Dossier IA86009301 | Réalisé par ;
Lorieux Clarisse (Rédacteur)
Lorieux Clarisse

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
;
Suire Yannis (Rédacteur)
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Église paroissiale Notre-Dame de Lencloître
Auteur
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Pays du Haut-Poitou et Clain - Lencloître
  • Commune Lencloître
  • Lieu-dit le Bourg
  • Adresse 3 place Robert d'Arbrissel
  • Cadastre 2016 AL 238
  • Dénominations
    église paroissiale
  • Vocables
    Notre Dame

Siège d'un important prieuré fondé au début du 12e siècle, l'église de Lencloître n'a connu que peu de transformations. De ce fait, et par son plan et son architecture, elle est très représentative de l'art roman poitevin.

Le prieuré de Lencloître, voué à Notre Dame, dépendait de l'abbaye de Fontevraud. Il en reste les bâtiments des moniales, au sud de l'église, ainsi que le portail du prieuré, au sud-ouest (17e siècle). Devenue paroissiale, l'église a conservé son plan d'origine, caractéristique des édifices romans du Poitou : une nef à collatéraux, un transept et un choeur à abside encadré par deux absidioles.

Si la façade occidentale a été reprise au 15e ou 16e siècle, avec création de deux tourelles fortifiées, le reste du bâtiment a gardé toute sa structure et son décor. Le mur nord de la nef, plus soigné que le mur sud, est couronnée par une corniche que soutient une série de modillons sculptés, représentant pour la plupart des têtes fantastiques. Ce côté-ci de l'église se remarque surtout par sa porte en plein cintre, richement sculptée.

Le chevet aussi a été particulièrement soigné. L'abside et les absidioles sont rythmées par des contreforts-colonnes, et l'abside est ornée d'une dentelle de modillons dont certains, réunis par deux, soutiennent une arcature en hauteur. Le même soin est observé pour le clocher, à deux niveaux : colonnes-contreforts, colonnettes d'angles et corniches aux nombreux modillons sculptés en assurent l'élégance et la richesse.

Cette harmonie se retrouve à l'intérieur de l'édifice. La nef est longée par deux collatéraux qui, autre élément marquant du lieu, assurent seuls l'éclairage intérieur par une suite de baies en plein cintre. Les hautes voûtes en berceau brisé retombent sur des groupes de huit colonnes. Chaque colonne présente un chapiteau sculpté, le tout formant un ensemble décoratif riche et varié où alternent lions, oiseaux, chimères, rinceaux, palmettes, feuillages, êtres fantastiques et masques humains. Ce décor se poursuit sur les chapiteaux du choeur et de l'absidiole sud.

L'église paroissiale Notre-Dame est l'ancienne église du prieuré Notre-Dame établi au début du 12e siècle, entre 1106 et 1109 par Robert d'Arbrissel fondateur en 1101 de l'abbaye de Fontevraud située à une cinquantaine de kilomètres au nord de Lencloître. Elle est édifiée en bordure de la rivière l'Envigne, sur la terre de Gironde (Obedientia de Jarundia) donnée par Aimery, vicomte de Châtellerault. L'église est fortifiée au 15e siècle. Au début du 17e siècle Antoinette d'Orléans participe à l'agrandissement et au réaménagement du prieuré. En 1805, l'église devient paroissiale. La tribune est construite en 1863 et la grande verrière de la façade ouest réalisée l'année suivante par Lobin. Des travaux sont réalisés en 1867-1868 par l'architecte châtelleraudais Auguste Lubac : ils concernent du gros œuvre avec la reconstruction des piliers supportant le clocher, la construction de contreforts pour soutenir les murs et la voûte du chœur, le dallage de l'église et la restauration des croisées et des vitraux. Les verrières sont réalisées à la fin du 19e siècle (Louis-Victor Gesta, Lobin), au début du 20e siècle (Lux Fournier) et au début du 21e siècle (Jean Mauret). Le clocher est restauré entre 1933 et 1935 : la flèche est supprimée en 1991 et remplacée par une toit à quatre pans.

  • Période(s)
    • Principale : 1ère moitié 12e siècle, 15e siècle, 17e siècle, 19e siècle, 20e siècle

L'édifice se compose d'une abside, d'un chœur, d'un transept doté de deux absidioles et d'une nef à collatéraux. Des voûtes en berceau brisé couvrent le chœur, les croisillons et la nef. Les bas-côtés sont voûtés d'arêtes. Le carré du transept est couvert d'une coupole sur pendentifs. A cet emplacement se dresse le clocher dont les arêtes sont amorties par des colonnettes logées dans des ressauts. Sur chaque face s'ouvrent deux baies à deux rangs de claveaux, soutenues par des colonnettes dont les chapiteaux à lions et feuillages rappellent ceux de l'intérieur.

Le décor est très riche : chapiteaux ornés de lions, d'oiseaux, de chimères, de rinceaux, de feuillages et de masques humains. Le chevet a été particulièrement soigné. L'élévation nord est percée de baies encadrées de cordons de rosaces et de palmettes, ainsi que d'une porte en plein cintre à deux voussures chargées de palmettes, pointes de diamant, tores gainés, losanges curvilignes, galons et perles.

Le chœur présente un décor peint recouvrant les absides du chevet (abside principale et deux absidioles latérales) datant de la fin du 19e siècle. Les décors sont peints à l'huile directement sur la maçonnerie en pierre de tuffeau. Dans le chevet et la travée centrale : faux drapé, faux vitraux losangés, faux appareillage à joint rouge, ange les mains levées et ouvertes, frises décoratives et bandeaux monochromes. Absidiole nord : frises décoratives, tapis de motifs répétitifs de lys rouge et verts alternés sur fond rose, fleurons sur fond rose, fleurs de lys dorées sur fond bleu, faux appareillage à double joint rouge. Absidiole sud : médaillon avec monstre tenant un blason avec des initiales peint au centre d'un rectangle jaune orné de volutes brun rouge encadré de deux frises verticales à fond bleu. Sur le cul de four, étoiles dorées sur fond bleu.

Tribune de l'orgue en arc en anse de panier.

Les vitraux sont l’œuvre des ateliers de Lux Fournier et Lobin à Tours, Louis-Victor Gesta à Toulouse (fin 19e siècle, début 20e siècle) et Jean Mauret (1997).

  • Murs
    • calcaire
  • Toits
    tuile plate
  • Couvrements
    • voûte en berceau brisé
    • cul-de-four
    • voûte d'arêtes
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune
  • Protections
    classé MH, 1908/03/19
  • Précisions sur la protection

    Classement par arrêté du 19 mars 1908.

Documents d'archives

  • Casier archéologique [documents établis par le service des Monuments historiques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale sur des édifices protégés ou destinés à l'être].

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont
  • Biens communaux bâtis, église Notre-Dame de Lencloître et sacristie, 1808-1935.

    Archives départementales de la Vienne, Poitiers : 2 O 155 8
  • 1907-1910 : plan, vue et coupes de l'église Notre-Dame par l'architecte Deverin.

    Médiathèque de l'architecture et du patrimoine, Charenton-le-Pont : 082/086/2003

Bibliographie

  • Berthelé, Joseph. Carnet de voyage d'un antiquaire poitevin. Paris : Lechevalier ; Montpellier : Calas, 1896.

    Bibliothèque Guy Pillard, musée Bernard d'Agesci, Niort : non coté
    p. 363-364
  • Camus, Marie-Thérèse. Les oiseaux dans la sculpture du Poitou roman. Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 4e série, t. 11, 1967-1970.

    p. 18, 22 (n. 17), 35 et n.34, 73, 76.
  • Crozet, René. L´art roman en Poitou. Paris : Laurens, 1948.

    Médiathèque, Thouars : 944.6
    p. 95-97, 110, 117, 123, 127, 130-131, 132, 133, 134, 138, 142, 146, 147, 150, 151, 152, 156, 157, 161, 164, 172, 173, 176, 177, 180, 181, 219, 220, 227, 271.
  • Crozet, René. Dictionnaire des églises de France. Paris : Robert Laffont, 1967, tome IIIc, Poitou-Saintonge-Angoumois.

    p. 82-83
  • Crozet, René. Lencloître. Congrès archéologique, Poitiers, 109e session, 1951.

    p. 287-293
  • Eygun, François. Art des pays d'Ouest. Paris : Arthaud, 1965.

    p. 113, 137, 254
  • GUILLEMET, Dominique, dir. Dictionnaire des communes et pays de la Vienne des origines à nos jours : histoire, patrimoine, économie. La Crèche : Geste éditions, 2003.

    p. 180-181
  • Lefèvre-Pontalis, Eugène. Les nefs sans fenêtres dans les églises romanes et gothiques. Bulletin monumental, tome 81, 1922.

    p. 260
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Les anciennes fresques des églises du Poitou. Poitiers : Oudin, 1881.

    p. 151-152
  • Longuemar, Alphonse Le Touzé de. Archéologie religieuse de l'Ouest. La Semaine liturgique du diocèse de Poitiers, 1878.

    p. 50-51
  • Salvini, Joseph. Le diocèse de Poitiers à la fin du Moyen Âge (1346-1560). Poitiers : Les presses universitaires, 1946.

    Région Nouvelle-Aquitaine, service de l'inventaire du patrimoine culturel, Poitiers
    p. 21, 42 et 54
Date d'enquête 2014 ; Dernière mise à jour en 2018
(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel
(c) Communauté d'Agglomération de Grand Châtellerault
Lorieux Clarisse
Lorieux Clarisse

Chercheuse-associée au service régional de l'inventaire de la Nouvelle-Aquitaine (site Poitiers et Limoges), attachée à l'Agglomération de Grand Châtellerault à partir de septembre 2018 pour conduire l'inventaire du patrimoine du Grand Châtellerault.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
Suire Yannis
Suire Yannis

Conservateur en chef du patrimoine au Département de la Vendée depuis 2017.

Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.