Copyright
  • (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel

Dossier non géolocalisé

Localisation
  • Aire d'étude et canton Celles-sur-Belle - Celles-sur-Belle
  • Commune Celles-sur-Belle
  • Cadastre 1818 A 88  ; 1981 AE 63

Au 11e siècle, Notre-Dame de Celles est un simple prieuré qui dépend de l'abbaye augustinienne de Lesterps, en Charente limousine, comme en témoigne le portail polylobé du clocher-porche. A cette époque, la Vierge est vénérée à Celles grâce aux miracles qui s'y accomplissent. Les évêques de Poitiers, Pierre II et Guillaume Ier dotent le prieuré de biens destinés à le faire prospérer. Vers 1130-1137, Guillaume II érige le prieuré en abbaye. Les chanoines s'émancipent alors de la tutelle limousine et forment une communauté indépendante. Par la suite, l'abbatiale bénéficie de nombreuses donations de la part des rois de France et d'Angleterre, des comtes de Poitiers et des seigneurs locaux.

Durant tout le Moyen Age, la multiplication des miracles draine à Celles de nombreux pèlerins venus prier la Vierge et donne plus tard naissance au pèlerinage de la Septembrèche. Elle entraine l'érection, dans le chœur de l'abbatiale, d'une statue, Notre-Dame de Celles, pour laquelle le roi Louis XI a une dévotion particulière. C'est lui qui dote l'église de dons considérables et permet sa reconstruction entre 1461 et 1477. Entre 1494 et 1514, l'abbé Mathurin II Joubert de la Bastide, fait bâtir le clocher-porche et la chapelle accolée au bras sud du transept, comme en témoignent les clefs de voûtes qui portent ses armoiries.

En 1568, l'abbaye est ruinée suite aux guerres de Religion. Dans une visite de 1624, un procès-verbal de visite signale qu'il " ne restait plus de l'église abbatiale que les murs latéraux et le clocher... toitures abattues... piliers rasés à l'exception de deux à l'entrée du chœur ". C'est grâce à Nicolas de Saint-Gobert, prieur claustral de 1665 à 1669, qu'une grande partie de l'église est reconstruite. Celle-ci est l’œuvre de l'architecte François Le Duc, dit Toscane, qui refait les piliers et les voûtes dans le style gothique. Deux inscriptions situées dans le transept et le chœur portent son nom et la date de 1669. La consécration de l'édifice a lieu en 1676 par Paul Beurrier, supérieur général de la congrégation des chanoines réguliers de France, à laquelle l'abbaye est désormais rattachée depuis le 27 août 1651.

En 1804 l'église abbatiale devient paroissiale. Elle est classée monument historique en 1846. En 1884 l'architecte Loué répare le portail roman et, en 1893, l'architecte Déverin effectue les premières restaurations. En 1899, après plus d'un siècle d'abandon, le pèlerinage de Notre-Dame de Celles est rétabli.

L'abbatiale Notre-Dame appartient aux églises de type halle, avec des collatéraux de même hauteur que la nef. Elle est constituée, d'ouest en est, d'un clocher-porche ouvrant sur une nef à cinq travées flanquée de collatéraux, eux-mêmes bordés de chapelles, d'un transept, d'un choeur de plan carré et d'une abside à trois pans.

L'ensemble est voûté d'ogives à huit nervures portées par des piliers à mouluration prismatique dépourvus de chapiteau. Les voûtes du choeur et du transept sont dotées de nervures supplémentaires ornées de motifs végétaux, de fleurs, de fruits et de clefs pendantes.

Extérieurement, la nef et le transept sont couverts de toits à longs pans, à croupes découvertes pour les bras du transept, et le chevet d'une croupe polygonale. Sous le clocher-porche, le mur occidental est doté d'un portail en arc brisé doté de voussures polylobées caractéristique du Limousin, tandis que la façade du bras nord du transept est ornée d'un portail dont le tympan (très abimé) figure une Annonciation.

  • Murs
    • calcaire
    • enduit
    • pierre de taille
    • moellon
  • Toits
    ardoise
  • Plans
    plan allongé
  • Étages
    3 vaisseaux
  • Couvrements
    • voûte d'ogives
  • Couvertures
    • flèche polygonale
    • toit à longs pans
    • croupe polygonale
    • pignon découvert
  • Escaliers
    • escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en maçonnerie
  • État de conservation
    restauré
  • Techniques
    • sculpture
  • Représentations
    • feuillage
    • oiseau
    • animal fantastique
    • être humain
    • blason
    • Annonciation
  • Statut de la propriété
    propriété publique
  • Intérêt de l'œuvre
    à signaler
  • Protections
    classé MH, 1977/11/09