Dossier d’œuvre architecture IA40001585 | Réalisé par
  • inventaire topographique, patrimoine mobilier des Landes
Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption
Copyright
  • (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Mugron
  • Commune Doazit
  • Cadastre 2014 H 282

Les trois églises que compte la commune de Doazit (églises Notre-Dame du bourg, Saint-Jean d'Aulès et Saint-Martin du Mus) ont fait l'objet de plusieurs études historiques depuis les années 1930. L'actuelle église du bourg, tardivement dédiée à Notre-Dame-de-l'Assomption, était à l'origine la chapelle des seigneurs de Doazit, dont le premier connu, Odon, est cité dans les Recogniciones Feodorum de 1274 - le siège de l'archiprêtré était à Saint-Jean d'Aulès, ravalé après la Révolution au rang de simple annexe.

Les opinions divergent sur la chronologie des campagnes de travaux de Notre-Dame, l'édifice n'étant bien documenté qu'à partir du XVIIIe siècle. Selon J.-Fr. Massie (1976), qui se fonde sur l'épaisseur des murs et sur des traces de reprise, la partie la plus ancienne, c'est à dire la chapelle seigneuriale, correspondrait aux trois travées orientales de l'actuel collatéral nord, que cet auteur date du XIIIe siècle. Le vaisseau sud, aux murs d'une moindre épaisseur, aurait été ajouté dans un style gothique tardif seulement après le saccage de l'église par les troupes protestantes des capitaines Sénégas et Montamat en 1569. Jean Cabanot (1987), au contraire, considère le chevet à pans et le vaisseau sud comme le noyau de l'ancienne chapelle castrale, qu'il date du XIIIe siècle, tandis qu'il fait du collatéral une adjonction tardive, non datée toutefois.

Si l'hypothèse de J. Cabanot est la plus plausible, force est de constater que l'édifice a subi de nombreuses reprises qui en ont considérablement altéré l'aspect. La datation que propose cet auteur pour les voûtes du vaisseau sud, "qui offrent tous les caractères du XIIIe siècle", paraît ainsi bien précoce : le décor des clefs de voûte, par exemple, ne semble pas antérieur à la fin du XVe ou au début du XVIe siècle. Il est donc probable que le vaisseau du XIIIe siècle n'a reçu son voûtement qu'à une époque voisine de la construction du collatéral, après la fin de la Guerre de Cent Ans, époque où l'augmentation de la population locale et le retour de la paix entraînèrent de nombreux agrandissements d'églises, en Chalosse comme ailleurs.

Si les siècles "classiques" ne semblent pas avoir apporté de modifications significatives à l'édifice, le XIXe siècle l'a en revanche profondément marqué. Dès 1835-1838, on projette un agrandissement de l'église, désormais insuffisante, par l'ajout d'une travée supplémentaire à l'extrémité occidentale des deux vaisseaux. Le projet connaît alors un début de réalisation, mais celle-ci n'est menée à bien qu'en 1866-1869. Cette campagne comprend aussi le déplacement de l'entrée principale nord vers la deuxième travée ouest et le percement a novo de la totalité des baies (à l'exception des deux fenêtres gothiques à remplage du chœur), qui sont aussitôt garnies de verrières par le Toulousain Rigaud. Parallèlement, un premier décor peint est exécuté dans le sanctuaire et les chapelles - il sera refait dès 1905 par le Bordelais Leduc. Quelques adjonctions mineures avaient toutefois précédé les grands travaux de 1866-1869 : un réduit étroit destiné aux fonts baptismaux est aménagé en 1841 sur le flanc sud du vaisseau principal, entre deux contreforts ; la sacristie est largement agrandie vers 1860 de manière à empâter l'extrémité orientale des deux vaisseaux ; la tour du clocher (datée de 1619 par J.-Fr. Massie sans sources avérées) est percée d'une porte en 1821 et dotée d'une tourelle d'escalier une décennie plus tard ; sa flèche est refaite en 1910 sur un dessin de l'architecte Lauga.

L'ensemble de l'édifice a été restauré en 1974.

  • Période(s)
    • Principale : 13e siècle
    • Secondaire : limite 15e siècle 16e siècle
    • Secondaire : 2e quart 19e siècle
    • Secondaire : 3e quart 19e siècle
    • Secondaire : 1er quart 20e siècle
  • Dates
    • 1866, daté par source
    • 1910, daté par source
  • Auteur(s)
    • Auteur :
      Lauga A.
      Lauga A.

      Architecte en Chalosse (Landes) au début du XXe siècle ; travaille à Doazit en 1910 et à Banos en 1912.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      architecte attribution par source
    • Auteur :
      Dutilh Raymond
      Dutilh Raymond

      Maçon et "arpenteur" à Doazit, documenté en 1788 ; né à Doazit en 1736 et mort au même lieu le 2 pluviôse an XI (22 janvier 1803) à l'âge de soixante-sept ans ; marié à Anne Beylac.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      maçon attribution par source
    • Auteur :
      Massey François
      Massey François

      Charpentier à Saint-Aubin (Landes), documenté en 1788-1789 (travaux à l'église Notre-Dame de Doazit). Né à Saint-Aubin le 29 avril 1765 et mort au même lieu le 4 octobre 1793 ; fils de Jean Massey et de Jeanne Comet et frère du charpentier Pierre Massey ; filleul de son oncle François Massey et de Jeanne Castaignet ; marié à Philippe Camguilhem (morte après 1816), dont il eut deux enfants : Jeanne (morte en 1846, épouse en 1814 de Jean Laborde) et François (né posthume le 19 janvier 1794, mort le 28 janvier 1879), cultivateur. Sources : AD Landes, E dépôt 249 / ES 648 et E dépôt 249 / ES 1683.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      charpentier attribution par source
    • Auteur :
      Lauqué Pierre
      Lauqué Pierre

      Pierre Lauqué dit Pinton, charpentier à Doazit (Landes), activité documentée en 1811 et 1829. Il appartenait à une famille de "cagots" ou "gésitains" de Chalosse. Né à Doazit le 25 novembre 1768 et mort à Sainte-Colombe le 4 mai 1840 ; fils du charpentier Bernard Pinton Lauqué (1726-1800/03) et de Jeanne Ducasse, frère et homonyme du charpentier Pierre Pinton Lauqué (1755-1803) ; marié le 27 novembre 1789, à Sainte-Colombe, avec Anne Larrieu (Sainte-Colombe, 28 mai 1771 - Sainte-Colombe, 2 septembre 1821), dont il eut une fille, Marie (1804), mariée en 1844 à son cousin le meunier Jean Lauqué.

      Cliquez pour effectuer une recherche sur cette personne.
      charpentier attribution par source

L'église est érigée au cœur du village et enserrée sur ses côtés ouest et sud par un réseau dense de constructions. Elle est bâtie essentiellement en moellon calcaire enduit et en pierre de taille pour les contreforts et les encadrements de baies. La couverture est en tuiles creuses mécaniques, à l'exception de celle du clocher et de sa tourelle, en ardoise. L'édifice comprend deux vaisseaux de cinq travées, dont quatre anciennes (la travée occidentale est une adjonction de 1866, la deuxième a été presque entièrement reprise). Le vaisseau principal, au sud, beaucoup plus large, est couvert de croisées d'ogives simples, dont les nervures se fondent sans solution de continuité dans les piliers chanfreinés de la nef. Le mur sud de sa première travée (moderne) est dévié obliquement en raison de l'étroitesse de la rue qu'il longe. Un petit réduit baptismal rectangulaire est aménagé entre les contreforts de la troisième travée, tandis que la cinquième travée ouvre sur une chapelle quadrangulaire moderne (dédiée à saint Joseph). Le vaisseau est prolongé à l'est par un chœur à cinq pans, raidi par d'épais contreforts et percé, au centre par une rose moderne, sur les pans coupés par deux grandes fenêtres gothiques à remplages (seules baies anciennes conservées dans l'église). Sur le flanc sud du chœur s'appuie un clocher-tour quadrangulaire couvert d'une flèche polygonale et accoté à l'est par une tourelle d'escalier ronde coiffée d'une poivrière ; le rez-de-chaussée de la tour, couvert d'une croisée d'ogives à clef sculptée, servait probablement de chapelle. Un collatéral ouvre au nord sur le vaisseau principal par des grandes arcades brisées appareillées à chanfreins. Il présente un voûtement d'ogives hétérogène : la première travée moderne est couverte d'une simple croisée (mais des départs de nervures obliques montrent qu'un voûtement sexpartite était initialement prévu) ; les trois travées suivantes sont couvertes d'ogives sexpartites ; la dernière travée (chapelle de la Vierge) offre la composition la plus riche de tout l'édifice, avec liernes et tiercerons et cinq clefs de voûte ornées. L'extrémité orientale des deux vaisseaux est entièrement empâtée dans une vaste sacristie de plan irrégulier, agrandie au XIXe siècle.

  • Murs
    • calcaire moellon enduit
    • calcaire moyen appareil
  • Toits
    tuile creuse, ardoise
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    2 vaisseaux
  • Couvrements
    • voûte d'ogives
  • Couvertures
    • toit à longs pans croupe polygonale
    • flèche polygonale
  • Escaliers
    • escalier hors-oeuvre
  • État de conservation
    bon état, restauré
  • Techniques
    • sculpture
    • vitrail
  • Statut de la propriété
    propriété de la commune

Documents d'archives

  • Église, presbytère, cimetière, 1840-1936.

    Archives départementales des Landes : 2 O 678
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 3 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 108/7
  • Église : acquisition d'un maître-autel, 1874.

    Archives départementales des Landes : 70 V 108/4
  • Legs à la fabrique (Jeanne Ricarrère, 1888-1889).

    Archives départementales des Landes : 70 V 108/8
  • Livre de compte de la fabrique des églises Saint-Jean d'Aulès et Notre-Dame du bourg de Doazit (1729-1793).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre de comptes et délibérations de la fabrique des églises de Doazit (1811-1833).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des délibérations de la fabrique des églises du bourg de Doazit et du Mus (1834-1840).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des recettes et dépenses de la fabrique de l'église du bourg de Doazit et de Saint-Martin du Mus (1839-1872).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Registre des délibérations de la fabrique de l'église du bourg de Doazit (1841-1872).

    Archives paroissiales, Doazit
  • Livre de compte de la fabrique de Doazit (1872-1923).

    Archives paroissiales, Doazit

Bibliographie

  • "État de l'argenterie remise au district de Saint-Sever". Archives parlementaires 1787-1860. Tome LXXXIV. Paris, 1962.

    p. 341
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 22

Périodiques

  • D'ANGLADE Alain. "Les Foix-Candale, barons de Doazit en Chalosse". Bulletin de la Société de Borda, 1952.

  • MASSIE Jean-François. "L'église Notre-Dame de l'Assomption du bourg de Doazit". Bulletin de la Société de Borda, 1976, n° 361.

    p. 23-40
  • MASSIE Jean-François. "Les origines du bourg de Doazit". Bulletin de la Société de Borda, 1974, n° 352.

    p. 399-423

Documents multimédia

  • PRIAM Jean-Pierre, BELLOCQ Dominique. Registre paroissial. Notices, histoire, usages, faits divers, 1838-1850. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/notice.htm

  • FERRÉ Joseph. Regards sur le passé. Monographie historique de Doazit. 1940. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_jf1.htm

  • LAMAIGNERE Raphaël. Doazit aux trois églises. Essai de reconstitution de l'histoire locale religieuse d'après les documents officiels, par l'Abbé Raphaël Lamaignère de Doazit, curé de Saint-Aubin. 1941. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_rl.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Archiprêtré et archiprêtres de Chalosse. 1993. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/22_archi.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les clés de voûte des églises de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/30_voute.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les cloches de Doazit. 1996. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/32_cloch.htm

  • DUBEDOUT Philippe. Les Doazitiens de la Révolution. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/15_revol.htm

Annexes

  • Extraits de documents concernant l'église Notre-Dame de Doazit
  • Extrait du registre des délibérations du conseil de fabrique de Doazit (1841-1872) concernant l'agrandissement de l'église, 1862-1872 (AP Doazit)
Date d'enquête 2014 ; Date(s) de rédaction 2016
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel