7. Un drap mortuaire et ornements du catafalque, produit d'une souscription - 20. / 8. Trois devants d'autel et deux nappes de communion - 3. / 10. Un calice et patène, métal argenté - 20. / 11. Un ornement blanc, doublé jaune, un blanc doublé vert, applications dorées - 15. / 12. Deux ornements noirs, l'un en velours, applications blanches - 10. / 13. Un ornement violet et un ornement vert applications blanches - 10. / 14. Une chape, une écharpe, blanches, et un ornement rouge - 25. / 15. Une chape noire, une étole noire, une étole jaune, une aube, deux surplis - 20. / 16. Deux robes rouges d'enfant de chœur, une noire, avec surplis - 6. / 17. Un confessionnal en bois, deux bouquets fleurs papier colorié - 5. / 18. Un missel et un rituel usés - 1. / 19. Un jeu de burettes, verre, une navette, un petit prie-Dieu en bois - 4. / Dans le chœur. / 20. Un maître-autel en bois, six chandeliers bois, quatre chandeliers verre, un lutrin, scellé - mémoire. / 21. Un tableau représentant la Vierge, sans valeur artistique, revendiqué par la famille Lapeyre - 10. / 22. Un lustre, trois bancs et un fauteuil en bois - 3. / 23. Chaire bois peint, abat-voix, scellée - mémoire. / 24. Une table de communion en bois, scellée - mémoire. / 25. Une croix métal blanc argenté, revendiqué (sic) par la famille Piraube - 30. / 26. Une croix en bois sculptée - 20. / 27. Statue du Sacré-Cœur, revendiquée par la famille Piraube - 10. / 28. Quatre bouquets papier argenté et bleu, revendiqués par la famille Lapeyre - 8. / 29. Trois porte-bouquets porcelaine - 0,75. / 30. Un lustre verroterie, produit d'une souscription - 30. / 31. Un chemin de croix papier - 7. / 32. Petit autel de la Vierge, statue de la Vierge, blanche, produit d'une souscription - 15. / Dans une petite chapelle. / 33. Un vieil autel en pierre et maçonnerie, scellé - mémoire. / 34. Une petite statue de la Vierge, plâtre, blanche - 2. / 35. Un confessionnal bois peint en noir - 5. / 36. Fonds (sic) baptismaux en pierre, scellés - mémoire. / 37. Une civière, un petit catafalque, quatre chandeliers en bois noir - 4. / 38. Deux bancs en bois et quarante chaises aux particuliers - 10. / 39. Un bénitier en pierre scellé - mémoire. / 40. Une cloche - mémoire.

    Chapitre II. Biens de l'État, du Département ou de la commune et dont la fabrique n'a que la jouissance. / 1. Sol de l'église et du cimetière, n° 347 s[ecti]on B, 2a60, et n° 446 s[ecti]on A, 5a60, à raison de 1000 f. l'hectare - 81. [...] / L'église doit appartenir à l'État, vu son ancienneté, en vertu de l'arrêté de thermidor an XI. Toutefois, le sol est porté sur la matrice cadastrale au compte de la commune. / Une protestation de l'abbé Lauqué demeure ci-annexée [non conservée]. L'estimation a été faite par le Receveur seul, le curé-desservant ayant déclaré n'assister à l'inventaire qu'en témoin passif." / En conséquence, nous avons clos le présent inventaire contenant quatre rôles, renvoi et 0 mots rayés seuls, le trois mars 1906 à onze heures du matin et, après lecture faite, nous l'avons signé seul, le comparant ayant refusé de le revêtir de sa signature. / A Payros-Cazautets, le 3 mars 1906. / Signé P. Guéraçague."

    __________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Clèdes et Payros-Cazautets, par l'abbé Pierre Cazeils, 1887.

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 16 J 17
  • Église, presbytère, cimetière (1839-1874).

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 2 O 1584
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique de Clèdes et Payros-Cazautets, 3 mars 1906.

    Archives départementales des Landes, Mont-de-Marsan : 70 V 100/7
Bibliographie
  • "Procès-verbal de l'état des églises du diocèse d'Aire en vertu des lettres clauses de Charles IX, roy de France, en date du 5 octobre 1571". Revue de Gascogne, 1860.

    P. 317-318.
  • DELOFFRE Raoul, BONNEFOUS Jean. Églises, châteaux et fortifications des Landes méridionales. Du Moyen Âge à la Renaissance. Biarritz : Atlantica, 2000.

  • SOUSSIEUX Philippe. Dictionnaire historique des Landes. Études landaises, 2012.

    P. 585.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe