Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale de la Conversion de Saint Paul

Dossier IA23001628 réalisé en 2009
VocablesSaint Paul
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonCommunauté de communes du Pays Dunois - Dun-le-Palestel
AdresseCommune : Villard
Lieu-dit : Bourg
Cadastre : 1826 A 1784 ; 2008 A 998

L'église appartenait à l'origine à un ancien prieuré-cure qui dépendait de la prévôté de Saint-Vaury, elle-même rattachée à l'abbaye Saint-Martial de Limoges. Ce prieuré pourrait avoir succédé à un édifice cultuel associé à une exploitation agricole d'époque carolingienne. L´église primitive, dont les parties anciennes ont été datées du milieu du 12e siècle (d'après le portail) et dont l'une des chapelles (détruite) dépendait de la commanderie du Vivier, était dédiée à Saint Jean-Baptiste. L'édifice a été ultérieurement placé sous le vocable de la Conversion de Saint Paul et son patronage appartenait à la prévôté de Saint-Vaury. Des travaux de réfection ont été entrepris à la fin du 15e siècle pour remettre en état et consolider l'édifice. Le chœur a alors été couvert d'une croisée d'ogives à pénétration tandis que la travée formant chœur a été modernisée et dotée de contreforts. Il est possible que l'enfeu extérieur ait été bouché durant cette période. La voûte lambrissée de la nef daterait également de cette période. L'église a été remaniée intérieurement au 18e siècle (époque présumée des peintures murales notamment). En 1744, l´église possédait un autel de Notre-Dame et un autel de Saint-Vincent. En 1814, des travaux de consolidation de la charpente ont effectué et le claveau central de la fenêtre du chevet a été remis en place. En 1815-1816, les murs extérieurs et les murs intérieurs de la nef, du chœur et de la sacristie ont été crépis et blanchis ; les couvertures du clocher, de la nef, du chœur et de la sacristie ont été ravalées ; les joints de la porte d´entrée ont été refaits et la porte d´entrée a été blanchie. En 1834, des travaux sur la couverture de la sacristie ont été effectués tandis qu'en 1847 différents travaux de réparation ont été effectués sur l´ensemble de l´église : couverture, plafond en lambris, parquet et boiseries du chœur, pavement de la nef. En 1872, les couvertures de l´église et du clocher ont été restaurées. Le vitrail de la baie axiale du chœur a été réalisé au début du 20e siècle (1902). Après avoir été frappé par la foudre le 1er juin 1983, le clocher a du être réparé. D´après un arrêté préfectoral du 26 février 1816, il n´a plus été fait d´inhumation dans le cimetière (supprimé) depuis le 1er mai 1808. Près de l'église se trouvait autrefois une fontaine à dévotion, dédiée à Saint-Paul et dont les eaux étaient réputées soigner les coliques des enfants. Son emplacement n'est pas précisément localisé.

Période(s)Principale : 2e moitié 12e siècle , daté par source
Secondaire : 4e quart 15e siècle , daté par source
Secondaire : 18e siècle
Dates1686, porte la date

L'église romane, caractérisée par un ensemble homogène de baies en plein cintre, est à nef unique et chevet plat. Elle est bâtie en moellon de granite partiellement enduit. Les encadrements des baies, les portails ainsi que les contreforts (adossés aux murs gouttereaux et aux angles du chœur) sont en pierre de taille. De plan rectangulaire à vaisseau unique, elle est surmontée d'un clocher, de base carrée, sur le pignon ouest. L´extrémité orientale est constituée d´une travée délimitée par des contreforts saillants. L'édifice comporte un toit à deux pans couvert en tuile plate, tandis que le clocher est en bardeaux de châtaignier et sommé d'un épi en forme de coq. Au nord, une sacristie forme une petite annexe hors-œuvre au droit de la dernière travée. La façade sud s'ouvre par un portail en léger avant-corps. De tracé brisé, il comporte deux voussures garnies d´un tore retombant sur quatre chapiteaux limousins sans tailloir. Ces quatre chapiteaux représentent : à gauche, un masque entre deux palmettes et un individu accroupi ; à droite, un oiseau (vraisemblablement une chouette) et un monstre formé d´une tête d´homme, avec bras et jambes sans tronc apparent. Ces chapiteaux reposent sur des colonnettes de même section que les tores qui les surmontent. La base des colonnettes est formée de deux tores, un petit et un gros, séparés par une gorge. Les arêtes des voussures sont formées d´un petit tore continu. Les jambages sont décorés de boules qui se continuent sur l´archivolte. Ils sont surmontés de deux gros corbeaux ce qui semble indiquer la présence antérieure d'un tympan. L´un de ces corbeaux représente un personnage accroupi, l´autre paraît figurer un félin. L´archivolte est encadrée par un cordon décoré de têtes de clous. Le portail, percé dans la façade sud, ouvrait à l´origine sur le cimetière. Le reste de la façade est percé de trois fenêtres. Deux d´entre elles sont de petite dimension, à ébrasement extérieur, et surmontées d´un linteau en plein cintre. La troisième, plus haute, est surmontée d´un linteau plein cintre à claveaux. Les traces d´une baie murée, surmontée d´un arc segmentaire en pierre de taille, sont également visibles sur la façade. Il devait s´agir à l´origine d´un enfeu. Le chevet, flanqué de deux épais contreforts, est percé d´une fenêtre axiale en arc brisé (à l´origine découpée en deux lancettes trilobées) couronnée d´un quadrilobe. La façade nord ne compte que deux baies au sud, identiques à la baie centrale de la façade sud. Le pignon ouest, aveugle, comporte quatre rangs de boulins visibles dans la maçonnerie. A l'intérieur, se remarque la différence d'élévation entre la nef et la travée formant chœur. La nef, dont la voûte a été refaite en lambris peint (à entraits et poinçons apparents) évoquant la voûte céleste, est faiblement éclairée par trois baies en plein cintre longues et étroites. Sous la baie centrale, une niche à feuillures, dont l´une des pierres de taille (granite) qui la constitue porte la date "1686", a été ménagée dans le mur, à l´emplacement d´une ancienne porte (ou niche) bouchée. Le fonds de la niche est percé d´une ouverture circulaire. A l´est de la niche, apparaît l´enfeu bouché, qui est également visible depuis l´extérieur. L´entrée du chœur est marquée par un arc triomphal à tracé brisé, dont les arêtes sont formées d´un tore. L´arc retombe sur des piliers rectangulaires à arêtes et impostes moulurées. La voûte du chœur, refaite au 15e siècle, est de type angevin sur croisée d´ogives moulurées (un filet entre deux cavets). Les nervures, couvertes d´un enduit peint en faux-marbre, retombent sur des colonnettes (sans chapiteau) de même profil. La clef de voûte est sculptée d´un écu sur lequel est peint un œil. Le chœur comporte deux baies en plein cintre dans les murs gouttereaux. Sous la baie du mur gouttereau sud, une niche carrée a été aménagée. Cette dernière présente un linteau sculpté d´une accolade, dont la pointe enserre une fleur de lys, et des jambages sculptés en cavet se terminant en congés pyramidaux. Le chevet plat est percé d´une baie en tiers-point avec remplage rayonnant. Le vitrail représente Saint Paul et est signé en bas à gauche : "De Lagaye Condat (par ?) St Avit Puy de Dôme 1902".

Mursgranite pierre de taille
granite moellon enduit partiel
Toittuile plate, bardeau
Plansplan allongé
Couverturestoit à longs pans
flèche polygonale
Représentationschronogramme
Précision représentations

Inscription concernant la date : "1686" sur la niche dans la nef.

Inscription concernant l'auteur, le lieu et la date : "De Lagaye Condat (par ?) St Avit Puy de Dôme 1902" sur le vitrail de la baie axiale du chœur.

Statut de la propriétépropriété publique
Protectionsinscrit MH, 2008/01/21
Précisions sur la protection

Jusqu'en 2008, seul le portail bénéficiait d'une protection au titre des Monuments historiques, et ce depuis le décret du 16 juin 1926. L'église est désormais inscrite en totalité à l'Inventaire Supplémentaire des Monuments historiques.

Annexes

  • La paroisse de Villard (2001)
    La paroisse de Villard faisait partie de l´ancien archiprêtré de Bénévent. L´église dont le vocable est la conversion de Saint Paul avait été donnée au monastère de Saint-Vaury avant 1184. La colateur avait été de 1688 à 1707 le Prévôt de Saint-Vaury, puis après l´union de cette prévôté à l´abbaye Saint-Marital de Limoges ce fut l´aquilaire du chapitre qui nomma les desservants.

    Extrait de : PERRON, Jérôme. L´occupation médiévale du sol du pays de Dun en Haute Marche. Mémoire de maîtrise d´histoire, Université des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges, Centre de Recherches Historiques et Archéologiques Médiévales, 2001. 411 p. p.68.

  • L'église de Villard (2001)

    C´est une petite église du 12e siècle, à nef unique, nue, choeur d´une travée et chevet plat. La nef, dont la voûte a été refaite en lambris, est faiblement éclairée par trois baies en plein cintre longues et étroites. L´entrée du choeur est marquée par un arc triomphal à tracé brisé, avec un seul rouleau à arêtes moulurées d´un tore. La voûte refaite au 15e siècle est de type angevin sur croisée d´ogives moulurées. La clef est ornée d´un écu sur lequel est peint un oeil. Les diagonaux et les formerets se continuent directement, sans chapiteaux, par des colonnettes de même profil. Le choeur a deux baies en plein cintre dans les murs gouttereaux. Le chevet plat est percé d´une baie en tiers-point avec remplage du type rayonnant à quatre feuilles. Le meneau central vertical a disparu mais on en voit encore les amorces à la base et au sommet. Dans le dallage, on voit deux pierres tombales avec inscriptions du 17e siècle. Le portail sud, à tracé brisé, a deux voussures garnies d´un tore retombant sur des chapiteaux limousins sans tailloir. Ces quatre chapiteaux représentent, à gauche, l´un un masque grossier avec deux palmettes qui paraissent lui sortir de la bouche, l´autre un individu accroupi ; à droite, l´un un oiseau qui semble être une chouette, et le dernier un monstre formé d´une tête d´homme avec bras et jambes sans tronc apparent. Ils sont surmontés de deux gros corbeaux, ce qui semble indiquer qu´il y a eu un tympan ; l´un de ces corbeaux représente un personnage énorme accroupi ; l´autre parait figurer un félin, tête et oreille de chat avec griffes. L´archivolte est encadrée par un cordon décoré de têtes de clous. Il y a quatre gros contreforts à un seul rampant. Deux se trouvent en face des piliers de l´entrée du choeur et les deux autres sont des contreforts d´angle du chevet. Le clocher est en charpente carrée.

    Extrait de : PERRON, Jérôme. L´occupation médiévale du sol du pays de Dun en Haute Marche. Mémoire de maîtrise d´histoire, Université des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges, Centre de Recherches Historiques et Archéologiques Médiévales, 2001. 411 p., p. 168.

  • Commune de Villard. Eglise Saint-Paul (2007)

    Cette église comporte une nef unique, voûtée en plein cintre et couverte par du plâtre peint. Cette nef précède un choeur à chevet plat, voûté en croisée d´ogives en pierres. Nef et voûte sont ornées de peintures murales : elles représentent sur les deux tympans de la nef en bois étoilée blanc sur fond bleu des scènes bibliques (le Sacrifice d´Abraham à l´est), sur la voûte les quatre évangélistes. Au sud, le portail s´ouvre sur une travée surbaissée, dotée d´un plafond plat et surmonté par le clocher. Ce dernier est couvert en bardeaux tandis que le reste de l´édifice présente une couverture en tuiles plates. Outre le portail et les peintures murales du choeur, les seuls éléments ornementaux sont les tympans de la nef et les nervures de la travée de choeur. Une sacristie en appentis a été ajoutée côté nord du choeur.

    Les maçonneries sont en moellons tout venant montés à la terre, sauf le portail, les contreforts et les encadrements des baies qui sont en granite taillé. (...)

    (Charpentes). Il s´agit d´une charpente à chevrons formant fermes rythmées de fermes complètes à entraits et faux entraits. La charpente laisse voir une série d´entraits et de poinçons décorés dans la nef. Ces décors se poursuivent au dessus de la voûte en bois.

    Très curieusement, ces décors se poursuivent également au dessus de la voûte en pierre. Les poinçons comme les entraits sont alors sectionnés. Ou bien il s´agit d´une charpente de réemploi, ou bien la voûte serait postérieure à la charpente ? Elle repose sur une sablière continue de forte section ce qui est particulièrement rare. Cette sablière est déplacée dans l´angle nord-est. (...) Des aisseliers et jambettes courbes supportent une voûte en lambris à planches larges. Celui-ci fut recouvert de plâtre ultérieurement. (...)

    Le clocher a une charpente fine qui sert de beffroi à deux cloches du 19e siècle, moyenne et grosse électrifiées.

    La flèche, foudroyée à deux reprises, est sommée d´un paratonnerre.

    Toutes les baies sont vitrées en verre (même l´imposte du portail), hormis la baie axiale du chevet, qui présente des restes de remplages et un vitrail sur la partie sans remplage. Ce vitrail représente Saint Paul et porte les inscriptions : LAGAYE à CONDAT, PUY DE DOME, 1902. (...)

    Sur le mur sud de la nef, apparaissent des traces d´un appareil de baie large à linteau cintré. Il s´agit peut-être d´un enfeu qui ne s´ouvrait qu´à l´extérieur. (...)

    La nef est entièrement dallée en opus romain de grand appareil incluant ça et là de très belles pierres tombales. L´ensemble est jointoyé au mortier de ciment. Le choeur a été entièrement parqueté en chêne. L´emmarchement unique possède les traces de clôtures de choeur successivement en bois et en métal. Il est localement affaissé à l´angle sud-est.

    Extrait de : CHEVALIER, Jean-Louis. Service Départemental de l´Architecture et du Patrimoine. Commune de Villard. Eglise Saint-Paul. Compte-rendu de la visite du 12 septembre 2007. 8 p., p. 2-3.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Haute-Vienne. Série F : 5 F. Carnets manuscrits d´Auguste BOSVIEUX.

    Archives départementales de la Haute-Vienne, Limoges : 5 F
  • AMH, Limoges. Non coté. Creuse. Villard. Eglise de la Conversion de Saint-Paul. BOUCHER Jean-Pierre. Mai 2007. Commission Régionale du Patrimoine et des Sites du Limousin.

    Direction Régionale des Affaires Culturelles du Limousin, service des Monuments Historiques, Limoges : non coté
  • Service Départemental de l´Architecture et du Patrimoine. Commune de Villard. Eglise Saint-Paul. Compte-rendu de la visite du 12 septembre 2007. CHEVALIER, Jean-Louis. 2007.

    p. 2-3 Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine de la Creuse, Guéret : non coté
  • AMH, Limoges. Non coté. Creuse - Villard. Eglise de la Conversion de Saint-Paul. [s.d.]. Dossier documentaire (arrêtés, avis réglementaires, documentation, correspondances).

    Direction Régionale des Affaires Culturelles du Limousin, service des Monuments Historiques, Limoges : non coté
Bibliographie
  • PERRON, Jérôme. L´occupation médiévale du sol du pays de Dun en Haute Marche. [S.l.] : [s.n.], [2001]. Mémoire de maîtrise : Histoire : Limoges : Université des lettres et sciences humaines (Centre de recherches Historiques et Archéologiques médiévales) : 2001.

    p.68, 168 Archives départementales de la Creuse, Guéret : 104 J 117
  • ARNAUD, Philippe. Mémoire en Images. Le canton de Dun-le-Palestel. Saint-Cyr-sur-Loire : Ed. Alan Sutton, 2006. 128 pages.

    p. 126 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
  • LACROCQ, Louis. Les églises de France : Creuse. Paris : Librairie Letouzey et Ané, 1934. 207 p. : ill. ; 28 cm.

    Centre de documentation du patrimoine, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel, Limoges : (23) 726.5 LAC
Périodiques
  • LACROCQ, Albert. Portail de Villard (XIIe siècle) avec figures prophylactiques. Mémoires de la Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, 1930, t. XXIV (6e fascicule), cxxi.

    p. cxxi Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
  • LABORDE, Camille. Excursion de la Société du 16 juillet 1939 - Eglise de Villard. Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 1940, t. XXVII (3e fascicule), p.490-491.

    p. 490-492 Conseil départemental de la Creuse, Guéret : non coté
(c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel (c) Région Limousin, service de l'Inventaire et du Patrimoine culturel ; (c) Département de la Creuse ; (c) Monuments historiques (c) Monuments historiques - Belzic Céline
Belzic Céline

Chargée de recherche, Conservation du Patrimoine, Conseil départemental de la Creuse, 2008-2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Pacquot Eglantine
Pacquot Eglantine

Chargée de recherche, Conseil départemental de la Creuse, 2010


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.