Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Notre-Dame-de-L'Annonciation, La Couarde-sur-mer

Dossier IA00042915 réalisé en 1986

Fiche

Œuvres contenues

  • Baiser de paix
  • Retable de Saint roch
  • 3 verrières figurées : Saint Joseph, Vierge à l'Enfant, Saint Roch
  • statue (petite nature) : Vierge à l'Enfant
  • Statue (petite nature) : Saint Roch
  • Ex-voto maquette (suspendu)
  • Chaire à prêcher (suspendu)
  • Autel, tabernacle (autel secondaire du rosaire)
  • Retable du rosaire (retable architecturé)
  • Calice
  • Ensemble de l'autel secondaire du Rosaire (autel, tabernacle, retable, tableau)
  • Ampoule aux Saintes huiles (boîte à Sainte huile)
  • Navette et cuiller à encens
  • Statue (petite nature) : Christ en croix
  • 14 verrières figurées : enfance du Christ, vie publique du Christ, Passion du Christ, figuration de la Vierge
  • Ensemble de l'autel secondaire Saint Roch (autel, tabernacle, retable, statue)
  • Plat à quêter
  • Cloche
  • Fonts baptismaux
  • Tableau d'autel : donation du rosaire
  • Autel, tabernacle (autel secondaire Saint roch)
VocablesNotre-Dame-de-l'Annonciation
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonÎle de Ré - Île de Ré
AdresseCommune : La Couarde-sur-Mer
Adresse : Grande-Rue, rue
Pasteur
Cadastre : 1967 AB 234 ; 2014 AB 234

Une chapelle est mentionnée en 1476. L'église est reconstruite avant 1610. Vers 1740, cet édifice, en ruine, présente un chœur éclairé par trois fenêtres, des piliers dans la nef, une petite sacristie à côté du grand autel. Reconstruite à nouveau, elle sert pendant la Révolution de temple de la Vérité. En l'An III, la porte d'entrée est agrandie par François Membrard, maçon et tailleur de pierre à La Couarde-sur-mer.

En 1837, l'église nécessite d'importantes réparations mais le projet d'alignement pour l'élargissement de la route départementale n°15 empêche l'exécution des travaux. Une partie de la toiture s'effondre le 7 juin 1850 ; l'église est étayée puis fermée en juin 1856. Cet édifice orienté était plus vaste que l'église actuelle, comprenant un vestibule suivi d'une nef longue de 32 mètres, à trois vaisseaux séparés par de grandes arcades retombant sur cinq colonnes, et un chœur à chevet plat flanqué de sacristies. L'ensemble était voûté et la façade, large d'environ 10 mètres était percée d'un portail et surmontée d'un clocher-mur à une baie.

Après le rejet de sept projets successifs entre 1851 et 1863, l'église est reconstruite de 1865 à 1868 par Jean Beauchamp, entrepreneur à La Rochelle, sur les plans d'Ernest Massiou, architecte à La Rochelle. La couverture est réparée en 1875, puis en 1896. En février 1935, la tempête cause la chute du clocher qui est restauré.

Période(s)Principale : 1er quart 17e siècle , (détruit)
Principale : 18e siècle , (détruit)
Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s)Auteur : Massiou Ernest
Massiou Ernest (1826 - 1903)

Neveu de l'architecte Antoine Brossard, lui-même architecte départemental de la Charente-Inférieure à partir de 1851, et architecte diocésain jusqu'en 1901 (source : Répertoire des architectes diocésains du XIXe siècle, elec.enc.sorbonne.fr ; Comité des travaux historiques et scientifiques, http://cths.fr/an/savant.php?id=125626).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte communal attribution par source

L'église s'élève au centre du bourg de La Couarde-sur-mer ; elle est longée au nord et au sud par la Grande-Rue et la rue Pasteur qui se rejoignent devant sa façade, et à l'est par la petite rue de l'Eglise. Près de son chevet, au nord se dresse un kiosque à musique.

L'édifice, orienté, comprend un clocher-porche, suivi d'un vestibule à une travée, puis une nef à trois vaisseaux de six travées. Les premiers projets d'Ernest Massiou prévoyaient déjà un clocher-porche hors-œuvre et un vestibule précédant à l'ouest une nef à trois vaisseaux. Cependant, le projet de 1863, qui sera réalisé, se démarque esthétiquement des projets antérieurs par la substitution de tracés en arc brisé à des tracés en plein-cintre, et structuralement par la recherche de solutions les plus économiques : raccourcissement de la longueur du vestibule que ne compense pas l'adjonction d'une sixième travée à la nef ; suppression des absides prévues pour flanquer ce même vestibule ; remplacement d'une charpente à fermes lambrissées par une charpente apparente constituée de pannes portée par des doubleaux-diaphragmes ; simplification de la modénature des grandes arcades et de l'ordonnance de la façade antérieure.

Le porche est voûté d'une croisée d'ogives moulurées (bandeau entre deux tores et deux bandeaux) qui retombent sur des culots ornés de feuillages ; on retrouve le même décor sur la clef circulaire. Chaque mur du porche est percé d'un grand arc. Le premier étage du clocher, accessible par un escalier droit en bois placé dans l'avant-nef, est éclairé par une haute fenêtre ébrasée en arc brisé. Chaque mur du deuxième étage est percé d'un oculus. L'étage des cloches est éclairé par deux baies géminées en arc brisé sur chaque face.

Un vestibule, accessible à la fois par le nord, le sud et l'ouest, se trouve intercalé entre la nef et le clocher-porche hors-œuvre.

La nef présente deux particularités dans le contexte rétais : trois toitures distinctes couvrent les collatéraux et le vaisseau central, ce dernier est éclairé par une série d'oculi. Chaque travée du vaisseau central est séparée de la suivante par un arc diaphragme à chambranle renforcé dont l'arrête intérieure est abattue. La communication avec les collatéraux se fait par de grandes arcades de même type, surmontée chacune d'un oculus trilobé à encadrement mouluré. Les collatéraux, moins élevés que le vaisseau central, sont éclairés dans chacune des six travées par une fenêtre ébrasée en arc brisé.

Le chœur polygonal est couvert d'une voûte d'ogives à six quartiers dont les nervures retombent sur des culots sculptés ornés d'anges portant un livre. La clef est pendante et à crossettes. Le chœur, flanqué de deux sacristies, évoque celui de l'église de Sainte-Marie-de-Ré que l'architecte Ernest Massiou réalise peu de temps avant celle de La Couarde-sur-mer.

Le clocher est épaulé par deux contreforts angulaires à deux versants. Chacune de ses faces présente plusieurs niveaux, soit de bas en haut : une baie en arc brisé à encadrement mouluré et archivolte, une fenêtre ébrasée en arc brisé et archivolte moulurée à retours droits, un oculus trilobé et muré à encadrement mouluré. Chaque face du clocher se termine par un petit gâble aux rampants moulurés, encadré par deux pinacles portés par des culots à feuillage et surmontés par un fleuron. Au sommet de la flèche, se trouve une petite croix métallique.

Les élévations latérales de l'église sont à deux niveaux. La partie inférieure est épaulée par cinq contreforts droits et deux contreforts angulaires aux extrémités. Chacune des six travées est éclairée par une fenêtre en arc brisé. Au-dessus, en retrait, le mur du vaisseau central compte une travée supplémentaire à l'ouest. Dans chaque travée s'ouvre un oculus trilobé à encadrement mouluré. La travée ouest est pourvue, au premier niveau, d'une porte au tympan garni d'un quadrilobe et surmonté d'une archivolte à retours droits. Au-dessus de cette porte s'ouvre une grande fenêtre en arc brisé.

Le chevet présente cinq pans séparés par des contreforts à ressaut. Trois de ces pans sont percés par une fenêtre en arc brisé.

Sur le vaisseau central et le chœur, un même toit à deux versants avec croupe polygonale à l'est, est porté par les murs diaphragmes et une charpente constituée uniquement de pannes. Les collatéraux sont couverts d'un toit en appentis, également porté par les murs diaphragmes et des pannes. Au-dessus du clocher s'élève une flèche à huit pans couverte d'ardoise et relevée à la base par des coyaux.

Murscalcaire moellon crépi
calcaire pierre de taille
Toitardoise, tuile creuse
Plansplan allongé
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'ogives
Couverturestoit à longs pans croupe polygonale
flèche polygonale
appentis
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • L'édifice doit être démoli très prochainement à cause de son mauvais état, il est actuellement soutenu par de nombreux étais. Il n'y a pas de clocher. L'autel principal est en bois peint imitant le marbre avec des ornements dorés. Le retable se compose de deux colonnes corinthiennes cannelées supportant un entablement de même ordre, lequel est surmonté d'une statue de la sainte Vierge placée dans une niche. Le tabernacle de bois est peint en bleu avec deux colonnes dorées. La chapelle de la sainte Vierge est en bois peint imitant le marbre doré, le retable est formé de deux pilastres corinthiens surmontés d'un entablement. L'autel de saint Roch est en bois peint en marbre doré, le retable est orné de deux pilastres ioniques et de deux médaillons en bas-relief représentant la sainte Vierge et saint Jean l'évangéliste. La chaire est en bois peint acajou. Le onfessional a été écras par la chute du toit et restauré provisoirement.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AN, Paris, F3 II Charente Inférieure 4. 1824 : Administration communale.

    1824 Archives nationales, Paris : F3 II. Charente Inférieure 4
  • Archives nationales, Paris, F3 II Charente Inférieure 18. 1836 : Administration communale.

    1836 Archives nationales, Paris : F3 II Charente Inférieure 18
  • Archives nationales, Paris, F19 4867. 1859 : Cultes

    1859 Archives nationales, Paris : F19 4867 : Cultes
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 47 V 3. 28 février 1866 : arrêté

    28 février 1866 : arrêté Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 47 V 3 : Cultes
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 52 V 1 : cultes

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 52 V 1 : cultes
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 56 V 1. 1er mai 1846 : cultes.

    1er mai 1846 Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 56 V 1 : cultes.
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 176 V 1 : cultes.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 176 V 1 : cultes.
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 190 V 1. 29 juin 1858 : lettre

    29 juin 1858 : lettre Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 190 V 1 : Cultes
  • Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle, 208 V 1 : cultes.

    Archives départementales de la Charente-Maritime, La Rochelle : 208 V 1 : cultes.

Liens web

(c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes de l'Île de Ré (c) Communauté de communes de l'Île de Ré - Aoustin Agathe
Aoustin Agathe

Chargée de mission Inventaire. Communauté de communes de l'Ile de Ré (2013- 2020)


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pon Charlotte - Renaud Geneviève